21
Commentaires

La messe du Point, et ses fidèles-fantômes

Le Point assure qu'une messe pascale clandestine en latin aurait eu lieu à Paris le 11 avril, occasionnant une visite de la police. Mais la cérémonie a été filmée, et... il n'y avait pas de paroissiens.

Commentaires préférés des abonnés

Les voies de Dieu  sont impénétrables  ;  mais les voies pulmonaires, hélas ..., le sont ....

Les explications de Castaner ce matin sur France Inter : "Il n'y avait que deux policiers, Ils ont attendu devant la porte (fermée) de l'église, ils entendaient effectivement une célébration, et le seul qui a pris l'amende, c'est le curé qui est sort(...)

Il me semble que la police s'est policée depuis l'intervention dans l'Eglise St-Bernard. Il est vrai que les pauvres à l'intérieur de St Bernard  n'avait pas la peau lisse ( et blanche )

Derniers commentaires

Que dire alors de cet article de Nantes Révoltée (sourçant Le Point et Ouest-France) ?


"Des policiers se sont rendus devant l’église, entendant les bruits de cette messe illégale. Ils ont donc présenté «leur rapport oralement à l’état-major de la Préfecture de Police », dirigée par le préfet Didier Lallement. « Il leur a été ordonné de rentrer à leur base ». Les autorités ont donc volontairement protégé cette cérémonie : le confinement semble être à géométrie très variable. Que ce serait-il passé s’il s’agissait d’une cérémonie musulmane ?

Les agents ont donc quitté les lieux, après avoir croisé quelques fidèles « qui leur ont confié qu’il y avait encore entre 20 et 40 personnes à l’intérieur. Aucun d’entre eux n’a été verbalisé ». "


Qu'il y ait 20 personnes ou 40 ne change rien, un tel rassemblement est censé être interdit. Pourquoi les flics ne sont-ils pas intervenus ?

Eglise aux portes closes (si on entend qu'il y a une cérémonie à l'intérieur, il doit être possible de signifier qu'on aimerait rentrer), ordres de la préfecture, ou bien les deux ?

Nul doute qu'on ne trouvera pas trace d'une telle rigeur journalistique pour quelques autres confessions...
La cathophobie fait partie des services essentiels médiatique; comme un De Funes, un petit bonbon qui coute rien.

Des "croyants" réfractaires au covid !! ,  pendant la Révolution, seraient tous passés au rasoir national !! 

J'avais répondu sur FB à quelqu'un qui me disait "il n'y a personne, vous pouvez vérifier". Vu le confinement, j'avais eu plein de temps et j'ai donc visionné la vidéo, qui est effectivement celle que votre article cite (les 3 heures de la Vigile Pascale). J'obtiens un décompte différent du votre : 19 servants d'autel et prêtres pour l'office et un minimum d'une vingtaine de fidèles.


Voici une copie de mon post, avec un time-code pour permettre un contrôle supplémentaire.

NB : à un moment je compte "une dizaine de personnes" dans le flou de l'image. Là j'ai peut-être exagéré. Mais même en réduisant cette évaluation, on reste loin de votre décompte signalant 4 fidèles.



0:12:00 On décompte un prête et une quinzaine de servants d'autel, qui se regroupent autour d'un brasero. Les allées et venues sont multiples. Le nombre de présents reste imprécis. Il est évalué à 15 au minimum, pour le moment.
0:22:00 On voit les rangs centraux vides de l'église. Au bord droit de l'image, des mains et/ou manteaux posés sur les sièges sont visibles, mais il est impossible d'en évaluer le nombre.
0:23:00 Le plan est plus large mais il devient flou. Une vingtaine de secondes plus tard la lumière est allumée et un mouvement assis/debout, toujours flou, permet de dénombrer une dizaine de personnes au minimum. Le nombre total de présents est donc porté à 25 au minimum.
1:38:00 Plus d'une heure plus tard, la caméra est tournée vers l'autre côté de l'église, afin de filmer une procession. On distingue alors six personnes à l'arrière-plan de cette procession. Le nombre total de présents est donc porté à 31 au minimum.
Un peu plus tard un plan général du chœur permet de compter plus précisément jusqu'à dix-huit personnes pour le groupe des prêtres et servants d'autel. Le nombre total de présents est donc ré-évalué à 34 au minimum.
1:53:00 Une caméra filme le côté du chœur, cadrant la sortie de la sacristie. On voit deux femmes sur les bancs à cet endroit. Un prêtre leur demande de se déplacer. Il fait à plusieurs reprises des signes montrant l'autre côté de l'église. Une troisième femme auparavant hors-champ se lève et accompagne les deux premières. Elles sortent du cadre. Le nombre total de présents est donc porté à 37 au minimum.
1:54:00 Une procession sort de la sacrisitie. On distingue un homme en costume au fond de la sacristie. Et à l'avant de la procession on remarque un enfant dont les habits rouges et le jeune âge permettent d'affirmer qu'on ne l'avait pas vu auparavant. Le nombre total de présents est donc porté à 39 au minimum.
2:14:30 L'orgue entame sa musique. Si la Vigile Pascale a bien démarré à 22h30, cela signifie qu'il est minuit passé de quarante cinq minutes à ce moment-là.
2:53:35 Les prêtres et les servants d'autel quittent l'autel en procession, ce qui permet de confirmer leur décompte : 19 (ce qui correspond bien à 18 plus l'enfant). Un plan assez large montre l'église vide à ce moment-là, avant qu'ils ne retournent à la sacristie, marquant la fin de l'office. Il n'y a ensuite pas d'autres personnes visibles sur les images du reste de la vidéo.
Conclusion :

Le décompte effectué au long des trois heures de la vidéo officielle de l'événement permet d'affirmer qu'il y avait au minimum 39 personnes présentes dans l'église (19 pour l'office et 20 minimum pour les fidèles). Le flou maintenu et jamais corrigé tout au long de la séquence filmant la partie latérale de l'église où semblent regroupés les fidèles ne permet pas leur décompte précis. En particulier, cette partie de l'église n'est jamais filmée intégralement.

Saint-Nicolas du Chardonnet...

Çà me rappelle quelque chose.

Bonjour,


Petits éclairages supplémentaires :


Le message d'assistance à la messe dans les descriptions est un message "générique" appliqué à toutes les retransmissions de la messe et bien avant le confinement. Le message est clair aussi : "ceux qui le peuvent" à priori en confinement on ne le peut pas.

Cette diffusion de la messe est à la base réalisée pour les personnes âgées et les personnes alitées. C'est la raison de ce message qui peut paraitre contradictoire mais qui n'est qu'un simple copier/coller des descriptions passées.


Ensuite pour l'interdiction des messes ceci n'est pas vrai dans les faits puisque partout en France sont organisées des messes rediffusées sur Internet. Ces messes sont donc bien célébrées. Une simple visite sur YouTube montre que des messes "clandestines" il y en a eu beaucoup !

Cet argument est donc irrecevable.


Quant aux gestes barrières. Il s'agit ici de rites codifiés. Il est impossible de les changer. Les "gestes barrières" ne sont pas une obligation si je ne me trompe. Si on vous voit serrer la main de quelqu'un je ne crois pas que vous puissiez être l'objet d'une contravention.


Cette information du Point est véritablement une calomnie. Peu importe qu'il elle vise. Elle donne une bien piètre image des journaux qui la diffuse.

Merci ASI et Thibault Prévost pour cet article.

J'avais vu passer cette information sur la messe clandestine et tout est bon pour y croire et la faire partager : La différence de traitement entre catho et les autres religions, le fait que le non-respect de confinement touche tout le monde, etc.

Merci donc pour l'enquête !

On peut aussi préciser, ce qu'a bêtement oublié de faire notre très crédible ministre de l'Intérieur ce matin, que cette église est à 50 mètres du commissariat du 5ème arrondissement. Du coup, la fable mignonette de la 'tite voiture de police qui passe par hasard, et des deux policiers qui poireautent devant une porte pendant que les contrevenants partent sortent par l'arrière en mode Benny Hill, comment dire...

Heureusement c'est bientôt le début du Ramadan. Le Point et ses confrères vont pouvoir revenir à leur fonds de commerce habituel.

Il me semble que la police s'est policée depuis l'intervention dans l'Eglise St-Bernard. Il est vrai que les pauvres à l'intérieur de St Bernard  n'avait pas la peau lisse ( et blanche )

Outre le prêtre officiant , il y a  17 personnes en habit écclésiastique   (photo 1)     ainsi que 4 personnes  en tenue laïque ( photo 2) .


Soit : 21 personnes .


Il y avait peut-être aussi quelqu'un pour la musique ? quelqu'un d'autre pour la vidéo ? 




Ah , heureux temps de ma jeunesse ou enfant de chœur (début 1960)  je servais la messe en latin sans y comprendre un traître mot. Pour s'en remettre il y avait le vin de messe mais fallait pas trop taper dedans car ils avaient l’œil les ensoutanés. Je suis bien loin de tout ça , même en français.

"la retransmission vidéo de la messe dominicale ne remplace ni ne dispense de l’obligation d’assister physiquement à la messe pour ceux qui le peuvent "


obligation ??  C'est surtout ca qu'il aurait fallu verbaliser..... quelle betise.




Alors ceux-là, les adeptes de la SSecte St Nicolas etc ... ne paieront pas d'amendes tout de suite.


Plus tard, la colère du grand COVID s’abattra : Armageddon ! Armageddon ! Armageddon !

Les explications de Castaner ce matin sur France Inter : "Il n'y avait que deux policiers, Ils ont attendu devant la porte (fermée) de l'église, ils entendaient effectivement une célébration, et le seul qui a pris l'amende, c'est le curé qui est sorti par la grande porte, les autres sont sortis par une porte de derrière". Effectivement, porte fermée,je crois qu'ils n'ont même pas le droit de taper en criant "police, ouvrez!" Quand même, sont sournois, les calotins !

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.