46
Commentaires

L'aveu caché de Sarkozy

On avance. Lentement, mais on avance.

Derniers commentaires

la démocratie? c'est quoi ce machin? expliquez-moi. Si parmi vous un grec, voire un portugais ou un irlandais peut me l'expliquer, merci d'avance.
Ce qui dérange finalement ce n'est pas sa médiocrité et sa vulgarité. Ce sont les rires des journalistes embarqués Cela rappelle une certaine conférence de presse où Joffrin avait servi de tête de turc. Ces rires sont INSUPPORTABLES. Alors,que ce soit à la télé ou ailleurs,ils sont subjugués ?ils ont la trouille ? Ils n'ont rien à opposer à un bonhomme dont le pouvoir est éphémère...5 ans,ce n'est pas long!
Je l'avais entendue, la petite concession, mais vous la mettez tellement bien en lumière, DS.

Quant aux rires, je dois avouer une chose, c'est que je rirais aussi si j'étais en face de lui, comme on rit devant un fou, qu'à un tel poste un homme puisse parler ainsi, c'est tellement sidérant, qu'on a forcément un rire gêné.

Contrairement au rire au moment de l'humiliation de Joffrin, je pense que ces rires de journalistes commencent à sentir le sapin, rires de désastre annoncé, une forme de cynisme devant cet homme qui va droit dans le mur, rires de quolibets rentrés, comme dire à un parano qu'il est parano ? On n'y parvient jamais, on ne peut que le lâcher au pire moment pour lui, sans un coup d'oeil en arrière, nous/ils/les Français se détourneron(s)(t) de lui, en lui collant tout sur le dos, sans nous/se souvenir que nous/ils/les Français avon(s)(t) eu notre phase d'hystérique soutien, d'espoir irrationnel.

Comment finit un paranoïaque ? Comment a donc fini Nixon ?

http://anthropia.blogg.org
Il ya un autre "aveu" dans cette conversation :

(NS) Qui dit ça ? Mais enfin, écoutez, jamais. Je n'en ai aucun souvenir. Vous voyez le ministre du Budget qui va signer un document pour donner son aval à une société luxembourgeoise ?

Les derniers qui se sont réfugiés derriere l'amnésie (De Maistre, Woerth, ...) l'ont utilisé car ils savaient très bien que la justice était sur le point de prouver leur culpabilité, et que donc ils ne pouvaient plus nier formellement.

On a donc ici deux semi-aveux par NS de son implication dans l'affaire. Et cette conversation n'a failli jamais sortir ???
Citation DS : "Fascinant, ce sketch".
J'ai décidément l'esprit mal tourné, j'avais cru lire "fascisant".

Blague à part, à propos d'aveu caché, un de mes passages préférés, c'est quand sarkozy dit :
"Mais enfin, écoutez, jamais. Je n'en ai aucun souvenir."

Quand une affirmation qui se veut aussi ferme et définitive que ce "jamais" est immédiatement suivie de "je n'en ai aucun souvenir"...hmmm...

Par contre, un peu lassants, les gags récurrents du genre : "Vous voyez le ministre du Budget qui va signer un document pour donner son aval à une société luxembourgeoise ?", ça commence à sentir le réchauffé (voire le roussi?), va falloir qu'il se renouvelle un peu sinon ça risque de finir par se voir qu'il prend les gens, tous les gens, pour des cons.
Voté pour Clémentine. Rien à ajouter. Si, tout est bon même le pire, pour cacher l'essentiel. Ras-le-bol.
comme je l'ai dit sur l'autre forum, toute cette mascarade n'avait comme but principal que de descendre Mediapart. C'est la ligne du gouvernement, c'est ce qu'a fait Nadine Morano l'autre soir (je ne sais plus dans quelle émission TV), en séparant bien Mediapart des autres journaux, mais on pourrait réécouter Paillé sur la ligne j@une, c'était exactement pareil, ou réécouter Bertrand etc. C'est toujours la même antienne contre le journal calomniateur, le Gringoire moderne. Toujours le même souci de le mettre hors jeu, de discréditer son travail et le professionnalisme de ses journalistes.

Pourquoi ne pas faire un dossier sur les liens Plenel-Villepin, ce qui pourrait justifier l'acharnement des sarkozystes… Ces liens existent-ils, quels sont-ils, Mediapart fait-il vraiment une campagne de désinformation, ou fait-il son travail, sans tenir compte des "amitiés" de son fondateur ?
Voilà des questions dont on aimerait avoir les réponses.

… moi j'ai surtout remarqué que dans la transcription texte d'@si de cet épisode, les seules fois où sarko a cité Mediapart n'ont pas été transcrites… ça la fout bien !
"Pour la première fois, me semble-t-il, Sarkozy admet la possibilité que le ministère du Budget, sous son autorité, ait été à l'origine de la création de la fameuse société franco-luxembourgeoise Heine, qui avait pour fonction d'organiser le versement de commissions aux intermédiaires, dans les affaires de ventes d'armes. Sarkozy, dans le texte: "Y a-t-il un document qui montre à un moment ou à un autre que j'ai donné instruction de créer des sociétés luxembourgeoises ? Alors peut-être que le ministère l'a fait à un moment, j'ai été ministre du Budget deux ans, mais moi non, jamais "

Un aveu de quoi ? Le Ministère aurait créé des sociétés luxembourgeoises ? Et à quel titre ? Et pour verser des pots-de-vin à une faction du RPR ?
Je veux bien croire que les fonctionnaires sont aux ordres, et pour ceux qui sont dans des affaires sensibles, ça peut poser de gros problèmes de déontologie. Mais c'est contraire à la loi, et je ne crois pas qu'un fonctionnaire, même le plus ambitieux et le plus carriériste, se risquerait à couvrir une chose pareille. Sans parler des risques de fuite..... Les délinquants évitent de mêler directement l'état à leurs affaires, même s'ils le contrôlent.

Si ces rétrocommissions, d'une part existent vraiment, et d'autre part ont provoqué indirectement la mort de citoyens français, c'est à la justice de le constater, et aux journalistes de demander des comptes à ceux qui refusent de laisser la justice faire son travail. Si à chaque fois que celui qui est accusé lance la meute sur le premier venu en dépit du bon sens, ça marche, on n'est pas sortis de l'auberge.....

Depuis que Sarkozy sait que Karachi le rattrapera un jour (et il le sait) depuis qu'il sait qu'il devra fatalement s'expliquer, est-il imaginable qu'il ne se soit pas rafraichi la mémoire, sur la création de ces sociétés franco-luxembourgeoises alors qu'il était ministre du Budget ?"

Il le sait ? il s'est sorti de situations aussi déplaisantes. On se demande comment, et je n'ai pas d'autres explications quant à moi que la stupidité des médias qui ont couru après tous les leurres qu'il leur a désigné. Si vous avez parlé de maître de l'agenda, c'était bien tout-à-fait ça.

Que ce début d'aveu, formulé devant des journalistes, n'ait pas immédiatement donné lieu à des dépêches et à des compte-rendus, en dit long sur une technique de camouflage à laquelle on ne réfléchit pas assez: le nuage d'encre.
........

Et pour que nous ne soyions pas accusés, une fois de plus, de donner des leçons à la confrérie entière, je répète que nous nous incluons volontiers dans la bande des victimes du procédé

Trop tard, DS, votre réputation est bel et bien faite. C'est pour ça que je suis à @SI. L'idée n'est pas de critiquer a priori, mais de mettre le doigt là où ça fait mal.

D'ailleurs, une question que je me posais sur la double attitude des médias avant et pendant les élections, a trouvé son explication par vos derniers articles. Cette fascination pour l'hyperdominant, y compris par les journaux les plus soixante- huitards à l'époque, l'obéissance non assumée au regard du tigre.
Si Sarko les prenait à part et se les mettait dans la poche, pour préparer le terrain et voir un peu l'humeur, en sortant des moqueries pour ceux qui la ramènent, et en les intimidant ainsi, plus rien ne m'étonne.

Le off, je le comprenais par : les journalistes sont en train de parler avec un responsable, à bâtons rompus, et ce n'est pas officiel, Et je comprends que personne ne peut en permanence faire attention à ce qu'il dit. Mais que ce soit ainsi organisé, avec des termes militaires, comme briefing, c'est tout-à-fait différent.

Et ça dure depuis combien de temps ? C'est ça l'important. Non ?
En fait pour moi la stratégie de Sarkozy(qui a due lui être soufflée) est un emprunt à Romain Gary: http://dinosaures.go1.cc/wordpress/
Vous m'objecterez que c'est ptet plus ancien mais quand même ça m'y a lourdement fait pensé.
Bonjour
Ah elle est belle notre "élite"
Elle ne vaut pas tripette, pas étonnant que la France périclite.
Et en plus, ce genre de comportement rassure les "marchés" !!!
Ca ne me rassure pas du tout sur les modes de gestion du monde actuel.
Il faut dire que l'on marche sur la tête : les ultra-libéralistes prennent comme exemple un régime communiste dur !!!
A part ça, je vais retourner cultiver mon jardin…
Ce que je constate c est que la presse aprés avoir encenssé Sarko le trouvant formidable ,moderne ,trés intelligent, avec la rupture ect..Sarko les appelant par leur prenom, les tutoyant , quelle belle lune de miel et puis patratac en plein dans la gueulle,les journalistes battus et cocus ne savent plus ou donner de la tete ,eux qui l ont soutenu avec l amour d une pucelle prette a se faire deflorer, se retrouvent traités,insultés comme une vieille roturiere de bas etage...Je me gausse...a force de lécher ça laisse des traces
Il y a, à mon sens, une double tentative dans la communication présidentielle : l'enfumage comme l'a bien révélé un @sinaute et aussi la victimisation, les deux étant liés car jouant sur un ressort commun. En effet, le président lâche que peut être le ministère du budget aurait créé des sociétés au Luxembourg, ce qui est quand même énorme, et derrière ça il enfume avec le coup du journaliste pédophile. Émoi des journalistes, buzz autour du nouveau dérapage présidentiel, et on oublie un peu l'énormité qu'il a évoqué... Sauf que cet émoi, il est limité à la sphère médiatique et utilise une rhétorique bien connue qui consiste à taper sur les journalistes. Belle tentative d'exploiter un filon, celui de la décrédibilisation de la classe médiatique, il est vrai déjà bien avancée. Cela lui permet de se positionner en victime de la classe médiatique qui ne chercherait qu'à lui nuire et on oublie encore un pue plus le fond de l'affaire. La ficelle est un peu grosse ? A voir...


PS : désolé pour ceux qui ont déjà lu ça sur l'autre forum, erreur de localisation du message...
curieux quand même cet aveu , surtout quand on pense qu'il demande au journaliste d’enquêter, de faire leurs travail (j'ai même l'impression qu'il a fortement envie qu'il y est une enquête ) il a fait un truc très flippant, un coup de poker, et je crois qu'il ne bluff pas, il a un putain de jeu, mais il fait mine qu'il est cuit, histoire qu'on le suive !
moi je crois que si il y a enquête sur cette société écran quelqu'un d'autre qui va tomber, il le sait, il la souhaite ! mais qui ?
je suis surement parano, mais je ne pense pas qu'il laisse une quelconque place à l'accident verbale ou au lapsus !
Entendu sur France Info ce matin : bande son son publiée par libé et mediapart...pourquoi @si n'est-il pas cité?
Ce mea culpa vous honore.

Quant à moi, j'ai envie de dire le malaise qui m'a gagné à l'écoute de la bande-son d'hier soir, bande-son qui a été mise en ligne après que j'ai écrit mon commentaire.

C'est pire que ce que je pensais. La comparaison par l'absurde de Sarkozy entre les "fausses" accusations dont il est la pauvre victime (Bettencourt, Karachi, Clearstream) et celle porté à un journaliste présent d'être pédophile, est d'un goût plus que douteux.

Mais la vulgarité est une des principales caractéristiques de cet homme.

Non, ce qui est pire finalement - et j'ai relu l'article de Mediapart qui a lancé l'histoire - c'est la façon dont ont été présentées les choses. A le lire, on avait l'impression que les journalistes étaient scotchés devant une insulte faite d'abord à l'un de leurs, puis à tous, par un Sarkozy éructant de rage.

Et on a quoi finalement ? Une bande de journalistes rigolards - comme vous l'avez indiqué dans le titre de votre article formidable d'hier soir - devant les paroles grassement grossières de Sarkozy assez calme. Très ramassé certes, mais pas surexcité.

Je ne m'arrête bien sûr qu'à la forme - non au fond dont il y aurait beaucoup à dire d'ailleurs - et dont DS nous pointe fort judicieusement un élément primordial ce matin.

Mais c'est cette forme qui me gêne beaucoup, ce silence de trois jours, puis cet article basé sur le "on m'a dit que et y sont quatre à l'avoir fait", ce fameux "off", cette preuve audio qui n'existait pas, cet emballement hystérique qui en a résulté.

Il y aurait beaucoup à dire de la façon dont cette histoire a été traitée, de la façon dont les médias n'ont pas fait leur boulot, puis mal fait. Dans une émission. D'Arrêt sur Images, par exemple.

N'est-ce pas Daniel ?
Le Président de l'Assemblée nationale est le quatrième personnage de l'État ! Cela ne lui suffit pas! Son inculture, sa nullité sont affligeantes. Il n'a pas les compétences d'un élève de 3ème et il nous gouverne. Honnêtement, il y a de quoi pleurer!
Bien vu, Heine !!!
Et (bien entendu) bien entendu !

Turlututu
Si j'ai bien compris ce que dit le gagnant de la course à l'échalote de mai 2007, ça ne dépasse guère le propos de bistrot. Je veux bien qu'il s'agisse d'une classique diversion (et d'un "second degré" comme dit ce matin Laurent Joffrin) mais question bistrot et "second degré", Coluche était nettement meilleur. Je voterai donc pour Coluche à la prochaine présidentielle (heu... j'ai dû me tromper). Petite remarque pour la profession : il leur faut trois jours pour avoir des couilles dans le pantalon à ces journalistes (dames comprises) ? Ben mon colon... On voit bien où mènent des formatages à Sciences Po. Allez a ciao !
Je suis consternée par l'intérêt que suscitent en moi ces multiples feuilletons à rebondissement.
Sans doute le talent d'@si est-il un des puissants moteurs de cette addiction, mais je suis tout de même navrée de constater ma parallèle ignorance des ressors retors de la politique belge. Y'a de la matière pourtant !
Faut reconnaître que les acteurs au pouvoir en Belgique sont bien moins distrayants !
"une bande-son, que nous avons diffusée hier soir"
@si a t il fusionné avec libé?
Ou est-ce-que Daniel, mal réveillé, pensait qu'il écrivait un article dans libé ;)
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.