29
Commentaires

Le cyber-succès d'Obama, expliqué aux Nuls

Internet, botte secrète d'Obama ? Pour de nombreux observateurs, le dispositif déployé par le candidat démocrate sur le web a joué un rôle considérable dans sa victoire. Mais en quoi a consisté, concrètement, son cyber-savoir faire ?

Derniers commentaires

> (...) sondages aux sorties des urnes (...)

Pfiou ça c'est une ressource à laquelle on peut se fier.
[large]" Encourageons la délation positive "[/large]

La prise d'un pouvoir existant est une tâche très difficile dont peut de personnes peuvent se prévaloir.
D'autant plus difficile encore lorsque vous................ La suite :

http://www.lepost.fr/article/2008/11/12/1322979_encourageons-la-delation-positive.html
Bon, ben, je ne vais pas être original, hein, en disant que c'est (encore) un super papier, Justine, merci...
Message déplacé
Merci Justine de votre article. Je vais me glisser sous la couette moins nulle, plus informée, encore plus fichée avec ma contribution.

(Alors M. Nicolas Princen, on vient piquer des idées dans les bons articles de Justine ? On vient aussi lire les commentaires des @sinautes ? Oui ? Donc, voilà : l'UMP n'a pas d'idées et pique celles des autres. C'est qui les cyber-nuls ? Pas nous !).
Comme d'habitude, un super article par Magic Justine, merci à elle. Le caractère intrinséquement "Big Brother" de l'Internet ne semble pas choquer beaucoup de monde (à mon avis), et on alors qu'on voit là encore une éloquente preuve qu'il "is watching you".
Et tout cela, toute cette usine à produire de l'information personnelle nominative sensible, me fait me poser de bêtes questions : est-ce qu'un @sinaute spécialiste du droit américain pourrait nous éclairer sur la légalité d'une telle base de données ? Est-ce que un truc comme la CNIL existe là-bas ?
C'est assez difficile à dire du fait que la situation est différente en fonction de l'État. Je ne crois pas qu'il existe d'institutions similaires à la CNIL au niveau fédéral, mais il existe beaucoup de lois régissant l'accès aux données personnelles, en plus d'une Constitution déjà très protectrices des libertés privées Libre aux justiciables de se tourner vers les tribunaux et les cours surpêmes ensuite.

Quelques informations : La plupart des cas, c'est on ne peut plus légal dans le sens où une bonne partie de ces informations sont obtenues sur la base du volontariat par le porte-à-porte et les bases de données sont construites annés après années.

Souvent la campagne ne dispose que du nombre d'appartements dans un immeuble, et les militants sont chargés d'aller collecter les noms et affiliations partisanes des résidents. Tout ça est rentré ensuite dans la base de données.

Quand on s'enregistre sur les listes électorales aussi, on donne son affiliation partisane. Ces informations sont ensuite transmises aux partis qui peuvent proposer une "full membership" aux sympathisants. Une partie du travail d'enregistrement sur les lsites électorales est fait dans la rue, par les partis politiques, qui peuvent ainsi collecter des informations.


Je ne suis pas juriste, je serais très curieux aussi que quelqu'un nous éclaire sur les autres sources des campagnes.
Merci de ces précisions. J'ai néanmoins un peu de mal à comprendre pourquoi ce serait "on ne peut plus légal dans le sens où une bonne partie de ces informations sont obtenues sur la base du volontariat par le porte-à-porte et les bases de données sont construites annés après années."

En effet, si on prend l'exemple de la CNIL, celle-ci peut accepter qu'une information nominative précise soit stockées dans une base de données informatique, mais pas que la base de donnée soit reliée et croisées à d'autres bases de données nominatives. C'est d'ailleurs, à mon sens, ce qui posait problème avec Edvige : le fait de tout regrouper permet des atteintes phénoménales aux droits des citoyens, dufait même des possibilités de l'outil informatique, ces nuisances étant infiniment plus difficiles à obtenir avec des fichiers disjoints (même informatiques).

Donc que l'information "un tel habite là, il va voter plutôt tartanpion, il a donné tant" soit connue par des personnes en porte-à-porte n'est pas vraiment problèmatique, mais en mettant tout dans un seul fichier, là cela devient dangereux ; par exemple, cela permet d'extraire des listings suivant des critères qui peuvent servir à stygmatiser une partie de la population (du genre : je suis le KKK, et je voudrais bien savoir qui est blanc, est apparemment riche, et a voté pour Obama, c'est pour leur faire payer, merciiii).
Je me sens bien moins nul
Merci pour cet article
Excellent article encore une fois, Justine Brabant ;-)

Je rajouterais juste que la campagne n'est pas juste virtuelle, puisque les informations collectées sur le site internet sont ensuite dispatchées entre les bureaux locaux les plus proches. L'ossature de la campagne Obama, c'est aussin un fin quadrillage du territoire par des QG de volontaires dnas chaque quartier. Parfois même dans des red states où les dems n'avaient pas pour habitude de faire campagne, 50 state strategy oblige.

Les QG sont organisés de façon à ce que le travail militant soit sous-traité à qui veut. Il suffit de passer, de prendre une liste d'électeurs et une google map imprimée, et la campagne vous envoie en mission, un paquet de tracts à la main. Pas besoin d'être un militant inscrit au Parti Démocrate, souvent ce sont des parfits inconnus qui viennent donner 2h de leur temps à la campagne.

Campagne virtuelle et campagne réelle fonctionnaient en parfaite harmonie.
Impressionant. Très bon article, merci !
"Le cyber-succès d'Obama, expliqué aux Nuls "

Euh, Justine, c'est qui les nuls ? les abonnés ?

Vous-même, dites-donc !
J'ose espérer que ce n'est pas que la façon de communiquer qui a convaincu,
mais aussi le contenu de son programme.
Les SMS, Internet ne sont que des tuyaux. C'est le message qui a compté pour les
électeurs.
Je l'espère.
Car si Obama ne s'avère être qu'un super communiquant, les US sont mal barrés...
...qui a dit comme la France?
Excellent article Justine, c'est un plaisir à lire et très informateur. ;=)
Bonjour la France,

L'ensemble des adhérents d’ASI devrait se cotiser pour à la fois imprimer cet article, le mettre dans un beau cadre et l'envoyer aux partis de l'opposition en France !

Une sacrée feuille de route et de savoir pour par exemple le PS qui va tenir congrès à Reims.

L'internet, bien sûr mais la mobilisation des volontaires fut une procédure efficace ! Car, même aux Etats-Unis, le Président Elu, prévoit un plan ADSL sur l'ensemble des Etats.

A bientôt, courage la France. Au passage, Daniel, as-tu entendu Frédéric LORDON envers l'argent DETTE ?

http://gueulante.20minutes-blogs.fr/archive/2008/11/11/l-argent-dette-le-retour-avec-frane-inter.html

Ben, bon 11 Novembre la France. Nous, on bosse ici à NYC.

JD
l'Equipe
gueulante.fr
D'ailleurs, j'ai lu dans une brève d'un journal gratuit qu'une délégation de l'UMP cherchait à se former auprès de l'équipe de communication d'Obama. Pour une fois, j'espère que les français seront techo-distants ou techo-critiques...
Exactement le genre d'article que je considère comme justifiant l'existence d'@SI, le bon sujet qui nous explique une situation et une stratégie, le tout montrant qu'Obama sait exactement dans quel type de nouveau monde il vit, et comment exploiter les potentialités nouvelles qu'il offre, et ses talents d'organisateur.
Et comme d'habitude un déroule d'article parfait, ni partisan ni encombré par des considérations inutiles (je dis ça pour la presse en général et pas pour les autres journalistes d'@SI, évidemment), et au très grand contenu informatif, le tout coulant admirablement bien sans avoir l'air d'y toucher.

Le genre d'article dont le forum ne sera peut-être pas très long, parce que ça ne se justifie pas tellement de raconter énormément de choses autour.

Non, ce n'était pas une offensive des Fatal Flatteurs, c'est mérité.
Je parie que notre cher Nicolas Princen a pris des notes!! :-)
Merci Justine Brabant de cet excellent cours de technologie. M'est avis que "Désir d'avenir" ferait bien d'en profiter... Le site de Peillon aussi. Quant aux "ultra-gauche de tendance anarcho-autonome" va falloir décrypter. La Besance les prendra-t-il sous son aile théorique ? On attend la fumée...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.