33
Commentaires

La vie de banlieue, mode d'emploi

Derniers commentaires

L'écriture inventive de Georges Perec fait son entrée à la Pléiade
Excellente chronique !
J'avais causé d'un quartier de banlieue il y a quelques temps https://cafemusique.wordpress.com/2010/08/13/un-petit-sejour-au-%C2%AB-quartier-%C2%BB/
et suggère cet excellent reportage de france ô "le village vertical" (pardon pour la mauvaise qualité)
http://www.dailymotion.com/video/kmC5r42Egzd5LF1LVWt
http://www.dailymotion.com/video/kjx9z0pBr9dKv51LWo7
http://www.dailymotion.com/video/k3jdobxowX0vo41LWwg
http://www.dailymotion.com/video/k5ma59xDeggVml1LWgN
Épigraphe: "Rien ne vaut contre la vie humble, ignorante, obstinée" (L'Échange).
Albert Camus, Carnets, janvier 1942-mars 1951, p. 310
Et ça non ? http://www.dailymotion.com/video/x6nztn_academie-des-neuf-avec-l-equipe-de_fun :-)

Et même si elle est horizontale et non verticale, ça m'a fait penser à Dogville.
Pardon d'être hors-sujet....

Je m'alarme de voir que nulle part dans la presse, (à part le Nouvel-Obs) et pas plus sur Médiapart qu' ici-même, il n'est signalé que se déroule en ce moment, au Paraguay un coup d'Etat "légal" (?) visant à destituer celui qu'on a appelé " le président des pauvres", Fernando Lugo.

Une machination contre la démocratie, semble-t-il.

Pourrait-on avoir des informations fiables sur ce qui se passe vraiment au Paraguay, svp?
(hé, oui, c'est votre métier, après tout...)
Perec a-t-il écouté Physical graffiti de Led Zep avant de s'attaquer à la VME ?

Plus sérieusement, B4, que je ne connaissais pas, me fais penser à La France d'en face, qui passait il y a quelques années sur Canal Plus, bien avant Scènes de ménage sur M6.
Et Hoogstraten, alors ?
Vous ne connaissez pas ?

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

excellente analyse. la vivisection de nos vies ordinaires ne coutent rien à être filmées !!!
Merci pour la beauté de cette chronique et l'émotion qu'elle suscite.
On peut également citer les travellings sur des "bâtiments" en coupe dans les films de Wes Anderson – un navire, dans La Vie aquatique ou un train dans A bord du Darjeling Limited.
Du rouge au vert tout le jaune se meurt
Quand chantent les aras dans les forêt natales
Abatis de pihis
Il y a un poème à faire sur l’oiseau qui n’a qu’une aile
Nous l’enverrons en message téléphonique
Traumatisme géant
Il fait couler les yeux
Voilà une jolie jeune fille parmi les jeunes Turinaises
Le pauvre jeune homme se mouchait dans sa cravate blanche
Tu soulèveras le rideau
Et maintenant voilà que s’ouvre la fenêtre
Araignées quand les mains tissaient la lumière
Beauté pâleur insondables violets
Nous tenterons en vain de prendre du repos
On commencera à minuit
Quand on a le temps on a la liberté
Bigorneaux Lottes multiples Soleils et l’Oursin du couchant
Une vieille paire de chaussures jaunes devant la fenêtre
Tours
Les tours ce sont les rues
Puits
Puits ce sont les places
Puits
Arbres creux qui abritent les Câpresses vagabondes
Les Chabins chantent des airs à mourir
Aux Chabines marronnes
Et l’oie oua-oua trompette au nord
Où les chasseurs de ratons
Raclent les pelleteries
Étincelant diamant
Vancouver
Où le train blanc de neige et de feux nocturnes fuit l’hiver
O Paris
Du rouge au vert tout le jaune se meurt
Paris Vancouver Hyères Maintenon New-York et les Antilles
La fenêtre s’ouvre comme une orange
Le beau fruit de la lumière

Guillaume Apollinaire, Ondes, Calligrammes 1918

En association avec Robert Delaunay >>>>> Windows open
Particulièrement émue par cette chronique, aujourd'hui : mon exemplaire de la VME à moi, en édition Livre de poche, je l'ai laissé à Montréal, en même temps qu'un amour... C'était un peu le dernier livre de ma vie d'avant, et je me souviens l'avoir lu très lentement, retardant l'échéance...

Je me souviens, comme dirait l'autre, qui aurait aussi pu être québécois...
Merci Alain pour ce voyage...

Il manque quand même la scène culte de "Playtime" avec les immense baies vitrées et les télés faisant office d'amis !.
Rigolo, j'ai aussi pensé à Tati...

Merci Alain.
gamma
Encore plus rigolo.................,moi aussi j'ai pensé à "Playtime" de Tati.
bizarre bizarre, moi je pense à mon oncle, et je le prouve:
http://www.youtube.com/watch?v=6mtluyHcOnk
Enfin si vous avez une minute à perdre, cliquez donc. J'ai ri car je ne me souvenais plus par où il arrivait à sa porte.
Bravo Poisson, vous êtes allée droit au but !
Richesse inépuisable des chroniques d'Alain et des forums y afférents !
Je n'ai pas tellement envie de voir ces portraits de tour de banlieue. Je ne veux pas qu'ils se substituent à mes authentiques souvenirs, de ma tour, de ma banlieue. Et je sais bien qu'entre comment les gens de mes tours se seraient raconté à d'autres et comment je les aurais raconté à d'autres, il y aurait eu des grosses différences. Étaler leurs histoires, ce serait mal. Dire une anecdote sur chacun se serait comme les juger en les réduisant à ça et donc les juger mal. Ce serait les jeter en pâture et sans m'y jeter moi, c'est mal.
Écouter se raconter la tour B4, me faire prendre à témoin, je n'ai pas envie, en sachant qu'il y a la réalité qu'on cache, et que l'occasion est belle de la cacher mieux, en fixant "sa vie rêvée" pour l'éternité face à la caméra, ou bien à l'inverse gros risque de se faire voler son authenticité par un cinéaste qui va cacher ce qui le dérange ou étaler quelque chose qu'on assume pas et qu'on n'a pas fait exprès de montrer.

edit: je suis mal placé c'est l'émotion!
Et un cacheton de plus,
dur dur.
quelle soirée.
gamma
Pour le souvenir poisson, il y a ce documentaire

DOCUMENTAIRE >>>>> sur la chaine parlementaire /public sénat
Ils ont filmé les grands ensembles
Durée : 52 minutes

Je collecte des films amateurs en banlieue parisienne, films super 8 mm tournés dans les années 60-70 par des habitants des grands ensembles. J'aime leur façon bien à eux de raconter cette banlieue de tous les jours, cet ordinaire fait de jeux d'enfants, de promenades dominicales sur fond de barres et de tours. Les habitants commentent et se souviennent... Se dessine une histoire intime de l'urbain : les grands ensembles dans les films de famille.
Bien évidemment.
Version Bombay, le roman Last Man in Tower d'Aravind Adiga (2011)
http://3.bp.blogspot.com/-pWSNn-mszSU/Tfi35kR5mSI/AAAAAAAAACY/yFm6eannv7s/s1600/Last+Man+in+Tower.jpg
Première réaction: ( Ça fait réagir: où va-t-il chercher tout çà ?) Les objets fractals, dont l'aspect à la loupe est identique à l'aspect sans loupe. C'est l'un des principes de la sculpture-architecture gothique: Quand on s'approche de la cathédrale, on découvre de petites cathédrales qui elles mêmes etc. Ça a une immense portée métaphysique, qui d'ailleurs m'échappe totalement, ce qui fait que je vais reprendre un autre cachet.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.