22
Commentaires

La "Relève" : quand le gouvernement s'installe aux Echos

Journalisme ou communication ? Ce dimanche, les clés des Échos ont été confiées à 200 personnalités chargées d'écrire les articles du numéro de lundi. Parmi elles, plusieurs politiques, quasiment tous issus de la majorité ou du gouvernement, avec pour rédacteur en chef le ministre de l'économie et des finances. Un mélange des genres sans complexe.

Derniers commentaires

c'est dingue : si Maduro aurait fait pareil au Vénézuela je suis sur que nos editocrates s'en seraient un petit peu émus

je crois que ce précédent (décrit nulle part à part chez ASI + une brève de Birenbaum du france info) marque une nouvelle étape dans la servitude volontaires des medias du capital à leur maîtres
Pour plus d' "efficacité", ça fait sens de directement faire rédiger le contenu par le gouvernement plutôt que de bêtement amplifier sa communication.
Bizarrement, je ne trouve pas grande différence entre "ça" et ce qu'on subit quotidiennement de la part de "vrais" journalistes.
En fait, journaliste est un métier. Cette leçon valait sans doute bien un hommage.
Pravda Hebdo toujours être très objective, tovaritch!
Si toi douter, toi goulag!
J'essaie de me mettre dans la peau des millions qui ont voté pour ça et qui s'auto-persuadent que grâce à eux, la France a échappé au fascisme.
Parmi les progadandistes du pouvoir en place, M6 n'a rien à envier aux Echos.
Au hasard d'un zapping - et c'était même pas moi qui tenais la zappette - je tombe sur la Une de leur jité : "La Grande Grogne".
Vous l'aurez deviné, ce titre qualifiait la grève des fonctionnaires.
Parce que c'est notoire, les fonctionnaires grognent. Les fonctionnaires n'ont pas la plus petite raison de descendre dans la rue. Mais vous connaissez ces fainéants, ces râleurs, ces professionnels de la grève et des manifs.
Vous me direz : T'attendais autre chose de cette chaîne de merde, la petite sœur de TF1, dont le directeur est Tavernost, comme par hasard invité des Echos ?
Non, rien d'autre. Mais j'arrive à saturation, et comme hier en lisant les insanités de Collomb, me viennent des envies de meurtre.
Une chance pour eux que je sois vélléitaire.
Ils ont bien raison, pourquoi s’embarrasser de tous ces intermédiaires quand on peut faire les choses soi même. Reste plus qu'à créer un ministère de la "communication" pour produire un canard à la gloire du gouvernement ("le petit disrupteur"? ou plus sobrement "révolution!" au point où on en est), dans lequel le président s'auto-interviewerait. flippant.
Sur la forme: bien observé, écriture bien tournée.
Sur le fond: ces gens se rendent-ils compte combien ils font penser à un monde orwellien? Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil.
Cet entre-soi vautré dans le pouvoir, l'argent et ses certitudes fait peur.
Bonjour
Et on chipote sur le manque d'objectivité du futur Le Média.
Mais la droite a le droit de tout faire même ce que l'on reproche à la gauche.
Et on nous parle d'alliance gauche-droite; Foutaise.
Dites voir : la photo où tout le monde est mort de rire, ça ne vous fait pas penser à la propagande étatique nord-coréenne ?
"Haré Macron , Haré Macron , Haré Macron , Haré Haré !" chant de la secte Mackrishna !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.