92
Commentaires

La journaliste du Figaro et les assistés

Derniers commentaires

Je viens de lire le Vite-Dit de ce jour. Ma foi, on dirait que vous avez touché juste (vu comme ça brame!) en nous informant sur la position sociale de cette journaliste. C'est vrai que son billet est déjà assez puant avec ses immenses canapés et ses écrans king size, mais que savoir d'où elle vient, d'où elle parle rajoute un élément de compréhension qui n'est pas sans intérêt. Merci, et continuez!
Non mon cher Daniel, ce qu'a écrit cette dame n'est pas un article, c'est un pamphlet haineux et revanchard de la classe dominante, sûr de son bon droit, et bien décidé à revenir sur 200 ans d'acquis sociaux. Et j'espère que c'est mon manque d'humour qui m'a masqué votre ironie quand vous semblez considérer que cette dame exerce la même profession que vous.
C'est en effet assez désespérant, si les seuls journalistes dont on peut être certain de l'indépendance sont ceux ou celles qui sont mariés à des milliardaires. Et en plus d'être désespérant c'est tout à fait incertain. Si avoir de l'argent garantissait la liberté de penser, ça se saurait. Il n'y a pas plus conformistes que nos élites, et quand en guise de passe temps elles peuvent déverser leur haine du gueux dans un quotidien national, c'est carrément à dégueuler!
La volaille qui fait l'opinion écrit dans le Figaro et je suis ne suis pas certain que ce soit encore du journalisme.
Extrait d'un article de Libé.fr:Il se trouve que la signataire de l’article est l’épouse d’un grand patron du CAC40 qui touche plus de 2 millions d’euros par an. Soit plus d’un an de RSA… par jour. Je crois que tout est dit . Lire l'aricle édifiant ici.
Bon, outre que cet article du Figaro fait peur quand à sa tonalité (on est habitué), ce que laisse véritablement transparaître la "journaliste" c'est que le fossé entre riches et pauvres, entre "insistés" et "assistés", ceux qui insistent et ceux qui assistent, bref entre les élites et son peuple devient aujourd'hui vraiment énorme (on est habitué).

J'ai travaillé dans la restauration et dans le bâtiment et je dois dire que si l'ambiance peut y être sympathique, combien d'entre nous repartent les bons jours avec de "grosses enveloppes remplies de black" ? Une très très faible minorité, non mais elle croit qu'on est tous serveurs dans un grand resto à Londres ou quoi ? Ou alors elle a totalement transposé son univers socioprofessionnel à elle sur le monde du travail précaire et nage en plein délire, s'imaginant les serveurs et cuisiniers repartant le soir avec plusieurs centaines d'euros en cash !! Quand au travail dans le bâtiment même en étant qualifié et en alignant 50 heures par semaines, on dépasse très rarement les 2300 euros. Sur quel travail (sic) ou enquêtes se base t-elle ? Ou alors elle peut mettre en relation des personnes qui se cherchent mutuellement et peut envisager un poste au pôle emploi...

On sait tous que les chômeurs sont des chômeurs volontaires voyons, posant leurs fesses sur "un gros sofa face à un immense écran plat qui ronronne en permanence pour meubler la solitude", c'est bien là une réalité sociale forte, une image certes un peu parasitée, peut-être du lointain point de vue de quelqu'un qui vit complétement déconnecté de la vie des gens ordinaires. Et le Figaro de publier l'article ! Aie aie aie !!
Rhhooo, le Figaro ne me laisse pas me connecter pour commenter l'article sur l'AME (j'ai rarement lu autant d'appel au vote FN que dans les commentaires). ça vous dérange si je vous le donne ?
(C'est sûr que c'est moins utile que là-bas)

"Ben dites-donc, c'est édifiant de lire les commentaires des articles du Figaro ! Et les articles eux-mêmes, par ailleurs.

Ayant appris que les étrangers ont la gale, le SIDA et se droguent, nous retiendrons aussi que la majorité des bénéficiaires de l'AME bossent... C'est à dire :
- Ne sont pas des touristes médicaux
- Contribuent aussi à la société (soit leur travail est déclaré, et ils paient des impôts, soit il ne l'est pas, et contribue alors plus au développement de leur employeur qu'au leur... Et ils paient, en vivant en France, tous la TVA)

La difficulté, j'imagine, pour faire payer les bénéficiaires et que l'on se trouve en présence de situations extrêmement diverses : des personnes à peu près stabilisées, qui pourraient donc être en mesure de payer des cotisations, mais aussi des personnes en arrivance dans des situations extrêmes, qui elles, sont parfaitement incapable de réunir cette somme.

Et il est possible que se greffent là-dessus des personnes faisant du tourisme médical qui ne devraient pas bénéficier de ce régime.

Allez, et faisons des calculs :
- La budget de la sécu est de plus de 400 *milliards* d'euros. Celui de l'AME sera donc, au plus, de 588 millions d'euros. Soit, en voyant large, 0,15% du budget de la sécu.
- Il y a 210 000 bénéficiaires. Soit, si on considère que la France compte 65 millions d'habitants (c'est large), 0,3% de la population environ (probablement moins).
Conclusion : un bénéficiaire de l'AME a des dépenses médicales au moins moitié moindres à celles d'un français moyen. Nous sommes loin, je pense, de l'image de l'étranger grassement soigné et pillant le système."
Merci au Canard Enchaîné d'avoir démontré ce matin combien un assisté pouvait être un exemple pour la nation !
Cet assisté ? Luc Ferry, lui-même, grand pourfendeur des nobles causes (toujours ! tu m'intéresses !) !
4499.04€/mois à ne rien glander...
Et ce depuis des années...1997, si j'ai bien lu l'article...
San compter qu'il a depuis été rémunéré comme ministre, puis par diverses instances... sans compter ses droits d'auteur (D'hauteur? Pas de vue, en tout cas !) (D'ailleurs, quel est leur montant réel ? Quel chiffre d'affaire, quelle rentabilité, quels bénéfices pour les oeuvres de cette icône de la "nouvelle -si passéiste- philosophie" ?)
Et qui a même tenté le piston auprès d'une ex-future-collègue de gouvernement... la dame Pécresse... 'savez ? Celle qui rit quand on l'agresse ! (Rien à voir avec la situation à Athènes en ce moment !) Quoique...
Pas foutu d'assurer 192 heures de travail par an... Rapporté au rythme universitaire, 19h par mois...
Mon Dieu ! moi qui ne suis pas croyant ! Faites que le feu copéin -ou wauqiezinzin(*)- s'abatte sur cet immonde profiteur, avant que les véritables allocataires du RSA n'aillent derechef postuler aux offres de l'Education Nationale vilement relayées par le Pôle Emploi !
Pour des sales airs de misère...

(*) Mais si, tu les connais ! Dans certains milieux (certes, de gauche) ont les surnomme "Sot d'homme" et "Gomme-or" (Tu viens plus aux soirées, toi, Mon Dieu ???)
Et le mari de la députée qui voulait mettre certains immigrés dans un bateau vient de se faire "poisser" pour prise illégale d'intérêt , faux et usage de faux lors de la campagne électorale de son épouse !
http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/le-mari-de-la-deputee-ump-chantal-brunel-mis-en-examen-08-06-2011-1486078.php

Plus belle la vie !
Si j'ai bien compris la proposition de M. Coppé, ceux qui bénéficient de la solidarité du pays devraient renvoyer l'ascenseur et effectuer quelques travaux d'intérêt général : "...entre cinq et dix heures par semaine au service de la collectivité...". Entre 260 et 520 heures par an, donc.

Le RSA "Socle", pour un célibataire avec un enfant et sauf erreur de ma part, c'est 700 euros par mois, soit 8.400 par an.

D'après le Canard, en 2010, Mme Bettencourt a reçu, de la part ses concitoyens solidaires, 32 millions d'euros. Si mes calculs sont exacts, elle devrait donc effectuer en 2011, entre 990.000 et 1.980.000 heures d'intérêt général.

Le problème, vous l'aurez compris, c'est que 2011 ne compte que 8.760 heures. La proposition de M. Coppé ne marche donc pas.
L'expérience de la pauvreté devrait être obligatoire pour tous les nantis, ils diraient moins d'absurdités !

…bon sur ce je m'en vais poursuivre mes rêves de jonques, aller où mon désir le veut ...
Ça marche toujours de mettre sur le devant de la scène ces petits salauds de pauvres qui trichent, que de pourchasser les riches qui planquent leur pognon dans les paradis fiscaux. Demandez à Woerth qui sait de quoi il parle "j'ai fait rentrer un milliard d'euros des paradis fiscaux, il faudrait aller plus loin, mais on risque de voir partir les riches", "Qu"ils s'en aillent tous". Vous savez de qui est cette réponse.

Oui bon débarras de ces riches qui ne produisent que pour eux-mêmes, qu'il s'étouffent avec leur pognon.

Au passage merci à Mouffette.
La fraude sur le RSA ? 0,3 %, d'après l'enquête de la CAF.
99,7 % des "bénéficiaires" ne fraudent pas, soit plus de 1,5 millions de personnes.
Bien entendu, cette dame patronesse (journaliste(!), je veux dire) ne relève pas que 4.500 personnes ont rapporté à l'Etat (cf. l'enquête du fisc/Woerth sur la fraude fiscale) plus de 1,5 milliards.
Cherchez l'erreur.

Tiens, sur France Inter il y a 2/3 jours, l'interview d'un agriculteur qui touche le RSA : un assisté, bien sûr !
L'article de cette crétine ne serait pas moins, ni plus abject, s'il avait été rédigé par un journaliste au pédigrée plus ordinaire. Evoquer ses liens avec Cirelli ne serait pertinent que si elle se faisait poisser en train d'écrire sur les activités de son mari. Faut-il vraiment connaître le CV et la feuille d'impôt d'un journaliste pour apprécier correctement la qualité de son travail ?
il y a ceux qui sont assistés qui vivent sur le dos des autres et pis y a ceux qui sont profs de philo et qui sont payés plus de 4000 euros par mois pour ne pas donner de cours, je ne vise personne...
Apres la semence royale de DSK voici l'encre d'or des nantis qui insultent les gueux!
il va falloir remonter la guillotine en place publique
Ce que j'ai à en dire, c'est qu'il faut lire le Figaro pour ses informations et non pour ses opinions. La gymnastique n'est pas aisée à priori car certains articles sont biaisés habilement pour faire passer de l'opinion pour de l'information, mais nous ne sommes pas sensés laisser notre esprit critique sur le porte-manteau avant d'ouvrir un journal ou consulter son site internet.

Le Figaro est un journal de droite, prosarkozyste, et est même avec TF1 une des grandes puissances de frappe de Sarko, je ne pense pas ici livrer un scoop ahurissant. Tout va ensemble, y compris la complaisance pour embaucher les gens de la famille de... (au hasard, des grands PDG, des ultra-riches, du directeur de la publication...) donc forcément des gens riches ou qui ont les mêmes intérêts que les riches. Peut-être que le pigiste de base mal rémunéré et pas très friqué aura plus de mal à faire des articles de cette obscénité sachant en plus que ce sont les riches avant tout qui parasitent l'argent de l'état (bouclier fiscal, crédits impôt recherche...)

Si on veut lire des articles sur le RSA, c'est d'autres sites qu'il faut consulter. Est-ce vraiment utile de s'étaler sur une bécasse stupide qui fait le jeu de sa classe sociale et de ses choix politiques ?

D'autres débats, à mon avis, sont plus importants.
Et on n'est pas nés ni les uns ni les autres de la dernière édition du Figaro, autrement, on ne serait pas sur ce site.
Merci aussi pour le "Adoncques" qui nous renvoie ici, quel bonheur : Les Oiseaux de Passage
Cette contre-attaque de la droite est très grave, mais il y a malheureusement encore pire ! Mais quoi ? Qu'est-ce qui peut bien être pire que ça ? Fukushima, sans doute ! Mais pas seulement !

À lire absolument aujourd'hui, pour nourrir vos luttes, vos articles et émissions futures : http://www.jean-luc-melenchon.fr/2011/06/08/l%E2%80%99histoire-se-cherche-vous-ne-trouvez-pas/



Extrait :

"Dans les rêves inspirés de monsieur Trichet, l'Europe autoritaire passe la vitesse supérieure. «Si un pays n’obtient toujours pas les résultats attendus, je pense qu’une deuxième étape s’impose et qu’elle devra être d’une toute autre nature ». Au secours, on entend un bruit de botte cloutée ! «Serait-ce aller trop loin , se demande faussement ingénu le raminagrobis du fric, que d’envisager de permettre aux autorités de la zone euro d’exercer une influence beaucoup plus forte et plus décisive sur l’élaboration de la politique économique au sein du pays concerné si celle-ci dérape dangereusement ?» Dérape ! Mais comment peut-on parler comme ça ?

Trichet précise sa proposition. Une caricature d’eurocratie. Il souhaite "que les autorités européennes aient le droit d’opposer leur veto à certaines décisions de politique économique nationale. ». Le Premier mot qui compte ici c’est « les autorités » ! Foin des institutions et des représentants du peuple ! Et le mot qui tue c’est « veto » ! Ceux qui m’ont trouvé exagéré sur le thème peuvent avoir des remords. Ceux qui ont regretté les accents populistes de ma dénonciation de l’Europe autoritaire (« ne croyez vous pas que vous exagérez ? ») et de la régression de nos libertés jusqu’au point du débat sur le droit de veto du roi (« vous savez bien que ce n’est pas du tout à l’ordre du jour ») voient dorénavant ce qu’il en est dans l’esprit du tout premier responsable européen.

Cette substitution de souveraineté, du peuple vers « les autorités » couvrirait un champ considérable. Que resterait-il après cela de la souveraineté du peuple ? C’est une nouvelle fois l’esprit du traité de Lisbonne et du projet de Constitution européenne qui visait à constitutionnaliser la politique économique libérale. « Cette compétence pourrait en particulier concerner les principaux postes de dépense budgétaires et les facteurs déterminant pour la compétitivité du pays". C’est dans ce contexte qu’il propose "un ministère des finances de l'Union". On voit comme il est superficiel d’en rester à des mauvaises plaisanteries sur un tel sujet. Et comme si cela ne suffisait pas, la conclusion qui se veut lyrique fait froid dans le dos ! Quel grand démocrate : "partout où le nom de Charlemagne a une signification, là est l’Europe". L'Union européenne placée en 2011 sous les auspices de Charlemagne empereur barbare de l’an 800 ! On se pince. Mais voila qui va comme un gant à l'Europe autoritaire que nous avons sous les yeux. Il y a 1 200 ans, ce "père de l'Europe" avait déjà essayé d'unifier l'Europe par la force des armes et l'orthodoxie religieuse. Leur projet est le même aujourd'hui : la force est désormais celle des banques et des marchés et l'orthodoxie celle du libéralisme et du libre échange. Et l’église pour nous exalter nos prétendues racines dans ces âges barbares. "

[...]

"Mais le pire c'est que la proposition de Trichet a trouvé des soutiens ailleurs qu'à droite. Des euros-béats de la social-démocratie ont aussitôt applaudi. Une note de la Fondation Terra Nova, si proche du PS, réclame une tutelle encore plus dure de l'UE sur la Grèce et vante les mérites de la proposition de Trichet. Lisez plutôt ce que dit cette note datée du 6 juin : "nous proposons que l’Union européenne s’engage résolument dans la voie d’une plus grande intégration européenne, par deux chemins parallèles ». Attention, la lecture de la suite ne doit pas être infligée sans précaution aux personnes qui croient que tous les socialistes le sont et même qu’ils sont démocrates.

Que propose la principale boite à idée du PS, la fondation Terra Nova ? Comme d’habitude, elle ne tourne pas autour du pot. C’est son mérite. « En premier lieu, sur le cas grec, en exigeant de durcir encore son droit de regard sur les dépenses budgétaires grecques et sur ses choix essentiels à sa compétitivité. » Durcir le « droit de regard ». Outch ! C’est dit. « Parallèlement au niveau communautaire, en actant dans les statuts un saut fédéral majeur : celui de doter le Conseil des ministres des Finances d’un véritable droit de véto général en Europe sur certaines décisions de politique économique nationale, lorsqu’un pays à sollicité l’aide de la zone euro, en attendant la création, dans un second temps, d’un véritable « Ministre des Finances de la zone euro », comme l’a proposé Jean-Claude Trichet." Le « droit de veto », de nouveau ! Le mot compte. Il est significatif qu’il soit utilisé de cette façon dans les deux textes. Les positions de ces sociaux-libéraux français ont le mérite d'être cohérentes avec celles de Socrates au Portugal, Zapatero en Espagne et Papandréou en Grèce. Les libéraux des deux bords, de droite et sociaux-démocrates, marchent ensemble pour imposer l'Europe autoritaire."



On ne sait plus où donner de la tête, mais ce qui relie tous ces évènements incroyables - Fukushima, travail forcé pour pauvres, diktat de la finance, oligarchie - c'est le déni et la destruction de la démocratie, des droits de l'homme et du citoyen. Relisez ce que suppose Emmanuel Todd sur l'avenir du suffrage universel dans son dernier livre. Ça va péter !
Elle est rangée où, exactement, la guillotine ?
Rien de neuf. Une autre journaliste célèbre, Christine Clerc, sévissait au Figaro et avait été surnommée par le Canard Enchaîné la petite sœur des riches.
Alors maintenant, on a la meuf du riche...
Recherche sur le whos who :

Votre recherche :
Schneidermann

Vos Résultats :
0 biographies

c'est très décevant. On ne sait même pas si votre femme bosse chez AREVA ou LOREAL. tout ça manque de transparence.
Le syndrome Calvet se déclinerait donc en famille.
Non mais j'ai lu l'article sur les [s]imbéciles heureux[/s] incorrigibles optimistes.
Comment est-il possible d'écrire ça et d'être publié :
[quote=Bruno Tertrais Le progressiste] La tragédie japonaise et sa crise nucléaire ne le font pas varier d'un pouce : «Imaginez que cela se soit produit dans un pays non-développé: le nombre de morts aurait été de 200000, répond Bruno Tertrais.Le développement et la croissance nous protègent des catastrophes naturelles.
Fukushima est une catastrophe naturelle, si, si! Et c'est la croissance qui a protégé le Japon, oui, parfaitement bande de sales geignards écologistes. Remercions tous en cœur le capitalisme de nous protéger des catastrophes naturelles. Amen.

[quote=Alain Minc L'Européen]Bref, nous vivons dans des démocraties apaisées où les lobbys sont tenus à distance et la corruption se résume à quelques «enfantillages», selon l'essayiste. «Le vice-président américain, Dick Cheney, qui accorde sans appel d'offres le plus gros contrat de reconstruction irakien à une société - Halliburton - dont il détient des stock- options? C'est inimaginable ici!
Effectivement, la corruption, en France, INIMAGINABLE!
Car, lorsque ces personnes couchent ensemble, étonnamment, c'est nous tous qui avons mal au cul.

yG
Merci Daniel pour cette chronique!
Je pense en effet qu'il est important de connaître le contexte d'une info, d'un article, savoir de qui on parle pour mieux comprendre ce qu'on nous dit. Ca me rappelle un peu votre article sur Louis Giscard d'Estaing (un peu vieux certes), militant pour la création du billet de 1 euro, avançant beaucoup d'arguments plus ou moins pertinents, et maire de Chamalières où sont imprimés les zeuros français (amis se gardant bien de le dire).
Ah toutes ces petites infos qui prennent une nouvelle dimension (en 3D?) quand on creuse un peu.
Excellente journée
@SergeG merci pour l'air de la chanson
ce qui interpelle, ce n'est pas qu'elle soit '"femme de" , c'est que le milieu dans lequel elle évolue soit à des années lumières des "profiteurs" du RSA. Autrement dit peut-on avoir une vraie objectivité journalistique dans ces conditions,
De même peut-on vraiment avoir le coeur à gauche et le porte monnaie très très à droite?
Exemple de "feu" DSK, élu soi-disant PS de Sarcelles où il n'a jamais résidé et bien d'autres prétendument de gauche: quelle représentation populaire dans nos Assemblées?)
Votre Adoncques, Daniel, m'a mis en joie ce matin. Cet mot merveilleusement désuet m'a remis en mémoire l'expression "C'est à dire que Oncques" des poètes "Richepin/Brassens" dans la chanson "les oiseaux de passage" dont l'air risque aussi de me trotter dans la tête toute cette journée.
Bonjour
Détricoter un fait, c'est du journalisme. Quand tout est sur la table on se sent informé.
Bravo @si de le faire… pour d'autres.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.