55
Commentaires

Le bouc émissaire nous rend-il chèvres ?

 

Derniers commentaires

Excellente chronique, mais petite précision, Georges Clemenceau, surnommé le tigre pour en avoir massacré quelques uns) bien que se prononçant clé, ne prend pas d'accent.
Très très bonne chronique, rafraïchissante, malgré le thème un peu puant ;-)

Ca me fait penser à une étymologie possible de "tragédie" : le chant du bouc (tragos + oidos)
Avec aussi cette notion de bouc-émissaire chez les Grecs anciens ; Oedipe en serait un, et un beau ; c'est lui qu'il faut trouver, et punir dans ce superbe roman policier de la Grèce antique : Oedipe-Roi....

Bravo, et merci encore une fois !
Excellente chronique, Anne-Sophie.
Me plait boucoup.
Excellente chronique Anne-Sophie,

Avec toutefois un creux très étrange : comment ne pas évoquer, sur ce sujet Monsieur Malaussène, le bouc émissaire professionnel ?

En effet, étape essentielle dans le progrès qui rend notre monde toujours plus exquis, le bouc émissaire - qui était jusqu'à Mallausène une victime - devient un salarié, chargé de canaliser la colère du public, à la manière du paratonnerre...

"Soyez un bon bouc Malaussène !" disait Sarkozy à ses innombrables (mais inefficaces) paratonnerres, salariés ou non !
Juste une petite question à Anne-Sophie : et le boucan, celui qui nous enfume et donne le boucané, il vient de bouc aussi ?
P.S. Il reste une pub dans les captures d'écran, c'est pour nos ministres? Mais est-ce qu'ils peuvent y aller en avion? En croisière sur la méditerrannée?
Est-ce qu'on vit dans des sociétés où on n'arrive plus à aller au bout de la démarche? Ou bien est-ce que les journalistes disent "bouc émissaire" comme ils diraient "tête de turc" sans faire la différence? (moi-même je ne fais pas bien la différence, sauf juste après avoir lu la chronique d'anne-sophie, mais c'est un effet transitoire)
Hors de la possibilité de se débarrasser définitivement du bouc, dans un désert lointain pour mettre nos bavures et autres erreurs de jeunesse dans les oubliettes, le qualifier d'émissaire n'est pas juste.
Sur internet c'est pratique, les journalistes peuvent corriger (comme anne-sophie, compter fleurette d'artichaud) en "MAM est un bouc" (les échos vont me mettre un com. "merci de votre remarque nous avons rectifié" pareil je pense).
[quote=il a comme cousins aussi bien le missile que la promesse, le commissaire, la messe, la kermesse, la soumission, l’omission, l’émission ou encore le missionnaire, célèbre pour ses prises de positions.]il a comme cousins aussi bien le missile que la promesse, le commissaire, la messe, la kermesse, la soumission, l’omission, l’émission ou encore le missionnaire, célèbre pour ses prises de positions.

à la seconde lecture, je m'aperçois de cette perle !!! Félicitations Anne-So.
L'occasion ou jamais de raconter cette blague gentillette qui porte, elle aussi, une bien longue barbichette.

Deux copines chèvres discutent.
"Et si on allait au cinéma ce soir?" demande l'une.
"Ah non! aujourd'hui ça va pas, ce soir je bouquine!" lui répond l'autre
du Grand Anne-Sophie...
Peut on suggerer à notre vizir d'envoyer les soixanthuitards garder les boucs émissaires au Larzac?
Mittere : laisser aller, lâcher, Mitterrand ... ?
Une de vos plus savoureuses chroniques Anne-Sophie, de la culture en s'amusant. tout ce que j'aime. Un seul reproche trop de livres à bouquiner. Encore une surchauffe de carte bancaire en Amazon. :o))
Chronique très intéressante et riche d'enseignements mais je n'ai pu m'empêcher de tiquer sur ce bouc qui "compte" fleurette. Je pensais qu'il ra"contait" des histoires à sa belle pour la charmer, mais non, il compte les fleurs qu'il lui offre ? Et nos ministres, ils nous racontent des histoires impayables avec ces rencontres fortuites dans les aéroports.
Je pensais que "bouquiner" s'expliquait par l'origine animale de la reliure du livre,qui était fabriquée en peau de veau ou de bouc.
Anne-So, ravie que vous ayez découvert Girard, j'ai adoré le lire.

Mais c'est plutôt dans La violence et le Sacré ou dans Des choses cachées depuis la fondation du monde, que Girard a développé sa théorie du bouc-émissaire, que je trouve un peu catholicisante.

Dans Mensonge romantique et vérité romanesque, sa thèse géniale, il est effectivement davantage question de médiation triangulaire du désir, comme vous en faites le résumé luckylukien (qui tire....). Et nonobstant votre remarque, je pense que cela n'a pas mis la psychanalyse aux oubliettes, cela a juste donné une superbe théorie littéraire qui fonctionne très bien en analyse critique chez Stendhal ou Flaubert.

http://anthropia.blogg.org
J'ose :

J'adoooore vous bouquiner ;)

Bon ok, je sors ^^

Merci tout plein, j'ai énormément appris avec le mot "bouc". C'est tjrs très instructif, et je ne me lasse jamais de vous lire :)
Du temps de Charlemagne les James Bond s’appelaient « missi dominici » (envoyés du maître).

Ils allaient en couple, un clerc et un laïc pour inspecter les autorités locales.

Le bouc émissaire n’a pas droit à la Justice, il n’a pas le droit de se défendre, un comble pour les magistrats.
Mention spéciale à:
"Il y a bien aussi Capri mais bon, c’est fini."
c'est artichaut avec un t!!

toute fin de cet amusant papier!
j'ai connu une petite fille qui à cinq ans, souffre douleur de ses petits camarades, s'est déclarée être leur "bouquet de misère".
très en forme ce matin Anne-Sophie, bravo pour la chronique !
mais perso je ne mets pas MAM du côté des boucs émissaires ; bien au contraire, elle est du côté de ceux qui polluent le système politique !
depuis les années qu'elle est dans la place, et ne veut à aucun prix la quitter, elle est prête à bouffer à tous les [s]râteliers[/s] ministères sans qualification particulière ni pour les uns, ni pour les autres !
j'appellerai ça plus de l'opportunisme que de la bouc-émissarité !

le bouc émissaire est plutôt du côté victime, et celui qui lui avait donné la meilleure solution pour en sortir c'était PENNAC, en proposant à Monsieur Malaussène d'en faire un métier : bouc émissaire d'accord, mais alors payé pour....

quand la clique du suprême, se défend en nous disant que ses vacances ne coutent rien au contribuable, il parle du contribuable français, mais tout cela coute forcément au contribuable tunisien ou égyptien ?!....
cela, le suprême s'en lave les mains !

hier soir (parait-il :)), il nous disait qu'à l'avenir la clique ne voyagerait plus qu'en adéquation avec la politique étrangère de la France ??? que faut-il en conclure avec un suprême qui sert la main à Khadafi, Hu Jintao et el-Assad, mais par contre ne s'entend pas, mais alors pas du tout, avec Angela Merkel ??? que c'est fini pour la clique les vacances en Allemagne ? c'est bien ça ??
(et à propos, pour la presse allemande MAM aurait dû démissionner depuis longtemps, ça va pas lui donner envie de visiter Berlin pour ses prochains congés pfff)

nb : euh le premier cocu chez Molière c'est Sganarelle non ?
Bravo pour cet article, très intéressant.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.