53
Commentaires

La sécu : des origines à nos jours, histoire d'une révolution

Sait-on que la Sécu, à sa naissance, fut bien davantage que la Sécu ? Une véritable démocratie sociale, alternative au capitalisme, créée au lendemain de la Libération, à la faveur d'un contexte politique inespéré, qui ne s'est jamais re-présenté. A propos de l'offensive de François Fillon contre le système actuel, Mathilde Larrère remonte à ses origines, et même bien au-delà : jusqu'à la Convention de 1793.

Derniers commentaires

Ce fut un tel plaisir d'entendre madame Larrère au sujet du démantèlement annoncé de notre système social et de son histoire que je voudrais m'en procurer le texte. Est-ce possible? comment faire?
Merci
Je me disais bien qu'il y avait anguille sous roche en voyant le film et l'insistance avec laquelle certains (y compris notre historienne de service qui, sous ses airs de gentille détentrice de la vérité, ne cache pas si bien son jeu finalement) cherchent à tout prix à discréditer De Gaulle sur ce coup là.

La Sociale, ou le révisionnisme historique assumé de la gauche

Y va falloir qu'@si évite de trop donner dans la désinformation
Mathilde Larrère est une fantastique addition à l'équipe. Merci !
[large]Ce contenu est temporairement accessible gratuitement. Partagez-le ![/large]
Cette Histoire de la Sécurité Sociale que nous connaissons de l'intèrieur quand nous avons un âge avancé et que nous nous sommes intèressés à l'Histoire qui se faisait sous nos yeux* , cette Histoire doit être contée aux générations suivantes , sans oublier le moindre détail , le moindre acteur de cette formidable aventure .


*profanes et cependant aussi qualifiés qu'un historien expert-en-expertise .
L'historien qualifié est celui qui sait aller chercher la moindre parcelle d'incidence venue de l'ombre .

Voté pour cette chronique
C'est effectivement passionnant de vous écouter, un vrai régal, d'autant plus que vous savez mélanger l'érudition et l'humour

J'ai néanmoins un point de désaccord sur la façon de présenter le rôle de De Gaulle. Vous laissez clairement entendre que son rôle n'a pas été déterminant, voire même qu'on lui aurait forcé la main. Franchement, ce n'est pas crédible. Qui a jamais forcé la main à De Gaulle ?
Dans "De Gaulle mon père", son fils explique que la paternité de la Sécurité Sociale lui a été déniée de manière régulière.
Mais quelles que soient les péripéties qui ont accompagné sa création, comment peut on imaginer que l'homme qui, par son action a rendu son indépendance à la France dans les conditions que l'on sait, se soit laissé imposé quoi que ce soit à cette époque ? C'est du délire pur et simple. Il est à l'origine de la Sécurité sociale que d'autres ont mis en œuvre en pratique. Le nier, c'est faire du révisionnisme historique. N'oublions pas que De Gaulle c'est quand même ça au niveau social : Ni capitalisme, ni socialisme : la politique des revenus

Malgré mon admiration pour le personnage découvert sur le tard, je ne pense pas être aveuglé par une quelconque idolâtrie mais il me semble nécessaire de recadrer les choses qui me paraissent, sur ce point particulier, biaisées.
Pom ! Pom ! Pom !
Nous vous avons compris !
J'ai cependant tendance à croire l'historienne compétente plutôt que vos " impressions " ...
[quote=Jean-Ali-Lévy-Feuerbach]J'ai cependant tendance à croire l'historienne compétente plutôt que vos " impressions " ...

Cela dit sans (mais, je le crains, en prenant le risque de) vous offenser: vous faites preuve pour cette fois d'une crédulité académique qui me surprend de votre part. Non que l'on puisse douter de la qualité d'"historienne" de Mathilde Larrère, mais ce n'est pas à la compétence spécialisée que lui confèrerait l'Université à laquelle il y a lieu de se confier. Car son mérite repose sur autre chose que sur les "peaux d'âne" dont Alma mater a pu la revêtir. Il s'agit d'une personne dont les évidents engagements déterminent à la fois la générosité et la butée partisane de la lucidité. Partageant avec elle, et avec les invités de l'émission, l'admiration pour l'épopée révolutionnaire, je pense ne pas devoir cesser d'en déplorer les évitables cruautés dont fut responsable l'aveuglement doctrinaire frappant jusqu'aux meilleurs de ses "croyants". À l'inverse, pour s'en être par bénévolat prémuni, le travail de RST (ce que vous taxez comme ses "impressions") m'apparaît exempt de cette sorte d'aveuglement qui saisit forcément ceux qui ne sont pas sans bénéficier économiquement et idéologiquement des "compétences" qui leur sont reconnues par des autorités dont la pensée, comme Péguy nous l'a appris, est pire que mauvaise: installée. Et c'est précisément parce qu'il sut se désinstaller du sein de l'armée ("Quand ai-je obéi?") que De Gaulle fut grand: d'une grandeur comparable à celle seulement de "la bonne Lorraine" dont il ne faut pas laisser la gloire confisquée par le parti qu'il n'est pas besoin de nommer. Mitterrand a pu face à De Gaulle, en épigraphe du Coup d'état permanent", pouvoir se réclamer de Chateaubriand mettant la liberté à égalité avec la grandeur. À chacun de juger s'il eut la première en compensation de la seconde: son jugement le jugera.

Restez donc plutôt dans le doute touchant De Gaulle plutôt que de verser dans la croyance, fût-ce en des compétences. En bon normand, Alain sut déceler que "le doute suit la certitude comme son ombre".
Comme ( presque ) toujours, votre jugement est remarquable.
Après avoir relu mon " post ", et avant que vous ne le critiquiez ( gentiment ), j'avais constaté que le terme " croire " ( l'historienne ) n'était pas adapté.
Je regrette de ne pas avoir écrit : " je suis assez convaincu par le travail de l'historienne", et " j'ai quelques doutes sur un raisonnement fondé sur les sentiments d'un "forumeur "distingué , son attachement, et même la célébration du culte gaullien ? Celui-ci écrit , par ailleurs : " il suffit de regarder l'histoire de la Pologne pour constater que ce qui a fait que le sort de nos deux pays a été dramatiquement différent, après la guerre, et bien c'est De Gaulle ". On peut s'étonner très légèrement !
Bien entendu, il ne peut être question pour moi de mieux " célébrer " Mitterrand, mais je crois que la citation de Chateaubriand ; "la liberté peut regarder la gloire en face " ne manquait pas de panache
. Malheureusement, les " longues vies politiques " de l'un et de l'autre ternissent sensiblement leur gloire et diminuent sérieusement notre admiration
J'aurais bien aimé que notre historienne compétente nous donne son point de vue sur le sujet dans le forum mais, visiblement, elle n'intervient que lorsqu'elle est "très touchée" ;-)

Quant à mon allusion à la Pologne, je la justifie sur l'autre forum
Le sujet est aussi discuté de manière tout à fait constructive avec Makno ici : http://www.arretsurimages.net/forum/read.php?5,1536973#msg-1537139
Quant à l'objectivité du fils ? hum, hum ! Sosthène est peut-être un peu idolâtre ...
Je ne sais pas si vous êtes aveuglé, et pas compétente pour parler du fond, mais votre façon d'écrire laisse suspecter éventuellement un brin d'idolâtrie.
J'admire certainement le personnage mais je ne l’idolâtre pas !
" J'admire certainement le personnage mais je ne l’idolâtre pas !"

Oui, mais vous aimez bien vous chauffer à son âtre.
Feu De Gaulle !
[quote=Al1]Feu De Gaulle !

Oui Feu, mais celui "qui ne doit pas s'éteindre, et ne s'éteindra pas". Feu, grâce auquel ne saurait cesser de brûler "la flamme de la résistance française".
Le fiston à de Gaulle ne me semble pas le mieux placé pour exprimer une opinion objective!...
A-t-il seulement une formation d'historien?
Certes il y a du punch, des mimiques et des informations. Mais ça me semble incomplet....Il faut effectivement connaitre l'histoire pour pouvoir transformer l'existant.
par exemple pour ce que je connais de l'histoire de l'assurance-maladie (la branche maladie de la sécurité sociale),
- rappelons que dès le début ça n'a concerné que les salariés (et encore pas tous, les salariés agricoles et de l'agro alimentaires par exemple étaient à la MSA) ; pour les deux plus importants autres régimes, la protection maladie des indépendants est de mauvaise qualité, celles des paysans pas fameuse...
- il faudrait préciser de quand date les dernières élections au régime général de 'assurance-maladie, il me semble que c'était au début des années 80, bonjour la démocratie !!
- Il faudrait aussi préciser que ce sont les gouvernements socialistes qui ont donné du poids aux assurances privées en leur ouvrant les marchés (des premiers déremboursements au milieu des années 80 à l'obligation d'une assurance complémentaire pour les salariés en 2016.
Bref, je crains que ce type d'argumentation partielle ne permette pas de faire progresser la protection sociale dans le sens d'une plus grande solidarité

Pour ma part, je pense que le modèle est effectivement dépassé : en 2017, ne doit-on pas réfléchir à une protection maladie universelle basée sur la solidarité, qui concerne aussi bien les enfants (même ceux dont les parents ne sont pas salariés), les chômeurs, les vieux, les artisans, les paysans...
Il y a eu plein de gens formidables au CNR, et même au parti communiste, mais c'était il y a 70 ans.
L'intouchabilité du CNR et de ses oeuvres reste pour moi un mystère total.
Anne Pinteaux
A craindre: histoire d'une contre-révolution.
Merci Mathilde de nous rappeler, la naissance de la Sécu et l'architecte de celle-ci, Ambroise Croisât. J'ai 87 ans et je me souviens ces instants vécus dans les usines et la joie dans les familles ouvrières dont je fait parti.
Encore Merci, je vous souhaite une joyeuse année et une bonne santé afin que vous ne profitiez pas de Sécu.
Merci, Mathilde Larrère, pour vos excellentes chroniques, et bonne année 2017.
Mathilde Larrère ou la superbe découverte de 2016-2017 (pour ma part).
Chronique super intéressante. À montrer au plus grand nombre.
Merci à vous pour cette information nourrissante, soignante, sur notre Grand-Mère médico-sociale et qui devrait être remboursée par les mutuelles et les assurances !!! Diffusez là gratuitement et le plus largement possible, elle contient le nécessaire avertissement sur les intentions de candidats à la future présidentielle et rappelle l'exigence des "luttes" populaires pour faire entendre leurs voix et leurs droits. Bravo.
C'était passionnant ! C'est un message d'utilité publique qui mériterait à être diffusé plus largement. Merci beaucoup Mathilde Larrère !
Passionnant, merci.

J'ai juste un doute sur l'emploi du terme 'démantelage' ( de la sécu ). On ne dit pas plutôt démantelure ?
Cette remarquable et très pédagogique émission mérite cent mille fois d'être mise en accès libre le plus rapidement possible: je connais beaucoupe de mes concitoyens qui seraient étonnés de prendre enfin connaissance de la véritable histoire de notre protection sociale.
Il n'y a pas une seconde à perdre!
Le plus beau des cadeaux de fin 2016/début 2017 c'est : Mathilde Larrère

Merci pour ce plaisir immense que vous nous offrez en nous contant notre vraie histoire.

Autant de plaisir que les Pinçot-Charlot qui démystifient une autre histoire ...
cette vidéo de Mathilde Larrère devrait être diffusée dans tous les lieux publics, notamment les écoles !! (aussi dans le "privé" mais là risque de rencontrer le Capital et ses lansquenets): Nous lui attribuons la "Légion Citoyenne".
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.