169
Commentaires

Le grand flop médiatique du "Grenelle" de Hollande sur l'énergie

En avez-vous entendu parler ? Plusieurs mois durant, on a débattu en France de la transition énergétique. Rien dans les journaux et à la télé, ou presque. Le projet était pourtant plus ambitieux que le Grenelle de l'environnement de Sarkozy en 2007. Initié officiellement en novembre 2012, il avait pour but d'organiser une consultation réunissant tous les acteurs du secteur pour dessiner les futurs contours du modèle énergétique français. Incompétence de Delphine Batho ? Désintérêt de Matignon ? Indifférence des rédactions pour un débat trop flou et trop technique ? Manque d'implication d'ONG comme Greenpeace ? Les opinions divergent sur les raisons d'un échec médiatique.

Derniers commentaires

L'histoire économique nous montre clairement que les matières premières ne jouent aucun rôle dans le développement. Le Japon en est totalement dépourvu, et il constitue le plus grand " miracle économique" de l'histoire. On peut aller jusqu'à affirmer que la pénurie de matières premières est un puissant stimulant: les Anglais ont été les premiers à utiliser la houille, non parcequ'ils en avaient, mais parcequ'ils n'avaient plus de charbon de bois. Si l'on veut être intellectuellement rigoureux - ce qui est formellement interdit à un économiste- on arrive à la conclusion que les matières premières n'existent pas: seule la matière grise existe.
Bon moi j'ai mes petites marottes, c'est la déplétion du pétrole et le dawa qui va sûrement s'en suivre. Je remet mon message plus haut, enrichi, qui est passé complètement innaperçu parce que sur les forums d'ASI on passe innaperçu si on ne participe pas à la dernière discussion en date. Et je trouve ça dommage parce que je ne vois pas beaucoup de sujets plus important que celui là aussi peu médiatisés.

Donc pour ceux que le légendaire "peak oil" intéresse donc, voici quelques liens de videos et d'articles avec des chiffres, parce que sans chiffres on parle dans du vent. J'ai trié par ordre de grand public à très technique :

Une vidéo de Matthieu Auzanneau à un colloque de l'assemblée nationale qui explique la situation des réserves aux députés (15 min) :
http://www.dailymotion.com/video/xjir1z_2-m-auzanneau-colloque-assemblee-nationale-sur-le-pic-petrolier-janvier-2011_news

Une vidéo de JM Jancovici à ce même colloque sur ce sujet, et comme d'hab' avec lui c'est très agréable à suivre et bien rythmé (10 min) :
http://www.dailymotion.com/video/xjiwqf_4-jm-jancovici-colloque-assemblee-nationale-sur-le-pic-petrolier-janvier-2011_news

Une tribune de Pierre-René Bauquis, ancien directeur stratégie et planification de Total :
www.lemonde.fr/idees/article/2012/05/09/nouvelles-decouvertes-et-gaz-de-schiste-retarderont-a-peine-le-pic-petrolier_1697747_3232.html

Deux articles récents de l'excellent blog de Matthieu Auzanneau qui a le bon goût de donner à chaque fois ses sources et ses chiffres :
http://petrole.blog.lemonde.fr/2013/02/21/la-production-totale-des-5-majors-du-petrole-est-en-declin-depuis-2004/
http://petrole.blog.lemonde.fr/2013/05/20/petrole-lannee-2012-a-la-croisee-des-chemins/

Et pour ceux qui adorent l'anglais, les graphiques, les chiffres et qui s'y connaissent déjà un peu en gaz et pétrole, le dernier rapport de l'ASPO :
http://aspofrance.viabloga.com/files/JL_2013_oilgasprodforecasts.pdf
La version résumée (14 pages) : http://aspofrance.viabloga.com/files/JL_veryshort30May2013.pdf
Et pour finir si ça vous intéresse et que vous n'y connaissez pas grand chose au secteur du pétrole, un cours de Jean Laherrere pour les Mines de Paris (82 pages):
http://aspofrance.viabloga.com/files/JL_Sophia2011.pdf
Ce forum ne sert strictement à rien sauf au derniers négationistes de la dégradation de climat à se regarder dans un miroir.
Moi je vous dis salut!
je me sens entouré de paranoïaques qui complotent.
Et bien voilà: encore un débat sur l'énergie plombé par un(e) négationniste du changement climatique.
EXACTEMENT comme si en période de disette et catastrophe naturelle où tous cherchent et mettent au point des solutions quelqu'un s'empifrait et crirait après nous le déluge!
Bonne journée!
désolé si mon propos a paru raciste, inégalitaire, ou inconscient des drames qui se jouent tous les jours "ailleurs" qu'en France, je suppose qu'on ne peut poser le problème de la capacité de la planète à accueillir les humains sans donner des pistes pour le résoudre ou interdire des solutions. Les allemands voient aujourd'hui leur population diminuer "naturellement" et se ruent maintenant sur l'énergie fossile, Les français maintiennent leur natalité et gardent le nucléaire. Les africains aidés par les trafiquants de tous pays déciment les éléphants pour l'ivoire cher aux nouvelles classes moyennes chinoises. Les russes exterminent les bois rares de sibérie pour la construction en chine. L'huile de palme, le pétrole font notre bonheur de pays riche, mais quels dégats ailleurs. Les océans s'acidifient, les iles disparaissent, les sécheresses s'étendent. J'entends sur france 2 un astronaute qui justifie la conquête de Mars pour quand la terre sera devenue invivable!
nul racisme dans ce constat de comportements inconscients, subis, de mécanismes d'asservissement, il y en a pour toutes les "races".
je retire volontiers de mes propos le côté "la démographie est la solution au problème" auquel yeza a réagi. mais c'est aussi un élément de la solution, merçi à cigale zoze d'avoir fait intervenir Levi-Strauss. Le débat sur l'énergie ouvre sur l'avenir de nos sociétés et avec le climat sur celui de l'humanité, des documentaires de plus en plus pertinents montrent qu'il ne s'agit plus de fictions d'ordinateurs mais du présent de notre planète. Droit à l'enfant pour tous? évidemment, pourquoi être humain sinon. désolé encore de ne pas l'avoir mieux précisé quand j'ai évoqué le contrôle des naissances en Chine et en Inde.
en relisant les divers posts depuis le début, j'aurais bien développé d'autres perspectives évoquées mais vu mon ratage d'entrée...
bonne journée à tous
yeza, bonjour et bien d'accord avec le danger des idées eugénistes, mais l'humanité va passer de 7 mds à 10 mds d'içi à 2050. la chine n'a dû son salut qu'à la politique de l'enfant unique sinon c'était la famine pour eux tous. l'Inde a engagé depuis longtemps des politiques de limitation des naissances, leur nombre les tire inexorablement vers la pauvreté.
Lors du sommet du Caire sur la surpopulation mondiale, deux "partenaires" se sont farouchement opposés à la limitation des naissances, l'église catholique et les représentants musulmans. il ne s'agit pas de tuer des vivants, celà les guerres, les famines, et les catastrophes s'en chargent, mais de limiter la croissance de la population. aucun génocide passé ou à venir n'est à l'échelle des chiffres de surpopulation cités, nous étions 2mds et demi au début du 20 eme siècle. si on ne prend pas le problème global à bras le corps en tant qu'humain, on peut compter sur les mécanismes naturels pour nous ramener à la raison, très brutalement. mais poser le problème est loin de le résoudre, c'est d'accord.
Je suis d'accord avec Yeza. Mais pour lutter contre la démographie galopante: il n'y a qu'une seule solution qui marche , le développement. Tant qu'au diminue pas la pauvreté et qu'on ne développe pas l'éducation, le pays reste dans des schémas d'antan à forte mortalité donc forte démographie. L'écologie est trés liée au développement et nous pouvons y contribuer.
Quelques problèmes pour rendre ce débat sexy :

- L'énergie est un sujet trèèèès compliqué qui demande quand même un minimum de connaissances scientifiques, économiques et géopolitiques. Alors trouver des journalistes spécialisés qui maîtrisent tous ces sujets pour les expliquer à un public de tout de façon assez restraint... En général on prend un économiste qui n'y connait rien qui va nous lire les dernières conclusions idiotes/malhonnêtes des rapport de l'IEA (astuce : ils sont faciles à repérer : c'est ceux qui vous disent que les USA vont atteindre l'indépendance énergétique d'ici 2020. Oui même Le Monde raconte n'importe quoi vous voyez). Des fois il m'arrive presque de préfèrer qu'on n'en parle pas...

- On retombe toujours sur le débat pour/contre nucléaire qui vampirise tous les autres alors que c'est qu'une partie de la problématique. Ya qu'à voir les commentaires du moindre article sur le sujet, ça tourne au bout de deux messages à la guerre des "méchants nucléocrates retraités de chez Framatome" contre les "écôlôs mangeurs de quinoa qui veulent nous ramener à l'âge de pierre et nous éclairer à la bougie". A côté de ça on a la déplétion du pétrole dont on entend quasi jamais parler, malgré ses conséquences stratosphériques et ses implications sur notre chère croissance. Et maintenant on a un débat idiot qui va revenir nous polluer régulièrement : les gaz de schiste. Ca va être encore plus redondant que le nucléaire avec une importance bien plus relative. Youpi.
C'est marrant comme les journalistes refusent de parler du débat tant qu'il a lieu, mais s'empressent de titrer sur son échec...

Et pourtant, y aurait eu des trucs à dire : par exemple les jeunes de tous les partis politiques réunis pour la première fois, pour débattre de la transition énergétique : http://bit.ly/debat_transition
Ou encore le REFEDD (Réseau des étudiants français pour le développement durable) qui a remis un livre blanc, synthèse de plusieurs mois de travaux, à Delphine Batho, dans lequel ils donnent des propositions concrètes pour faire la transition énergétique, comme baisser le taux d'actualisation : http://bit.ly/livre_blanc

Alors oui, ça manquait de sang. C'était même consensuel sur certains points. Ce qui en dit long sur la culture française : quand on fait dans le collectif, dans le consensus, les médias s'en foutent, tout le monde s'en fout. C'est pourtant comme ça qu'on avance. Par contre, quand on se tape sur la gueule, les caméras rappliquent. Mais à ma connaissance, ça n'a jamais abouti à rien.
bien d'accord avec le fait que c'est un problème de fond, et que l'information traite de la forme parce que le fond est très lourd et que droite ou gauche, verts y compris, sarkozy ou hollande, sont coincés. le premier qui traite le problème perd les élections suivantes. un site est très révèlateur sur l'aspect "lourd" de l'énergie, c'est "manicore".
pour les médias, juste un parallèle avec le traitement du réchauffement climatique: je me souviens de trois journalistes des grands médias télévisés qui se sont lachés lorsque les messages portés par les climato-sceptiques ont fini par envahir tous les médias, via claude allègre par exemple. 'on va enfin sortir de la pensée unique et pouvoir redevenir positif'. (la pensée unique type Al Gore qui nous promet des lendemains qui déchantent). le ministère de l'environnement à cette époque a changé son fusil d'épaule: la lutte contre le réchauffement climatique est devenue l'adaptation aux conséquences du réchauffement. aveu d'impuissance à court-terme ou sujet trop explosif apparemment.
C'est plus un problème de fond.
Pour ma part j'étais présent à un débat dans l'Ouest (A Rennes pour ne pas citer). Avec des amis et connaissances nous avons rempli 1/3 de la salle! Anormal. Com. déficiente, pas de volonté, lassitude ou inculture des politiques et de la population?

Il faut recadrer les choses:
Cette notion énergétique a été occultée tres longtemps et pourtant tout vient d'elle.
Ce qui fait aujourd'hui la société que nous connaissons en France, USA et dans les pays développés et en fait aussi pour une large part dans les autres pays, c'est quelquechose qu'on a pas souvent présent à l'esprit par ce que à la fois nos cours d'économie et nos cours d'histoire nous ont orientés sur d'autres choses.
Quant on pense au progrès technique qui a fait toute l'abondance que nous connaissons aujourd'hui, on attribue ça au mérite des chercheurs et ingénieurs et que la diffusion de ces procédés et un problème d'économie. En fait cela n'a pas été juste un problème d'économie mais été un problème d'énergie.
Cette rupture est le début de la corne d'abondance qui se répand sur nos sociétés. On le paie 10 c€. Si pour transformer les mêmes ressources on n'utilise pas une machine mais des humains payés au smic on va payer ce kwh mécanique quelques 100 à 1000€.
Depuis les années 2008 la donne a changé et le pic oil va arriver quoi qu'il en soit.
- Le pétrole, l'Europe en importe 75%, le reste vient de la mer du Nord qui en déclin de 5 à 10% par an.
- du gaz, l'Europe produit 60% de son gaz. Essentiellement dans la mer du Nord et cette production est en déclin, ce qui dit en passant fait que tous les gens qui pensent qu'on peut remplacer le nucléiaire par du gaz se leurrent car le gaz n'existe tout simplement pas pour faire se genre de choses même transitoirement.
- Le Charbon: l'Europe possède seulement 1,5% des réserves mondiales.

Le seul espoir est la sphère médiatique. Arriver à faire comprendre aux médias qu'ils ont une tres forte part de responsabilité dans les choix collectifs que nous opérons, par ce que c'est eux qui sont en charge de la quasi-totalité de l'information que les citoyens reçoivent quand ce n'est plus directement dans leur sphère professionnelle; et bien ils n'aiment pas ça!

Il faut qu'on parle du sujet et là le court-termisme des élus fait qu'à partir du moment où le sujet est sur la table sur le plan médiatique ils sont forcés de s'en occuper.
Hollande innove donc! Pour changer le truc du comité théodule qui sert à cacher un choix d'immobilisme, il a inventé le grand débat public qui ne sert à rien. Et si la gauche se mettait pour de vrai à gouverner?
C'est toute la méthode Hollande qui montre ici ses limites. Paradoxalement, elle rejoint en terme de résultat celle de Sarkozy. L'ancien locataire, parlait beaucoup, vite, tout le temps, sur tout. Promettait tout, tout le temps, sur tout. 1000 sujets, 1000 réformes, 1000 points presses, 1000 articles mais au final, un immense courant d'air et rien de concret.

Hollande lui organise de grands débats, de grandes concertations. Je n'oublierai jamais cette phrase culte du Premier Ministre : "Nous allons nous concerter, sur les moyens de la concertation" (ArGh!). Au final, 1000 heures de tables rondes, de discussions, de masturbations intellectuelles pour... Rien! Ou l'art de transformer la matière (grise) en vide.

Si seulement les politiques pouvaient faire vivre cet adage : Parler moins, pour agir plus!
la conclusion: "il n'y avait pas de budget pour communiquer". quel est le role des médias "nationaux" alors? s'il faut les payer pour qu'ils parlent d'un thème...
le thème mériterait un vrai débat à la rentrée, parce que pendant les vacances, on est nettement moins nombreux à visiter le site.
d'accord avec 'ouvreboite'. l'article est bien fait, sur l'énergie delphine batho n'avait pas les réponses, sous-entendu les réponses opérationnelles. parce que si les humains s'entretuent pour les matières fossiles, si même allah en profite pour étendre son influence, il y a bien une raison ou deux qu'un débat sur l'énergie ne va pas soulever.
qui fait le bilan carbone de son ménage? qui réfléchit au co2 avant de faire son troisième enfant?
changer nos comportements car le climat bascule? qui va changer ses habitudes en premier (en admettant qu'on peut changer toutes ses habitudes)? qui va intéresser son entourage en réduisant son train de vie et sa consommation de produits chinois pas chers...?
nos enfants changeront, ils n'ont pas d'habitude. mais les grenelles de l'environnement (deux flop aussi à court terme) l'ont dit, c'est maintenant qu'il faut changer et montrer l'exemple aux indiens, chinois, canadiens, américains, allemands, ...mais les médias en parleront sûrement à la rentrée et sans se faire payer. En été, les infos informantes ne sont pas les plus écoutées.
Moi, ce qui m'etonne, c'est que l'on puisse discutter de l'energie sur une periode de 40 ans sans prononcer une seule fois le mot geopolitique...
Amis Parigots et proches, ça se passe près de chez vous, et c'est demain http://colfertois.canalblog.com/archives/2013/07/19/27676560.html
Cet article lui même, comme le sujet et le débat en question, ne va sans doute pas battre les records de commentaires dans le forum.
Mais il est quand même très utile et vachement bien foutu.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

(citation de l'article)
Du côté des journalistes, le "consensus mou" que constitue la synthèse est donc synonyme d'échec. Pour les organisateurs que nous avons contactés, les divergences montrent au contraire que le débat démocratique a réellement prospéré, et que c'est l'essentiel. "Il ne faut pas demander l'impossible à un débat participatif" estime Alain Grandjean, économiste du groupe des experts, "nous ne sommes pas au pays des bisounours".
Comment évaluer le débat ? Si sa mise en route semble avoir été longue et difficile, les organisateurs et participants directs sont unanimes : un débat de fond a réellement eu lieu. Le nucléaire a été au centre des discussions -au contraire du Grenelle de l'environnement en 2007 qui avait écarté le sujet dès le départ. Ainsi, les pro-nucléaires et des antinucléaires étaient représentés dans les différentes instances.

Wahl fustige en revanche le travail de la presse quotidienne nationale. Selon les témoignages des journalistes avec lesquels il a eu des contacts, "les rédactions ont toutes dit: tant qu'il n'y a pas quelqu'un qui tape sur la gueule d'un autre, on ne traitera pas ou pas beaucoup". D'autres organisateurs renchérissent : les journalistes de la presse nationale leur ont confié à plusieurs reprises que leur rédaction ne publierait rien tant qu'il n'y aurait pas de "sang", de conflits entre personnalités, de coups de gueule... Certaines rédactions auraient même refusé de faire des articles sur l'accalmie lors de la dernière séance plénière, lorsque se profilait un accord avec les syndicats patronaux.

Quant à la couverture télévisée, pour Tubiana, ce fut "une traversée du désert", "aucune télé n’a voulu faire un truc sérieux, un peu visible, et tout d’un coup, le 18 juillet plein de caméras, plein de télés venant là alors que je n’ai jamais été sollicitée par qui que ce soit". Tout au long du débat, la facilitatrice assure avoir sollicité les chaînes publiques, sans jamais obtenir de réponse.
(fin de citation de l'article)

Donc faut pas tout réduire à une "simple" question de budget com'. D'ailleurs c'est drôle, nos médias nationaux m'ont eu l'air plus intéressés par le royal baby, par exemple. Pourtant, pas eu l'impression qu'il y ait eu besoin d'un fort budget de com'...

Conclusion : les médias, chaînes infos, etc, savent ce qui intéresse les Français et font un travail remarquable et c'est donc bien sûr tout la-faute-à-Hollande évidemment.
Ben ouais. Et puis après ?
Je ne voudrais pas jouer les divinateurs, mais je pense que l'immense majorité d'entre nous qui ont voté pour Hollande n'ont pas voté pour lui, mais contre l'autre.
On a simplement changé de médiocrité.
Alors se plaindre d'un flop; non mais je dis "allo", pour rester dans le nul.
Je t'accompagne dans le nul...
gamma
Ah non !Désolé Pierre 383330 ! En connaissance de cause je n'ai voté ni pour le nain de jardin austro-hongrois, et non plus pour le Hollandais mou. J'assumes mes non-votes. Ben mince alors faut être maso là ! Le chantage à vote FN ça marche pas pour tout le monde. Et le vote blanc ou nul est permis.

J'assumes mes non-votes.

Tant mieux pour vous. Seulement, les autres aussi doivent assumer vos non-votes. Malheureusement.
hein ? Qu'est-ce qu'il insinue là Manazo ? tu est en train de dire que si "cela va si mal" c'est juste parce que des citoyens, contrairement au "troupeau bêlant" de moutons, osent "voter blanc ou nul" pour faire comprendre à l'Oligarchie des incapables congénitaux, qu'ils ont compris que les dés sont pipés et que voter, c'est comme pisser dans un violon ?

Franchement ça t'arrives de faire des manifs, grêves et est-tu mur pour la révolte au lieu de te lamenter sur ton Moi ou Ego ? Incroyable, le petit français moyen, qui tape avec ces petits bras musclés sur ces copains d'a@i !
J'attends quand même l'alternative (au non vote). Il y a des gens pour tenir en aussi mauvaise considération les manifs-qui-ne-servent-tarien et les universités d'été. Pour ce qui est de l'ego si fragile je confirme, nous n'avons pas tous la force du boeuf, la constance de l'hippopotame, la vélocité de la mouche du coche, la langue du fourmiller et la vivacité du mandrill. Punaise au fait, mon correcteur d'orthographe vient de souligner un mot sur trois en rouge. J'ajoute à ma liste, la qualité d'un maître du Collège de France (et l'humour de l'ara, car l'ara a de l'humour, c'est connu).
Oui mais si les gens savaient leur force "tous ensemble" et non fractionnée en autant de clans, privés, publique, classes moyennes ou classes sociales dites basses, dépassant le chacun pour soi, bref la solidarité n'est plus et c'est bien ce que les élites en profitent de notre division.

Quand au chantage du vote "blanc " ou "nul" (non vote !) ou si tu votes pas le FN va monter je trouve contreproductif. Certains sont tellement bas que si on attends après un "vote" encore et bien autant en finir plus vite en faisant comme ailleurs. ou est passé le modèle français ?

Je parle pas de courage, ou de révolutionnarisme passager, mais ou faudra-t'il descendre plus bas, pour réagir ? C'est confondant l'immobilisme des gens en général sauf bien sur quand tu est touché et que tu perds tout.

Mais c'est bien dans l'unité totale que l'on peux agir ..Je vois pas d'autres solutions. Evidemment la "pseudo-gauche" en profite un max en laissant passer les pires choses que naguère elle n'aurait pas acceptée. Cela sert il a quelque chose de se plaindre en permanence ?

Ou de faire comme le "mazano" dire c'est ta faute car tu votes mal ou pas du tout ? C'est n'importe quoi là comme réponse. Au moins la tienne est honnête. .
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, y compris mentale.
C'est aller voter dans ce systeme qui ne sert pas a grand chose, que ce soit pour l'un ou pour l'autre, ou blanc ou nul.... Le jeu est pipé des le depart, y participer c'est cautionner tout ca.
Hollande, rappelez-moi qui l'a élu ? Le flop me semble terriblement général ; on a la mauvaise idée de dire qu'on a les dirigeants qu'on mérite, chose qui évidemment m'agace parce que passé un certain degré de sottise, de veulerie etc etc, je n'assume plus celle des gens de pouvoir. Mais aussi, que faisons-nous, sinon gueuler (que pouvons-nous faire réellement) ? Et encore, cela concerne ceux qui ne sont pas en vacances, ou au chômage... Ça m'épate, cette faculté de se désigner un bouc émissaire qui nous libérerait de toute responsabilité. Pour ce qui est du journalisme par contre, je commence à l'avoir en horreur absolue. A chacun son bouc, et les cochons seront ce qu'ils seront :( Qu'on ne vienne pas me dire que le désintérêt total de la chose publique tient aux seuls politiques. Mais encore une fois, les agences de propagande par contre sont définitivement coupables. Mettons en cause aussi le harcèlement médiatique dont nous sommes les victimes, et je ne vois plus comment il serait possible de mener une société à un avenir meilleur.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.