45
Commentaires

"La prise de conscience étazunienne n'est que du vent"

L'initiative de 56 journaux de publier un même éditorial exhortant les dirigeants du monde à réussir le sommet de Copenhague (relevé par Daniel Schneidermann ici), a incité un de nos @sinautes, Sébastien Bossi Croci, 16 ans, à publier un plaidoyer pour la planète dans les forums d'@si. Mais il relève surtout que seuls deux journaux américains sont parmi les signataires de cet appel. Une pratique qui contraste avec le discours de "prise de conscience" servi par les Etats-Unis et les médias.

Derniers commentaires

Sébastien reflète l'implication d'une partie de la jeunesse actuelle. La partie qui a été plutôt chanceuse à la grande loterie de la naissance. Cette partie est très active, bien éduquée, prête à s'engager que ce soit en signant des pétitions ou en aidant des associations (plus souvent que des partis politiques).

La grande majorité des jeunes ne votent pas (européennes de 2009, 71% d'abstention chez les 18-34ans ). Parmi ceux qui votent, les fils à papa votent UMP, ceux qui ont eu la chance de recevoir une bonne éducation votent surtout Europe Ecologie, les autres votent à l'extrême-droite.

La véritable question, me semble t-il, serait de tenter de savoir pourquoi la majorité de la jeunesse ne croit plus à son avenir?
Oui, il y a le fait que toute une partie de notre génération est dans le consumérisme le plus total. En même temps, sont-ce ces jeunes qu'il faut blâmer ou la génération de leurs parents qui ont préféré les foutrent devant une télé pleine de pub plutôt que de les éduquer?
J'ai l'impression que dans notre génération, il y a une alliance d'indifférence et de rage. Un peu comme si on avait intégré le fait qu'aujourd'hui, les dominants, ce sont les vieux. Ils sont les plus nombreux, se déplacent massivement aux urnes alors on leur fait plaisir et on les effrait. Si les plus de 60ans n'avaient pas eu le droit de vote, c'est Royal qui aurait été présidente de la France. Le grand débat de 2010 sera le débat sur... les retraites.

L'indifférence face à la chose publique fait que l'on se retire dans sa vie privée. On cherche à se démerder pour avoir un job pas trop chiant et/ou pas trop mal payer et on s'éclatera à côté en vivant et en s'aimant. Pourquoi faudrait-il que l'on soit moral alors que personne ne l'est? Comme le dit une ministre de la République (Rama Yade): "Pas vu, pas pris",
"Pas vu, pas pris". Tel est l'enseignement que la société nous a donné alors si on peut se faire des tunes en volant ou en dealant, peu importe. Peu importe. On sera à l'image de l'Equipe de France de Football qui se qualifie sur une tricherie. On sera à l'image d'un Eric Besson qui réussit politiquement parce qu'il a trahi ses valeurs.
Une petite chanson pour illustrer ce repli sur sa vie privée: http://www.youtube.com/watch?v=zpMj9bZuUjo&feature=related

Je prends le risque de choquer. On dépense des milliards pour maintenir en vie des vieux grabataires dans un état plus proche de la mort que de la vie. On dépense je-ne-sais-combien de milliards pour payer des retraites. Et en même temps, on réduit le nombre de profs, on a supprimé les emplois-jeunes. Toute une partie de la jeunesse oublie dans les drogues que la précarité est son avenir indépassable. Quelle réponse? Les CRS et la BAC pour réprimer. Pour calmer, on laisse se propager l'économie parallèle, les extrémismes politiques et religieux.
Mais, de temps en temps, vient la rage. Il suffit d'une étincelle pour que l'indifférence se mue en rage. Quand à Clichy ou à Athènes on tue impunément l'un des nôtres, la rage éclate. Les révoltes de banlieux en France en 2005 et 2007. Les Les batailles de rues anarchistes qui sont présentes partout en Europe (Poitiers, Strasbourg Gênes ou Athènes).
Allez, une autre chanson pour illustre la rage http://www.youtube.com/watch?v=pIUMZkdW0h0
ouvrons les yeux, le cas de Sébastien est rare.
parole d'un prof qui constate que ses élèves du même âge n'en ont rien à faire de l'environnement, sont consuméristes à gogo, et ne savent pas par exemple à quoi est due une crue (celle là date d'hier, alors c'est du tout frais) ; en revanche, le fait qu'en 2012 (en référence au film) on va tous disparaitre, ça ils le savent...
beaucoup de jeunes ne se sentent pas concernés, le réchauffement ce n'est pas concret, et ça obligerait à renoncer à un tas de choses, ce qu'ils ne veulent pas. Il faut se battre, et ne jamais cesser, mais ne pas sombrer dans la naïveté.

et du reste, c'est très larmoyant que de mettre cet émouvant discours adolescent mais mobilisateur (et culpabilisateur) en une : DS, on cède à l'émotionnel ?
Cher Sébastien,

Je pense qu'il est temps pour toi et pour tes petits camarades de classes de vous bâtir une solide culture politique pour affronter voire changer le Monde de demain. Je te conseille de commencer par un petit livre très simple de Hervé Kempf, journaliste au Monde, (journal sérieux si il en est ;-) : "Pour sauver la planète, sortez du capitalisme"


Je te rappelle (ou t'apprends?) que pour la plupart des journaux cités, le client n'est pas le lecteur et le produit n'est pas l'information, mais les clients sont les annonceurs publicitaires et le produit les lecteurs.

Je suis par ailleurs navré de te dire que MM Sarkozy, Berlusconi, Merkel, Brown et même Obama (je comprends ta deception pour la magnifique image marketing de ce dernier), ne sont pas les forcément les mieux placés pour modifier en quoi que ce soit le système qu'ils sont en charge de préserver et qui malheureusement est endogènement destructeur des hommes et de la Planete.

Certes il y a de quoi flipper parce qu'en plus il n'y a pas que le réchauffement climatique qui nous menace.

Tu peux toujours te consoler en te disant que tu vis une époque H I S T O R I Q U E

PS: n'oublies pas de payer ma retraite en 2050
Et pourquoi pas un sommet sur le réchauffement en plein été (dans l'hémisphère nord), genre pour que tout le monde soit en adéquation climatique avec les questions qu'il faudrait traiter ?
"Dans cette guerre contre le temps et le réchauffement, nous ne serons pas les seuls à périr et pour tout ceux qui ont combattu pour la liberté, battons-nous et faisons en sorte que mes enfants naissent avec un avenir aussi beau que possible."

ha mais t'as pas écouté ou quoi? on te dit qu'il n'y a pas de réchauffement, parce que la démonstration de ceux qui disent qu'il n'y a pas de réchauffement est truquée, donc forcément comme ne peut pas prouver que ça se réchauffe, c'est que ça se réchauffe pas ! (comment ça une erreur logique ? et ou ça? )
et puis de toutes façons la climatologie n'est pas encore vraiment une science et ça aussi ça prouve que la planète ne se réchauffe pas !

le réchauffement anthropique causé par les GES n'existe pas non plus, c'est d'ailleurs pour cela que ceux qui pensent cela pensent aussi : "Le stockage à grande profondeur du gaz carbonique (CO2), le principal gaz à effet de serre, pourrait permettre non seulement de combattre le réchauffement planétaire, mais aussi de prolonger l'exploitation du pétrole de la mer du Nord." http://www.actu-environnement.com/ae/news/480.php4

ha ha mais dites moi dites moi, alors les lobbies du pétrole auraient intérêt à séquestrer le CO2 pour exploiter le pétrole en mer du nord, mais ils ont aussi besoin de faire croire que le CO2 n'est pas le principal responsable du réchauffement (vous savez celui qui n'existe pas parce que la preuve qu'il existe était bidon) ...

question;

courtillot

qui défend les 2 thèses : activité solaire plus importante que les GES pour expliquer le réchauffement (vous savez celui qui n'existe pas parce que la preuve qu'il existe était bidon) et séquestration du CO2 pour combattre le réchauffement (vous savez celui qui n'existe pas parce que la preuve qu'il existe était bidon)

est il payé par les lobbies pétroliers? qui finance ses recherches?

deuxième question:

les lobbies pétroliers ont il intérêt à ce qu'on y voie plus clair dans tout cela?
d'un côté DS dénonce la collusion entre acteurs politiques et médias "si les spectateurs deviennen tacteurs" de l'autre la rédaction republie un message qio ttouvent que ceftains médias n'en font pas assea. J'en perds mon latin. A moins que ce qoit la diatribe antiObama, avec vocabulaire approprié "étatzunien" qui aient séduit la rédaction. Peut être que oui les journaux US ont une rigueur journalistique que les autres n'ont pas et que DS appelent de ses voeux.
Je ne veux pas reprendre une partie de la contribution d'Elodie, au sujet des raisons pour lesquelles tous les journaux n'ont pas décidé d'adopter la ligne éditoriale des unes mondiales pour Copenhague, pour des raisons éthiques qui me paraissent à moi aussi justifiées.

Je considère plutôt que ce texte était le cri de désespoir d'un ado qui pense que nous sommes mal partis, et qu'à ce titre la situation actuelle mérite un certain nombre d'éclaircissements Je le comprends d'autant mieux qu'à l'époque de ma propre adolescence, c'était un sujet brûlant et que ça m'avait beaucoup interpellée,

Toutefois, je pense que Copenhague annonce quand même une autre ère. Et cela pour une raison qui tient à la géostratégie.

Les pays émergents ( en fait émergés) comme les pays occidentaux, pour alimenter leurs industries et leurs transports, et leur économie en général, ont besoin de combustible fossile. C'est une nécessité absolue d'avoir accès à ces ressources, et spécialement au pétrole, parce que les économies modernes se sont arc-boutées depuis plus d'un siècle sur le fait que le pétrole est répandu, facile à transporter, et jusqu'ici était peu onéreux.
Tout le boulot a consisté dans les années 60 et début 70 à faire pression sur les pays du tiers-monde pour pouvoir financer à peu de frais cette économie. A partir de 1973, se déclenchent des crises de l'énergie parce que les pays producteurs prennent conscience de leur pouvoir et s'unissent pour faire augmenter les cours des énergies fossiles .
A partir du milieu des années 80, les pays occidentaux réussissent à maintenir les prix bas parce qu'ils achètent sur des marchés ouverts et ne dépendent plus directement des pays producteurs.
Mais ça a un effet dévastateur à moyen terme parce que cette politique fait baisser les investissements tandis que les pays émergents commencent à être très gourmands pour assurer leur développement. Ils commencent de leur côté à assurer leur essor par leurs propres stratégies.économiques qui contrecarrent celles des pays occidentaux, en Afrique par exemple.

A partir des années 2000, les pays occidentaux finissent par décider que seule la force militaire (leurs dirigeants se croient encore les maîtres du monde, alors que ce dernier est en train de changer) peut être employée pour assurer leurs approvisionnements énergétiques;
Il reste trois endroits où l'usage de la violence peut avoir un effet :

- Au Vénézuéla, utilisation de la méthode coup d'état : malheureusement, l'Amérique latine n'est plus le pré carré des années 70 et 80. Une autre force, née du guévarisme, a fait sa jonction avec divers mouvements d'émancipation des Indiens et des Chrétiens de gauche, et a jailli toute armée de la cuisse du caudillisme. Chavez résiste et réussit, non seulement à garder son pétrole mais à faire des clones partout sur le continent.

- Au proche-Orient, on trouve le moyen d'envahir militairement l'Irak et de récupérer les puits et les pipe-lines, et de menacer de près les pays de l'or noir, Emirats et Arabie Saoudite qui sont tout proches. Mais la guérilla, soutenue par les patriotes irakiens et les mouvements islamistes, finit par faire de la région une poudrière, et les occidentaux doivent quitter le pays la queue entre les jambes.

- En Asie centrale, l'invasion de l'Afghanistan laisse les occidentaux dans la même situation qu'au Moyen Orient, ce qui leur coupe le chemin des ressources de pétrole et de gaz auxquelles ils pourraient avoir accès au Turkménistan, au Kazakhstan, à l'Ouzbékistan.... sans dépendre de la Russie, qui reste une très sérieuse concurrente des pays émergents et de l'occident.

Cette politique est un échec patent partout où elle a été tentée.

Il ne reste dès lors plus qu'une solution : se débrouiller pour ne plus dépendre de personne, et utiliser des énergies renouvelables et propres, celles de la nature, qui sont présentes partout dans tous les pays. Mais il faut le faire de façon internationale, car ce changement en profondeur va dans un premier temps affaiblir les économies riches car ça coûte très cher à mettre au point et à financer, au moment où les énergies fossiles vont coûter de plus en plus cher et être un enjeu important vue leur rareté par rapport à la demande.

Ce scénario, s'il est exact ou du moins pas loin de la vérité, explique la motivation très forte des pays riches ou en voie d'enrichissement pour lutter contre le réchauffement climatique : ils y ont des intérêts énormes. Et les grandes révolutions ne peuvent se faire que si un maximum de gens y ont un intérêt économique. La morale peut jouer, mais pas toujours.

Donc ça devrait avancer, au moins dans un premier temps, sauf si la situation géopolitique change. Il sera alors temps de voir.
Salut Sebastien,

Merci pour cette contribution (qui doit te dépasser, maintenant qu'elle est propulsée en une) : le fait que tu exerces ton esprit critique et que tu t'intéresses à l'actualité internationale et médiatique est tout à ton honneur, surtout à ton âge. En Suisse, les jeunes du canton de Glaris ont obtenu le droit de vote à 16 ans, récemment. Ce nouveau droit a fait grand bruit, mais je crois qu'il sera réellement utile à des gens comme toi qui ont sans doute plus de conscience civique et de culture que beaucoup de leurs aînés, de deux ans plus âgés.

Ce sont sans doute toutes ces particularités qui ont motivé le coup de projecteur de la part de la rédaction, et je ne partage pas les critiques (un brin voire carrément méprisantes) ci-dessus : c'est précisément le but de la nouvelle rubrique "dans les forums" que d'engager des débats sur des opinions, qu'elles soit consensuelles ou polémiques, en complément des débats plus "professionnels". Plutôt que de remettre en cause les contributions mêmes ("l'épicier du coin" existe, que vous le vouliez ou non), élevez donc le débat dans vos réponses, en participant à l'éventuelle information de leurs auteurs, si vous jugez l'ignorance dont ils se rendent coupables si manifeste...
Quand j'ai écris ce texte, il était relativement tard, il n'a jamais été écris pour être critique ou s'appuyer sur des données chiffrés. Je ne le réclame pas non plus comme argumenté, il décrit uniquement ma pensé à un moment donné.
Pour CIinton et Kyoto je ne savais même pas encore lire quand il en a été question. Par journal municipal, j'entend les journaux locaux comparable à la Provence ou Corse Matin en France. Je considère le NYT comme un journal d'envergure internationale. Je ne fais pas d'antiaméricanisme primaire néanmoins comment oublié que la venue d'Obama n'était au départ qu'une simple halte sur la route d'Oslo et qu'il a cédé au lobbying international.
Je reconnais qu'il a annoncé beaucoup de choses mais il est un homme politique et la loi sur les émissions de gaz à effets de serre n'a depuis trois mois toujours pas été ratifiée.
J'ai pu parler à un certain nombre d'américains et bien souvent, ils ont rarement connaissance de Kyoto et se sentent peu concerné par le réchauffement climatique.
Quelqu'un peut-il m'expliquer en quoi cette contribution de Sebastien merite de se retrouver en une? Attention je ne critique en rien l'intervention de Sebastien qui est, je trouve, une tres bonne participation au forum (la ou elle aurait du rester) , mais je croyais que ASI etait un site d'analyse et de critique des medias.
Le principaux probleme des medias, en tout cas des medias soi-disant d'information (surtout les media televisuels) est de subsitituer le pathos , le ressenti, la reaction de l'epicier du coin, a l'investigation, l'explication, l'analyse.
Et que faite vous en publiant cette reaction: exactement la meme chose!
Qu'apporte comme information ce plaidoyer? Que seuls 2 journaux bases aux EU ont repris l'appel de la presse? cela meritait-il vraiment de mettre l'ensemble du message en une?
Quelle analyse apporte-t-il? Ce non suivi par les journaux americains serait-la preuve que la prise de conscience des EU n'est que du vent. Ah bon? N'y aurait-il pas une autre explication possible? Apres tous DS ecrivait recemment a propos de cet appel "C'est une sorte de "pégardo-degoisisme" à l'échelle planétaire. Et c'est dangereux : quand le spectateur monte sur scène, qui va regarder -et critiquer- le spectacle ?" Peut-etre, tous simplement, que les journaux americains partagent cette opinion et que c'est pour cela qu'il ne participe a cet appel.
Peut-etre Sebastien a-t-il d'autres info qui lui permettent de dire que cette prise de consciences EU c'est du vent: peut-etre y vit-il, peut-etre qu'il suit attantivement les medias americains.. peut-etre mais cela n'est indique nulle part dans ce plaidoyer (et pourquoi y serait-ce? apres tout, Sebastien n'avait pas pour objectif d'ecrire un article d'information, ayant vocation a se retrouver en une d'un site d'analyse et de critique, Sebastien faisait juste part de son ressenti dans un forum).
Donc voila, je me pose la question? pourquoi est-ce en une? Parce que ce type de plaidoyer pour la planete, n'a rien d'original, (meme de la part d'un jeune de 16 ans), je dirais meme que c'est ce qui domine dans les medias sur ce sujet.
Voila, j'attendais d'ASI une crontribution un peu plus pertinante.
- Je voudrais revenir déjà sur la forme. Pas tant sur le fait qu'on "rebat les oreilles" et qu'on ne les "rabâche" pas, qu'avant Jésus c'est l'Avent, ni sur le fait que "étazuniens" est un barbarisme horrible. Plutôt sur l'opportunité de publier une telle euh "tribune" sur ASI. On est loin des objectifs de critique et d'analyse des médias du site, qui ont attiré la plupart des abonnés. Oui, ce que Daniel Schneidermann appelle le rêve, l'utopie, la première mondiale dans ses éditoriaux les plus enflammés. Une tribune d'un expert des médias, sur, je ne sais pas, pourquoi ce texte fait consensus, sur le rapport avec la ligne éditorial de ces journaux, de leur lectorat, de leur stratégie marketing, mais là... C'est un partenariat avec skyblog ? ASI adopte-t-il la ligne éditoriale du tout-à-l'égout d'un Agoravox ? Vous candidatez au rachat de Le Post ?

- En effet, le fond maintenant... Ok ouais on veut que les enfants de Sébastien baisent et respirent du bon air, que le monde soit sauvé, etc, pas dur de trouver un consensus là dessus. Maintenant l'objet de son ire. Les États-Unis n'ont pas de prise de conscience écologique. J'aurais aimé quelque chose de plus sourcé, chiffré, je ne sais pas, fondé sur des faits plutôt que sur un épiphénomène comme celui-ci.
La lecture de "journaux muncipaux" comme tu dis (j'adore l'expression) est d'ailleurs enrichissante. Prenons un journal d'une petite municipalité, New York City. As-tu suivi la couverture de Copenhagen du New York Times ? L'article de Krugman d'avant-hier par exemple. Te souviens-tu combien le New York Times ou le Boston Globe (que de municipalisme !) avaient attaqué l'administration Clinton pour ne pas signer le protocole de Kyoto ?
Parlons-en du Protocole de Kyoto. Là il y aurait matière à écrire. La position d'Obama n'a jamais été très claire. Tout comme ses relations avec le lobby pétrolier ou des constructeurs de voitures, qui le "tiennent" électoralement, et restent très influent dans le processus législatif. Mais enfin, il est question de prise de conscience non ?
On parle bien des États-Unis d'Obama, qui a promis de "remettre la science à sa juste place" dans son discours d'investiture, débloqué 100 milliards pour la construction de chemin de fers, 100 milliards de dollars pour le développement d'énergies renouvelables, nommé un scientifique de renom à la tête de son département de l'énergie, engagé à réduire l'effet de serre, à ne pas forer offshore ou dans l'Alaska, et qui va pour la première fois se rendre à un sommet sur le climat ? C'est pas de la prise de conscience ça ?
On parle de prise de conscience, pas de révolution, je crois qu'on l'a la prise de conscience. N'oublions pas non plus que jusqu'à présent, les USA ne reconnaissait pas l'homme comme responsable du réchauffement climatique, que c'est la ligne officielle du Parti Républicain (cf la tribune de Sarah Palin dans un autre canard local, le Washington Post). Désolé, il y a beaucoup de progrès de fait en un an. OK on ne va pas repenser notre rapport au travail, à l'économie, mais c'est déjà beaucoup compte tenu des lobbies, de la situation politique, de l'opinion publique auxquels Obama est confronté.
C'est absurde de disqualifier tous les efforts en matière d'écologie de l'administration démocrate en prenant ce seul exemple. Enfin, ce n'est pas la première fois que l'antiaméricanisme sera porté aux nues dans ces colonnes.
Obama n'est ni René Dumont, ni André Gorz, ni Jean Jaurès, ni Evo Morales, quelle surprise ! Merci ASI ! C'est pas en publiant des sensibleries sans rapport avec l'objet du site et pis, sans plus value analytique ni objectivité qu'on fera avancer le débat de façon intelligente.
Heu, "ces temps positifs où le chômage baisse et où la reprise s'annonce", j'ai l'impression, en effet, que les décorations de Noël vous aveuglent quelque peu.
Ce pessimisme est hélas bien à propos, voir même pas assez radical étant donné que la volonté d'avoir des enfants est déjà signe d'un espoir qui me dépasse (j'ai 20 ans.)
salut Sébastien,

si tu reflètes l'implication de notre jeunesse actuelle, peut-être qu'on n'est pas si mal barré que çà...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.