5
Commentaires

La semaine où la com' a inventé la banane contre le racisme

La presse US et la vente d'Alstom, des pubs anti-avortement retirées par Google, une exécution-torture en Oklahoma, les anti-Google se radicalisent, la vraie vie des journalistes à la Maison Blanche, et la banane anti-raciste, qui avait été inventée par des communicants.

Derniers commentaires

LA SEMAINE OU LES FACHISTES UKRAINIENS ONT ASSASSINES 40 PERSONNES A ODESSA ET OU LES MEDIAS FRANCAIS ONT JUSTIFIE L'HORREUR PAR QUELQUES MENSONGES DE PLUS :
https://www.youtube.com/watch?v=a3Jd6wBLk24&feature=share
pour info

" La dernière édition du Dictionnaire moderne chinois publié il y a quelques semaines en Chine offre un échantillon de mots adaptés à la nouvelle donne politique.
Xianjiaoren désigne ainsi un " banana-man ", un Chinois élevé à l'étranger, jaune à l'extérieur, blanc à l'intérieur. " [...].

(brève citée dans Philosophie magazine, septembre 2012, - je viens de l'emprunter à la biblio)

NK, l'invité d'Agnès
La semaine où la com' a inventé la banane contre le racisme serait aussi la semaine où il ne s'est rien passé en Ukraine?
Et pourtant, si on en croit le site d'Olivier Berruyer (attention : lecture éprouvante, mais nécessaire), il y a quand même eu une cinquantaine de morts à Odessa, la plupart assassinés par les milices d'extrême-droite. 50 morts, ce n'est pas suffisant?

“Un système de propagande tendra invariablement à présenter les victimes d’exactions dans des pays ennemis comme dignes d’intérêt, tandis que celles auxquelles son propre gouvernement ou celui d’un État client inflige un sort identique, voire pire, seront jugés indignes d’intérêt. Cette différence qualitative se mesure à travers le degré d’attention ou d’indignation.
Bien que ce traitement différencié se produise à grande échelle, cela échappe complètement aux médias, aux intellectuels et au public. Et le ton général reste marqué de rigueur morale et de bonne conscience. Ce qui est la preuve d’un système d’endoctrinement remarquablement efficace. Une comparaison révélatrice est celle de la couverture médiatique du cas de Jerzy Popieluszko (prêtre polonais assassiné par la police de son pays en octobre 1984) avec celle, vers la même période, de l’assassinat de religieux dans la sphère d’influence des États-Unis. Dans notre modèle, le meurtre du père Popieluszko ayant été perpétré en pays ennemi, la victime apparaîtra digne d’intérêt, tandis que les religieux assassinés dans des États clients d’Amérique du Sud ne le seront pas. On peut s’attendre à ce que le premier cas fasse l’objet d’une éruption de propagande médiatique, les autres n’ayant pas droit à une couverture suivie
.” [Extrait de Chomsky & Herman, La fabrication du consentement – De la propagande médiatique en Démocratie]

Qu'ASI participe à cette propagande est navrant.
Bananes contre quenelles. La com' devient indigeste.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.