52
Commentaires

"La télé tue" : le Monde en a-t-il trop fait ?

"C'est scientifique : La télévision tue". C'est par ce titre accrocheur, à la Une, que le Monde présentait dimanche dernier une double page dans le supplément sciences. Un article y fait la synthèse de plusieurs études scientifiques récentes, qui alertent sur les dangers de la télévision. Une étude semble particulièrement alarmante : chaque heure passée devant la télévision amputerait l'espérance de vie moyenne d'un adulte de 21,8 minutes. Faut-il pour autant en conclure que "la télé tue" ? Est-ce la télé elle-même qui est dangereuse, ou d'autres éléments qui lui sont liés, comme l'inactivité, ou le grignotage qui entraîne l'obésité ?

Derniers commentaires

Concernant, l'impact de la télévision sur la mortalité, je n'ai pas de faits à étayer qui viendraient prouver inéluctablement la capacité à broyer l'espérance de vie de la machine médiatique.
Je n'ai que des constatations partiales et des points de vues.

Étant souvent penché très tard sur mon ordinateur pour des recherches ou bien sur ma console pour des meurtres, j'ai en général tendance à me réveiller difficilement le matin.
C'est pourquoi, je règle mon réveil sur radio afin d'éviter de l'éteindre et de me rendormir.
L'engrenage immuable que constituait le déroulement de ma journée commençait par une purge. Écouter un animateur dont la qualité principale était d'avoir un timbre et un rythme de voix conforme au produit qu'est la station de radio qu'il représente.Mais bon, il n'y est pour rien, il faut bien passer le temps entre deux pages de pubs.

Étant citadin sans permis, je n'ai pas le privilège de laisser mon auto foncer vers une chaine de montage ou bien un platane. C'est pourquoi je prends le métro et lis des journaux publirédactionnels qui ont pour seul mérite la gratuité. D'ailleurs toutes ces saines lectures ont étés pour moi une école de tolérance, car je l'avoue, tous ces faits divers concernant des lectrices de magasines féminins que l'on retrouvaient mortes de malnutrition dans les rayons cosmétiques à coté du rayon traiteur me rendaient affreusement misogynes. Puis j'ai un magazine pour hommes ou des sondages interrogeaient des femmes qui trouvaient que les hommes avait la peau du visage mal entretenue et le torse trop poilu. Contrairement au monde diplomatique, ces magazines proposent des solutions. Mais voila, au moment ou j'ai dégrafé la page centrale pour utiliser le pénisomètre, je me suis rendu compte que mon sexe n'atteignait pas les vingt deux centimètres qui me permettraient d’être comme tout le monde.(j'y étais presque)

Je me suis donc désolidarisé du contenu consumériste de ces magazines et ai constaté que la femme objet n'avait à faire valoir que son antériorité.

Après toutes ces agressions matinales, je dois travailler plus pour gagner plus!
Ou du moins je devais....
Je suis actuellement sans emploi.

Heureusement que pour me détendre après une longue journée, il y a la télévision...
J'arrive avec retard, je n'ai pas lu le forum, désolée si la question a déjà été posée ou le souhait plutôt. J'aimerais une étude sur l'utilisation abusive d'Internet, de l'addiction à la sur-information, même les meilleures et de la pratique des forum .... Le Ternet tue-t-il ? avec les mêmes conséquences indirectes que l'usage de la télé, sédentarisation, alimentation sur le pouce, manque de sommeil ... surchauffe des neurones.


Une toute petite remarque à Laure, sur les accents circonflexes : vous êtes atteinte de scheidermannite aigûe ? Exemple : psychiâtre ;-))
Merci beaucoup pour ce résumé.
Je n'ai pas d'opinion franche sur le fond mais j'ai trouvé la lecture du "jeu des trois figures" très intéressante.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Réduire ces études, pour en conclure que la télé tue; est un raccourci des plus néfaste. Et surtout complétement faux lorsque le sujet est présenté ainsi. Ces études ne sont pas fausses en elle même mais les interprétations retransmises dans la presse et les raccourcis pris par les articles de presse le sont certainement. C`est toujours pareil pour chaque sujet scientifique qui est vulgarise en une simple colonne dans un journal, c`est un débat éternel; le dernier exemple en date étant l`observation effectuée sur les neutrinos.
La télé n`a aucun pouvoir meurtrier pas plus qu`elle ne rend aveugle. Les facteurs entrants en compte sont l`activitee physique et mentale du sujet regardant la télévision et la durée d`exposition. De plus meme la qualite des programmes visionnes n'est pas un facteur. Je peux tres bien regarder quelque chose comme ''secret story'' ou le 20h de la 1 (programmes possiblement peu stimulant voir abrutissant) mais ne pas être intellectuellement passif; c'est a dire produire un raisonnement, une pensée complexe en interaction avec ce que je vois et produire une analyse plus profonde que ''Regarde! Jess a gifle l'autre pouf, bien fait pour elle''.
Ce que ne peux pas l'enfant d'un certain age ( c'est le problème) et aussi une partie de la population adulte. De même pour les habitudes de consommations alimentaires. Ce qui ''tue'' c'est la ''passivité'' mais les causes de la passivité ne viennent pas de la télé. C'est identique pour tout, ce qui compte ce n'est pas ce que l'on est en train de faire (regarder un film, les pubs, jouer a un jeu vidéo, surfer on the web ) c'est notre comportement lorsqu'on le fait notre ressenti ce que nous en tirons, la façon dont on le fait. C'est notre individualité qui entre en jeu. La qualité intellectuelle du film, du jeu, du livre ne compte que comme support de notre réflexion mais ne présage pas de la qualité de celle ci.
Les choses viennent de l’éducation, et se jouent a l'enfance mais il n'y a pas de schéma éducationnel universel qui s'applique a tous.
On peut très bien avoir passe une moyenne de plus de 5 heures par jour pendant l'enfance ne pas subir d'abrutissement et de prise de poids et être passe a moins d'une heure une fois adulte.
Ces études ne sont qu'une image statistique. Leur angle de présentation par la presse est une imposture.

Mon clavier qwerty ne me permet pas d'inclure tout les accents notamment pour les ''a'' non verbaux. Je m'en excuse.

Je suis tout a fait d'accords avec le message precedent de hanling.
De toute façon, le problème est en amont du débat médiatique:le manque de sérieux scientifique des producteurs de ces études. La détermination des causes d'un phénomène dans une étude statistique multifactorielle nécessite un examen de l'ensemble des corrélations et une prudence dans les conclusions.
Je suis scientifique (en sciences dures comme on dit), et trouve, en cette qualité, navrante la compréhension des modèles statistiques qu' a une grande proportion de scientifiques en médecine, biologie et sciences sociales. Malheureusement, ces "scientifiques" font autorité même lorsqu'ils disent des âneries. Et beaucoup de journalistes, accompagnés de militants de causes particulières (pédopsychiatre, etc.) se retrouvent à divulguer, utiliser, discuter de la vacuité en barre.

Sur le thème qui nous concerne:
Il est facile d'établir qu'il y a corrélation entre regarder la télé et perdre de l'espérance de vie. Par contre, dire qu'une cause de la perte d'espérance de vie est de regarder la télévision est un pas scandaleux, scientifiquement parlant. Il n'y a pas que l'inactivité devant la télévision qui peut être la réelle cause du problème; il y a d'autres corrélations qui, quand on les prend en compte, mènent à perdre la trace de la ou des véritables causes.
Exemple de corrélation possible: le temps de télé dépend-il des conditions sociales? Si oui, ne sont-ce pas ces conditions qui expliquent les différences. J'incarne cet exemple: si les ouvriers regardent plus la télé que les autres classes sociales; si, par ailleurs et comme on le dit souvent, les ouvriers ont une espérance de vie moindre que l'ensemble de la population, ne retrouve-t-on pas dans ces résultats sur la télé l'espérance de vie réduite des ouvriers? Faut-il abandonner, grâce à ces études, l'explication que les ouvriers travaillent trop durement au profit de celle qui consisterait à dire qu'ils regardent trop la télé? Non sens, bien sûr.

Cet exemple n'en est qu'un parmi d'autres.

Enfin, pour alimenter les débats à la mors-moi-le-nœud, Je vous propose d'autres résultats statistiques:
-les polytechniciens sont indiscutablement plus grands, en taille, que la moyenne. Cela est vrai en général pour les classes supérieurs. En déduirait-on que nos dirigeants sont statistiquement d'une autre race? Faut-il imputer cela aux habitudes alimentaires?
-les 10% des hommes les plus petits se marient 13% de moins que les 10% les plus grands. Les femmes choisissent-elles les hommes grands? Ou les polytechniciens?

Bref, les corrélations sont nombreuses et complexes, et shunter les données sociologiques (goûts, habitudes, capital culturel, capital économique,etc.) a des conséquences néfastes pour la science.
Merci pour l'article. C'est vraiment n'importe quoi (la fausse étude, pas l'article !).
La télé tue... on m'en dira tant. Et je crois que le forum est quasi-unanime, une fois n'est pas coutume.
Regarder la télé en faisant le ménage tue-t-il (si c'est le ménage qui tue, j'arrête tout de suite) ? Laisser la télé allumée un soir pour jeter un coup d'oeil sur le débat des primaires tout en refaisant le monde avec des amis tue-t-il ? Lire les forums d'@si tout en écoutant la dernière émission d'@si tue-t-il (deux fois plus peut-être, qui sait ?) ?
C'est ri-di-cu-leeeeee.
Je suis clairement de la génération télé (années 1980s, pas encore internet, et la télé arrivée à son apogée je pense). Et alors ?
Ah si, peut-être que, comme Sophie, si j'avais moins regardé la télé, je serais plus intelligente. Ou plus conne. Ou pareille. Je serais sans doute écartée de pas mal de conversations sur le cinéma, la politique, etc.
Ouais... Moi je passe surtout des heures assise à bosser sur mon ordinateur, alors j'en conclus que travailler tue...

Je n'ai quasiment jamais le temps de vraiment regarder la télé (j'entends par là me poser devant), je la mets souvent en "fond" en faisant autre chose. Pourtant je passe certainement autant de temps assise que si je regardais la télé.

Je suis très sceptique sur les études dénonçant les soi-disant effets négatifs de la télévision et des jeux vidéos, et sur les parents qui les interdisent aux enfants pour leur bien. J'ai découvert plein de merveilleuses choses en regardant la télé.
J'ai aussi toujours fait du sport et de la musique. A mon avis c'est surtout l'absence d'autres activités, plus que le fait de consommer ou non de la télé qui détermine les effets sur la santé.
On sait que ces études ne valent rien.
Premièrement, qui compte les heures devant sa télé à la virgule près, pour reprendre un fil de discussion perdu sur la précision?
Deuxièmement, on sait que la maladie d'Alzheimer a été longtemps un fourre-tout, que le vrai diagnostic est fait en biopsant le cerveau, mais après la mort of course pas avant car on ne serait pas trop guéri, et qu'il est récent qu'on ait amélioré la chose du vivant du malade.
La maladie d'Alzheimer serait-elle due à la position assise, quel moyen aurait-on de discerner entre les causes?

L'intuition qu'on a, est que l'usage permanent de son intellect le préserve des défaillances liées à l'âge (voir les académiciens, les intellectuels pratiquants Claude Levi-Strauss, etc.). Des études le disent aussi, Mr Le Monde.

À la télé, (ou à la radio tiens pourquoi pas d'étude sur l'effet de la radio? La télé se prête à tout , mais la radio moins) parfois on écoute quelqu'un qui nous rend intelligent, car l'intelligence est en wi-fi, elle diffuse dans le vide entre les êtres humains. Est-ce qu'une étude, qui ne fait pas le distinguo entre ce qu'on regarde, a un sens? Ce serait juste les rayons gamma de la télé? Si on décale le canapé c'est mieux?

Sur Libé le titre aurait été: la télé m'a tuer. C'est là toute la différence.
Je ne sais pas si elle tue mais elle est une formidable aubaine pour l'insomniaque puisqu'elle parvient parfois à l'endormir...
Que la télévision ne tue pas directement ça n'est pas une surprise. Mais le manque d'activité physique et intellectuelle, le manque de sommeil sont bien des conséquences d'un visionnage (plus ou moins important) de la télévision. Et ces conséquences ont des impacts sur la santé. À partir de là, je ne vois pas en quoi il serait plus abusif de dire que la télé tue, plutôt que le tabac tue.
Serge Tisseron... Je me souviens l'avoir découvert à la télé, invité a de nombreuses reprises sur le plateau d'ASI. Il a toujours mis en avant le rôle essentiel de l'éducation à l'image. Vouloir l'attaquer sur ce terrain est ridicule.
N'empêche quelques seconde de recherche dans la littérature scientifique permet de trouver des résultats assez clairs :

"Interpretation

Television viewing in childhood and adolescence is associated with overweight, poor fitness, smoking, and raised cholesterol in adulthood. Excessive viewing might have long-lasting adverse effects on health."

http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0140673604166750
"On peut se demander si le régime cathodique précoce de Sophie ne lui a pas couté ce petit supplément d'âme qui fait parfois la différence entre l'échec et le succès académique" ????
Et ce sont donc les Prix Nobel qui récoltent tous les "suppléments d'âme" ? c'est merveilleux. Beau monde hiérarchisé de bout en bout, classement par ordre de taille, l'aide-soignante ça craint, t'as raté ta vie, t'a pas de rolex, imagine, infirmière, c'était déjà un mieux, pas une réussite mais presque, et sans aucune seconde de télé du tout, même pas un téléZ à proximité, tu pouvais devenir architecte. ça c'est des gens qui réussissent leur vie. Quelle pitié.
N'empêche, c'est une honte : ce bonhomme utilise les mots "supplément d'âme" sans en avoir seulement un échantillon et ça ne choque personne.
[quote="chaque heure de télévision entre 40 et 59 ans augmente de 30 % la probabilité de développer la maladie d'Alzheimer", cite Foucart.]

Dit comme ça au bout de 3 heures et 20 devant la télévision vous avez 100% de risques de l'attraper. Donc Foucart écrit n'importe quoi ou
la citation est faite n'importe comment...
Je sais pas si la télé tue, je sais seulement que, pour la majorité de ses émissions, elle abrutit.
Ce Monsieur Foucart, et Le Monde, ont l'air de s'enflammer bien vite.

Ils oublient aussi quel est l'intérêt des recherches de nature scientifique : c'est de révéler des concomitances.

Par exemple, le fait que les malades d'Alzheimer ont regardé plus la télé que les autres peut être dû au fait que leur cerveau se détériorant au fil du temps, ils ont eu tendance à adopter souvent une activité où le cerveau n'était pas énormément sollicité et les laisse en repos physique, et de ce fait leur évite de faire fonctionner leur centre moteur et de décision.
La maladie se déclare au terme d'une très longue dégradation du cerveau, dont par définition on ne sait pas grand'chose puisqu'il faut ouvrir le cerveau pour constater les dégâts. Pendant des mois et des mois, tandis que les symptômes de la maladie s'aggravent, les médecins ne sont pas en mesure de poser un diagnostic certain.

Dans ce cas, ce serait Alzheimer qui serait la cause, et non la télévision qui serait la cause d'Alzheimer.

Il est possible aussi que les gens, et spécialement les enfants, qui regardent beaucoup la télé, pour des raisons diverses et variées, sont des gens sédentaires pour d'autres raisons, par exemple parce qu'ils ont du mal à se déplacer parce qu'ils sont en surpoids parce que des nuisances d'un autre type provoquent cette obésité,
Il est très difficile de reconnaître les effets des causes, et les causes des effets quand vous faites ce genre d'étude.

Il se peut aussi que la télévision soit responsable de tout, mais encore faudrait-il le prouver.

En tout cas, la télévision permet de s'ouvrir sur le monde d'une façon inouie, qui est bonne pour les enfants.

De là à ne pas surveiller leurs programmes, et la durée devant le petit écran.... Evidemment, il faut être très vigilant.

En tout état de cause, il est beaucoup plus difficile d'arracher un enfant à un jeu vidéo qu'à la télévision. Justement parce que c'est interactif.

Et même douze ans pour leur permettre les jeux vidéo, à mon avis, c'est trop tôt.

Je les ai permis au mien à onze ans, après quelques incursions dans des petits jeux réservés aux petits sur ordinateur, et neuf mois plus tard, il était totalement accroc, il ne parlait que de ça, de sa royale qui défonçait les nazis, comment il avait explosé Jedidu72. D'ailleurs j'ai encore du mal à l'en arracher, y compris lorsqu'il joue devant l'ordinateur avec un autre copain à côté de lui.

Même pour les envoyer jouer au monopoly, que mon fils adore, c'est l'enfer.
Mais c'est vrai que quand je leur trouve des choses géniales comme aller à la Cité des Sciences de La Villette, ou au jardin d'acclimatation, ils préfèrent ça plutôt que les jeux vidéos. Mais à quel prix pour mon porte-monnaie, malgré les abonnements ?

Et je pense sincèrement que trop regarder la télé ou jouer aux jeux vidéos, est un problème de classe et d'argent. Faute de mieux, d'argent, de temps, de culture appropriée, on laisse les enfants devant la télé ou les jeux vidéos.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.