35
Commentaires

La Grèce vit-elle une panique bancaire ?

Panique ou pas panique bancaire ? "Bank run" ou non ? Les Grecs se jettent-ils sur les distributeurs pour retirer toutes leurs économies ? Achètent-ils des coffres-forts par paquets de cent ? L’éconaute a mené l’enquête, baskets au pied.

Derniers commentaires

Merci Anne-Sophie pour ne pas lâcher le morceau.
Quand la catastrophe ne vient pas assez rapidement, les chiens de garde tentent de la déclencher prématurément, c'est un grand classique.
Je m'attendais presque à voir des femmes ninjas Iraniennes braquer la banque de l'article, en direct sous l’œil de la caméra.
Vous voulez d'autres photos de pièces de 2€ ?
quel battage aujourd'hui sur france info, avec les pauvres actionnaires du crédit agricole....un tel se plaint d'avoir perdu 1000€ il est très en colère, l'autre 5000 l'autre 50 000....une dame dit qu'il ne faut pas vendre, qu'il faut attendre éventuellement des années mais que ça finira par remonter...
Que de simagrées....
l'info aurait du durer 20 secondes : " l'action du crédit agricole est tombée en peu de temps de 30€ à 3€, beaucoup d'actionnaires ont perdu de l'argent, c'est cela que les altermondialistes et la gauche appellent l'économie casino, on avait failli oublié que la capitalisme s'accompagne toujours d'un risque"
ben oui ils ont joué ils ont perdu...point barre et j'ai envie de dire : BIEN FAIT POUR LEUR GUEULE !!!
Bonjour, je viens là faire écho à la lettre ouverte de Vicky Scoumbi en réaction à sa partition à l'émission 28 minute sur Arte le 16 mai dernier.

Que se passe-t-il sur ce site d'Arte (http://www.arte.tv/fr/La-Grece--talon-d-Achille-de-l-Europe---28-minutes/6669872.html) ? les vidéos ne sont pas re-visionnables et les commentaires n'ont aucun lien avec l'émission affichée sur cette page. C'est trop compliqué d'organiser tout ça correctement ?
D'autre part, je viens de lire une lettre ouverte de Vicky Scoumbi dans laquelle elle accuse la réalisation de l'émission "enregistrée dans les conditions du direct", d'avoir coupé/censuré ses moments de paroles les plus virulents à l'encontre des politiques d'austérité et des créanciers de la dette grec.
À lire ici : http://www.acrimed.org/article3829.html

Dans ce cas de figure où les principaux arguments d'un invité sont passé sous silence, on parle bien de censure et non-plus de montage !

Écoeurante et scandaleuse pratique de la chaine !
Finalement, c'est peut être Arte qu'il va falloir mettre sous tutelle.
Je viens de visionner ce documentaire tres intéressant sur l'histoire de la création de la monnaie aux US (désolée, c'est en anglais).
http://www.youtube.com/watch?v=swkq2E8mswI
C'est une histoire fort intéressante car elle symbolise tout ce qui est pourri dans le systeme de création monnétaire actuel, á savoir la création de l'argent par la dette, surtout en ce qui concerne le financement des états. Il n'y a pas si longtemps en France, la banque de France pouvait créer des francs pour financer l'état á taux 0%. Tout cela a changé avec l'Europe et le traité de Maastricht.

Le probleme est que la création monétaire donne un pouvoir considérable á celui qui le détient. Or, ce pouvoir est maintenant concentré dans les mains de quelques banques privées. Le pouvoir est immense car celui qui controle la quantité de monnaie en circulation peut dicter les bulles et les dépressions comme il l'entend.

Enlever ce pouvoir des états et le donner á des entités privées qui n'ont pas á coeur les intérets du peuple est donc extremement dangereux. Ils peuvent l'utiliser non seulement á des fins économiques (s'enrichir en créant des bulles de crédit pas cher qui encouragent les gens á s'endetter, puis retirer l'argent de la circulation, créant des dépressions qui leur permettent par la suite de s'approprier les biens achetées á crédit au prix qu'ils veulent) mais aussi á des fins politiques (mettre á genoux financierement les pays qui ne jouent pas le jeu).

Les exemples donnés dans ce documentaire se situent aux Etats-Unis dans les années 1800-1900 car l'auteur fait un lien avec le livre du magicien d'Oz. En effet, l'auteur de ce livre (Frank L. Baum), a vécu pendant la derniere défensive du mouvement souverainiste The populist party qui s'était dressé contre la banque centrale américaine privée (the 2nd bank of America).

Ce mouvement fut suivi d'abord par les fermiers de l'Ouest américain, symbolisés par l'épouvantail qui rejoint Dorothy sur le chemin de briques jaunes (qui symbolise l'or, détenu par les banquiers et par lequel ils pouvaient aisément controler la quantité de monnaie puisqu'a cette époque, l'or était l'étalon de la monnaie).

Puis les ouvriers s'enjoignirent au mouvement Populist. Ils sont eux, symbolisés par l'homme de fer blanc. Enfin le lion peureux c'est William Jennings Bryan, celui qui a joint ce mouvement et a essayé de se faire élire président mais apres son échec, il s'éloigna du mouvement populiste. On l'apelait le lion car il était un excellent orateur et son discours contre "les banques qui ont crucifié le peuple sur une croix d'or" fut extrement populaire á l'époque.

La cité d'Oz est verte pour symboliser le Greenback, la monnaie créée sous Abraham Lincoln pour contrecarrer la 2eme banque d'Amérique et qui était donc de l'argent créé par le gouvernement, et donc sans dette.

Enfin, Dorothy portait des souliers d'argent (et non de rubis comme dans le film) car l'argent (le métal) pouvait etre monétisé et donc utilisé comme monnaie souveraine puisque l'argent n'était pas aussi rare que l'or, lui, détenu par les grandes banques. Donc c'est pour cela que les souliers de Dorothy sont la solution.

Les sorcieres de l'est et de l'ouest sont respectivement les banques Rockefeller (établis dans l'est des Etats-Unis) et JP Morgan (qui régissaient l'ouest).

Le message du documentaire est donc que la solution á nos problemes économiques actuels résident dans la prise de control de la création monétaire par les états, qui de ce fait redeviendront souverains et cela aura pour effet d'annuler la dette nationale et de redonner le pouvoir au peuple á travers leurs élus.
La scène se passe en Grèce, "c'est à dire nulle part"...(Oh! le vilain copieur...)

Premier Grec:
Alors, elle panique ta mère?

Second Grec (ayant travaillé en France -c'est où?- vers les années 95):
Ciel! Par Jupiter! Hélas! (hi!hi!) Que fait Jean-Charles Marchiani? C'est intolérable!
"... les autres pays européens pourraient bien commencer à trottiner au guichet, eux aussi."
Et les peuples de démontrer à leurs gouvernants quelle Europe ils accepteront à la rigueur ...
(voir aussi l'excellente revue de presse de Gilles Klein )
Ce qui se passe au Québec, ce qui se passe en Grèce, sont les plus importantes attaques contre la Démocratie depuis l'avènement des Pinochet, des Elstsine. On remarque que, ici comme au Chili jadis ou en Russie, dans l'arrière-plan se profile l'ombre des États-Unis d'Amérique, dont le modèle sert de canon à la pensée prédatrice qui veut transformer toute vie en un sale tas de dollars inutiles. Les humains se dressent ici contre leurs plus implacables ennemis, qui ne sont pas des extraterrestres.

Ne lâchez rien ! Résistez ! Prenez courage et modèle sur la révolution tunisienne qui, partie de beaucoup plus bas, a vaincu au milieu de dangers extrêmes. Aujourd'hui en Tunisie les gens sont obligés de s'entendre et de rabattre leurs prétentions pour gouverner ensemble ; chose impensable au Québec de ce temps maudit, où règnent le gros fric, la mafia, et la plus crasseuse des politiques.

Avez-vous vu dans quel trou sordide s'est enfui l'argent prêté "aux Grecs ?" Dans un fonds-vautour, niché aux Caymans.
Article du NYT : Bet on Greek Bonds Paid Off for ‘Vulture Fund’
Nota bene que les Caymans font partie de la Couronne brittanique.

Quand à nous pauvres humains, la mondialisation qui nous roule dessus, en nous offrant à tous un destin unique, nous force à réagir, et en premier lieu à manifester notre colère. La Gauche drue s'internationalise, et les signaux de la révolte s'échangent. Voici, en lien, un article sur deux signes utiles à tout manifestant vert de rage, ou rouge de rage (ou rouge-et-vert) : la chaussure brandie, et la moutza, qui en est l'équivalent grec.
Savoir dire merde en langage terrien
C'est merkel qui agite les peurs l'arrivée d'hollande l'insupporte elle cherche à faire craquer le systéme pour se mainrenir en position haute cette femme avait son corollaire chez nous maintenant elle joue en solo et reste redoutable
Il faut toujours se méfier des maux de guichets, ça peut faire mal... ou pas, autrement la Grèce se dirige de plus en plus vers une sortie de l'eurozone et c'est tant mieux car elle n'aurait jamais dû y entrer...
Voilà, c'est pour des articles comme ça (notamment) que je suis abonnée à @si.

À diffuser (plus) largement.

BS
Effectivement c'est plus un bank jog qu'un bank run. Ca se voit bien sur les graphes qui montrent une baisse progressive des dépôts grecs depuis 2009. Cela ne veut cependant pas dire que ce n'est pas un problème. Ces retraits signifient moins de liquidités pour les banques grecques. Or cela fait déjà un bon moment que personne ne veut plus rien leur prêter sur le marché interbancaire. Il ne leur reste donc que la Banque Centrale Européenne pour survivre. Si celle-ci décidait pour une raison ou une autre d'arrêter les frais, on aurait sûrement une vraie panique bancaire, avec faillites de banques, nationalisations forcées, sortie de l'euro pour garantir les dépôts avec des drachmes fraichement imprimées, etc.

Bref, rien de vraiment nouveau depuis maintenant 3 ans.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.