65
Commentaires

"Le pari, c'est d'émouvoir avec une tueuse"

Comment rendre compte d'un procès à la télévision si les caméras n'ont pas le droit de pénétrer dans le prétoire ? Peut-être en mêlant savamment des images de reconstitution, avec comédiens, aux images tournées aux abords du tribunal au moment du procès et aux interviews de ses protagonistes réels, enregistrées plus tard.

Derniers commentaires

bonjour et bonne année à toute l'équipe d'arrêt sur images

Excellente émission qui démontre bien l'empathie de Jean Xavier de Lestrade envers Véronique Courjault et son parti pris, à savoir : changer notre regard sur la personnalité complexe de cette femme. J'ai particulièremernt apprécié ce que dit M. Paul Bensussan. J'aurais bien aimé entendre son témoignage de 3 heures lors de ce procès. Pour une fois que je comprends le langage d'un psychiatre !
Merci à tous les intervenants, tous excellents. L'année commence bien, bonne continuation.
J'ai vu que l'un des jurés du procès a été retenu pour jouer son rôle dans le téléfilm, ce n'est pas illégal ?

Je croyais qu'un juré n'avait pas le droit de communiquer sur un procès, ou alors le fait que ce soit une reconstitution et qu'il n'ait pas de texte à dire suffit ?

---------------------
MathieuC
Excellente émission qui nécessitait beaucoup de nuances, beaucoup d'appréciations subtiles. J'ai aussi beaucoup apprécié le fait que DS
mette de coté, au moins 2 fois, son conducteur pour parler immédiatement d'un sujet prévu plus tard. On peut préparer une émission très sérieusement tout en gardant une marge de manoeuvre lors de l'enregistrement: cela laisse de la place à plus de naturel et de réactivité.
Combien de fois voit-on des journalistes rivés sur la liste de leurs questions sans qu'ils n'écoutent les réponses: Pujadas et Ferrari ont fait cette erreur en ne relevant pas la gaffe de Sarko sur les "coupables" de Clearsteam.
Je n'ai pas regardé l'émission et je ne la regarderai pas. Vous n'allez pas vous mettre à faire les chiens écrasés. Ah, non. Pas vous.
Excellente émission sur un document (et un cas) passionnant !
Merci mille fois !

Sauf le titre, qui est un poil schématique et un peu racoleur…
Une mère mise en examen pour le meurtre de deux bébés
http://www.20minutes.fr/article/370586/France-Une-mere-mise-en-examen-pour-le-meurtre-de-deux-bebes.php

« Il y a deux ans, un nourrisson avait déjà été découvert dans le congélateur de la famille qui habitait alors Foug, à 3 km de leur domicile actuel. La jeune femme, déjà mère de trois enfants aujourd'hui âgés de 7 à 11 ans, aurait accouché seule à son domicile.
A l'époque, le couple avait été placé en garde à vue, mais l'affaire avait été classée sans suite, l'autopsie n'ayant pas permis de déterminer les circonstances de la mort de l'enfant. »
peut-être vais-je être totalement à contre-courant, mais je trouve scandaleux et inintéressant de rajouter un film bidouillé sur une affaire qui a déjà fait l'objet d'un débat lors du vrai procès ;et la seule émission intéressante qui a suivi a été diffusée par FR3 à la suite du procès sur le déni de grossesse ; je trouve en général que vos sujets de débat deviennent inintéressants : celui-là, et, la même semaine, le débat sur la suppression de l'histoire-géo ; à l'heure du débat de Copenhaghe !

Alain
où on comprend ce qu'il y a à comprendre des présupposés des uns et des autres.

Où je me sens gênée, c'est plutôt à propos de Lestrade, au fil de l'émission on comprend qu'il ne savait pas lui-même ce qu'il cherchait, sauver la mère, trouver l'humain au coeur de l'inhumain, mais si cela passe par un concept général, celui du déni, même si pas en rapport avec la réalité de cette femme, c'est embêtant, puisqu'il passe par le général, pour arriver à cette tueuse-là, pour la rendre plus proche de nous.

En fait, ce qui me gêne, c'est que l'humain de cette femme-là aurait davantage passé par la reconnaissance de son ambivalence, de son clivage, de la baisse volontaire de son niveau de conscience pour ne pas voir, parce que finalement ce qui compte, c'est qu'elle-même ait dû se plonger dans le non-su pour ne pas voir l'horreur de son acte, elle avait donc bien conscience que c'était monstrueux, elle n'était pas absente à sa responsabilité, ni au sens du mal de la grammaire universelle.

Elle savait donc qu'elle agissait mal, qu'elle était responsable, mais n'étant pas capable de ne pas le faire, elle agissait dans la dénégation, et tout ça finalement est beaucoup plus humain qu'un déni de grossesse mécanique ou pervers, et rend davantage compte du curieux phénomène de dissociation, qu'elle avait dû mettre en place bien avant les faits.

Ce que Patricia synthétise parfaitement et Lestrade, un peu moins, peut-être pris dans son tropisme de "l'humain caché derrière le mal", qu'il développe dans ses documentaires.

Merci à tous de vous être plongés dans vos propres psychés pour rendre compte de la psyché de cette femme.

http://anthropia.blogg.org
Mais combien d'infanticides, n’ont pas été détecté ?
(regardez dans votre congélateur)

Valogne 2007 : 6 corps dans la cave
Albertville 2007 : trois nouveaux-nés dans une malle
Saint-Nicolas-de-Pelem 2008 : 1 bébé dans le congelateur
Bof, bof, bof. Que les jités fassent les gros titres d'un fait divers, passe encore, c'est leur but, détourner l'attention des vraies informations qui nous concernent, mais qu'@si analyse leur analyse, non franchement, aucun interet. Merci quand même.
Emission passionnante surtout quand on a vu le docufiction ou plutôt telefilm tout aussi passionnant... intéressant cette idée que s'il y a déni il n'y a pas monstruosité , moi je penserais plutôt le contraire.
J'ai raté ce programme qui m'intéresse au plus haut point!

Quelqu'un a-t-il une suggestion pour que je puisse le voir maintenant?

Education aujourd'hui
"Le pari, c'est d'émouvoir avec une tueuse."

Encore un qui est prêt à tout pour faire de l'audience.

Cette femme a besoin d'un médecin pas d'un documentariste, primé (comme les vaches ?) ou pas.

Je ne regarderai pas l'émission. Pas envie et, de toute façon, pas vraiment le temps.
Comment rendre compte du procès auquel on n'a pu accéder? Surtout pourquoi?
La question ne sera posée qu'à la fin après le témoignage rapporté de Jean-Louis Courjault, et la réponse permet de comprendre la stupéfaction éprouvée lorsqu'on apprend que Jean-Xavier de Lestrade qui dit considérer Paul Bensussan comme l'expert le plus clair ne l'a pas contacté!

Anecdotiquement, Le Figaro est-il au 35h ( « après 18h moi je suis déjà.. » Stéphane Durand-Souffland)?
il est sans doute ... en bouclage d'article, si le journal doit être imprimé dans la nuit pour être en kiosque le lendemain matin!
Mouais... mais il n'a pas cité non plus la déposition de Paul Bensussan le lendemain
et pourquoi DS, après l'intervention de PH, se garde-t-il toujours la part belle, celle de l'analyse ? Son jeune collègue arrive et expose son travail de sélection médiatique, et DS conclu comme un grand sage et prend la posture de l'intelligent. Même à ASI, il se met en place des hiérarchies nauséabondes. Laissez-lui la gloire de l'interprétation de son travail !
Excellente émission ! Intelligente , sensible , courtoise , de la belle télé !
Huit ans de taule , je ne trouve pas que c'est un cadeau pour une femme qui de toute évidence ne va pas bien du tout .
Jean-Xavier de Lestrade a le mérite de montrer que les gens sont beaucoup plus complexes qu'il n'y parait. Une morale que les metteurs-en-petite-case et les étiquetteurs de tout poil ferait bien de méditer.
après l'émission j'ai enchainé avec le film "un coupable idéal" ça fait froid dans le dos !
Excellente émission, dépassionnée et sérieuse tout à la fois. Je n'ai pas eu une seconde l'impression de basculer dans l'émotionnel dont semble se targuer Lestrade, si l'on en croit la citation mise en exergue... un choix assez malheureux.
Excellente émission.
On peut rendre compte d'un fait divers atroce sans tomber dans
le voyeurisme.
L'émission est à l'image du documentaire, équilibrée et précise.
Mouaif, pas l'air d'être passionnant
gamma
Pourquoi cette émission (que je ne regarderais pas) ?
Maître Eolas avait parlé de ce téléfilm le 6 décembre et fait sa critique le 7 décembre.
Véronique Courjault, notre OJ Simpson à nous.. arfff inregardable!
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.