12
Commentaires

Le Huster tel qu'on le parle, par Didier Porte

Sophie Marceau et Catherine Deneuve divergent sur la vie sentimentale de François Hollande. Francis Huster exhorte Obama à être le "patron du monde", et Hollande à jouer son rôle de sélectionneur de l'équipe de France. Plongeant au coeur des joutes, Didier Porte tente une exégèse politico-footballistique de la pensée husterienne.

Derniers commentaires

A la vision de l'interview, on oscille entre la gêne, la colère, l'atterrement, le fou rire, la tristesse, la déception...
Seul un grand comédien peut nous faire ressentir autant d'émotions en un laps de temps aussi court ! Chapeau bas !
Didier est un vrai chroniqueur politique.

Que ne s'essaie-t-il pas aussi à la critique littéraire : quelle formidable équipe il pourrat faire avec Judith.
Je viens de visionner à nouveau la chronique de Didier Porte. Elle est vraiment superbe. Il est vrai que, comme il est dit plus haut, ce Francis Huster, politologue de bistrot plein de lui-même, livre à son couteau de mieux en mieux aiguisé le pain bénit sur le tapis rouge...
Soit dit en passant, je préfère Didier Porte lorsqu'il s'attaque à des puissants ou à des baudruches grotesques de l'establishment parisiano-artistico-médiatique, tel ce Francis Huster, qu'à des paumés gibiers de psychiatres tels Hondelatte ou Dieudonné.
J'attends avec impatience la sortie du recueil des ses plus fines analyses géo-stratégiques, préfacé par Elisabeth Lévy.

J'attends avec la même impatience l'apparition d'un bandeau "Ceci n'est pas du journalisme - Une Production France 2 Unité Divertissement" lors des séquences calino-lumino-tamisés-pseudo-interviews de Delahousse.
Jean-Claude Van Damme, tu sors du corps de Francis immédiatement !
On a du mal à comprendre que Didier Porte ne soutienne pas inconditionnellement Francis Huster lorsque ce comédien courageux et lucide essaie désespérément de nous ouvrir les yeux sur les dangers qui nous menacent et appelle de ses voeux l'accroissement de la domination des Etats-Unis sur le monde.
Vous filez du mauvais coton, Monsieur Porte. Vous n'avez décidément pas compris qui sont les gentils et qui sont les méchants. Nous voulons être protégés! Encore une chronique comme celle-ci et nous aurons la confirmation que vous n'êtes qu'un soralo-dieudonniste qui s'avance masqué.
Ouais, bon; mais, Barack Obama, devant qui (ou quoi) n'a-t-il pas cédé ?
Ses ailes de géant ( celles de Francis Huster) l'empêchent de marcher ( de dire autre chose que des sottises). Didier Porte me fait penser à un couteau qui ne cesse de s'aiguiser.
Trés drôle cette chronique, mais si j'ai ri, je trouve Huster touchant , il y croit et part à fond comme ça arrive parfois à beaucoup d'entre nous, mais "pas à la télévision". Et puis la piéce qu'il joue doit le propulser à une autre époque.
Merci d'avoir relevé par cette analyse que lorsqu'on invite un acteur du type d'Huster à la télévision en promo, on ferait souvent mieux de ne pas l'interroger sur autre chose que ce pour quoi il est venu.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.