78
Commentaires

La Sarkozie contre le "problème du Net" : l'heure de l'assaut ?

Le Net est sensationnaliste ; le Net tue la presse ; le Net fait fuguer vos filles ; le Net est installé dans la chambre à coucher de vos enfants : depuis quelques temps, le pouvoir multiplie les signes d'hostilité et d'irritation à l'égard de la Toile.

Derniers commentaires

La guerrilla politique est un sport de longue haleine et surtout très ancien.

J'ai découvert ce matin même l'existence de Ratapoil, par un biais que ceux qui suivent comprendront très rapidement. La qualité du dessin sur Ratapoil et La République est grandiose, et sublime, que d'imagination et de subtilité. Sans doute y a t il beaucoup à reprendre chez Ratapoil.

Il manque aujourd'hui UN symbole, un Ratapoil à notre Koko. Alors Ratapoil3, Ratapolice, Rataraquette, Kokopoil, Talopoil...????
Toutes les dictatures craignent le web (voir la Chine, l'Iran et tant d'autres…). La France qui n'est pas (encore) une dictature ne s'en méfie peut-être pas mais son gouvernement s'en inquiète beaucoup. D'où les sorties de Louvrier de service, du "pitbull" en recherche de portefeuille ou de Hou ! la menteuse. La presse écrite dans sa presque totalité est au service de Sarkozy (leurs propriétaires étant ses amis ou ses intime - ou ceux de Carla…). Le net conserve de ce point de vue une assez grande marge de manœuvre. C'est cela que le pouvoir actuel aimerait bien maîtriser. Mais la chose n'est pas facile, aussi va-t-il essayer de progresser par petites touches. Personnellement, même avec ses outrances, le net m'apparaît comme un réel espace de liberté et de démocratie même s'il n'est pas encore entré dans son âge adulte. Chacun lit ce qu'il veut (plus pratique qu'un journal papier). Je suis abonné à des sites qui n'ont pas de double en papier et je mesure ce qui me manquerait aujourd'hui si on m'en privait d'une manière ou d'une autre. Je ne suis pas obligé de subir la communication élyséenne comme à la télé par exemple. Sur le net, je trouve un peu partout des articles qui me conviennent et qui alimentent ma réflexion. Je peux aussi échanger. C'est tout cela qui gêne les pouvoirs à tendance totalitaire. Même si l'heure de l'assaut à sonner, je pense que la sarkozie se cassera les dents et c'est tant mieux.
C'est très con ce que dit ce "Frank Louvrier" (qui c'est celui là? Visiblement, Sarko les aime un peu porcins). Il dit simplement que le web est une porte ouverte à n'importe quelle manipulation. C'est pas faux quand on pense au site de Rachida Dati. Ca l'est moins sur les sites payants (suivez mon regard...). A moins que suprême vice, ces fameux sites ne racontent que ce que leurs abonnés n'ont envie d'entendre. Excusez moi, je suis un peu parano.

PS, un truc qui n'a rien à voir. "@sinaute", en latin, c'est un âne qui nage (ou qui rame). C'était voulu ?
ministère del´intérieur et ministère de la culture en même temps : ça s´appelle un tir croisé
Apparemment il n'y a pas que Sarko qui veut la peau d'internet. La cour d'appel de Paris aussi: Pas de publicité pour l'alcool sur Internet
votre "légèrement parano" est un lapsus calami qui n'a rien de léger: vous signifiez que vous exagérez "légèrement" et voila que vous vous décrédibilisez en dénigrant votre propre thèse... Vous semblez chercher à adopter la pose de l'objectivité ou de sa version supposée viable par les milieux médiatiques, soit "l'impartialité" .... Or il n'y a pas plus d'impartialité que d'opinion apolitique. A chaque fois que quelqu'un se dit apolitique, c'est qu'il est de droite. Et la profession de foi de l'impartialité, c'est de faire passer ses opinions pour des expertises. Laissez cela aux zintelligents conseillers de Sarkozy...Vous êtes des acteurs engagés en vrais professionnels de l'information, loin des points de vue de Sirius, dans un combat difficile qui mérite tout votre talent, et aussi que vous évitiez comme la peste les clins d'oeil de connivence ... même vers vos abonnés.... ;-)!

GOS
Pour moi, vous êtes très loin d'être paranos : un peu sensibles peut-être, voire chatouilleux, mais je sens aussi le
sens du mouvement impulsé par les requins. Je pense aussi comme vous que tous ces
battements de nageoires ne vont pas contribuer à éclaircir l'eau du net (:-). Je compte sur vous
pour m'aider à y voir un peu + clair, avec toute cette vase ...
Merci d'avance
Bernard
En fait, ce qui les gène le plus, c'est l'apparition de nouveaux médias.
Utilisant le même modèle économique - la publicité paie en partie pour le contenu - cela devient génant quand les majors doivent partager avec des nouveaux venus.
Ajouté à cela l'offensive mondiale de Google (entre autres) sur le monde de la pub en ligne, qui draine d'énormes bénéfices au nez et à la barbe de ceux qui tenaient ce marché jusqu'à présent, sur les autres supports...
Maintenant, la Sarko-team a beau jeu de critiquer les contenus, il serait aussi judicieux de leur part de faire la critique des médias "traditionnels" qu'ils entendent défendre.
Leur action peut se résumer à une image : celle de celui qui sait qu'il risque de perdre la course face à un concurrent plus véloce, et qui réclame aux juges d'imposer à l'adversaire un handicap. C'est une méthode couramment utilisée dans de nombreux domaines (les majors des contenus culturels et artistiques par exemple ont la même démarche).
Et puis, internet, c'est facile, c'est impersonnel, on peut y taper dessus et accuser de tous les maux : C'est la sorcière idéale...
Cerise sur le gateau, c'est taxable !!
Oui, c'est vraiment bien le net...
Il y a tout de même un point sur lequel Sarkozy a raison: pour une info de qualité, il faut payer. Ne payons-nous pas pour avoir accès à @si?
Pour le voyeurisme, voyez TF1, et aussi FRANCE 2 (hélas!). Matraquage à longueur de JTs, auquel on ne peut échapper. Sur le Net, encore faut il aller le chercher. Mr Louvier est un hypocrite, du style neo-con cher à Bush. La liberté d'expression sur le net, héritage de mai 68, ça, ça l'emmerde! Commencer la protection des citoyens face à l'info crapoteuse par nos grandes chaines de TV. Pour le Net, personnellment, je m'en charge en ce qui me concerne. Et puis, ce souci de protection... derriere lequel s'abrite une petite volonté de censure... Il faut interdire les pots de fleurs des balcons pour être protégés enfin de leur chute éventuelle sur nos têtes.
le gouvernement est-il au courant que l'internet ne 'arrête pas aux frontières de la France?
il y a plein de serveurs ailleurs qui sont prêt à accueillir le web français. et des entreprises comme Google prêtent aussi à accueillir le gateau publicitaires dans des havres comme le Luxembourg.

non... vous croyez que c'est pour cette raison qu'ils veulent verrouiller les tuyaux?
quand on tape: "sarkozy colère france 3" on trouve sur dailymotion un curieux message, la censure a t elle commencé ou bien?
http://riposte.gauchepopulaire.fr/index.php/post/2008/06/06/Genese-dune-dictature
Extrait de la "charte de confiance" :

"Labellisation des contenus
La Charte concoctée par le ministère de l'Intérieur dessine (page 2) également les premiers traits de la labellisation, qui permet de garantir la salubrité morale des données publiées en ligne. Les FAI et éditeurs devront là mettre une sorte de ligne d’appel d’urgence vers le ministère de l’Intérieur en cas de contenu ou comportement illicite."

http://www.pcinpact.com/actu/news/44018-filtrage-internet-neutralite-FAI-operateurs.htm

Un gouvernement qui veille à notre "salubrité morale" me fait peur. Aucun pays démocratique européen n'accepterait une telle démarche. Mais la France ?
Je trouve le texte de Louvrier incroyablement mal écrit.
Une confirmation parfaite de l'article avec la "charte de confiance" que le gouvernement veut faire signer aux FAI d'ici le 10 juin
et dont pcinpact publie le texte, qui n'est qu'un document de travail, mais dont le contenu fait peur.
Le lien http://www.pcinpact.com/actu/news/44018-filtrage-internet-neutralite-FAI-operateurs.htm
fait primer le commentaire sur l'explication et le scoop sensationnel sur l'information vérifiée.

Euh... il voulait parler de la presse papier là? Non car c'est un peu facile de critiquer Internet pour expliquer la situation de la presse écrite.

Comme le dit @si, un des problèmes majeurs de la presse papier est sa qualité de plus en plus mauvaise.

L'info pourrie existe sur papier. L'info de qualité existe sur Internet (@si, Rue89 et d'autres le prouvent régulièrement).

Un dérapage du NouvelObs.fr et on tente de nous faire croire que les médias traditionnels sont exempts de bourdes, de manipulations, de désinformation (cf. Kosovo, Irak et les armes de destruction massive, etc.), de diffamation, de manquement à l'éthique ?

Et que je sache, la législation est la même sur Internet et sur papier!

Ils n'ont jamais réussi à contrôler totalement la presse (bien qu'en ce moment elle s'auto-sarko-contrôle), alors ils veulent se venger aujourd'hui avec Internet car il est encore moins "contrôlable" ?

PS: en près de 10 ans de surf, je n'ai jamais vu une seule image ou un seul site de pédo-pornographie... encore une fois on utilise l'exception pour attaquer la norme...!
Par ailleurs, elle a déjà entendu parler des logiciels de contrôle parental Morano ?
signera ? ou signera pas les jolis nouvelles mesures que l'on veut faire appliquer aux FAI ?
Et bien pour ce qui me concerne, je suis drôlement satisfaite qu'@si existe et d'abord pour être plus largement informée !
J'ai franchement le sentiment que bien des médias ne nous transmettent souvent que le dessus du panier de linge sale !... Je veux dire tout ce qu'on aurait vite envie de mettre à la machine pour se laver de tout ce fatras d'infos inutiles qui nous occupent l'esprit et détourne notre attention de ce qui fait la réalité des gens, au quotidien.
Un exemple parmi d'autres : qui a déjà entendu parlé dans la presse nationale du mouvement entamé depuis la mi mars par les étudiants en travail social qui se retrouvent dans une grande difficulté concernant leurs stages obligatoires pour la validation de leur diplôme ? Comme ceux-ci doivent être aujourd'hui rémunérés, il se trouve assez peu d'institutions pour les accueillir, la loi ayant été pondue sans avoir réfléchi en amont aux budgets à allouer par les DRASS pour assurer cette dépense supplémentaire... Je lis régulièrement la presse et je n'ai pas vu passer beaucoup d'articles à cet égard, et en tout cas aucun article de fond. Quant à la presse locale elle préfère suivre la venue du Président, relayer ces petites phrases "tape à l'oeil" plutôt que de se déplacer pour faire un petit article sur la situation... Situation banale probablement.
Une vidéo ou villepin parle ouvertement des médias traditionnels, fortement intéressant ! : http://www.dailymotion.com/politique-net/video/x5nmmr_villepin-critique-la-rupture-de-sar_news
le problème d'Internet est considérable, parce que ce n'est quand même pas sain que le journal soit gratuit.
Le problème de ne pas utiliser les transports en commun, c'est de ne pas connaitre les journaux informatifs distribués gratuitement de type Metro, et de passer (une fois de plus) pour un guignol quand on déclare ce genre de chose...
On est paranos ?
ben, je dirais quand même, oui, un peu.....désolée.
oui parce que le pouvoir en place ne tente clairement pas de maitriser le web, c'est encore moins une volonté propre des lobbys (presse, industrie du disque, télévision, etc).
Les attaques qui sont quelque fois directe et passe par la justice procès contres les internautes sont anodines : généralement menées par les industries culturels pour faire peur, contre les particuliers pour des choses ridicules (l'affaire phillipe manoeuvre qui fait déplacer la police) , procès contre les petits acteurs du web (l'affaire olivier martinez, qui remet en cause la loi CLEN, et criminalise l'utilisation d'un simple lien), procès contre les grand groupe de diffusion dailymotion ou youtube (mais perdu, évidement, à taper google, on se casse les dents), bref on ne tente absolument pas de criminaliser internet, décrédibiliser l'image d'internet, de faire peur au quidam, de créer des jurisprudences pour saquer le web particulier ou professionnel.
Les attaques qui se font aussi par les lois n'ont pas de quoi faire devenir alarmiste, entre la lois DADSVI, qui pénalise les logiciels libres - et indirectement les moyens de ne pas contrôler les activités de l'internaute, qui criminalise des pratiques tel que le droit à la copie privée ou la sauvegarde, le comité de déontologie qui tente d'être mis en place après de multiple excuse (terrorisme, protection de l'enfance, spam) - qui n'es absolument pas fait pour faire un clivage du web de sorte à pénalisé l'un plus que l'autre, ou encore la loi HADOPI qui est purement et simplement une arme nucléaire anti trust, et d'étouffement de contestation virtuelle (si elle peut l'être) par privation d'internet.

Bref oui, on est un petit peu parano pour rien ! dormez tranquille, miss Albanel s'occupe de tout.
Personnellement je trouve que ces histoires comment à s'ébruiter, cela fait plus d'un an que les milieux intéressés sonne la cloche d'alarme, les média plus traditionnels commencent à relayer presque malgré eux les affaires, cela devient trop gros et grotesque pour feinter le sujet. La révolution est certes virtuelle, mais elle existe belle et bien, et fera des remous, les pavés numériques sont plus consistants qu'ils en ont l'air.
Une solution simple pour sauver la presse
il faut distribuer toute la presse politique et économique, quotidiens et hebdomadaires, gratuitement dans les universités.
Les étudiants prendront cet automatisme de lire la presse tout les jours et achèteront la presse une fois entrés dans la vie active.
Je ne dis pas pour autant qu'il faut que l'État achète les journaux au prix fort comme le font les compagnies aériennes, il ne s'agit pas de faire un gros cadeau à la presse (qui d'ailleurs mettrait en cause son indépendance). Les journaux doivent rogner sur leur marge en comprenant que c'est leur intérêt propre d'avoir une nouvelle génération de lecteurs. Bien sûr les gratuits vont saisir le conseil de la concurrence etc.. mais si on applique la "politique de civilisation" on doit pouvoir ce mettre d'accord, dans une démocratie, pour dire "c'est globalement mieux, sur le long terme, pour la civilisation, d'avoir une majorité de gens qui lisent la presse de qualité". Une loi, si elle est considérée "civilisatrice" par une majorité de la population doit prendre le pas sur la loi de la concurrence libre et non faussée.
Vraiment, tous les poncifs y passent avec ce gouvernement. On a bien compris que les politiciens n'aimaient pas Internet, forcément, vu que depuis un bon moment leur travail consiste principalement à se façonner une "image" avec pas grand-chose derrière, et qu'Internet leur enlève une partie du contrôle qu'ils avaient sur cette image. En gros, ça confirme ce qu'on savait déjà: les politiques sont pour la liberté d'expression du moment qu'ils la contrôlent (cherchez l'erreur :D). Pauvre Nadine Morano, ça la dérange de lire sur des blogs ce que l'on dit d'elle partout ailleurs (on pourrait s'attendre à ce que ça l'intéresse de savoir ce que les gens pensent pourtant)...

En attendant, avec leur coupure de pub supplémentaire, je doute qu'ils fassent remonter les audiences de TF1 qui sont paraît-il en baisse (comme c'est triste!). On va se retrouver avec des chaînes privées à l'italienne (càd à la Berlusconi) où il y a plus de pubs que de programme, et je doute que ça fasse revenir les spectateurs. A moins que TF1 n'utilise ces revenus supplémentaires pour faire des programmes de qualité (bizarrement rien que l'idée me fait rire). En ce qui me concerne je ne regarde jamais TF1 sauf très rarement quand ils passent un bon film ou la série Lost, en gros je dois les regarder une fois par semaine pendant 2 mois, et je n'ai jamais compris comment ils pouvaient être la première chaîne française avec des programmes aussi nuls.

Effectivement, comme le dit l'article, la presse comme la télévision feraient bien de se poser la question de la qualité de ce qu'ils proposent avant de cracher sur Internet.
Enfin, ce qui me fait le plus rire, c'est ce gouvernement qui se targue d'être jeune, dynamique et surtout moderne face à la gauche archaïque, mais qui est terrorisé par Internet et pire que tout, s'imagine pouvoir le contrôler!
Bizarre l'argument consistant à dire que la presse se rend gratuite sur internet ET DONC se tire une balle dans le pied : presse gratuite pour le public ne signifie pas presse sans revenus, étant donné la pub qui existe sur les sites d'info. J'ai comme l'impression que le président ne s'y connaît pas en netéconomie...
La technique est rodée depuis un petit moment, voici un excellent exemple : la Gabelle !

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pays_exempts

Le sel (stratégique en tant que seul moyen de conserver la nourriture) est monopole Royal et lourdement taxé...

Aujourd'hui l'état a vraiment très faim, il taxe tout ce qui bouge et même ce qui est immobile (stationnement) avec des records inouïs sur les carburants (nous aurions du mal à nous en passer) le tabac, l'alcool...

Sous prétexte de "sauver la presse" (qu'il souhaite ardemment voir crever la bouche ouverte pour la remplacer par une Pravda muette et respectueuse) il va inventer un nouvel impôt, ça tombe bien, la population avait justement un excès de pouvoir d'achat ces dernier temps, il était urgent de l'aider à s'en débarrasser et de l'utiliser à sa place en le consacrant à des choses vraiment intéressantes, comme par exemple les gueuletons bi-quotidiens offerts généreusement par nos innombrables élus à leurs amis et à leur clientèle... Que mangeraient tous ces gens sans les impôts, ils ne savent même pas ce que travailler signifie, ils mourraient de faim en très peu de temps et ce serait une perte irréparable pour l'intelligence humaine, pour la démocratie, pour la poésie, pour la rigolade... Et puis de quoi parlerions-nous ?

***
J'ai lu un article dans Numerama qui rapproché à ces propos de monsieur Louvrier et la charge pour l'instant verbale menée contre internet me laisse m'interpelle. Les deux ne sont peut-être pas liés, toutefois, ils permettent de s'interroger sur l'avenir d'internet.

Numerama : Les jours de l'internet illimité sont comptés
Cet article de Numerama nous informe qu'aux Etats Unis, les fournisseurs d'accès à internet seraient en train de revenir sur les formats illimités des abonnements internet... autant dire que le prix flamberait énormément et ce serait un retour à quelques années en arrière.

Le rapport avec les propos des proches du président ? C'est qu'il est probable que l'on tente de remettre en cause la liberté que procure internet. Au nom, bien entendu, de la lutte contre la pédo-pornographie (lutte que nous ne pouvons que tous soutenir) de la lutte contre les âneries qu'on peut y lire (comme si c'était internet qui avait inventé la bêtise...) et surtout le problème venant du fait qu'on ne peut la contrôler, la canaliser... il ne suffit pas de faire remplacer un rédacteur en chef pour obtenir satisfecit.
il est certain que l'impact final des TRÈS NOMBREUX coups de fils de Monsieur Louvrier, à l'attention des personnes chargés de suivre l'actualité de Nicolas Sarkozy ou de l'UMP au sein des rédaction, était bien plus important avant la montée en charge d'internet.
Un lien qui a un vague rapport avec le sujet, c’est sur 01net.com.
Propos d’EB.

http://www.01net.com/editorial/382111/eric-besson-la-regulation-d-internet-est-un-chantier-qui-ne-sera-jamais-acheve-/?rss
"Interrogé sur le futur de la presse, l'invité avait d'abord dit son inquiétude, « parce que la démocratie ne peut pas fonctionner avec une presse qui serait en permanence au bord du précipice économique »". Il avait annoncé la tenue à l'automne d'« états généraux de la presse ».

Il avait ensuite immédiatement embrayé sur Internet, jugeant que « le problème d'Internet est considérable, parce que ce n'est quand même pas sain que le journal soit gratuit. Comment voulez-vous que les gens achètent leurs journaux en kiosques s'il est gratuit sur Internet ? "

et j´ ajouterais : "il n´est pas sain que le sexe soit gratuit.......
C’est évident, le Net échappe encore un peu à nos oligarques politiques mais pour combien de temps ?

Son poil à gratter les gratouille et les chatouille et il faut voir le résultat sur notre Président !

La priorité est de renforcer encore plus le privé qui est tout acquis au pouvoir en place, donner des jeux et un peu de pain (si, et seulement si l’on travaille plus).
Avant d’être élu, notre Président mal reçu par FR3 la veille de son élection avait menacé cette chaîne de suppression. C’est révélateur de l’idée qu’il se fait du service publique, c'est-à-dire pas grand-chose.

Pour lui l’idéal c’est le privé.

Le combat idéologique serait gagné selon notre Premier ministre et on attendrait plus que la bonne conjoncture pour mettre en place les mesures technocratiques certes, mais libérales, ouf !
Du point de vue de l'Elysée ou des ministères, on peut en effet concevoir que la multiplication des sources d'informations, parfois très virulentes contre le pouvoir, pose question.

Voilà. On y est. Le gouvernement ne prévoit plus seulement le démantèlement du service public, il s'attaque maintenant de front à la liberté d'expression. Paranos? non. La méfiance a du bon, surtout quand il s'agit de dénoncer l'atteinte aux libertés fondamentales.

Dans la dictature chinoise du moment, internet est verrouillé pour que les citoyens chinois n'aient pas accès au web mondial, mais un internet qui sert exclusivement l'idéologie du pouvoir en place. Depuis son arrivée au pouvoir, Son altesse est frustrée de ne pas en détenir autant qu'il le voudrait. Sarkozy fait taire d'abord l'opposition, ce qui est aisé avec un PS quasi-muet, des luttes de pouvoir vaines au sein du parti, et la corruption de certaines personnalités de gauche afin qu'ils changent de camp. Mais ça ne suffit pas à notre passionné de pouvoir. Il faudrait aussi faire taire l'autre opposition, celle de la rue, en faisant en sorte que les mécontents ne soient pas entendus dans les médias, et museler internet, le média vilain méchant où l'on trouve tout et, il est vrai, pas mal d'intox, mais aussi de l'information véritable qui dénonce, au-delà du caractère colérique d'un président, son incompétence. A nous, citoyens, de ne pas laisser le président de la république française la possibilité de menacer la république.

"ça sent le roussi."Oui. Et n'ayons pas peur d'utiliser ce mot qui fait frémir les âmes démocrates: ça sent aussi la dictature.
La "pédo-pornographie"? Va-t-on supprimer les vols charter sur la Thaïlande? La rumeur? Le personnel politique n'en use jamais contre l'adversaire? La gratuité des journaux? "20 minutes" et consort distribués dans les gares sont-ils menacés? Le temps de la pédagogie et de la réflexion? N'y a-t-il pas belle lurette que les programmes de TF1 en rigolent? Si notre censeur prenait connaissance, par exemple, des "mazarinades" de la Fronde ou des chansons populaires sur Marie-Antoinette, il découvrirait que le Prince actuel est plutöt épargné par la malveillance! Qu'Internet répète l'ensemble des comportements sociaux, les bons comme les pires, est-ce étonnant? sauf à croire que l'innovation technique emporte aussi le progrès moral, ce qui est un rêve aussi dangeureux qu'imbécile, non?
Avec certains si on devait resumer internet, ca serait un repert de pedophiles, de terroristes, de desinformation, de virus ect ect
et bien sur ils prennent toujours le cas rare pour en faire une generalite et montrer du doigt internet.
Dans le but de faire peur aux gens et passer des lois de plus en plus restrictives.
Et les emissions de tv qui ont du ce doter d une rubrique internet, pour suivre la tendance, c est souvent pour montrer la derniere video debile qui tourne sur la toile...

Quand on nous presente dans les JT la nouvelle affaire de terrorisme sur internet, jamais on nous dit que le site a ete ferme, que des arrestations ont eu lieu, limite on a l impression que le site continu a fonctionner sans aucun probleme, tous ca pour continuer de vehiculer la peur du terrorisme et effrayer les gens.
Meme chose avec les virus, pour attraper un virus generalement l utilisateur a toujours une part de responsabilite, dans le sens ou il ouvre une piece jointe d un email, ou telecharge un programe d installation contenant un virus que l utilisateur installera lui meme. Le mythe du virus qui ce transmet d utilisateur en utilisateur c est encore pour faire peur. Et chaque annee les medias nous parle du nouveau virus qui attaque tous sur la toile. Je suis persuade que d ici quelques temps on aura droit a une vraie attaque de virus a tres grande echelle, qui n aura qu un but, faire peur afin de passer des lois pour controler l internet. D ailleur les americains annoncent deja vouloir s armer de technologie leur permetant d attaquer tous site internet qu ils decideront vouloir detruire. Apres la bombe H ils feront la i-bombe :/

Le plus ironique dans l histoire, c est que ce sont ces meme medias traditionels qui ont "vendu" l internet a leurs lecteurs/telespectateurs, ces meme clients qu ils ont perdu ces dernieres annees. Ce qui a cause, en partie, toutes ces restructurations, ces rachats par les grands groupes prives, notamment dans la presse.
Ils ont tue leurs professions, et la presse "libre", et maintenant vont faire le meme boulot pour tuer internet :/
un tantinet paranoiaque mais aussi clivés,
c'est à dire que d'un côté vous soulignez les propos de Louvrier et l'interpréter comme une "vaste offensive" dirigée contre le Net,
et de l'autre, dans l'article "Quand les blogueurs-star ont le clavier qui flanche", vous écrivez, je cite De quel mal est victime Jean-Michel Aphatie? Peut-être simplement, comme d'autres blogueurs frénétiques, de l'exigence de rapidité. Autre journaliste qui s'accroche parfois au rythme imposé par le net au détriment de la relecture ....

je cite toujours, vous écrivez,
Parmi les multiples particularités des nouveaux médias, un rapport plus relâché à l'orthographe... et à la coquille

et il me semble que l'on peut également faire un parallèlle entre l'écart dénoncés par Louvrier entrela qualité des journaux papier et celle des sites Internet du même nom.
et vos remarques au sujet du blog du rédacteur en chef de l'Express.(Revel), pour lequel vous soulignez que les blogs ne sont pas relus par un secrétaire de rédaction comme dans les journaux papiers.......
On est paranos ?

ben, je dirais quand même, oui, un peu.....désolée.

parce que ce Mr Louvrier dit, je cite, les rédactions ont entamé sur le web une course à l'audience sans précédent qui, dopée par la pression de l'actualité "en temps réel", fait primer le commentaire sur l'explication et le scoop sensationnel sur l'information vérifiée. Dans l'immédiateté du haut débit se perd le temps de la pédagogie, de l'investigation, de la mise en contexte nécessaire, de sorte que l'on a pu assister dernièrement à des écarts étonnants entre la qualité des journaux papier et celle des sites Internet du même nom.

c'est certes réducteur car Internet a permis la création de nouvelles formes d'information intéressantes (l'accès au Monde pour le plus grand nombre par exemple), mais ce qu'il décrit est aussi un des tableaux du Net, non?

Et attention amis paranoiaques, il me semble même que ces lignes auraient pu être extraites d'un article sur @si....
Tiens c'est curieux, notre hyperprésident n'a je crois rien dit contre les quotidiens gratuits (Metro, 20 minutes, Direct Matin, Direct Soir)... Peut-être pour assurer sa prochaine croisière dans le yacht de son ami Vincent "Direct" Bolloré?

La vérité, c'est "Comment voulez que les gens passent au kiosque acheter leur journal alors qu'on leur a déjà fourré 3 gratuits dans les pognes?"
Parce qu'à part quelques technophiles doté d'un iPhone ou autre, qui peut lire Rue89 dans les transports en commun?

Par ailleurs, je souhaite pouvoir payer Rue89 comme je paye @si.
PHASE 1
Sarko ministre de l'intérieur, déjà maitrise nombre de journaux à grands tirages, orientation des éditoriaux, grands patrons fortunés à leur tête tous potes avec lui.
Les jités, parallèlement, écartent de plus en plus les informations et polémiques qui pourraient contrarier celui qui gouverne déjà dans les infrastructures.
Les grandes phrases majestueuses sont de plus en plus fréquentes, la France au Kärscher, tu l'aimes ou tu la quittes, trop de Musulmans en Europe, on nait pédophile et homosexuel, l'Afrique a sa part de responsabilité dans son malheur (déjà qu'elle ne s'élance pas vers l'avenir)...
Vol des voix LePéno-Villiéristes progressif, le décor se plante peu à peu.
PHASE 2
Depuis l'élection du grand Sarkozy (1), les grandes manœuvres sont en marche. Tout dans le même sac: l'insécurité, les immigrés, la droite décomplexée, le droit d'être con était déjà établi depuis belle lurette, et maintenant on le revendique officiellement. Hop, propagande à tout va, grand train de vie, l'homme se promène avec de l'or qui brille partout et aveugle les médias, anesthésie les journalistes / journaux / émissions de radios / de télé - j'assume la paraphrase. On admire le grand tueur russe suprême, le mafioso récidiviste, le désoutillé cérébral guantanamesque, le campeur occasionnel acheteur de centrales et séquestreur d'infirmières, le totalitaire a visage inhumain Jintao... faut ratisser large.
PHASE 3
Bon tout ça c'est fait, l'heure du bilan: quelques émissions fugitives qui tentent de montrer les limites de notre gouvernant bicéphale, quelques miettes éparses dans le PAF actuel, les grands sont maitrisés (son conseiller chez TF1, menaces de dégraissage chez France Télévision, suppression d'émissions dérangeantes car trop miroir pour notre président qui depuis a appris à moduler ses fréquences vocales en fonction des interviews, on veut perquisitionner le Canard Enchaîné de force, les journalistes sont désormais malmenés aux meetings de l'UMP - Dassault, Dati.. la télé libre s'en souvient). Puis on fouille les sacs des manifestants CGTistes, on arrête les récalcitrants, on restreint de plus belle le droit de se faire soigner, de bien manger si l'on n'est pas adepte de la dissémination artificielle, de bien boire grâce à la pollution autorisée des nappes phréatiques. On tente de vanter dès l'école au plus jeune âge les bienfaits de la colonisation, on impose la constitution, on veut obtenir les sources des journalistes, on parque les indésirables dans des camps où la presse n'a plus le droit de cité après les avoir traqués grâce à l'administration complice dans les préfectures notamment, on veut détruire les droits du travail acquis chèrement le siècle dernier - c'est bien connu, plus on travaille, plus on a envie de se reposer, de se détendre, de regarder des conneries à la télé - après, le temps à s'insurger des injustices autorisées, et ben 'faut le trouver, et puis il se fait tard et il faut que je me lève tôt, on verra ça le week-end - ah non merde, je fais quelques heures sup' -, de réintégrer l'Eglise au Pouvoir...
PHASE 4
Bon on est pile-poil dedans: cette bonne (pas vieille) toile. On peut encore taper ce qu'on veut avec un simple clavier, être lu par le plus grand nombre selon l'endroit que l'on choisit pour être relayé, confronter à l'infini ses points de vue, ses coups de gueule, pointer du doigt ces aberrations non démocratiques en désignant les vrais responsables.... tout ce que le journaliste n'a plus le droit de faire dans le PAF. Actuellement, c'est Anne Roumanoff qui fait tout le boulot sur les grandes ondes encore autorisées (avant privatisation).
Donc nous y sommes bien enfoncés.
Quand un homme a une telle soif de contrôle sur ses contemporains, à un endroit donné et à un moment donné de l'Histoire... ça doit bien porter un nom, ce genre de comportement liberticide.
Profitions-en, avant que le grand catalogue des adresses IP avec NomPrénomAdresse ne soit complètement terminé et observé à la loupe par ceux qui veulent notre bonheur insoutenable.
Il faudra aussi penser à changer nos pseudos, collègues @sinautes.
Fan de figaro, Merci Président, MonCommentaireAencoreDisparuC'est VraimentTropBallot, La France Je L'aime Je Suis Resté, Fier de ma Télé, Fan D'ASI pour annonceurs....

Parano vous dites ? Observateur d'événements navrants suffira. Ou l'autre manière d'additionner 2 + 2.

Bonjour Nicolas Princen, c'était une blague, tout ça - Ou sinon, bio les oranges, si possibles.

(1) J'ai dû lire ce contrepet quelque part, dans l'album d'une certaine comtesse probablement.
Sinon, je dépose le brevet :-)
espace précieux que nous devons NOUS appliquer à préserver et à développer
C'est qui le nous? Si c'est les internautes, cette phrase est trivial. Il est évident que les internautes cherchent à élever une zone de débats ouvert et de libre expression. Si il désigne le gouvernement, de quoi il se mêle lui et son gouvernement? Et depuis quand c'est au gouvernement de s'inquiéter de la gratuité des éditions "net" des journaux? Ce même
gouvernement qui ne sais même pas s'occuper de ses propres finances, cherche en plus à organiser celle des quotidiens écris! Ou cherche t-il plutôt à leur offrir un cadeau fiscal?
Si au final le président pense rediriger des revenus de la pubs vers les chaines privées en privant le service publique d'une partie de ses moyens, et redéfinissant ses programmes. Ma réactions est la suivante:privatisons France Televisions, et supprimons le CSA.
Ceux qui cherchent une télévision avec des programme de qualité vont devoir soutenir des initiatives privées, ou des associations à but non lucratif. Si aux EU, ils arrivent à monter CSPAN (pour la politique à Washington), PBS ( avec des programme de qualité) entièrement avec des dons privés, ça sera possible en France aussi. Exactement comme on déja commencé à faire les sites internet indépendants en France, y compris celui ci. On c'est inspiré de sites comme mediamatters.org ou Fair.org.
Wow, il y a beaucoup à dire ici.


Alors je démarre avec le plus choquant : quand notre charmante secrétaire d'état parle des fugues elle emploie bien le mot "criminels", Intéressant... Il y a quelques mois, le frère jumeau du président polonais déclarait que sur internet n ne trouve que des buveurs de bière amateurs de pornographie... Je veux bien croire que cette histoire de fugue puisse être choquante mais comme elle parle de "victimes" qui serait donc les fugueuses et leurs familles sans parler ni du contexte, de ce que tentent de fuir les gamines et des personnes qui les "séduisent" (Dom Juan internaute, ça c'est la classe !), ce propos est bien trop flou pour être honnête. Stigmatiser le sujet, c'est surtout ça. Poser une barrière morale choc qui assurera ses arrières rhétoriques quand il s'agira d'aller plus loin encore dans la culpabilisation d'Internet.

Je note également qu'elle insiste bien sur le "chez vous !", "de l'intérieur !", qui est là aussi plutôt frappant dans l'aspect alarmiste. Ce n'est jamais rien d'autre que le fameux fantôme de l'insécurité qui revient avec un autre masque. Prenez garde, traque sur Internet, peut-être serez-vous la prochaine cible...

Encore dans le même genre, cette subtile référence à la dépendance quand elle parle de ses enfants (tiens d'ailleurs, c'est pas un étalage de vie privée ça aussi ? story telling, méthode miracle des argumentations creuses). Encore un danger. Il me semble que c'est le mot "accro" qui ressort. Un terme relativement connoté, même si ça reste doux, ça s'inscrit dans cette foule d'exemples sur un ton plutôt alarmiste.

En bref, Internet, c'est le mâle!!!!! (méfiez-vous !!)


Seulement si la solution c'est le CSA, ça va poser plusieurs problèmes : le CSA peut avoir une autorité sur un hébergeur français. Qu'en est-il des hébergeurs étrangers? D'ailleurs l'arrivée du CSA chez les hébergeurs français, c'est très dangereux pour les petits fournisseurs d'accès, les petits hébergeurs qui se battent pour permettre à l'internet libre de survivre. Car si le CSA s'attaque à un petit, ce sera très peu repris dans les grands médias. C'est une méthode silencieuse de censure, non pas sur les gros (qui de toute manière ont un poids économique tel que ça ne les arrêterait pas) mais sur ceux qui n'ont que peu de moyens, y compris économiques (un procès, ça peut être très chiant quand on n'a pas le fric pour se payer un avocat).

Mais si j'en reviens aux hébergeurs étrangers, ça va être quoi la solution? Filtrer le réseau, comme en Chine? Super la liberté d'expression... De toute manière, si c'est juste une stratégie pour centraliser encore plus l'information, c'est une très bonne méthode.



Pour rappel, pour ceux qui ne le sauraient pas, Internet est tout sauf un réseau centralisé. Dans les années 50, on a commencé à créer des réseaux centralisés, dont l'exemple le plus connu est le minitel. Le principe est simple : dans votre réseau, l'intelligence est au centre, vous avez un gros ordinateur qui contient toutes les informations et auquel se relient en périphérie des appareils idiots (sans intelligence logicielle, comme un minitel par exemple) pour avoir accès à des informations (horaires de train, 36 15 Pornographie, etc). Internet est apparu plus tard et apportait une révolution dans la façon de poser le réseau : on place l'intelligence en périphérie et le centre sera idiot et se contentera de relayer l'information.

Nous sommes habitués aujourd'hui à un Internet qui fonctionne comme un minitel. Exemple : dailymotion. Si on suit le principe d'internet, je n'ai pas besoin d'aller sur Dailymotion pour poster ma vidéo, je peux simplement la mettre en accès libre sur mon ordinateur et créer mon propre hébergeur pour la diffuser. Après, vous êtes libres de poster des liens où vous voulez, à qui vous voulez, pour que la vidéo se diffuse. Mais concrètement, si vous suivez ce principe, on ne peut pas vous censurer à moins d'être un bon hacker et d'attaquer votre page (problème qui existe tout autant avec n'importe quel site web) ou encore de venir en personne massacrer votre ordinateur à coups de batte de baseball.

L'intérêt d'Internet, c'est que quoi qu'il arrive, le réseau continue de tourner. Si le serveur de dailymotion se crash, c'est fini, les vidéos de tout le monde sont perdues. Alors que si chacun s'héberge (ce qui est le vrai principe d'internet), on peut détruire la moitié de la planète le réseau marchera encore.


Donc, la véritable liberté sur Internet, c'est ça, concrètement, la liberté de pouvoir s'héberger soi-même (et du coup d'être seul responsable des contenus qu'on propose mais c'est un autre problème). Donc si on censure les petits hébergeurs (parce que créer votre blog sur skyblog ou sur orange, c'est dépendre d'eux s'ils ont envie de supprimer le moindre truc qui ne leur plaira pas sur votre page), les associations et les PME qui proposent ces services (et qui sont de moins en moins nombreux à cause des manoeuvres des grosses compagnies en la matière), grosso modo l'Internet libre sera purement et simplement éteint. Donc si le CSA a son mot à dire sur la question, c'est votre droit à l'expression qui est en jeu dans les décisions que prendra le CSA en la matière.

Juste pour conclure sur ce point, l'Internet libre est une facette moderne de l'économie du savoir. C'est un outil qui pourrait se révéler essentiel dans les années avenir pour la division, non pas simplement de l'information, mais de la connaissance d'une manière générale. Ce n'est pas qu'un simple loisir avec de la pub dessus.





Et je vais terminer ce post sur cette idée des "états généraux" de la presse française... Concrètement ça pourrait être une très bonne idée pour enrichir la presse français tout comme ça pourrait être une catastrophe pure et simple concernant le milieu de l'information en France.

Tout ça tourne autour d'un même problème, c'est l'alliance possible entre les journaux. Bourdieu, dans son cours sur le champ journalistique, soulevait que les jugements sociologiques sur cette question étaient souvent perçus comme agressifs ou encore mal informés, etc bref comme perturbateurs du champ en lui même. Bourdieu pour sa part considérait que c'était une prise de conscience nécessaire pour pouvoir aller au-delà de certaines difficultés propres au milieu en allant à l'encontre de certains réflexes ou de certaines attitudes finalement plus mécaniques que réfléchies et pouvant nourrir des conflits, des incompréhensions (ce qui souvent revient au même), etc. Il donnait quelques exemples et parmi ces exemples se trouve la question de l'alliance qui permettrait de neutraliser certains effets qui naissent de la concurrence. Bref une alliance conçue en vue de la cause, non pas journalistique, mais plutôt dans celle de l'information, de sa qualité, peut être bénéfique à la presse française dans son ensemble.


Seulement voilà, encore faut-il que cette alliance soit menée en vue de l'information et non pas pour le bénéfice du milieu lui-même : élargir son influence en rétrécissant à la fois les nombres de partipants et en organisant des campagnes dans des buts précis, bref en faire un outil/lieu de pouvoir. Auquel cas la situation de la presse française ne peut qu'empirer et c'est ce que je crains à travers cette notion d'états généraux. D'autant qu'étrangement Sarkozy parle au même moment de réenvisager la création de grands groupes médiatiques, ce qui finalement poursuivrait complètement dans cette démarche : des médias rassemblés sous un même drapeau économique, ce qui revient à empirer la médiacratie dans laquelle non vivons.




Voilà ce que tout ceci m'évoque, à chaud.
Un lien vers la vidéo à l'origine de vos propos sur le minitel 2.00:
http://2007.rmll.info/video434.html

Un lien vers la vidéo à l'origine de vos propos sur le minitel 2.00:
http://2007.rmll.info/video434.html

Merci pour ce lien ça dure une heure maisi ça va vraiment lel coup d'être vu.


Un lien vers la vidéo à l'origine de vos propos sur le minitel 2.00:
http://2007.rmll.info/video434.html

Merci pour ce lien ça dure une heure maisi ça va vraiment lel coup d'être vu.

Je corrige mon message, on ne peut plus corriger son message au delà de 5 minutes...( ce n'est pas indiqué dans la FAQ mais ça va
l'être dans le futur) :

- > Merci pour ce lien ça dure une heure mais ça va vraiment le coup d'être vu.
Pour reprendre les propos de la conférence de Benjamin Bayart (heureux de voir qu'elle tourne, dispo ici) sur l'internet libre et le minitel 2.0, il est certain que cela pose un probleme aux autorités qui ont un besoin de controle fort, et puissant. L'imprimerie a poser ce meme genre de probleme, et la "morale" de l'histoire de l'imprimerie, c'est que les gardiens du temple du savoir ont du se résigner, diffuser des idées est rendu bien plus simple. Internet suivra le meme mouvement, j'en suis convaincu.

Quant aux filtrages, ils ne sont que temporaires, le monde de l'informatique étant en perpétuelle évolution. Et surtout, les standards sans fil se multiplient, et l'accès dématérialisé est bien plus difficile à controler.
Bref, une agitation prévisible, stérile et qui ne durera qu'un temps, le temps que le pouvoir s'approprie la profondeur de ce nouvel outils de communication, qu'il l'utilise massivement, et qu'il en décrète prochainement l'utilité fondamentale.
Il faut que le réseau internet devienne un bien public mondial ! La démocratie passera par là ! Le partage des connaissances et du savoir y transite déjà et je ne vois pas comment cela peut être stoppé si ce n'est détruire le réseau physique.

Il faut que le réseau internet devienne un bien public mondial ! La démocratie passera par là ! Le partage des connaissances et du savoir y transite déjà et je ne vois pas comment cela peut être stoppé si ce n'est détruire le réseau physique.




C'est possible par un contrôle discret des possibilités de ce média : réduire les accès de telle ou telle personne, demander de payer pour certains types d'usage, rendre le logiciel libre traçable, etc. De la même manière que la presse au 19e siècle pouvait faire campagne sur une polémique et avoir par conséquent une influence par le matraquage et par conséquent en réduisant l'accès médiatique aux vues subversives. Ça prend des formes différentes parce que la nécessité technique est de différente nature, mais le principe reste le même.

C'est possible par un contrôle discret des possibilités de ce média.


Il reste possible de passer outre ces contrôles, l'utilisation de freenet permet de naviguer sur un réseau décentralisé et donc anonyme.
Cependant, si on est obligé d'en arriver là pour pouvoir s'exprimer librement, c'est que la démocratie en aura pris un coup...
Pas de paranoïa, c'est bien une offensive tout azimut :

http://www.pcinpact.com/actu/news/44018-filtrage-internet-neutralite-FAI-operateurs.htm?vc=1&p=17#vc

La Ligne Maginot de l'Internet français !
le net gene l'ump et sarkozy ils veulent le controler comme en chine .Sur le net on decouvre des infos que la tele ou les journaux ne veulent pas divulguer car tres genantes pour la dictature actuelle.Malheureusement tout le monde n'a pas le net pour s'informer.Le jour où les français se decideront à bouger pour dire stop les poules auront des dents .Le français est raleur mais il est devenu egocentique .Il a oublie que l'union fait la force .Comment nos anciens ont ils combattus pour avoir les congers payes ou autres avancees .On a la democratie que l'on merite malheureusement les personnes qui sont contre ce nouveau systeme sarkozyste se sentent bien seule et s'enerve de voir comment le monde du travail courbe l'echine et laisse faire .Si tous les travailleurs de france se decidaient ensemble de dire stop au lieu de baisser la tete bien des choses changeraient en bien pour le monde du travail .On n'a qu'a ecouter le micro trottoir des reflexions nulles de certaines personnes pour discrediter les gens qui font greve.Aurons nous un jour le courage de descendre tous et toutes dans la rue pour dire stop à l'emprise de sarkozy sur la france et non à nos pertes sur le monde du travail .Peut etre quand il nous supprimera les vacances .Je dis peut etre.Pas belle la france en ce moment.Je ne fume pas mais il fait beau pour eux les bars les restaurants ils ont moins la grimace en ce moment cela change quand on les voyait dehors à fumer leurs cigarettes.Entre le politiquement correct et les lobbies hygienistes sauvons nous .Cherchons un endroit pour vivre libre malheureusement je ne suis pas riche .Dommage j'aurai achete une ile pour revenir dans 4 ans pour savoir si sarkozy a ete battu aux elections et le nouveau gouvernement rouvrir les portes de la liberte.En ce moment je cherche les non interdits
Voyons mes frères un peu de retenue, n'oublions pas pas "l'héritage chrétien et nos belles cathédrales", tout le reste n'est forcément que fadaises...

Dupont alias lebaptisémalgrélui
On aura noté ce détail : pour la Sarkozie, il existe deux sortes de publicités:

- 1: la bonne publicité. On la nomme sobrement publicité. C'est la source de revenus légitime et naturelle de chaîne amies comme TF1 ou M6. Paule Gonzalès, par exemple, nous dit : " Il faut faire en sorte que la publicité qui quitte les écrans de France Télévisions reste dans le monde de la télévision..."

- 2 : la mauvaise publicité, un truc un douteux qui permet à des margoulins de se faire du fric à bon compte. On l'appelle généralement manne publicitaire ou gâteau publicitaire. Ecoutons Franck Louvrier : "Conscientes que le gâteau publicitaire de la presse s'est réduit, les rédactions ont entamé sur le web une course à l'audience..."

Il est inutile de préciser que si la publicité est parfois source de revenus importants, le gâteau publicitaire (un baba au rhum, sans doute) ne peut générer que des profits juteux.
Après les pirates méchant-méchant, les jeux vidéo vilains-vilain, des autres affreux-affreux font leur apparitions. Le net et l'informatique doivent avoir pour vocation d'être des boucs émissaires responsables de tout les maux.
Car offrir davantage de créneaux publicitaires à TF1 et à M6 revient à s'assurer que la manne publicitaire, détournée de la télévision publique, ne retombera pas vers les médias en ligne.
Encore faudrait-il regarder la télé pour voir la pub !
Ces dernières années, ma consommation télévisuelle a drastiquement chuté.
Maintenant, je dois être à, soyons large, 5 heures par mois.
Et sur le net, il y a tout ce qui faut pour virer la pub.
désolé d'être aussi réducteur

mais"ceci" est du protectionnisme à la petite semaine
ou alors plus grave, serais-ce le modèle chinois du web pris comme exemple !!??

edit: merci fandasi pour clavier :)
Merci pour ces infos, franchement ça fait peur :(

La droite française s'étrangle devant le mai 68 permanent qu'est internet. La chienlit s'est numérisée, vite vite où est la censure ? Crénom, Bolloré et Bouygues vont perdre des parts de marché, si je ne fait rien je n'aurais plus de vacances bling-bling, se dit Sarkozy !

Messieurs les politiques, dites vous que quoi que vous fassiez, in fine nous citoyens auront la peau de vos mesures liberticides !
"Sarkozy" et "net" sont deux mots qui ne vont pas ensemble. Sarkozy au net?

S'il touche à ça , en tout cas , c'est qu'il est aux abois. Va t'on vers une censure à la chinoise?
Elle a bien raison la Nadine M. de nous dire que le net ça lui déplait un peu beaucoup. Il est vrai que quand ses vidéos, pas bidon du tout, bien vrai celles-là, trainent sur la toile, cela l'arrange pas beaucoup ... Mais les électeurs y voient finalement plus clair, c'est simple, c'est compréhensible et non équivoque et c'est sur : http://www.dailymotion.com/video/x4s09s_nadine-morano-la-droite-decomplexee_news
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.