29
Commentaires

Le compte Twitter qui dénombre les accidents du travail

Ils sont couverts par les médias locaux comme de simples faits divers, quand ils ne tombent pas tout simplement dans un vide médiatique. Un compte Twitter recense ces accidents pour montrer la réalité de ceux qui se blessent ou qui meurent sur leur lieu de travail. On a interviewé son auteur, jeune prof d'histoire-géo en banlieue parisienne.

Commentaires préférés des abonnés

c'est certain qu'il vaut mieux zoomer et en faire des caisses  sur les twittos polémiques de Filoche plutôt que d'écouter ce qu'il prêche dans le désert depuis des années !

Et en droit du travail on peut dire qu'il en connait un rayon

(...)

"Je ne parle même pas des suicides, des maladies professionnelles, si on met tout ça bout à bout, on va dépasser le millier de morts liés à l’activité professionnelle sur une année" 


Et si on ajoute la surmortalité lié au chômage (10 000/an si on(...)

Le fait que le but serait militant ôte-t-il un seul mort à cette liste ? Voyez cela comme la liste des morts sur la route. Dans le tas il y a sûrement des conducteurs ou des conductrices qui se sont tués tout seul par imprudence ou inattention. Alors(...)

Derniers commentaires

Merci de cet article. 


L'incendie de Notre Dame m'a touché comme tous les Français

La belle silhouette du vaisseau en carène sur la Seine ne sera plus encore quelque temps


Mais les larmes de Filoche m'ont encore plus touché il y a quelques temps (merci à Pemanent Waves d'évoquer cette figure dont le travail est incommensurable)

Il n'y aura pas de reconstruction hâtive du Code du Travail, assassiné par le trio Sarko-Hollande-Macron

Il n'y aura pas de monument pour commémorer cette mort, ni de procès, juste les larmes de Filoche

et de ceux qui en vivent les effets


Tous les jours, ils me coupent la priorité, me dépassent à vive allure, toujours à l'éffut d'un nouveau message sur leur portable

Et je ne peux leur en vouloir à ces auto-entrepreneurs ubérisés

Et je frémis pour eux à chaque carrefour ou rue traversés


La plus immonde des forfanteries, des escroqueries, c'est cette auto-entreprenariat : à vous les risques, à nous les pourcentages


Il y a une autre forme d'escroquerie : vous les avez vus ces camions UPS aux couleurs sombres qui foncent dnas les rues aux vitesses limitées risquant à tout moment un accident tragique. Leurs chauffeurs sont aussi à la pièce. Mais regardez sur la carrosserie du véhicule : vous verrez la mention qui indique que ce camion n'est pas de la firme UPS mais appartient à un quelconque sous traitant. N'en voulez pas à UPS s'il vous rentre dedans mais à cette société. UPS n'y est pour rien, il ne font qu'engranger les dividendes. Les accidents, les morts sont sous-traités.

Voir aussi le livre Hector est mort de Ruffin (histoire vraie)


Extrait :

"...

Que vient annoncer à la famille, le soir même du décès, une médiatrice de la ville d’Amiens ? « Mieux voudrait que vous ne portiez pas plainte. » L’omerta est en marche.

La justice organise alors l’injustice. Avec une instruction qui s’éternise. Avec un procureur, des substituts, des magistrats, qui négligent le dossier. Avec des élus qui mêlent l’arrogance à l’indifférence. Avec une presse locale qui se tait.

..."


Et les articles dans Fakir : 

https://www.fakirpresse.info/spip.php?page=recherche&recherche=hector

Les chiffres sont connus de toute personne ayant mis le bout de nez dans une activité syndicale ou un comité HSE dans une entreprise.

En gros 1 mort par jour, le BTP en tête des accidents mortels, surtout des chutes de grande hauteur. Plus tous les autres à ne pas négliger évidemment + tous les non déclarés.

Les accidents physiques sont bien connus ainsi que leurs moyens de prévention, et l’enjeu actuel porte surtout sur les Risques Psycho-Sociaux (RPS) : les faire reconnaître, les détecter, et faire admettre que non, ils ne touchent pas que « les gens faibles qui ont des problèmes dans leur vie qui n’ont rien à voir avec le travail » (cf la réponse mémorable du groupe La Poste à ce sujet). Le grand public connaît ça sous la forme extrême du Burn Out.

Pour tous ces sujets voir le film Corporate (2017) dans lequel une inspectrice du travail fait arrêter un chantier, et une DRH fait face à un suicide sur le lieu de travail.

Un travail intéressant et respectable, mais le problème que ne relève pas du tout l'article est l'aspect totalement militant de cette démarche : le but est semble-t-il de démontrer avant tout que le travail, au sens large, est un péril, que les patrons sont forcément "méchants", et que quelque part derrière chacun de ces morts c'est un peu "la faute à Macron". Alors que toute activité humaine peut conduire à la mort, que les causes ne sont pas forcément évidentes et simplistes, l'effet loupe finit par déformer les causes réelles et les effets. J'éprouve d'ailleurs la même gêne devant ceux qui utilisent le terme de "féminicides". Et le gros souci que j'ai également constaté, c'est que Matthieu Lépine ne se prive pas pour dénigrer voire insulter toute critique portée à l'encontre par exemple de certains liens de cause à effet hasardeux. Car en effet, quand on a une idéologie à défendre, il est souvent compliqué de se remettre en question quand les faits la contestent. Je regrette que cet article élude complètement ces aspects.

Bravo pour ce petit éclairage sur la violence sociale invisible.

Excellent article , merci Simon !

C'est un recensement très important, d'autant plus qu'il y a une très grande sous-déclaration des accidents du travail (culpabilisation des salariés, travail dissimulé, stratégies de sous-traitance pour externaliser le risque etc.)


Pour avoir la vision des inspecteurs du travail sur ce fléau :

https://www.youtube.com/watch?v=t328tNZNNxQ&feature=youtu.be


C'est une des 33 séquences du webdocumentaire "Inspecteurs du travail, une rencontre" en accès libre avec ce lien :

https://www.solidaires.org/Webdoc-Inspecteurs-du-travail-une-rencontre


Merci pour ce travail d'utilité publique

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

L'article devrait rappeler que les accidents mortels du travail touchent très majoritairement les hommes.

"Je ne parle même pas des suicides, des maladies professionnelles, si on met tout ça bout à bout, on va dépasser le millier de morts liés à l’activité professionnelle sur une année" 


Et si on ajoute la surmortalité lié au chômage (10 000/an si on en croit l'estimation basse), la mortalité lié à l'activité ou la non activité professionnelle s'envole de façon dramatique. 

Le travail tue, le non travail tue, mais l'urgence c'est de déréguler évidement.

Merci à ASI pour cet éclairage. Merci à M. Matthieu Lépine pour ce travail. Je ne verrai plus jamais les accidents du travail et leur médiatisation du même œil désormais.

c'est certain qu'il vaut mieux zoomer et en faire des caisses  sur les twittos polémiques de Filoche plutôt que d'écouter ce qu'il prêche dans le désert depuis des années !

Et en droit du travail on peut dire qu'il en connait un rayon

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.