52
Commentaires

Le juge Beauvais, et sa banderole anti ch'tis personnelle

C'est un haut magistrat qui parle.

Derniers commentaires

Pour un autre son de cloche :

http://chroniquesjudiciaires.blogs.nouvelobs.com/archive/2009/02/08/didier-beauvais-au-csm-la-polemique.html
Un avocat du Nord semble aussi trouver la polémique ridicule...

C'est tellement facile de s'indigner, tellement difficile de revenir en arrière. J'espère qu'@SI aura à coeur de montrer cette "affaire" avec d'autres sources que la Voix du Nord (qui peut être soupçonnée de parti pris, tout comme les députés du Nord...)
«Mme Mariette, ex-membre de la chambre de l'instruction, a soutenu son collègue hier, estimant que nous avions sorti ses paroles de leur contexte. Ce que nous contestons fermement.»
Article complet ici.
je pense que ce qui est déstabilisant, en l'occurence, ne concerne pas le fond de ce que dit le juge BEAUVAIS (n'importe quelle assistante sociale a dans son agenda ce genre de drames à résoudre dans les familles et au quotidien, et pas seulement dans le nord de la france évidemment), mais plutôt la forme : " Là-bas, ce ne sont pas des psychologues qu'il faut envoyer, mais des sociologues ou des ethnologues...» " ???

cette phrase soit veut mettre de l'humour ou de l'ironie (???) dans un sujet qui n'a pas de place pour cela ;
soit veut généraliser des histoires humaines qui ne peuvent qu'être singulières et dramatiques....

il est peut-être tout simplement temps que ce juge vienne s'expliquer sur la brutalité de ces phrases pour les reprendre et revenir sur le fond......
......ou pas, d'ailleurs, car il assume peut-être totalement ses propos....
ça me fait marrer de voir tout le monde se transformer en machines à s'offusquer plus vite que l'éclair, D.S. y compris.
Comme Zemmour avec la lutte greco-romaine ! :-)

Je vous propose à tous un petit exercice pour vous désintoxiquer de vos aigreurs revanchardes qui projettent vos propres préjugés dans les propos des autres (ici dans la bouche d'un pauvre magistrat, professionnel expérimenté, 1000 fois plus renseigné que vous tous sur la réalité du terrain qu'il décrit mais que vous prétendez mieux connaître que lui quand même)

Allez ! Exercice n°1 :
Vous devez lire et relire ces phrases sans vous indigner, en les trouvant parfaitement normales (ce qu'elles sont)

"Il y a des Corses qui posent des bombes pour faire sauter des bâtiments officiels"
(si si ça arrive, même assez souvent, ce n'est pas une insulte contre les Corses)

"La locution "après que" doit être suivie de l'indicatif"

(non ce n'est pas pour stigmatiser les analphabètes)

c'est révoltant de voir des gens autant se révolter
L'affaire rebondit il me semble.

Entendu ce soir du France info : une ancienne collègue de Beauvais qui explique que ce dernier n'a jamais voulu généraliser ou stigmatiser les gens du Nord, que la phrase est sortie du contexte (un classique...), mais surtout que Beauvais fait bien référence à une affaire réelle, qui a donné lieu à une condamnation définitive.

D'abord le choc de découvrir que cette histoire sordide d'enfant joué aux cartes puisse être vraie.

Mais l'épisode montre aussi comment la machine médiatique s'emballe, à charge ou à décharge... Si ce témoignage est repris, les gens retiendront quoi, au final ? Que Beauvais n'avait pas tout à fait tort, donc que les chtis sont des pervers. Alors que, je me répète, Beauvais ne voulait peut-être pas généraliser à l'origine, mais comme un boomerang, le tapage médiatique a grossi ce qui n'est peut-être qu'une bourde langagière.

Si le témoignage de ce soir de la collègue de Beauvais est vrai, l'épisode sera à méditer je crois.
bravo pour cet article.j'ai toujours pensé que l'affaire d'Outreau avait à voir avec de la stigmatisation anti pauvre.il faut lire le remarquable livre de Florence Aubenas sur Outreau
Ne pas oublier que la parole indigne de ce vilain Beauvais s'intègre dans un processus de disculpation de l'ensemble des juges, policiers, experts, médias, qui ont transformé une horrible affaire d'abus sexuels intra-familiaux en monstrueuse entreprise d'orgies collectives. Et ceux qui veulent faire porter le chapeau au seul Burgaud alors qu'il y a toute une chapellerie à vider sur un paquet de têtes, ceux-là ne valent pas mieux qu'un type qui voit les gens de ch'Nord comme un ramassis de méchants sauvages incurables (pas de psys) juste bons à ethnologiser.

Au passage, merci à @si de pointer la lenteur et la mollesse des médias nationaux sur ce dérapage. J'ai cru voir également l'étonnement que NS n'ait encore rien dit, lui si prompt à sauter sur chaque occasion de de défendre veuves et orphelin, surtout si ça peut se faire en casse du juge, du préfet, du policier.

http://tinyurl.com/67j7vy
lille, 9 fév 2009 (AFP) - Des propos considérés comme stigmatisants pour les habitants du Nord/Pas-de-Calais attribués à un haut magistrat à l'occasion de l'audience disciplinaire du juge Burgaud ont suscité lundi l'indignation des élus nordistes près d'un an après l'affaire de la banderole anti-Ch'tis.

Didier Beauvais, ancien président de la chambre de l'instruction à Douai au moment où Fabrice Burgaud officiait dans l'affaire d'Outreau et aujourd'hui conseiller à la Cour de Cassation, avait évoqué mardi à l'audience d'autres procédures judiciaires liées à des affaires de moeurs.

Cité par la Voix de Nord, le magistrat aurait parlé de "soirées habituelles, à Boulogne ou à Avesnes-sur-Helpe", des "soirées-bière où on invite les voisins, on boit beaucoup, on joue aux cartes ou au jeu de l'oie, et où le gagnant peut choisir une petite fille, avec l'accord des parents".

"Là-bas, ce ne sont pas des psychologues qu'il faut envoyer, mais des sociologues ou des ethnologues", aurait-il ajouté.

M. Beauvais s'est élevé lundi dans un communiqué "contre la reproduction inexacte" de ses propos, qui, "livrés de manière erronée, ont pu effectivement indigner les habitants du Nord/Pas-de-Calais, dont je fais d’ailleurs moi-même partie, et qu’à aucun moment je n’ai insultés".

Il affirme avoir cité "deux affaires, aujourd’hui définitivement jugées". L'une située dans le ressort du tribunal de grande instance d’Avesnes-sur-Helpe (jugement du 23 juin 2004, confirmé en appel le 9 février 2005, ndlr) avait fait apparaître des agressions sexuelles de plusieurs adultes contre des enfants aux cours de jeux filmés.

"Je conteste également avoir prétendu que des soirées de ce type étaient +habituelles+", a-t-il poursuivi.

Reprenant une autre partie de ses déclarations, ce magistrat a précisé avoir rappelé que, "si les psychologues étaient indispensables pour appréhender ces comportements individuels, des sociologues ou des ethno-psychiatres pouvaient aussi apporter un éclairage utile sur les attitudes collectives générant les passages à l’acte (..)".

Valérie Létard, secrétaire d’Etat à la Solidarité et élue du Valenciennois, a qualifié les propos tels que repris par le journal, de "diffamatoires et stigmatisants". "Près d’un an après la banderole insultante déployée lors du match PSG-Lens", elle s'est déclarée "inquiète par ces dérives qui, une fois encore, font injure à la fierté et à la dignité des femmes et des hommes du Nord/Pas-de-Calais".

La secrétaire d'Etat fait allusion à l'émotion suscitée par la banderole "Pédophiles, chômeurs, consanguins : bienvenue chez les Ch'tis", déployée au Stade de France.

Le président du conseil général du Pas-de-Calais a également exprimé son "indignation" comme le maire de Boulogne-sur-Mer.

L'ancien Premier ministre nordiste Pierre Mauroy, a jugé les propos "inacceptables", Jack Lang, député PS du Pas-de-Calais, a dénoncé des "paroles indignes et blessantes". De son côté, la vice-présidente du Front national (FN), Marine Le Pen, a parlé d'une "insulte".

Premiers à réagir, deux députés du Nord, Jean-Luc Pérat (PS) et Françoise Hostalier (UMP) avaient annoncé samedi avoir écrit au président de la République, pour demander des "excuses publiques" et "réparation". M. Pérat a proposé que cela fasse "l'objet d'une question au gouvernement" mardi.

Le porte-parole de la garde des Sceaux a indiqué de son côté que cette affaire était "prise au sérieux" et que le ministère avait demandé la transmission des "termes exacts des propos" tenus par Didier Beauvais.»
Une suggestion : qu'@si remonte et redescende le fil de cette affaire, du texte initial aux premiers compte-rendus de presse des propos incriminés, puis aux réactions publiques, puis au démenti de Vilainvais (qui si ça se trouve est aussi blanc que l'hermine qu'il porte, auquel cas je le referai Beau :-)
Hors-sujet:
Cela fait trois semaines que j'attend que l'équipe d'ASI analyse le traitement médiatique accordé à la situation de la Guadeloupe et maintenant de la Martinique.
Le juge Beauvais exprime son mépris pour les gens du Nord, que l'on devrait faire étudier par des ethnologues, ces sauvages, mais quelle source? Ce qu'on raconte en ville, dans les dîners de notables? Mépris de classe.
Fantasmes de riches sur la perversion des pauvres. Salauds de pauvres

Eric Zemmour lui, sur la foi d'un courrier de parent d'élève, s'indigne de ces enseignants qui emmènent leurs élèves à une journée de lutte. Pas de chance, il s'agit de lutte gréco romaine, et pas d'une journée de revendication comme le chroniqueur veut nous le faire croire.
Fantasme de freluquet de droite sur une catégorie professionnelle qu'il exècre et méconnaît. Salauds d'enseignants.

Et les deux de mettre à mal la vérité, de tordre la réalité au grès de leurs préjugés.
C'est moche.

Depuis que le courrier électronique se généralise, je ne cesse de mettre en garde les nouveaux "pratiquants" contre les hoax, les rumeurs, les choses trop belles pour être vrai. Le doute doit primer.
Attention, par exemple, à ce minot d'école maternelle accusé de harcèlement sexuel sur une mouflette de son âge, attention à ces prétendus terroristes qui viennent à point nommé agiter la peur de l'attentat, attention à cette pauvre fille soi disant violée et maculée d'inscriptions racistes qui s'avère être mythomane. Attention aux débordements sexuels croustillants supposés ici ou là.

Attention ! Chaque fois cela résonne en nous, réveille nos angoisses inconscientes, nous fait frémir d'excitation et permet une indignation bon marché qui nous évite de nous révolter sur des sujets bien plus difficiles. l'inégalité, la misère, le chômage, par exemple. Chaque fois ces rumeurs viennent conforter nos préjugés, et en période de crise, elles concentrent leur malveillance sur des boucs emissaires.

Et ce qui m'étonne, c'est que les médias n'ont pas de mémoire. L'affaire d'Outreau n'est pas loin, pourtant!
En ce qui concerne le terrorisme, qui se souvient de la mystérieuse bande de saboteurs du tgv qui avaient tenu en haleine la police, il y a quelques années? Vous ne vous souvenez pas? Sarkozy était ministre de l'intérieur.
"Ils doivent avoir l'habitude maintenant ces chtis pourquoi faire des vagues ...
c'est pas comme ci les gens auront attendu ce juge pour penser ça"
voilà le genre de reflexion qui doit passer dans la tête de certains journalistes au moment de choisir de pondre un article sur ce "petit" scandale
[quote="Nous connaissions ces soirées habituelles, à Boulogne-sur-Mer ou à Avesnes-sur-Helpe. Des soirées bières où on invite les voisins, on boit beaucoup, on joue aux cartes ou au jeu de l'oie, et où le gagnant peut choisir une petite fille, avec l'accord des parents." Beauvais ajoutait: "Là-bas, ce ne sont pas des psychologues qu'il faut envoyer, mais des sociologues ou des ethnologues."]
Cela ferait un beau scénario de film, que Yves Boisset pourrait réaliser !

Je verrais très bien Miou-Miou dans un rôle à la « Corinne Lavasseur », une femme flic « La Femme Flic ».

http://www.dailymotion.com/video/xycb8
Oubli d'une phrase...

Où l'on comprend que pour le monde politico-médiatique parisien, l'important n'est pas le fait mais le profil du coupable : plus il est puissant moins l'on s'offusque, moins il rentre dans les petites cases de l'actualité, plus on l'ignore.

- Les supporters de foot racistes, c'est normal, tout le monde comprend, on cogne. Le juge, on met la sourdine.

- Un évêque antisémite, ça marche pas trop. En ce moment, l'antisémitisme en vogue est ce lui que l'on prête aux musulmans. Avez-vous entendu une réplique de la Ligue des justiciers, Fourest, Val, Adler, Finkielkraut, Taguieff, BHL, Asko, Rioufol... Un silence qui devrait faire réfléchir quant à la sincérité de leur perpétuelle indignation face à la bête immonde...

- Justement, la synagogue de Lille, finalement, n'a pas été attaquée par des musulmans durant l'offensive sur Gaza mais par des nazillons bien blancs. Silence média, ça ne cadre pas, tout le monde va s'embrouiller. Vous savez, les téléspectateurs sont cons. Libération, en pointe dans le combat contre le fondamentalisme, a gracieusement pondu... UN article de 10 lignes sur le blog Libé Lille
Où l'on comprend que pour le monde politico-médiatique parisien, l'important n'est pas le fait mais le profil du coupable : plus il est puissant moins l'on s'offusque, moins il rentre dans les petites cases de l'actualité, plus on l'ignore.

- les supporters de foot racistes, c'est normal, tout le monde comprend, on cogne. Le juge, on met la sourdine.

- une évêque antisémite, ça marche pas trop. En ce moment, l'antisémitisme qui marche bien est ce lui que l'on prête aux musulmans.

- justement, la synagogue de Lille, finalement, n'a pas été attaquée par des musulmans durant l'offensive sur Gaza mais par des nazillons bien blancs. Silence média, ça ne cadre pas, tout le monde va s'embrouiller. Vous savez, les téléspectateurs sont cons. Libération, en pointe dans le combat contre le fondamentalisme, a gracieusement pondu... UN article de 10 lignes sur le blog Libé Lille
Cette phrase :"Nous connaissons, à tel et tel endroit, etc...." en quoi est-elle une généralisation ? Une fois de plus les journaux se sont emparés de quelques phrases d'un magistrat qui a simplement poussé un cri d'horreur face à tous ces cas de pédophilie. D'ailleurs au moment de cette affaire d'Outreau, qui aurait pu imaginer que tous ces enfants avaient inventé ces accusations, ou qu'on leur avait soufflées ?

Nous avons tendance à croire que la vérité sort de la bouche des enfants. Je dois dire que j'ai cru moi aussi ces enfants. Les médias sont toujours à l'affût de nouvelles histoires de racisme, d'antisémitisme, et ils auraient trouvé un nouveau cas passionnant et vendeur : un juge anti ch'tis. ça me donne une idée : créer une nouvelle association pour lutter contre les anti chtis, je demanderai à Juju comment faire, il connaît lui toutes ces ficelles !
Avec des idées préconçues comme celles-là; ce qui est arrivé à
Outreau s'explique: tous coupables ces buveurs de bière dégénérés!
Des paroles d'un magistrat ou des propos de café du commerce en
toute fin de soirée?
Affligeant de connerie!
Ce qui est intéressant dans cette histoire, c'est qu'elle démontre que la presse régionale, au moins elle, a tiré les leçons de l'affaire d'Outreau et que, désormais, elle ne laisse plus passer sans réagir les énormités qu'on lit à longueur de colonnes et voit à longueur de reportages télévisés sur le Nord-Pas de Calais, qui serait peuplé majoritairement d'alcooliques pédophiles consanguins et obèses. Lorsque l'affaire d'Outreau a démarré en 2002, La Voix du Nord n'a pas été la dernière à contribuer à l'hystérie, écrivant, par exemple : « Il suffit de s'asseoir deux fois par semaine sur les bancs du tribunal correctionnel de Boulogne. Les affaires qui y sont évoquées et qui se déroulent dans un triangle formé par les arrondissements de Boulogne, Calais et Montreuil ont de quoi soulever le cœur des plus endurcis.». Il en est fini de l'autoflagellation. On ne peut donc que s'en réjouir.
STOP ! Cela suffit avec la soi-disante déception des @sinautes. On passe à autre chose.
Sur ce juge, soit on les re-embastille tous, soit ce type est une ordure. C'est lui qui mérité d'être coffré. Pour le coup, il faut dénoncer si il y a un silence assourdissant !
"Mais ces accusations lancées sans preuve à Paris auront dû passer par Lille, pour susciter à Paris l'indignation qu'elles méritent" (D.S)
"Quel aspect de sa formation a failli? Comment faire en sorte que cela soit corrigé à l'ENM? " (Myos)

Bonjour,

Je crois qu'il faut bien se renseigner avant de porter des jugements de valeur sur des professionnels qui sont sur le terrain, au contact direct de la délinquance sexuelle, incestueuse ou pédophile depuis des décennies.
Je pense que vous n'avez aucune connaissance des dossiers, des affaires, des procès, des condamnations.
Je pense que vous n'avez aucune idée de qui est coupable ou innocent, de qui viole des enfants ou pas.

Et pourtant, qu'est-ce que vous en parlez !! Qu'est-ce que vous vous indignez !
Jusque, pour certains, exiger un changement à la source : une "correction" de l'école des magistrats.
rien que ça !
A quand la thérapie génique pour les chromosomes de la magistrature ?
Les commentaires ne se bousculent pas, comme si les @inautes étaient déçus de ne pas trouver la chronique qu'ils attendaient ce matin.
D'abord, pourquoi seul le juge Burgaud est-il soumis à la censure de ses pairs, et pas le juge qui était responsable du juge Burgaud? N'a-t-il pas failli dans sa façon de guider ce juge qui en était à son premier procès aussi grave - faillite ici renouvelée, car comment Fabrice Burgaud aurait-il pu avoir des doutes ou réfléchir si celui à qui il demandait conseil lui répondait ainsi, du haut de son titre et de son expérience?

Ensuite, qu'est-ce qui peut donner assez de bonne conscience à une personne chargée de la justice - impartialité, prise en compte des circonstances - pour juger ainsi, en bloc, tous les habitants d'une région? Quel aspect de sa formation a failli? Comment faire en sorte que cela soit corrigé à l'ENM?

Enfin, n'a-t-il pas dit "nous connaissions tous" - d'où vient cette "connaissance"? de rumeurs, de témoignages, d'affaires passées, d'une expérience personnelle transformée par sa suffisance en généralité? J'appellerais volontiers le juge Beauvais comme témoin histoire de savoir ce qu'il sait, et que, de toute évidence, nous ne connaissons pas tous.
Bonjour,

Gageons que notre Toupti 1er va nous sortir une loi pour régler cela.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.