40
Commentaires

La Grèce, mauvaise conscience de l'éditorialiste économique

Alors que l’économie hellénique continue à s’enfoncer sous le poids des réformes et de l’austérité, les médias français feignent l’incompréhension et les éditorialistes regardent ailleurs. Il est vrai que la Grèce est une épine dans le pied de leurs certitudes…

Derniers commentaires

bravo romaric godin ! qui n'a jamais varié, ne s'est jamais lassé de répéter les mêmes faits selon tous les angles, depuis le début de la catastrophe grecque et des plans de massacre européens

tout d'un coup soudain, avec le fuitage des minutes du dernier eurogroupe dans la presse grecque, repris par le monde (et on peut l'espérer les obstinés et informatifs articles sur le sujet de romaric), ça commence à arriver au cerveau des médias : par exemple de celui de france culture dont la vision sur la grèce était jusqu'à présent limitée à celle de couturier et de l'esprit public (en voie d'extinction). une sorte d'illumination médiatique : a-t-on bien fait notre travail ? bon, inutile de dire que FQ ne balaie pas devant sa porte, ni tous ces journalistes qui semblent dire maintenant : on vous l'avait bien dit, mais bon, à la fin, la vérité finit par se manifester, même si ça fait un peu résistants de la dernière heure...

à écouter : FQ, grain à moudre, Crise grecque : les médias doivent-ils faire leur mea culpa ?

à lire texte in extenso de ces minutes de ping pong (la grèce étant la balle) dans euro2day, l'anglais est sous la partie en grec
Merci à vous Romaric Godin.Je vous propose de postuler dans la matinale de France Inter pour apporter la contradiction à Dominique Seux.
Ils ne voudront jamais,mais essayez quand même!
C'est vrai que les sieurs Le Parmentier et Quatremer ont oublié leur bâton pour taper sur la Grèce, eux qui l'ont si bien, et régulièrement fait lors du "OXI" et ensuite de la trahison tsiprasienne... pour s'emparer de palmes afin de tresser une couronne de laurier à leur cher Président Micron...
J'avais noté en effet que la presse française est particulièrement muette sur la souffrance perpétuelle infligée à la Grèce "qui a fauté" gnagnagna... je le note au fur et à mesure que j'ouvre tous les liens que je reçois justement sur ces pauvres Hellènes à la torture, en pleine régression, lançant des grèves générales, toujours debout !
Au passage, je voudrais aussi faire un détour par la Palestine et attirer les foudres de certains pour dénoncer un autre silence médiatique : celui de notre presse française qui, depuis 39 jours, a fait combien de sujets (de fond... un vrai sujet de fond = autre chose qu'une itw d'un responsable israélien dénonçant le fait que tous les terroristes palestiniens sont en prison parce qu'ils sont terroristes)... sur ces "terroristes" qui entamaient aujourd'hui leur 39e journée de grève de la faim (dont une grève "sèche" pour Marwan Barghouti et d'autres de ses compagnons, prisonniers politiques (et non terroristes) maltraités depuis plus de 15 ans dans les prisons israéliennes...
Rien ! Nib ! Marwan Barghouti a été emmené à l'hopital hier, d'autres (37 ?) aussi, parce que leurs reins sont en train de lâcher... Et Trump qui, au sortir de son voyage à Tel Aviv, annonce qu'il va aider l'autre barjot aux tendances racisto-dictatoriales (pour les habitants arabes et palestiniens du pays qu'il occupe) ! Alors ça, on nous en parle... Tout ce qui peut encourager la peur, la peur des Arabes, ces terroristes en puissance qui se font sauter en provoquant des massacres partout dans le monde... est exploité par nos media-course-à-l'échalotte... Oui, ce qui s'est passé à Manchester est monstrueux, tout comme à Marseille, à Paris, mais ça se passe quasi tous les jours à Bagdad, en Syrie, dans l'Afrique sahélienne...
Mais de grâce, cessez de croire que les résistants palestiniens sont des terroristes, que Daesh nous envoie de faux réfugiés, "qu'ils sont partout"... Et surtout, arrêtez de croire le bourrage de crânes d'oeufs qu'on vous fait à longueur de JiTés ou de colonnes de presse à pubs !
Il faut aussi dénoncer le carnage organisé par l'U.E. et le FMI en Grèce, celui qui a été lancé il y a trop longtemps contre les Palestiniens des territoires occupés, et les autres provoqués par les pillages divers des ressources pétrolières au Moyen Orient, minières en Afrique de l'Ouest par Sainte Je-m'approprie-tous-vos biens-parce-que-c'est-comme-ça... je suis le plus fort, un point c'est tout ... et puis j'achète les media comme ça je suis tranquille.
Bon, pardon pour avoir dérapé des sentiers greco-européens.
Vos articles sont des pansements pour le cerveau meurtri par la lecture de la presse traditionnelle. Merci pour le sérieux et la pensée alternative, celle qui se colle le réel plutôt que de raconter des fariboles idéologiquement libérales.
Dans un spectacle de 2008, Gérard Miller évoquait la méthode Coué. Il parlait en particulier du cas d'une anorexique qui passe entre les mains d’un psychiatre comportementaliste adepte de cette méthode.
Sa thérapie est simple et il veut avoir des résultats rapides : à chaque visite hebdomadaire, il prescrit de manger une cuillère à soupe de nourriture en plus par repas durant la semaine suivante. Durant les visites qui s’enchainent au fil des semaines, le psy constate une prise de poids ! On est proche de la guérison.
Six mois plus tard, l’anorexique s’est pendue, lors d’une crise de désespoir.

Elle sera morte guérie.

C’est ce qui est en train de se produire en Grèce. On va bientôt avoir une chute de 30% du PIB depuis 2008 et tous les indicateurs au vert.
Ouais ! Je pense quand même qu'au bout de 7 ans de martyre, il devient évident que les autres pays veulent que la Grèce quitte l'Union Européenne. Elle a fraudé ses résultats économiques pour entrer dans l'euro, ensuite elle a profité de l'euro jusqu'à en faire une bulle, jusqu'au moment où tout a basculé, après 2008. Elle coûte très cher à l'Allemagne et à la France.
Et c'est un pays qui n'a jamais créé un état européen moderne. Et c'est la raison pour laquelle elle avait dû truquer ses résultats au moment de l'entrée en zone euro.
C'est trop tard pour le faire dans ces conditions où la crise a tout laminé. Donc il faut la maltraiter de plus en plus, jusqu'au moment où elle décidera de quitter l'Union. D'ailleurs, la menace des Tsipras, de quitter l'Union, n'a pas marché pour cette raison : c'est ce qu'attendent les Allemands (l'infâme Schaüble) et les pays riches de l'UE.
J'avais encore un doute lors des dernières "réformes", mais désormais, je n'en ai plus aucun.

Votre analyse sur l'éditorialiste économique libéral reste valable, mais c'est d'après moi d'une hypocrisie bien pire....

Il y a un seul problème dans cette situation de total mensonge, c'est que les populations des autres pays voient comment on traite les Grecs et ils se posent des questions sur l'Europe capable de rançonner ainsi les peuples pour des erreurs de leurs dirigeants. Il est facile de se mettre à la place des Grecs. C'est une des raisons principales pour laquelle existe un réflexe souverainiste dans la plupart des pays de l'Union, surtout les plus pauvres...
Merci pour ce passionnant texte!
La Grèce n'est pas la mauvaise conscience des éditorialistes puisqu'ils n'en ont pas. Un journaliste de gauche, c'est comme un énarque de gauche : cela n'existe pas. C'est juste TPMG : tout pour ma gueule, comme l'a si bien montré la couverture journalistique de la campagne présidentielle de tous les journaux dit officiels, Canard Enchainé compris.
Mais ce que les journalistes font (surtout mdp qui se dit PAS A DROITE) avec la crise Grec, et pareil qu'en France , ils ne voient que ce qui valident l'histoire des monarques, les 500 grèves du mois derniers ou sont elles, les molotov jetés sur le parlement Grec ?
Les journalistes suivent Macron, Le Pen et basta. Pendant les présidentiels où étaient ils pour suivre la seule campagne qui existait ? ils étaient a l'UMPSFN et la France insoumise invisible sauf par le militantisme.
Donc la pauvre Grece n'est relayé que sur FB et twitter, nous on sait. Et les journalistes dit de gauche devraient se bouger , entre Erdogan et La Grece on va vers une guerre, qu'eux commenteront avec des accents glorieux, pendant que nos fils seront de la chère a canon. Je crois que les medias (et tous @SI aussi ) se crois il y a 30 ans (en 1981), mais nous sommes bien loin, et il faut accepter que les facho (le riches et les medias) nous pompent et ont une analyse médiocre du monde.
romaric godin, je l'aime.

quand toute la presse se gargarisait des grecs fraudeurs, menteurs, dépensiers (et jusqu'à récemment, en schnaps et en femmes, traduit : en tsipouro et en putes), quand une sorte d'immense non dit *bien fait pour leurs gueules, ils ont le soleil et les plages, faut qu'ils paient*, genre le club med de l'europe de 4mers mais quel dommage qu'il y ait les grecs, planait dans la bouche des experts en expertise, et tous ces poncifs dopés aux préjugés, à l'ignorance et au désir de ne pas voir, et parfois même à la pure et simple malhonnêteté intellectuelle, quand tout ça me faisait littéralement gerber de rage, d'impuissance à dire "non c'est pas ça" de manière solide, argumentée, intelligente, ben romaric godin tel zorro débarquait avec son article sur la birtune, et depuis récemment sur son blog et ici, et, je sais pas comment dire, c'était simplement un soulagement intense de le lire (lui, et tous les textes du CADTM concernant la crise)

au moins, à lire romaric, on a une idée juste de ce qu'il FAUT savoir sur le sociocide que mène la troïka au pays de glézos. bon, après, il y a tout le reste, les détails humains trop humains qui n'entrent pas dans une case "rubrique économique", les malades qui meurent faute de soins basiques genre achat d'insuline, les mômes, même ici à syros, qui s'évanouissent de faim en classe et que les profs se cotisent pour nourrir, les vieux qui s'éteignent en vrai devant leur téloche éteinte faute d'avoir pu payer leur facture d'électrac, les hôpitaux et les écoles sans chauffage, les suicides, les millions de vies tout simplement bousillées, les 350'000 jeunes partis à l'étranger vivre faute de pouvoir survivre au pays - et la plupart diplômés, les 230'00 PME ayant fait faillite en 7 ans, 1 an de chômage à toucher des clopinettes en forfait puis plus RIEN, et la liste est immense, répugnante, odieuse, scandaleuse, de tous ces petits faits de la vie que personne à l'étranger n'ose voir. parce les conclusions qu'il faudrait en tirer sont écrasantes et culpabilisantes.

les conclusions internes, c'est fait je pense, les grecs sont assommés, en état de choc, paralysés, et leur résilience est un poison violent

mais les conclusions à tirer sur le néo-libéralisme, pendant que tout le monde en france se berce d'illusions sur le nouveau petit roi que les banques nous ont donné, les conclusions à tirer sur l'UE, sur des mecs comme Schaüble, sur la politique de la BCE, du FMI, qui osera les tirer ? c'est henri ford qui disait : "il est appréciable que le peuple de cette nation ne comprenne rien au système bancaire et monétaire. car si tel était le cas, je pense que nous serions confrontés à une révolution avant demain matin. " : quelque part il est appréciable que personne ne veuille réellement "voir" ce qui se passe en grèce : l'idée d'une union européenne monétaire et financière apparaitrait telle qu'elle est véritablement : un tandem de pays ultra-dominants (france et allemagne) s'assurant pour leurs productions industrielles à forte plus-value une clientèle aliénée, et des plages au soleil pour pas cher avec un petit personnel souriant.

alors, merci romaric godin, et merci à @si de l'accueillir !
Merci de cet article. Déprimant, désespérant, mais salutaire.
Hollande est impardonnable, on pourrait rever de l envoyer prendre sa retraite en Grèce comme simple quidam. Il mesurerait alors l incongruité de ses propos.
Je ne sais pas si j'ai tout compris mais je crois me souvenir que:
- les problèmes de la Grèce étaient connus depuis longtemps puisque Mario Draghi en est à l'origine, et que les ennuis ont commencé le jour ou le monde financier a dégradé la note du pays, ce qui pourrait arriver à la France en cas ce vote dissident.
- la dette à l'origine était détenue principalement par des banques privées allemandes et françaises, et qu'elles ont trouvé des pigeons pour reprendre ces titres pourris... ce qui permet aujourd'hui aux chroniqueurs radio de faire peur au bon peuple en affirmant que le défaut sur la dette serait une perte pour le contribuable allemand et français...
Mais bon je ne suis pas économiste...
Pour les chroniqueurs et les éditorialistes français, le reconnaître, c’est foutre en l’air la politique économique envisagée par Macron qu’ils ont plébiscitée.
Bref, ils sont coincés les mecs (et les nanas, s’il y en a)...
Enfin, plus précisément, nous, les quidams de la rue, sommes coincés et ce ne sont pas les prochaines législatives qui nous permettrons d’en réchapper.
Il n est pourtant pas bien difficile de comprendre ce qui se passe en Grèce, on dispose des informations m^eme si le système médiatique préfère le dissimuler. Ce qui est incompréhensible c’est la passivité des Grecs, on pourrait parfaitement comprendre qu’ils aient recours à la violence contre un Tsipras qui les a trahis à ce point. Son parcours idéologique est stupéfiant,. Vive l’Europe et ses plaisirs...
Chronique lumineuse, comme d'habitude. Ça, c'est de la mise en perspective !

Merci M. Godin, ne prenez pas votre retraite d'@si trop rapidement. Déjà que Korkos nous a lâchés...
Bonjour
Votre présence à @si est précieuse.
Vous auriez pu peut être enfoncer le clou en disant que la plus grande partie de l'aide financière accordée en échange de ces mesures d'austérité sert à rembourser les créanciers allemands et français.
Merci encore, M. Godin pour cet article.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.