82
Commentaires

La mystérieuse suspension d'un prof de philo à Poitiers

Pour le procureur de la République, il pourrait être coupable "d'apologie d'actes de terrorisme". Pour ses soutiens, il est victime d'une "décision brutale et non motivée", voire d'une "chasse aux sorcières". Lui-même juge la situation "absurde". L'histoire de Jean-François Chazerans, professeur de philosophie dans un lycée de Poitiers visé par une enquête de la police judiciaire pour "apologie d'actes de terrorisme", défraie la chronique dans la presse régionale de la Vienne, et pourrait bien rebondir dans les médias nationaux – l'enseignant encourt une peine de cinq ans de prison et 75.000 € d'amende. L'affaire, pourtant, est particulièrement floue : parmi les témoignages des défenseurs et accusateurs du professeur, le "non confirmé" le dispute au "non infirmé", et à peu près personne ne peut produire de preuves de ce qu'il avance. @si tente de faire le point.

Derniers commentaires

Cette histoire est ridicule. Je connais Jean François Chazerans, c'est une personne engagée dans de nombreux combats justes (DAL, etc...).
Le 11 janvier, j'étais à la manifestation pour Charlie à Poitiers et je l'y ai croisé. Se serait-il trouvé là s'il faisait l'apologie des terroristes ?
Que ceux qui pensent que l'école est un lieu d'émancipation se contentent du "cercle des poètes disparus", parce qu'apparemment y a que dans la fiction que ça plait !
Si on se reporte à l'affaire de la professeur/e de Mulhouse qui avait mal mené son cours sur l'usage des caricatures, finalement réintégrée au service (mais ailleurs), on peut être optimiste pour Monsieur Chazeyrans, dont tous les témoignages concrets sur son enseignement sont en sa faveur.

Sauf si la loi du sieur Claeys et du Rectorat est la plus forte. C'est pas pour embêter le collègue, mais j’aimerais qu'un procès ait lieu, on aurait rarement autant les moyens de rigoler dans une enceinte judiciaire.

Quand même, ce recteur qui veut protéger des enfants qu'ils ne connaît pas, qu'il na jamais entendus, et les prive en année d'examen d'un enseignant compétent et respecté* par eux (chose plus rare de nos jours qu'un politicien honnête), quel trou du rectum !

* Pas d’ambiguïté : il existe des tas d'enseignants respectables, qui dans le bordel et la solitude** où ils enseignent, sont aussi respectés qu'un mur de cagoinsses.

** « La proviseure du lycée, que nous avons contactée, n'a pas souhaité s'exprimer ». Courage fuyons. Si elle se tape une grève, elle ne l'aura pas volée.
Bah, tant qu'ils laissent Tesson tranquille...
Le reste, on s'en fiche, non ?
Après un enfant de huit ans au commissariat, un prof mis à pied suite à une délation de parents d'élèves, sans même que la plus élémentaire confrontation entre le professeur incriminé et ses accusateurs n'ait eu lieu.

"Il fallait l'éloigner de ses élèves" a déclaré le recteur. D'habitude c'est le motif invoqué à l'encontre d'enseignants soupçonnés de pédophilie... en primaire. Une opinion éventuellement discordante représenterait donc le même danger qu'une menace de viol d'enfant !

Le délit d'opinion (en l'occurence en présence d'adultes ou de quasi adultes) n'existe pas en droit français ? No problème, le très récent délit d'apologie du terrorisme (manifestement très élastique) permet d'y remédier en cas de besoin.

Ohé !... les quatres millions de citoyens qui ont déflilé récemment pour la liberté d'expression, réveillez-vous !
Pour avoir l'air de faire quelque chose, le rectorat fait tomber la foudre sur un prof. Quand un journaliste tend un micro et demande de justifier ça, on a un rectorat injoignable, c'est la mode actuelle de la république semi-bananière , chaque petit responsable de bureau se retranche aujourd'hui dans un silence hautain quand il est mis en cause, c'est le secret professionnel, le secret des affaires, le secret bancaire, le secret de bureau, le secret du bourreau..................................
Il faudrait une loi contre l'hypocrisie et la rétention d'information administrative, après tout on paie avec nos impôts ces pleutres et ces margoulins , leurs secrets de pacotille protègent le pouvoir pourrissant. Je sent que le pétainisme s'est refait une santé , et surtout à l'éducation nationale.
Voté des deux mains
C'est malheureusement une procédure courante.....le client est roi,.....les parents forcément légitime jusqu'au ridicule.....et nos chefs pantalons baissés
se vengent sur leurs subordonnées.....
Il y a vraiment à s'interroger sur la construction de nos hiérarchies et de nos élites.....surtout dans l'EN.....ou la plupart des patrons sont parfaitement incompétents
Merdouille, je crois que je l'aime bien ce prof.
Bon courage à lui !
Autrefois, quand un gosse se plaignait à ses parents, ceux-ci contactaient le prof pour savoir de quoi il retournait vraiment et ça se réglait comme ça. Ou pas.

J'ai connu, en fin de carrière, une évolution : ils ne venaient pas vous voir et passaient directement à l'étage du dessus, votre direction, dans le seul but de vous « faire baiser ».

Et maintenant, on progresse : a pu la direction (inexistante dans l'affaire de Poitiers : court-circuitée ? Planquée derrière ses piles de dossiers?), direction le Rectorat, qui, terrorisé, ne prend même pas la précaution de contacter le principal concerné pour savoir de quoi il retourne vraiment

J'ai revu la photo du Recteur : magnifique bouche en cul de poule, regard de chouette prise dans la lumière, soit la bobine du « petit asticot » dont Jean Yanne secoue la calebasse, aussi terrorisé devant les tout-puissants parents que l'inspecteur devant le candidat.

Il prétend protéger les élèves. Quelle rigolade, quand on écoute ceux-ci (enfin, pas les mouchards, bien planqués dans leur trou) : c'est un prof qui nous provoque pour nous aider à réfléchir ! Ah ben je comprends le Rectum, là : aider des mômes à réfléchir plutôt que leur inculquer le TINA et le respect du MEDEF, ah ça oui, c'est dangereux !

J'espère que ce prof qui fait honneur à son métier aura la gnaque et les soutiens pour obtenir le retour à ses pleins droits, pour attaquer le Rectorat en procédure abusive et les parents-cafards en dénonciation calomnieuse.
L'avait qu'à faire prof de math, l'aurait pas eu tous ces problèmes.
Un prof passe en conseil de discipline sur demande des parents d'élèves :-)
Sur la foi d'élèves qui n'ont pas toutes les facultés pour comprendre précisément la pensée dudit professeur.

L'ambiance doit être super dans cet établissement.
J'espère que mes gosses auront la chance de croiser un tel prof dans leur parcours scolaire.
Il restera Marion Marechal..peut etre dans peu de temps ..Car comme disait Leo Ferré en 1971 , la gauche c'est la salle d'attente du fascisme
"chasse aux socières, hystérie collective, fascisme, délation comme ,en 1940, benjamin Franklin."!!!! Gardez des munitions caius lapsus, parce que si ce prof est licencié que vous restera t-il : Jean Moulin ? Dieu ? Holocauste ? Cabu ?
Merci pour cet article. On y voit un peu plus clair.
Au nom de la liberté d'expression on fait la chasse aux socières pour ceux qui s'expriment différemment de la bande de moutons . Dans l"hystérie collective de l'aprés Charlie on arrete un gamin de huit ans parce qu'il n'etait pas Charlie. Extraordinaire c'est presque du fascisme ,du moins ça y ressemble. La délation comme ,en 1940, et si organisait une marche pour elire le roi des cons!... quand un peuple est prés à sacrifier un peu de sa liberté pour avoir plus de securité ,il ne merite ni l'un ni l'autre et finira par perdre les deux benjamin Franklin.
le maire de Poitiers, Alain Claeys ... accuse les militants du DAL (il cite nommément Chazerans) d'être des "individus sans scrupules"

Ne dites pas ça à Rémi Garnier, il va nous faire une crise cardiaque !
Ce bon recteur, bien que titulaire de son CAR*, n'a pas dû apprendre ce qu'est un bon porf de philo, et jamais entendu parler de la provocation socratique.

Pour mon bonheur, si j'ai eu quelques cons patentés comme profs, j'ai eu aussi, en philo, deux personnalités de la trempe de Chazerans**.

* Certificat d'Aptitude au Rectorat. Brevet voire Bac, faut pas exagérer, hein.

** Comparez sa photo et celle du Haut Fonctionaire : tout est dit
Et parce que l'Académie de Poitiers se veut exemplaire (voire zélée) en matière de lutte contre la radicalisation et le soutien au terrorisme ?

Et que l'Acacadémie n'aime pas les profs qui ont de la personnalité.

(Heu...ne serait-il pas plus conforme à la vérité d'écrire que l'Acacadémie a refusé de vous répondre ?)
"inadéquat", voila un qualificatif qui décrit de façon parfaitement adéquate le propos qu'a bien pu tenir le professeur.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.