122
Commentaires

Le Canard, les barbouzes, les rétro-commissions, et Internet

En affirmant, voici quelques semaines, que Nicolas Sarkozy faisait personnellement espionner des journalistes, Le Canard enchaîné, une fois de plus, a déclenché une belle pagaille au sommet de l'Etat. Démentis en cascade, procès intenté par Bernard Squarcini, soupçon généralisé. Faut-il que l'influence du Canard soit forte, pour qu'un simple coup de palme agite ainsi la fourmilière !

Derniers commentaires

Quel bonheur, une émission avec Claude Angeli .. Calme et instructive. Faire attention à que l'on dit, utiliser le vocabulaire adéquat, re préciser quand il y a besoin, cela faisait longtemps que je n'avais pas vu un débat comme celui-là. A rapprocher de l'émission d'@si avec M. Védrine cette semaine.
Attendre une émission @si ou la parution du Canard chaque semaine, C'est très bien. "Il faut laisser le temps au temps."
Annette
Je suis en train de regarder l'émission, et la réponse de Claude Angeli à la question "pourquoi Le Canard n'a pas de version en ligne ?" ne me paraît pas pertinente du tout.

En effet, son principal (et seul) argument est de dire "on ne veut pas se faire de concurrence à nous-même". Mais rien n'empêche d'avoir un système avec abonnement en ligne (comme arrêt sur images ou encore plus mediapart), où ils diffuseraient le contenu du Canard en même temps que la sortie du journal papier… et que pour les abonnés. Ils ont tout à y gagner.

Personnellement, je ne lis pas le Canard, parce que je n'y ai pas accès : je ne vais jamais acheter de journaux papiers (je crois même que je n'en ai jamais acheté de ma vie), c'est encombrant, pas pratique… S'ils avaient un système d'abonnement en ligne comme mediapart, je m'y abonnerai tout de suite…
J'ai lu et vu tous les entretiens d'Angeli et je suis en désaccord total avec ce que vous dites. Nulle part, nulle part, il ne s'est expliqué sur la longueur sur le métier comme dans notre émission. Et ce que vous abordez sur sa présence dans les médias est justement le début de l'émission ! Pas d'accord ;-)
Angeli est omniprésent ces dernières semaines — ok, moins que d'autres, mais quand même. Petit recensement (non exhaustif car de mémoire) : interview au Post, invité à plusieurs reprises de France Inter (par Pascale Clark et Guillaume Erner notamment), intervention sur le plateau du Grand journal de Canal+, entretien avec Rue89, et donc Ligne j@une. Une chose est claire, son discours ne varie pas d'un iota et il délivre toujours les mêmes messages : on met en cause Sarkozy et pas Squarcini, souvenez vous de l'affaire des micros, on préfère se garder nos infos pour le mercredi, etc.

Pour ceux qui, comme moi, suivent ce marathon depuis le début, il n'y a aucune révélation fracassante dans cette nouvelle émission — désolé pour Guy et Daniel. Si ce n'est, peut-être, que Claude Angeli maîtrise parfaitement ses dossiers et sait aussi dire “je ne sais pas”.

Pour ma part, j'aurais aimé que soit analysée avec plus de profondeur cette omniprésence médiatique de l'un des deux rédacteurs en chef du Canard enchaîné. La réponse qu'il apporte au début sur le buzz qu'a créé son article et le fait que six ministres soient montés au créneau ne m'a pas complètement satisfaite. Il y a eu d'autres affaires importantes révélées par Le Canard ces dernières années (par exemple : les emplois fictifs de la mairie de Paris, l'augmentation de salaire que s'est octroyée Sarko en début de mandat, le versement d'indemnités démesurées à Bernard Tapie), et aucune n'a suscité une telle présence de la part d'un de ses journalistes qui, d'ordinaire, sont extrêmement rares dans les médias, que ce soit audiovisuels ou presse écrite.

Plus généralement, le rapport du Canard enchaîné aux autres médias m'intéresse beaucoup et des questions pourraient être posées sur ce plan. Pour ne citer qu'un seul exemple, les attaques de L'Express contre Le Canard sont fréquentes. Une confrontation Angeli/Barbier aurait de la gueule !
à propos de source : est-ce que quelqu'un peut me dire (gentiment, sans m'engueuler de n'avoir pas tout lu, suivi, assimilé) qui fuite dans le cas de wikileaks ??? je trouve cette histoire à la fois réjouissante et inquiétante (les dernières fuites ressemblent à s'y méprendre à de grands coups dans la fourmilière en feu dans laquelle on jette de l'huile dans la casserole bouillante avec un peu d'eau au fond...) mais je me fais du souci pour les sources, justement. à force de voir des américonneries, on finit par penser que ça va finir avec une balle dans la tête ou un QHS en louisiane dans les bayous empétrolés...
Suis content que la ligne jaune revienne. Encore que l'émission ait des airs d'ASI avec DS présenté comme chroniqueur mais qui n'a pu résister à son habituel tropisme de prendre parfois le lead sur l'animation.

Emission très intéressante permettant de mieux comprendre les points forts et les zones d'ombre du Canard et donc, en creux, de ceux qu'il épingle. J'ai 4 remarques concernant cette émission :
1) J'imagine que les sources du Canard à la DCRI doivent avoir une prudence de sioux lorsqu'elles transmettent au volatile leurs informations (elles connaissent les ficelles ...), je me demande comment le Canard fait pour crédibiliser une source qui lui parvient par un canal pas habituel (pas question pour le journaliste d'appeler la DCRI pour avoir son interlocuteur)

2) Angeli dit que les politiques qui sont mis de côté n'ont pas l'habitude de cracher dans la soupe. Pas directement mon cher Angeli, mais tous les habitués savent comment faire pour qu'une information sorte sans qu'ils en soient, officiellement, à l'origine (et le Canard sert souvent à cela !)

3) En écoutant Angeli, je me suis demandé si le pouvoir, qui s'y connaît pour "tenir" ses politiques et certains journalistes, a aussi pris dans ses filets des journalistes du Canard. Ceux-ci sont des êtres humaine avec leurs faiblesses comme tout être humain ( l'argent, l'ego, le sexe, ...) Si vous avez des informations sur le sujet ...
4) j'ai bien aimé le concept de "société molle" à laquelle fait allusion Claude Angeli. C'est vrai que nous vivons dans une société où (moi le premier) nous nous indignons de moins en moins, nous nous habituons à tout de qui se passe dans cette société, les petites compromissions, on s'habitude à tout. Il faut vraiment avoir de l'énergie (et regarder les bonnes sources d'information ...) pour ne pas se laisser anesthésier par cette ambiance "molle".
bonjour
magnifique emission !!!
et ça fait plaisir de voir C Angeli en pleine forme et egal à lui-même
c'est des choses comme ça qui nous rendent fier de vous etre fidele
encore bravo
et conseillez un collutoire à DS -:)
cordialement
En tout cas Guy, les câbles des micros planqués chez vous ne sont pas bien longs entre votre appart et le ministère de l'Intérieur et encore moins de l'Elysée... Moi qui voulais vous voir pour éditer mes révélations sur les dessous financiers que cache le futur divorce entre Sarko et Carla... Maintenant j'hésite.
Bonjour,
cette émission devrait être décrétée d'utilité publique !
Effectivement on en ressort plus intelligent mais surtout s'il fallait une confirmation que les journalistes du Canard, Mediapart, Asi, Bakchich, rue89, certains de Radio France sont les seuls à user de leur contre pouvoir (quel qu'il soit), en visionnant cette émission vous l'aurez.
J'aime les gens qui s'écoutent les uns les autres.
très bonne ligne jaune mais alors votre dernière phrase, avant le "bye bye", elle m'a énervé à mort.
quand on dit "Pacifique", et qu'en plus on parle "sous l'ère Chirac", il s'agit (presque) forcément de Flosse : voir l'affaire Jean-Pascal Couraud, ce journaliste Tahitien qui aurait détenu des infos sur ce fameux compte et qui a mystérieusement disparu depuis 1997...on ne l'a jamais retrouvé.
Flosse n'est pas un débutant, il a été condamné plusieurs fois pour détournement de fonds publics, abus de biens sociaux, etc etc. Mais je m'arrêterais là, aucun lien prouvé entre cette affaire ce compte japonais et ce "respectable Monsieur Flosse". Je dis ça pour ne pas tomber sous le coup de la diffamation.
très très intéressante émission, tellement chouette de vous voir les trois, et on en apprend autant par les entendus que par les sous-entendus. et en particulier la confirmation à la fois inquiétante et logique que sans "lessources", le journalisme d'investigation est un peu sourd et/ou muet. on comprend également que lessources peuvent bourrer le mou et manipuler s'il y a pas de vérifications plutôt 3 fois que 2 ensuite.
juste un regret, c'est que, dans le fond, on ne sait pas grand-chose de ces sources. c'est qui qui fuite, en général ? apparemment, on dirait que certains fonctionnaires souffrent de faire ce genre de basses besognes anti-démocratiques de surveillance des journalistes. mais on peut aussi se demander s'il existe d'autres raisons, d'autres motivations.
en plus, c'était clair, protéger ses sources, c'est vraiment le mot d'ordre. ça en devenait drôle. quel boulot : faut jongler entre éviter la diffamation, protéger les sources, et malgré tout dire les faits, et les analyser et sans se planter, tout en se faisant gausser par cet apathie peu apathique mais tout à fait antipathique.
par contre, guy et daniel, vous ne dites rien de VOSsources... en avez-vous, dans le fond ?

je plussoie à la demande je suppose universelle jusqu'au big bang que le canard mette au moins ses archives sur le net !!! quitte à ne mettre qu'à partir de 12 mois avant la dernière parution. mais c'est vrai que les dossiers en font un peu fonction, d'archives.

comme que comme, merci pour cette belle ligne jaune de cuistots discutant cuisine.

PS : et ce pognon, alors, il venait de flosse ?
@Guy Birenbaum et Daniel Schneiderman

Il y a une question qui n'est jamais abordée, ni par Angeli, ni par mediapart, ni par a@si : On nous parle de rétrocommissions destinées à des financements politiques, pourquoi l'enrichissement personnel des acteurs n'est jamais évoqué ?

Comment prétendre que ces masses de billets seraient exclusivement destinés au(x) parti(s) et aux campagnes électorales et en déduire que les protagonistes, d'une honnêteté scrupuleuse, d'une fidélité sans faille à leur parti, résisteraient à la tentation de s'en mettre une bonne pincée dans leur poche ?

Pourquoi ces personnalités ne considéreraient pas que leur dévouement à la cause, leurs efforts et leur temps ne mériterait pas une gratification sonnante et trébuchante ?

Pourquoi cet aspect de la vie politique de notre beau pays n'est il jamais mentionné ?
J'ai rêvé ou Angeli dit à demi-mots que des affaires gênantes pour $arko pourraient sortir concernant Balkany? Venant d'Angeli et de son extrême prudence, c'est un genre de scoop non? En savez-vous plus Guy?
le Canard a toujours été un journal à acheter et à lire toutes les semaines !!!!
il y a des résistants au sein de la DCRI c'est la grande nouvelle selon Angeli et il a bien raison !!
Le reste est anecdotique finalement (mais doit être quand même largement médiatisé)
Il doit en savoir un paquet de trucs, ce monsieur, ça laisse rêveur. Un jour, j'ai rencontré un ancien photographe de l'AFP, 30 ans de métier au compteur. Il avait suivi tout le grand monde, partout, tout le temps. Il avait couvert notamment les voyages présidentiels, les réunions au sommet. Et il m'a avoué : "Il y a des choses que je ne peux pas dire, dont je refuse même de me souvenir. Je n'en parlerais même pas à mon chat."

Vous effleurez le sujet vers la fin, mais J'aimerais bien savoir : le "Canard" s'est-il déjà trompé ? Je veux dire lourdement, pas les "pan sur le bec".
Bonjour
Emission sereine et réconfortante… nous sommes fort heureusement à mille lieues de de l'hyperagitation de notre machin national.
Pour ma part, je trouve ce comportement beaucoup plus efficace.
Je reste confiant en ce canard.
Un DS dans le désert, c'est plus la croisière jaune, mais la ligne jaune !

Bravo et vive les vieux cons !

Ps: j'en suis un ;)
en voyant les extraits d'aphatie, je repensais à sa logorrhée après la une de libé sur les amis pédophiles de sarkozy: grosso modo, sarko n'était pas énervé (ouf!!) et il fallait que chacun se calme!!

du xavier bertrand dans le texte...
excellente émission, sans doute la meilleure ligne jaune!!

merci
Merci pour l'émission, très intéressante et que j'ai regardée d'un seul trait, en plus j'ai eu aucune difficulté dans le déroulement technique de l'émission alors que d'autres fois ça coupe, super cool !

Dommage qu'il ne vous soit pas possible sans doute d'en refaire très souvent de pareilles car les sujets abordés sont tout de même politiquement très délicats, surtout en cette période d'extrême insécurité pour les locaux des journalistes sinon pour les journalistes eux-mêmes...

On n'est quand même pas en Russie pour le moment, c'est heureux, pourvu qu' ça dure !
L'émission est en ligne plus de 24heures avant d'être annoncée aux abonnés dans leur BAL. Je comprends mieux pourquoi le débat sur les forums sont déjà bien avancés.
Dommage quand même.
Merci Messieurs et bonne journée !
Une émission très plaisante ! Quand je vois Angeli, je pense souvent à deux de mes profs, chercheurs en histoire militaire à Sciences Po, âgés, calmes, et qui en connaissent vraiment un rayon sur les services et autres mais font toujours profil bas. Je me demande s'ils communiquent avec Angeli parfois.

Seul petit défaut de l'émission : DS qui comme souvent se fait un peu chef quand il prétend être chroniqueur. Mais comme GB n'a pas du tout les mêmes rapports avec lui que peuvent avoir les plus jeunes dont la carrière s'est déroulée essentiellement à ASI-@si, il assure de son côté. Et la voix de DS, un peu pénible.

Il est tard pour dire plus, mais l'émission, avec un rythme assez lent, des sentiers très balisés, soulève tout de même beaucoup de questions =).
[quote=profession de foie que le canard]

Je dirais même profession de foie gras de canard.
Désolé! Je sors!
désolé, je n'ai plus la source... mais si ma mémoire ne me fait pas trop défaut, lors du premier canard... qui commence à dater... il y avait un magnifique texte publié en une qui expliquait (non sans ironie) que le canard ne publierais que des infos fausses et non vérifiées... et j'ai l'impression que c'est en partie grâce à cette profession de foie que le canard est l'organe officiel en France (existe t il un équivalent à l'étranger???) des révélations... c'est beaucoup plus facile de parler à un journal qui dit d'emblée : tout est faux, il ne s'agit que de rumeurs... qu'à un autre journal. N'est-ce pas là la force du canard? Jongler entre le satirique et le sérieux sans aucune preuve... permettant aux sources de se lâcher???
La question est ouverte.. et mériterais à mon avis une émission sur ce cas de journalisme tellement particulier et, je me trompe peut-être, unique en son genre...
Excellente émission, très intéressante et de surcroît très bien menée: pas de coupures ni de changements de sujet brusques (du fait de l'absence de contradicteur), mais au contraire des expositions longues, riches et très didactiques. Beau travail!
Un grand Monsieur qui n'aime ni le mensonge ni la médiocrité.
Qu'est-ce qu'ils se prennent dans les dents Bertrand et Bertrand! Un vrai délice.
pourquoi on fond de ...plaisir quand on entend Mr Angéli nous dire entre quatres yeux :
OUI IL Y A EU UN COMPTE JAPONAIS DE CHIRAC??!!
et conclure:"en France, cette société molle, a tout digéré"
un miel!
Daniel, allez vous faire une tasse de thé au miel avec un doigt de vodka. C'est souverain.
Trés, trés, mais alors trés intéressant. Et en effet, comme dit Birenbaum, on a l'impression d'en ressortir plus intelligent. Tout cela est explosif, fouillé, entre deux eaux, compliqué, et porté comme un sphinx par Claude Angeli. C'est la substance même du journalisme, une voix salutaire évitant la caricature, ces Claude Angeli et les journalistes du Canard, les enquêteurs de Mediapart, Bakchich avec Nicolas Beau, Libé avec Karachi et d'autres encore, sans oublier évidemment les 2 hôtes, Birenbaum et Schneiderman. A l'heure où l'inanité et la mollesse des animateurs/présentateurs/homme-tronc ou journalistes trop bienveillants suscitent tant de défiance, parfois de colére dans l'opinion publique, c'est enfin envoyer un message positif sur le contre-pouvoir en France.
Et je le dis en regardant avec délectation la pile de Canard de 15 cms conservés depuis 2002...
Je crois que je vais dire (écrire) des conneries! Bon, c'est juste une réaction, ou plus exactement deux.
1. J'ai pas compris l'histoire des commission payées en 1996 et puis les rétros-commissions (qui n'en sont pas) en 2002. J'ai compris en tous cas que les retro-commissions (pas rétros mais directes), elles ont bien financé la campagne Balladur (Sarkosy), mais qu'elles n'auraient rien à voir avec l'attentat de Karachi. Ouf! C'est bien ça?.
2."Les vieux" du canard enchaîné: j'espère que je ne vais pas choquer, mais pour dire la vérité, il y a deux âge, 20 ans, quand on n'a peur de rien, et 70 quand on ne craint plus rien. Il est vrai qu'il existe, en quantité minime fort heureusement, des gens qui ont peur de tout, pas à la naissance, mais dès la première rentrée en maternelle: l'effet de l'autorité, sans doute!.
bonne émission...Difficile, quand même de se "mettre à distance" de ce vieux baroudeur des médias et du pouvoir qu'est mr Angéli. Sa petite voix douce et tranquille endormirait un cocaïnomane sous acides....C'est un peu comme un grand père qui nous raconterait sa vie, difficile de le remettre en question, de mettre en doute quoi que ce soit...Mais pourquoi douter de tout et tout le temps? Ca y est, ma parano revient, ça doit être la descente...Vite 1 ptit coup d'Angéli pour atterrir en douceur....
Bonne émission...Difficile, quand même de se......
A bientôt
Claude Angéli et "Le Canard Enchainé" ne croient pas à la corrélation attentat-rétrocommissions. Essentiellement, semble-t-il, à cause de la durée qui s'est écoulée entre l'arrêt des versements et la date de l'attentat (8 mai 2002).
Mais a- t-il remarqué que Chirac n'a été réélu que le 5 mai 2002 et qu'entre son ordre de cessation de paiement et cette date la France était essentiellement gouvernée par Lionel Jospin de qui les destinataires n'avaient aucune raison de se venger.
L'expression populaire parle de casser trois pattes à un canard! Cette émission n'est pas dans ce cas, mais bon sang! qu'elle est rafraîchissante! et doit être déclarée d'utilité publique.
J'ai toujours su que le canard était digne de respect et cela est confirmé par les propos de votre invité qui a très bien défini sa "ligne jaune".
Pas de grandes révélations ni de compromissions mais une leçon de morale ........et de moral par la même occasion.
Certes, ce n'est pas de l'information, et allez!, un gros mot: de la META INFORMATION.
de quoi parle gamma gt?
cette émission était excellente, merci à vous tous et à Monsieur Angeli : enfin du VRAI journalisme! Le Canard est une institution, alors certes dans la France de Sarkozy/Apathie et consorts ça déplait, on éructe à tour de bras :"donnez-nous des preuves, de suite!" mais uniquement quand ça arrange!

Mais la preuve ultime est qu'il n'y a pas si souvent que ça de procès en diffamation, et que quand il y en a, ils sont plus souvent gagnés par le canard que par ses "adversaires". C'est déjà une preuve en soi. Et cette forme de "journalisme" pratiquée par cet hebdomadaire, qui s'attelle aux affaires sensibles, aux choses que certains aimeraient voir enterrées sous le tapis de la République, nous donne à voir la politique sous son vrai jour, plus humain, aussi, parfois : on a le sentiment de véritablement "cotoyer" l'intimité des politiques (la page 2 la page 2!!).

Tout ceci redonne ses lettres de noblesse à un métier qui est tombé bien bas dans ce pays...

Ce journal est un précurseur, un des premiers à avoir fouillé là où il ne fallait pas.

Le pouvoir reconnaît d'ailleurs volontiers que le Canard est une institution, je ne connais pas un seul politique qui ne le lise pas, chaque semaine c'est un vrai régal... Pour toutes ces raisons, non je ne prends pas forcément pour argent comptant tout ce qui "sort" dans le canard, je garde mon libre-arbitre et ma capacité de réflexion, mais OUI, ce journal est un vrai contre-pouvoir comme il en existe bien peu (hélas! heureusement il reste @si, Mediapart et la sphère internet) dans ce pays qui n'est plus que l'ombre de lui même, de jour en jour un peu plus.
Excellente émission.

Longue vie à monsieur Angeli et au Canard, ils sont vraiment d'utilité publique.

Par comparaison avec d'autres qui rient grassement aux vannes off de sarkozy,
ils nous réconcilient avec le métier de journaliste....
Magouille de chez magouille :
politiquement votre,
gamma
C'est vrai on se sent plus intelligent à la fin.
Enfin, surtout moins gogo: on apprend ce que l'on aurait dû deviner, par exemple, si les journaux publient des infos sur les services secrets, c'est que les services secrets ont donné les info.
Et ce M. Angeli, quel personnage, un vrai [s]canard[/s] renard!
Tiens j'ai une petite question pour Guy et Daniel. Durant l'émission Claude Angeli fait référence à un "collaborateur" du Canard qui a écrit une petite brève pour justifier qu'il signe Jérome Canard et non pas de son nom. Quand vous lui demandez le statut de ce collaborateur, il sort son joker et on comprend plus ou moins qu'il s'agit d'une personne travaillant dans une administration. Ai-je bien compris ? Si c'est le cas est-ce une pratique fréquente de rémunérer ce type de "collaborateurs" ? Il me semble que c'est une question importante...
Merci pour cette émission avec Claude Angeli.

Pas encore vue, en attente de téléchargement, mais je suis impatient de voir la différence avec sa prestation sur France Inter, que j'ai visionnée l'autre jour.

Ravi en tout cas que nous partagions désormais, à l'instar de Pétillon, le statut d'@sinaute.
(suis pas sûr qu'ils soient tant que ça ravis d'être mes "collègues de connexion", cela dit ;-)

Tiens, rien à voir (quoique), mais en revenant d'Acrimed, j'ai pu lire que Pierre Carles, concernant Daniel Schneidermann, est resté sur une position bien arrêtée et bien obsolète de plusieurs années.

http://www.acrimed.org/article3488.html

Extrait choisi de l'interview de PC par Philippe Person:

" - Les émissions de fausse critique des médias, de Schneidermann à Morandini, n’ont-elles pas pollué ton travail ?
- Difficile de contrer ces imposteurs, parce qu’ils réajustent en permanence leur discours. Aujourd’hui, Schneidermann passerait presque pour un dangereux gauchiste. C’est pourtant lui, comme on le voit dans Enfin pris ?, qui cirait les pompes du PDG de Vivendi, Jean-Marie Messier, ou des patrons de chaînes privées et publiques à l’époque où il travaillait à la télé. Ce sont des gens qui se déplacent sans cesse, qui adaptent leur discours à leurs intérêts du moment. Quelques spectateurs me disent que Schneidermann et moi faisons le même travail, que nous œuvrons dans la même direction : pour moi, c’est une insulte. Changer le monde, il s’en moque. Ce monde-là lui convient parfaitement. "

Sûr que dénigrer en permanence les mêmes personnes pour toujours les mêmes couacs encore et toujours, c'est tellement productif...
À force de vouloir balayer non-stop devant sa porte, on finit par ne pas aller très loin, en fin de compte.
On est tellement content que plus aucun brin de poussière ne détonne devant chez soi, à force de récurage.
Merci !
Une ligne jaune ! Chouette. En téléchargement.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.