74
Commentaires

Le Monde contre l'impôt : et maintenant, le sondage !

On avait cru à un ras le bol du ras le bol fiscal ? Perdu. Si Libération a bien tenté une longue déclaration d’amour fiscal sur cinq pages à la fin du mois dernier, Le Monde aujourd’hui claironne sur le désaveu massif des Français face à l’impôt. Et sur quoi s’appuie ce désaveu, ce désarroi ? Un sondage.

Derniers commentaires

A "politiquement, si le consentement à l'impôt est de 82 % chez les sympathisants du PS, il n'est plus que de 53 % chez ceux de l'UMP et de 39 % chez les proches du FN"
vs.

B "En gros, ce sont les sympatisants de droite qui deviennent de plus en plus hostiles à l'impôt"

A moins que vous n'ayez d'autre chiffres antérieurs sur un sondage similaire que vous n'avez pas mentionnés, vous ne pouvez pas aboutir à la conclusion B en partant de A.
Ce sondage donne comme information qu'il y a une correlation entre vote à gauche et consentement à l'impot. Plus on vote à droite, moins on consent à l'impôt: ça reste une (anti-)corrélation sans relation de causalité: on peut soit moins consentir à l'impôt parce qu'on vote plus à droite, soit voter plus à droite parce qu'on consent moins à l'impôt).

Imaginez que le même sondage ait été fait l'an dernier avec comme réponse au consentement à l'impot "100% chez les sympathisants PS, 0% chez UMP et FN". Avec le sondage du jour, les sympathisants de droites sont en fait de moins en moins hostiles à l'impôt, même s'ils restent majoritairement hostiles. A l'inverse, ceux du PS sont effectivement de plus en plus hostile à l'impôt. Raisonnement inverse si les chiffres était 0% 100% 100% respectivement. Bref: avec ce sondage, on peut parler d'un état de fait, pas d'une dynamique.

PF
vous avez raison : c'est le terme glissement utilisé par le journaliste un peu plus loin dans la phrase qui me fait tirer cette conclusion. L'article dans son ensemble semble considérer une amplification du rejet de l'impôt par les sympathisants de droite, rejet qui rejoindrait un mécontentement accru. Mais oui, c'est un état de fait, pas une dynamique.
Sans compter que, comme toujours dans ces sondages, l'échantillon a été calibré pour être fiable dans sa globablité. Dès que l'on se prend au jeu de prendre une sous population et de regarder des pourcentages en son sein, les marges d'erreurs explosent. Ici, dans les 967 personnes, au plus 300 vont se dire proches du PS, 100 peut etre pour le FN, autant dire que les chiffres commencent à être sujets à caution voire un chouia bidons.
Je décide de ne plus complimenter Anne-Sophie, ça frise la litanie.
L'instabilité fiscale en France est préoccupante. Déjà que la fiscalité était obscure, la voilà dorénavant obscure et mouvante. Bientôt dérivante.

Les moins de 40 ans n'auront pas de retraite, pas d'épargne, mais sûrement qu'ils auront une assurance pour chaque risque de la vie et une banque qui les aidera à payer leurs cotisations sociales ou prélèvements sociaux et autres contributions (cgs crds cspe etc).
Toujours drole (ou pas) de voir des journeaux massivement subventionnés par l'état s'en prendre à l'impot...

Et si on commençait par leur interdir toute aide de l'Etat, histoire de montrer l'exemple...

On pourrait ensuite taxer tout les bonus des traders et autres stocks options 2 fois plus qu'aujourd'hui et rétablir un impot à 70% sur les salaires des patrons...et là d'un coup moi aussi je le sentirais moins le raz le bol fiscal, je pourrais enfin me dire que c'est normal de bosser 1 mois et demie par an pour les impots vu que les plus riches participent encore plus que moi...parceque c'est ça le vrais raz le bol fiscal, non?
Est-ce que cela a encore un sens de parler de presse "de gauche" ou "de droite" ?
Le clivage n'est-il pas entre, d'une part, les publications appartenant à des grands patrons et/ou financées par la publicité (i.e. les grandes entreprises) ; et, d'autre part les titres ne vivant que grâce à leurs lecteurs... ?
La plupart des organes qui se prétendent "de presse" ne sont-ils pas de simples vecteurs de propagande néolibérale ?
Et ce qui les distingue n'est-ce pas tout simplement leur niveau de fanatisme ?
Dans la conclusion @si mélange tout :

@si parle de Niel qui parle de la situation fiscale des entreprises qui est selon lui est idéale.

Le résultat du sondage et l'article sont analogues : plus de 75 % disent que les impôts sur les sociétés sont satisfaisants.


Il n'y a donc pas de différence contrairement à ce qu'@si écrit.

Les français se plaigne des impôts qui les touchent pas ceux des sociétés.
Tiens, je vais aller à contre-courant.
Que les journaux exploitent le filon du "ras-le-bol-fiscal", certes. mais le ras-le-bol est bien là, et ne vient pas que de la droite et des plus friqués.

Petites anecdotes chiantes :

Je touche 1300 euros par mois de salaire, et je payais depuis des années autour de 450 euros d'impôt sur le revenu par an. Cette année c'est 780 euros. Comme j'ai pas vu le coup venir, j'ai un "tiers-provisionnel" de 450 euros. Avec la taxe foncière et les impôts locaux, je commence le mois à 0 euros. Et il va falloir que j'achète du bois pour me chauffer.

Comme j'ai passé 10 mois d'hiver malade, dans le froid et l'humidité, cette année j'ai décidé, avec l'aide de ma famille, d'investir dans une véranda (fenêtres et baies d'occasion, et autoconstruction) et un vrai poêle, en remplacement de mon merdique et gourmand insert à ciel ouvert que j'avais acheté 40 € chez Emmaüs. Coût total de l'opération : 5000 euros. Crédit d'impôt : 0€ pour la véranda (hé, fallait acheter du neuf!), 50€ pour le poêle (un poêle de bâââse à 250 €, l'installation et le tubage n'étant pas sujets au crédit d'impôts).

J'ai des amis friqués (un couple à 3000 € chacun) qui ont arrêté de la ramener avec leur conscience écologique devant moi. Poêle de masse Tulikivi, baies vitrées quintuple vitrage en remplacement de toutes les fenêtres (ils en ont ouvert une autre passque bon) de leur grande maison, isolation extérieure… , le tout payé pour moitié avec nos salaires. Je ne leur ai pas demandé le montant de la facture, je venais de bien manger et boire. J'avais honte de leur avouer que je cramais 15 stères de bois chaque hiver. La honte n'a pas duré, elle a fait place à la colère.

Quand je me suis installé dans ma petite maison dans la prairie, j'avais dans l'idée de me passer d'EDF et d'acheter un kit éolien-solaire pour être autonome en électricité. Un kit à 5000 € à monter soi-même, déductible d'impôts. Je l'ai monté moi-même, les impôts m'ont remboursé la moitié, puis deux ans après, demandé de les rendre. Ca n'avait pas été monté par un professionnel ! Non, sans blague ! En difficultés financières, ils n'ont rien voulu savoir, j'ai mis deux ans à les rembourser.


Oui, la fiscalité, au lieu de réduire les inégalités sociales, contribue à les aggraver.

Oui, la colère est bien là, croyez moi !!!
La descente aux enfers du journal " le Monde" est malheureusement représentative de celle de notre pauvre France.
Merci encore pour cet article que je vais chaudement recommandé.
Le Monde commencer sérieusement à me gonfler, c'est du grand n'importe quoi.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.