47
Commentaires

Le crac Kerviel

Attention, il repasse à l'action ! Sa devise ?  Défendre son honneur. Sa spécialité ? Les produits dérivés (pas les pin’s et les t-shirts mais plutôt les produits financiers complexes). A un mois de son procès, l'ex-trader de la Société Générale, Jérôme Kerviel, sort du silence avec un livre. Dans L'Engrenage, il donne sa version de l'affaire qui a fait perdre 5 milliards d'euros à la Société Générale. Responsable mais pas vraiment coupable, il raconte qu'il a été pris par le système, par un monde virtuel où valsent les millions, sous l'œil bienveillant de sa hiérarchie.

Derniers commentaires

....Monsieur Sherlock (c'est un nom de journaliste ça ?). Allez à Détective, c'est de ce niveau.
En attendant, prenez un minimum de temps pour préparer vos papiers et lisez Nicolas Cori à Libération : (http://cordonsbourse.blogs.liberation.fr/cori/).
Je m'attendais à du "vrai" travail de journaliste chez @SI.
Merci Sherlock !

Concernant le débat sur l’humoriste n°1 des forums, je vote pour Pwo Pwo.
Ulysse Martagon n'est pas très drôle en définitive, quand on y regarde de près.


C'est marrant, j’étais sûre que la chronique allait concerner Kerviel !
Un seul mot, qui résumera la profondeur de l'émotion qui me submerge à la lecture de cet article, Sherlock:
Rââhhlovely.
En plus, inspirer coup sur coup pow wow et Ulysse Martagon à ce point, c'est limite démoniaque.
Sinon, pour le Je précise que je n'ai pas de compte à la Société générale. Par contre, j'en profite pour vous demander, une fois que vous avez épuisé Livret A, CEL and co, quel est le placement le moins risqué et le plus intéressant ? (c'est que ça paye bien le trafic de cacao), je suggère de parler au capitaine d'un bon plan de participation aux bénéfices de l'entreprise. L'intéressement, l'épargne salariale, y'a que ça de vrai.
'Crois que je les paie comment, mes résidences secondaires à la Rochelle ?
Avec les recettes de mon jardin bio, peut-être ?
Vraiment, alors, j' vous jure.
Je suggère aux journalistes interrogeant Kerviel de s'inspirer de ce monologue savoureux pour leurs questions...
Le chef de Kerviel : "Au fait, Jérôme, tu as toujours pas réclamé ton bonus ?"
Kerviel (tombant des nues) : "Mon quoi ?... Ah oui, ma prime de risque. Boah vous savez chef, moi le fric... Si je serais vénal, je serais pas été traideur."
Le chef (étonné) : "Oui mais bon. Ce serait idiot, après nous être si consciencieusement employés à plumer nos pigeons, de pas se goinfrer tout ces bénefs. Tu veux combien ? 500 000 ?"
Kerviel (estomaqué) : "500 000 quoi ?... Pas des Euros quand même ! Vous plaisantez !"
Le chef (agacé) : "400 000 alors ?... Non ? C'est encore trop pour toi ?... OK, 300 000, mais c'est mon dernier prix."
Kerviel (honteux) : "Va pour 300 000. Parce que vous insistez. Mais si j'aurais su que c'était ça, banquier, tout cet argent douteux si facilement gagné, j'aurais repris le salon de coiffure de ma maman."
Le chef (excédé, lui tendant son chèque) : "Putain, t'es vraiment trop con. Allez, prends cette aumône et casse-toi !"

Faut bien admettre que c'était pas facile tous les jours, pour Jérôme l'intègre, son boulot à la Soc' Gen'.
Ce n'est pas tant Jérôme Kerviel qui n'est qu'un être cupide et amoral comme le sont des millions d'autres qui me dérange, il n'a fait que jouer sa partition dans un monde où tout est pensé pour exalter le "talent" de gens comme lui. Il a menti, mais le système dans lequel il évoluait n'est qu'un vaste mensonge. Bien sûr, il semble coupable à son niveau, mais le système dans son ensemble, depuis la finance et les politiques jusqu'à la justice et les médias tiennent là un bouc émissaire de première bourre, c'est lui Judas, lui qui porte le sceau de l'infamie dans un monde ou tout n'est qu'honnêteté et probité. Qu'on le dépeigne en victime ou en Machiavel, on s'exonère surtout de remettre en cause tout ce système dévoyé et vicié jusqu'à l'os.

Et les médias peuvent le défendre ou le lyncher, pour eux il n'y a aucune différence et ce n'est pas un jugement de valeur de leur part, c'est juste une question d'audience et de pognon généré. S'il fallait tuer Kerviel ce soir ils le feraient sans états d'âme, c'est d'ailleurs ce qu'ont en commun tous les protagonistes de ce système dévoyé.

Mon verdict en avant-première:

Jérôme Kerviel: coupable mais pas responsable, du sursis pour qu'une deuxième chance lui soit offerte.

La finance, les politiques, la justice et les médias: coupables et responsables, du ferme sans possibilité de remise de peine et mise en détention dès la fin de l'audience.

Et qu'on ne me contredise pas sinon je fais évacuer le forum, au besoin par la force.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

entendu ce matin sur Inter dans la bouche de Kerviel: "quelque chose qui rime avec trader? Branleur"
alors je vous le demande: on va continuer longtemps à laisser ces branleurs nous dépouiller?
Pauvre Kerviel... workoholique !
Au fait, a-t-il été jugé ? Les "affaires" se succédant à une vitesse grand V dans cette saleté de monde de la finance, j'avoue avoir oublié s'il avait été jugé ou pas encore.
S'il n'a pas été jugé, est-ce que ce bouquin n'est pas une Nième façon de "baiser" la justice en la biaisant ?
J'avoue avoir sauté au plafond lorsque je l'ai entr'aperçu tout au long du week-end dernier sur plusieurs plateaux télés (pas écouté sa com' parce que je boycotte ce genre de personnages).
Est-il vrai que durant l'instruction de l'affaire, pour sa défense, Kerviel aurait fourni des faux ? Si cela devait s'avérer être vrai, sa posture médiatique de victime aurait du plomb dans l'aile.
J'ai vu l'interview, je n'ai pas versé une larme pour ce "pauvre" trader, je n'ai aucune empathie pour ce genre de type...et je n'achèterai pas son livre.

Au fond "crac" ce n'est pas loin de "crash". Tiens, moi j'écrirais le mots avec un k : crack (non, non, pas la drogue)
Voté pour la chronique.
D'autant que "crack" se lit beaucoup mieux, accolé à 40...
Salut compunet

"en clair et sans décodeur : la bourse aujourd'hui s'amuse-t-elle encore et toujours avec de l'argent qui n'existe pas, dans le seul but d'enrichir quelques minoritaires privilégiés, et finalement sans états d'âme puisqu'elle a pour soupape de sécurité l'argent du contribuable qui remboursera tôt ou tard ses erreurs ??!!!"

Bah oui, même Kerviel l'a dit clairement au grand journal "absolument rien n'a changé depuis deux ans" malgré les rodomontades et les fanfaronnades.
Et quand je dit rien cela concerne uniquement le milieu bancaire et financier. Parce que pour l'ouvrier: entre la retraite, le chomage, les bas salaires, les baisses de soins, les hausses d'impôts c'est pas les changements de texte des lois qui manquent.

M'enfin, il faut bien pleurer sur le sort de ce pauvre ex-fasciste de Kerviel.

Cordialement
merci pour cette chronique Sherlock (les grands esprits tordus que vous disiez :))!
mais même moi qui ne suis pas une spécialiste des plans com' je dois dire que celui ci pue à plein nez et il me semble impossible de s'apitoyer sur le sort de quelqu'un qui n'a pas hésité à jouer avec un système pour se faire un max de tunes hein !!
d'ailleurs l'autre soir sur Canal, Kerviel a bien précisé que s'il était encore en fonction, concernant la tragédie grecque , "il coterait à la baisse" : chasse le naturel il revient au galop !!!

perso ce que j'attends maintenant des journalistes, c'est, non pas de servir la soupe à ce trader fou, mais d'utiliser cette opportunité pour aller voir d'un peu plus près si l'expérience de la Sogenal, après celle d'Enron et avant Goldmann-Sachs, a une chance ou non de servir de leçons à nos politiciens véreux, trop peureux pour bouger un système dans lequel évolue leurs amis !!
ou si le contribuable doit encore s'attendre à une nouvelle affaire Sogenal, Enron ou Goldmann-Sachs !!

en clair et sans décodeur : la bourse aujourd'hui s'amuse-t-elle encore et toujours avec de l'argent qui n'existe pas, dans le seul but d'enrichir quelques minoritaires privilégiés, et finalement sans états d'âme puisqu'elle a pour soupape de sécurité l'argent du contribuable qui remboursera tôt ou tard ses erreurs ??!!!
Je sais que ca n'a rien à voir, mais j'ai trouvé l'image plus qu'interessante et même si j'en ai déjà parlé dans un autre forum je le remet ici.

Hier, il y avait un chef indien au grand journal (partie 4 , 18mn30). Personne n'a réagi sur le plateau lorsqu'il a fait remarquer que son peuple n'avait pas inventé l'argent, que c'était là une invention de blancs "qui ne réfléchissent pas assez à ce qu'il font". C'est une image qui me marquera pour de nombreuses années.

Cordialement
Bon papier, merci !

Le trader est vexé de ne pas avoir eu le temps de faire fortune, en plus les copains-hyènes ne lui font pas de cadeau.
C'est ca le petit monde du fascisme monétaire...il est impitoyable.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.