150
Commentaires

La France offre une idole aux Beautiful du monde

Et la bulle devint le Barrage, ce qui témoigne d'une belle plasticité.

Derniers commentaires

Traitez-moi de folle, mais je trouve Macron hideux et il a zéro sex-appeal. Dans quelques années, il sera à peu près aussi sexy que Fabius ou Soral (chauve et poilu). Et il ne cligne presque jamais des yeux, comme Hannibal Lecter, brrrr... Que les rombières et les clientes des coiffeurs se le gardent dans les pages de Paris-Match !
Nestor (celui de Moulinsart),le petit doigt sur la couture du pantalon devant ses maîtres de Bruxelles...Nestor a gagné avec des "flash mob",de la grosse pub (tee-shirts "en marche",barnums avec intermittents du spectacle marchant au sifflet...) et la pub ça marche! Méluche a bien essayé de rivaliser avec ses hologrammes mais il n'avait pas les gros sous bruxellois pour tenir la distance.Il suffit donc d'avoir 16 à 17% des inscrits pour s'assurer un duel avec la famille Le Pen et,donc,l'emporter.Maintenant les seconds tour des législatives vont être souvent Le Pen contre X, EM contre X et parfois EM contre Le Pen. Evidemment tous les anciens souhaitent être X. Belle bataille en perspective!
Il n'aura échappé à personne que Macron représente le summum de la personnalité "narcissique" des élites occidentales contemporaines décrite par le philosophe C Lasch dans "La culture du narcissisme".

Une des manifestations - parmi d'autres - de cette personnalité narcissique est le fait que sa relation avec "Bibi" présente tous les traits d'une relation fondée sur la relation primaire entre un homme-enfant et une femme à la fois "nourricière" et castratrice, caractéristique d'une personnalité psychique demeurée essentiellement au stade "oral".

Il ne s'agit pas ici de "psychologiser" abusivement le nouveau Président dans le but de le dénigrer, mais de voir ce qui saute aux yeux dans des scènes hallucinantes, où l'on peut voir successivement:

-Macron devant un saladier entier de bonbons Haribo lors de son entrevue avec Estrosi:

http://www.europe1.fr/politique/video-macron-rencontre-estrosi-rempart-contre-le-fn-en-paca-3217610

- Macron réclamer un "cordon bleu" dans un restoroute - plat industriel typique des cantines scolaires et de la nourriture à la fois peu chère et gustativement caractéristique des goûts infantiles, comme les frites - et se voir répondre de fait...que ce plat est réservé au menu "enfant"!

-le même Macron réclamer des confiseries et se faire tancer par Bibi qui "ne veut pas qu'il mange des cochonneries"- à la manière typique des mères de famille - et qui obtempère, cachant mal sa frustration et réclamant de "l'eau à la place".

http://www.huffingtonpost.fr/2017/05/08/emmanuel-macron-les-coulisses-dune-victoire-les-premiers-extraits_a_22075744/?utm_hp_ref=fr-homepage


Que Macron soit "gourmand" n'est évidemment pas un signe en lui-même d'infantilisme - même si la tempérance et la capacité à retenir les pulsions alimentaires caractérise entre autre l'accès à l'age adulte: c'est la typologie précise des aliments en question (Dragibus, "cordon bleu") et l'ingérence particulière de la femme-mère dans ces pulsions alimentaires qui saute aux yeux.

Ce rapport très particulier aux femmes, et notamment aux plus âgées, n'est pas sans rappeler le documentaire ahurissant d'il y a quelques années sur Arnaud Lagardère - autre membre particulièrement emblématique de cette nouvelle génération d'oligarques à personnalité narcissique - où l'on voit la belle-mère du milliardaire commenter la virilité du personnage, dans un échange où celui-ci répond qu'"il ne va quand même pas se la couper", typique là-aussi de la relation de l'homme-enfant à la mère castratrice:

http://www.programme-tv.net/news/tv/108850-surrealiste-arnaud-lagardere-en-pleine-conversation-avec-sa-belle-mere-sur-son-pantalon-trop-moulant-video/

(B Arnaud, face au ridicule de la scène a fini par mettre fin à sa diffusion...en rachetant les droits de la production du documentaire!).



C Lasch décrit très bien, en s'inspirant des travaux de M Klein, ce rapport très particulier du psychisme primaire dans la relation du sujet infantile à la mère:

"Un des évènements psychologiques les plus choquants de la petite enfance se situe, comme nous l'avons vu, quand le nouveau-né découvre que les gardiens aimés dont dépend sa vie sont simultanément à l'origine d'une grande partie des frustrations. Les parents - en particulier les mères - procurent la gratification mais, étant donné que leur capacité à le faire n'est pas illimitée, ils infligent aussi au nouveau-né, inévitablement, ses premières expériences de la douleur et du chagrin. En assumant leur rôle de juges et en établissant la discipline, les parents causent encore d'autres souffrances à l'enfant. C'est la raison pour laquelle l'enfant a tant de mal à accepter que gratification et souffrance viennent d'une seule source, ce qui l'oblige à accepter sa propre dépendance et ses propre limitations."


La différence entre cette personnalité primaire narcissique, demeurée au stade oral, et la personnalité adulte est qu'en s'autonomisant, l'adulte a à la fois intériorisé ses propres et limites - et de ce fait à la fois n'a pas besoin d'une intervention parentale extérieure pour lui signifier, et surtout n'en souffre plus - et a d'autre part accédé à l'autonomie psychique et matérielle, c'est à dire a mis fin à une relation à l'autre exclusivement basée sur le couple "dépendance/frustration".

Ce trait de la personnalité "narcissique" n'est pas selon C Lash associé uniquement à des sujets singuliers, mais plus généralement à la culture occidentale contemporaine - que l'on retrouve par ailleurs dans la Chine post-enfant unique.

Il ne s'agit pas seulement de suggérer que Macron risque d'être un Président-enfant, intolérant à la frustration et marqué par les pulsions omnipotentes - ce qui aurait de quoi inquiéter, comme le montre la tentation de gouverner exclusivement par ordonnances -, incapable de s'attacher aux autres autrement que soit sur un mode infantile (Brigitte) soit sur le mode de la séduction instrumentale (medias, militants), instrumentalisant les relations humaines à seule fin de "parvenir" (comme le montrent ses passages de courte durée successivement dans le milieu universitaire, puis la haute finance et au ministère de l'économie), mais de souligner en quoi Macron est le symptôme d'une époque:

"Le nouveau Narcisse est hanté, non par la culpabilité, mais par l'anxiété. Il ne cherche pas à imposer ses propres certitudes aux autres: il cherche à donner un sens à sa vie. Libéré des superstitions du passé, il en arrive à douter de la réalité de sa propre existence. Superficiellement détendu et tolérant, il montre peu de goût pour les dogmes de pureté raciale ou ethnique; mais il se trouve également privé de la sécurité que lui donne la loyauté du groupe et se sent en compétition avec tout le monde pour l'obtention des faveurs que dispense l'Etat paternaliste. Sur le plan de la sexualité, il a une attitude ouverte plutôt que puritaine, bien que son émancipation des anciens tabous ne lui apporte pas de paix dans ce domaine. Il se montre ardemment compétitif quand il réclame approbation et acclamation, mais il se défie de la compétition car il l'associe inconsciemment à une pulsion irrésistible de destruction. Il répudie donc les idéologies fondées sur la rivalité, en honneur à un stade antérieur du développement capitaliste, et s'en méfie même lorsqu'elles se manifestent de façon limitée dans les sports et les jeux. Il prône la coopération et le travail en équipe tout en nourrissant des impulsions profondément antisociales. Il exalte le respect des règlements, secrètement convaincu qu'ils ne s'appliquent pas à lui. Avide, dans la mesure ou ses appétits sont sans limites, il n'accumule pas les biens matériels à la manière de l'individu du XIXe siècle, mais il exige une gratification immédiate, et vit dans un état de désir inquiet et perpétuellement inassouvi."

C Lasch, La culture du Narcissisme.
Ah non, pitié, pas le coup de la "neutralisation mutuelle de Hamon et Mélenchon"! Mais enfin, qui a empêché l'autre d'accéder au 2ème tour? Qui a fait 20%, qui a fait 6%? La symétrie entre les deux est insupportable, ça suffit cette rengaine!

Si Hamon de désistait début avril, Mélenchon était au second tour.

Essayons d'imaginer l'inverse (après tout, Hamon a encore osé le réclamer, fin mars!). Imaginons, contre toute logique, que Mélenchon se désiste au profit de Hamon. Vous croyez que Hamon aurait été propulsé illico à plus de 20% d'intentions de vote?

Ce raisonnement me fait penser à ce militant socialiste entendu dans une vidéo. Ca dure 10 secondes, mais c'est collector. Le pire c'est que beaucoup de militants et sympathisants socialistes doivent vraiment penser ça.
Je me demande comment le CSA et la CNCCFP considèrent le film "Emmanuel Macron, les coulisses d'une victoire", diffusé ce 8 mai sur TF1, dans le cadre de la campagne pour les élections législatives ?
Daniel,
votre neuf-quinze arrivé à 17 h 10 chez moi et lu à l'instant 19 h 33, je faisais du repassage, entre autre ah ah, il n'est jamais trop tard pour bien faire, puis c'est un jour férié, bravo.
J'adore votre plume et au-delà, ses idées. Tout de même, moi qui ait voté blanc, je n'arrivais pas à me résoudre de voter Macron et les belges disaient à 17 h qu'il passait et qu'il ne fallait pas croire la peur superficielle organisée par la médiacratie française parisianniste,

Donc j'y suis allée, voter à 19h, pour être sûre, blanc. Et je suis vachement bien contente. Tous les autres suivant à la lettre la voix de son maître, c'est à dire France Inter, militant, nouvel obs on ne pense même plus qu'ils sont à gauche depuis Aude Lancelin, le Monde, je rigole et quelques autres, ont fait leur boulot habituel : bosser 5 ans pour dédiaboliser lepen, s'en faire un diable de confort, on ne sait jamais.....puis crier au feu au dernier moment les sales pompiers pyromanes beurk, insultant les autres au passage, c'est à dire moi et 7 millions d'autres, vous voyez, suivez mon regard. Donc, on verra ce qu'il en sera dans 5 ans, je parie, ah ah ah. Enfin en fait, pas envie de rire tellement ils m'écoeurent. Qu'ils le sachent, comme hier avec mon vote blanc, plus jamais mais plus jamais, je ne marcherai dans leurs combines à 2 balles, même devant le pire. Alors, ils ont intérêt, les médiacrates, à serrer les fesses, car dans 5 ans, ils vont sauter s'ils continuent. A bon entendeur salut.
Le plus jeune chef d'Etat depuis Napoléon. Certes mais n'oublions pas que Napoléon vint au pouvoir par un coup d'Etat. Donc, pourquoi comparer Macron à Napoléon ? Macron est le plus jeune chef d'Etat français démocratiquement élu et le plus jeune démocratiquement élu, en exercice, dans le monde, ce qui suffit bien.

Kim Jong Un, de la Corée du Nord, est plus jeune que Macron mais on cherche toujours sa démocratie.
"il-est-joli-garçon"
Quelle drôle d'idée. Quelle drôle de phrase.
Le frexit est remis à la fois prochaine, il reviendra, et plus fort encore, parce que les GOP , loi El Khomri continueront avec le CETA et autres directives des travailleurs détachés, dont un nombre de plus en plus grand de français ne veulent plus, 3 millions de voix en plus pour Lepen, grâce à la mondialisation heureuse de Macron.
Élisabeth, souhaitons qu'ils ne sortent jamais de la nuit et du brouillard.... Les jours heureux les y contreindront.
Comment pouvez-vous à ce point ignorer Asselineau, le seul à défendre le Frexit en expliquant pourquoi de façon précise et documentée, le seul à avoir annoncé ce coup d'état qu'est la prise de pouvoir de Macron ou plus exactement de ceux qui le soutiennent ? Si vous ne le connaissez pas au moins faites votre métier et renseignez-vous ! Aujourd'hui avec Mélanchon c'est le seul qui ait la stature d'un vrai président, le seul à pouvoir remonter la France. Il s'est fait écarter des journaux principaux, mais allez donc voir ce qu'en dit Natasha Polony par exemple.
"onze millions de voix grondent dans la pénombre " + une
C'est moi qui fantasme, ou les "ka" de tout poil ont disparu du débat ?
Ils cuvent ?
"Plaisir de nuire , joie de décevoir !" ...
Plutôt que d'accuser Fillon, Le Pen, Hamon et Mélenchon, je m’interrogerais sur l'hallucinant pouvoir médiatique qui a grandement facilité l’élection de quelqu'un qui va leur donner beaucoup de boulot. Il faut bien assurer son avenir...
D'ailleurs, en ce jour d'après, c'est déjà repartit de plus belle : vous avez tremblé devant Le Pen, vous aller pouvoir "rigoler" face au beau cow-boy solitaire Macron, l'homme qui ordonne plus vite que son ombre. Si nous ne finissons pas tous schizophrènes...

Et la presse de s'empresser de relayer l'analyse de Bayrou à savoir que les 43,63% de Macron sont des votes d’adhésion, la larme à l’œil...
Et la presse de s'empresser de relayer que Macron va être l'homme qui va achever les 10 millions d'électeurs FN...

Moi, j'ai l'intuition que je ne vais pas rigoler beaucoup.
Je prends les valeurs du ministère de l'intérieur d'une part et les données INSEE 1017 pour estimer la population française de 18 ans et plus (afin de trouver le nombre de personnes qui n'ont voté pour aucun des 2 candidats).

Macron 39,68%
abstention 23,14%
Le Pen 20,35%
non inscrits 9,04%
blanc 5,78%
nuls 2,01%

Voyons maintenant les mêmes chiffres en regroupant les personnes qui n'ont pas voté pour Macron ou pour Le Pen. Nous les appellerons "Non !" :

Non ! 40%
Macron 39,68%
Le Pen 20,35%

Tout le monde semble d'accord, surtout ici étant donné le nombre de concerné directement, d'accord pour dire que les 40% de vote Macron comportent beaucoup de votes contre le FN et non pour Macron. Pourquoi voulez-vous que cela ne soit pas vrai des 20% de vote Le Pen ? Pourquoi ne pensez-vous pas qu'une part importante du vote FN puisse être un vote contre Macron et ce qu'il représente et non pour le FN ?

https://www.mediapart.fr/journal/france/070517/second-tour-la-carte-des-resultats/commentaires#comment-8251877
Un soir, tu regardes la télé cinq minutes

Puis tu vas lire.
La route avait-elle fondu sous nos pas?

La terre liquide de boue et de sueur
Sentait l’aigre et la peur.
Le vent que nous avions semé
Ne bougeait plus les feuilles de mai.
Ces vieux mondes rafistolés
Faits de chirurgies esthétiques
Puaient leurs privilèges
Balançaient leur langue de bois termité
Ils avaient tout prédit
Même leurs rides purulentes
Même leur ennemi juré
Même leur rejeton venu d’on ne sait d’où
Produit préfabriqué de lisse et de vice
Mêlant la brillance du creux
Au clinquant du vide.
Nuit du 4 Août de lointaine mémoire
Ils sont là revanchards
Dissimulés sous peau
Ce sont les mêmes
Les mêmes.
Ne te trompe pas
Ce sont des Phoenix permanents
Tu leur as donné ta voix
Ils voulaient ton consentement
Ton asservissement
Ta servitude et volontaire qui plus est
Ils avaient développé le drapeau de la peur
Et toi,
Tu es tombé, comme toujours, dedans.
Tu n’es bien que comme esclave.

Dois-je te dire
Restes-y !
Mai sera en Juin,
Peut-être?

GPMarcel
Le 07 Mai 2017- 20h30
Bonjour
Le mot FIN apparaît comme dans un film série B US où malgré les moments d'incertitude montés en épingle par le scénario, c'est le "bon" qui gagne à coup sur à la fin.
Très moderne tout ça !!!
Ouais... Pas une surprise, mais bouche pâteuse ce matin, tout de même.

Et Collomb... Cachez-le, oui, celui-là, qui parvient l'exploit de tenir un discours encore plus creux que celui de son poulain.

(Creux qui n'est que cosmétique, évidemment : la coupe des "réformes-nécesaires-que-la-France-n'a-pas-faites-et-qu'il-est-urgent-de-mettre-en-œuvre" sera vite pleine, elle.)
"les sans-culotte"

"sans-culottes " qui désignait des porteurs de pantalons par opposition aux culottes des "aristos" est devenu générique au point qu''on peut se demander si, même au singulier, il ne s'écrit pas avec un "s".
Vous écrivez : La France offre une idole. Permettez moi de faire l'esprit chagrin.

Si l'on fait l'hypothèse que "La France" c'est le corps électoral, le petit Emmanuel, qui a trouvé une petite pyramide pour, du haut de cette pyramide, y haranguer ses soldats, a obtenu 20 753 704 suffrages sur 47 568 884 inscrits.
La France, comme vous dites aurait-elle subi les soins d'un réducteur de têtes ?

Et pour poursuivre dans l'esprit chagrin, je regrette, comme d'autres ici, que maître Korkos ne soit pas là pour nous aider à déconstruire, vous avez dit déconstruire ?
Je suis sur qu'Alain Korkos aurait des choses à nous dire sur cette photo.
Alain, revenez !!!
Le Pen est renvoyée dans ses foyers...
[large]Soyons positifs malgré tout, et réjouissons-nous de ce que de positif il peut y avoir.
Depuis une quarantaine d'année, au moins depuis le virage libéral du PS en 1982, on a des alternances de façade, un coup à droite, un coup à gauche, mais en fait un coup au centre-droit, un coup au centre gauche, et toujours la même politique néolibérale. Ces alternances conduisent à des changements d'équipes, de symboliques, mais pas vraiment de fond en terme d'offre politique. Car franchement, sur le fond, quelles différences entre Fabius 1984, Chirac 1986, Balladur 1993, Juppé 1995, Jospin 1997, jusqu'à Sarkozy et Hollande? Des différences de style, oui (encore que, la déchéance de nationalité proposée par Hollande par exemple n'aurait pas fait rougir le Sarkozy du discours de Grenoble....), des oppositions parfois même violentes pour la symbolique sur les acceptations des réformes sociétales, mais acceptées par tous les camps de ces centres une fois les réformes passées aussi, mais une continuité de fait dans les choix économiques et libéraux.
Et du coup les alternances et la division en partis institutionnels sont désespérantes : car le PS et le RPR/UMP/LR menant la même politique, les candidats de ces partis ne maintenaient une division partitocratique que dans un souci de gestion de carrière, en fonction d'héritage culturels et familiaux les poussant à s'inscrire plutôt au PS ou plutôt aux Républicains. D'où, puisqu'on mène les mêmes politiques, de fausses alternances, et pas de propositions politiques alternatives. Car honnêtement, quelles différences entre un Valls et un Juppé? Quelles incompatibilités empêcheraient un Bayrou et un Hollande, un Lemaire, une NKM et une Najat Vallaud Belkacem de faire parti d'une même mouvance politique?
Le grand mérite de Macron, s'il en a un, est de forcer à une recomposition politique. Pour le bien du débat démocratique, une clarification est nécessaire. Qu'une Le Pen, un Dupont Aignan, un Wauquiez travaillent ensemble d'une part, ça serait cohérent, au-delà des logiques de structures partisanes désormais artificielles. Qu'un Mélenchon regroupe tous ceux qui ont un souci humaniste et de créer une société fraternelle et solidaire, ce serait aussi cohérent; et que les centres se regroupent autour de Macron, voilà qui serait aussi logique. Et du coup on aurait des vrais propositions alternatives, et non des alternances de façade, de vrais controverses sur des propositions, et non des oppositions de pures formes pour maintenir l'illusion d'un débat qui en fait n'en est pas un entre partis majoritaires qui pensent la même chose sur le fond.
Mais pour cela, il faut faire exploser les partis traditionnels, qui ne sont actuellement que des sociétés de gestion de carrière. Et à gauche du coup faire voler en éclat le PS. Du coup cher Daniel, votre phrase suivante, je cite " la neutralisation mutuelle de Hamon et Mélenchon" rate l'essentiel. Mélenchon a travaillé pour le bien démocratique en ne s'alliant pas à Hamon. Car qu'avait à proposer d'alternatif Hamon? Rien, si ce n'est d'être une candidature de témoignage d'un parti dont l'existence fait problème puisque de part son double discours (mon ennemi c'est la finance, et la politique néolibérale, être frondeur, mais ne jamais voter la censure) il a fortement contribué à la sclérose démocratique et à la désespérance politique. Son espace politique était rempli par Macron et Mélenchon: les vallsistes et compagnies sont macro-compatibles, les frondeurs, au-delà du légitimisme de parti, étaient mélenchon-compatible. Et le PS, en voulant se survivre par la primaire, a empêcher un renouvellement de l'offre politique, en contribuant de facto à la présence au second tour de Le Pen (bien aidé par un Hollande qui n'a rien trouvé de mieux à faire dans les dernières semaines qu'à intervenir pour taper sur [s]Le Pen[/s] Mélenchon...). Et du coup mettre sur le même pied d'égalité Mélenchon et Hamon me semble terriblement injuste. Et du coup, oui, Macron et Mélenchon, en ce qu'ils sont des clarificateurs du débat politiques et qu'ils vont, je l'espère, contribué à la disparition du PS, font le même combat en vue de la nécessaire clarification politique.
Et au moins ça, c'est positif.[/large]
Ha si Hamon le frondeur avait mis une pierre dans sa fronde.... Il a préféré se pendre avec dommage..
Illuminaiti, c'est sûr : sur la base d'un dépouillement de 99,99% des bulletins, le ministère de l'Intérieur donne à cette heure-ci un score de 66,06%.
"Et nul ne pourra acheter ou vendre, s'il ne porte la marque, le nom de la bête ou le chiffre de son nom. C'est le moment d'avoir du discernement : celui qui a de l'intelligence, qu'il interprète le chiffre de la bête, car c'est un chiffre d'homme : et son chiffre est six cent soixante-six".
Il y aura fallu l'effondrement de Fillon, l'auto-démasquage de Le Pen, la neutralisation mutuelle de Hamon et Mélenchon, tout cela conjugué à la fascination auto-réalisatrice de la presse pour la success story. Et les bonnes fées Niel, Arnault, ou Lagardère, ont-elles actionné leurs baguettes ? Elles étaient là, cela suffisait.

Quand j'étais petit, j'aimais bien les contes de fée et je croyais au Père Noël.
Depuis, je suis allé à l'école, où l'on m'a appris à réfléchir. En particulier, on m'a appris que les phénomènes surnaturels n'existaient pas, et qu'il y avait toujours des explications rationnelles.
Il faut aussi souligner qu'il s'agit d'un bien petit barrage. Il remporte le suffrage d'une proportion d'inscrits similaire à Sarkozy en 2007, Mitterrand en 1981 et 1988, VGE en 1974 (autour de 43% à 44%), là où Chirac avait le suffrage de 62% des inscrits (en 2002, bien-sûr). C'est une claque de près de 20 points, énorme, qui n'a pas été commentée. Et pendant ce ce temps le pourcentage d'inscrits passe de 13% en 2002 à 22% en 2017 pour le FN, mais il s'agirait d'un échec, d'un dégonflement. Espérons que Le Pen ne continue(nt) pas sur cette tendance à « dégonfler »…

http://www.france-politique.fr/elections-presidentielles.htm#T2
La jeunesse remonte à la plus haute antiquité, et Toût-En-Macron est déjà embaumé dans sa pyramide.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.