72
Commentaires

La France ? Non merci !

Il ne manquait plus que ça. Ces réfugiés que la France accueille les bras grands entrouverts

Derniers commentaires

La France, son épouvantable bureaucratie et sa non moins épouvantable lenteur a fait le tour du monde, je suppose.

Impossible de faire quoi que ce soit : j'ai écrit au HCR depuis le mois de juin pour demander à accueillir une migrante. J'ai eu une réponse qui me signalait deux sites susceptibles de m'aider. L'un est confessionnel, l'autre a eu des milliers d'offres et je n'ai toujours pas de réponse à ce jour.

Je suis âgée, mais je peux transformer une des pièces de mon petit appartement pour recevoir quelqu'un, le temps que cette personne puisse travailler, puisqu'en France c'est si difficile. Je n'ai pas beaucoup de moyens financiers, mais suffisamment pour rendre service à une de ces femmes, jeunes, qui ont du subir les pires souffrances pour arriver jusqu'à nous.

Les français sont sensibles et accueillants, c'est l'Etat avec un grand E qui bousille tout.
Il faut bien admettre qu'elle les dorlote, ses migrants, la mère Angela.
"Restera alors à comprendre comment ce fantasme fondateur s'est imposé, incrusté, au fil des décennies. "

Parce que vous y avez cru, que les étrangers venaient pour la sécu ?
Ils viennent pour la prospérité, y avoir leur part.
Pouvoir bosser, et que ça leur amène la prospérité. Un bon logement, des écoles pour leurs enfants, quelques loisirs, qu'ils auront gagné honnêtement en travaillant.
Ce que nous avons, et que nous trouvons normal, ces gens en rêvent. Parce qu'ils sont dans des conditions non pas forcément de misère, mais de confiscation par quelques-uns, les dominants de leurs pays, de tous leurs espoirs.

Et c'est pour cela, avant tout, qu'il y a la guerre en Syrie, parce que beaucoup de Syriens ont décidé qu'ils avaient droit au bonheur, chez eux. Mais les loups ont été plus malins que ceux qui avaient cet espoir. Les loups d'Hassad, et les loups intégristes, ils ont dévoré leurs espoirs et le tissu de leur société.
Alors tous ces Syriens se sont convaincus que le bonheur était plus loin, entre Rhin et Elbe, dans ce monde de froidure et d'alignement.
Parce qu'ici en Europe, ce que nous savons le mieux partager, au bout du compte, c'est l'espoir.
On retrouve aussi un témoignage similaire dans le dernier épisode d'interception sur le Népal. A 11:28 http://www.franceinter.fr/emission-interception-nepal-la-difficile-reconstruction
Cette agitation mediatique est de la poudre aux yeux, concretement une poignée de refugié en plus vous etre accueilli, comparé a la masse de gens dans le besoin...
C'est un peu comme la charité, on se donne a peu de frais le bon role, et on evacue le fait qu'on est des acteurs majeurs de ces situations qui poussent les gens a migrer.
(aux hasards....guerres, traité de libre echange avec l'afrique, a l'impact ecologique de notre systeme qui ont de graves consequenc"es sur les ecosystems dont l'equilibre est deja precaire pour l'homme).

Si on est si "vertueux" que cela, la moindre des choses serait de "regulariser" tous les migrants arrivés chez nous apres leurs periples, et laisser les migrants choisir ou ils veulent s'installer ( la liberté de circulation, droit a geometrie variable... article 13 de la declaration universelle des droits de l'homme ).

la campagne mediatique sensationnelle ne sert au fond qu'a "redorer un blason", un jeu de posture, ces morts qui s'amasssent, ne datent pas d'aujourd'hui, devraient amener a une introspection plus profonde de nos systemes socio-politico-economique.
On est le bien parce que nos politiques nous ont fait des discours et des mesurettes dans ce sens, nous revoila rassurer.... on va pouvoir continuer tranquillement a faire comme d'habitude, a se conformer a un systeme qui cause les maux, qu'il pretend combattre.

(Par contre en marge de tout ca, on peut observer que ce sont de plus en plus les positions des elites allemandes qui donnent le la, dans la politique et les medias "mainstream" europeens)
Mais que vont pouvoir braire le FN et sarko, alors?
Les musulmans ont toujours montré une espèce de fascination pour l'Allemagne :
http://www.lefigaro.fr/international/2015/04/24/01003-20150424ARTFIG00075-hommages-a-hitler-et-a-daech-dans-des-lycees-tunisiens.php
Alors Daniel, on oublie d'un seul coup que le pays de destination des migrants est généralement choisi en fonction des langues parlées par le migrant et autres paramètres ?
Comme d'autres lecteurs je suis surpris par le manque de recul de cette chronique...
Je suis surpris par l'abondance d'articles dans la presse en ligne nous expliquant pourquoi il 'faut' accueillir tous ces migrants.
Non pas que cela soit nécessairement faux, mais ça ressemble à une stratégie qui pourrait être mise en place par certains patrons de presse ?
Ces patrons auraient-ils un intérêt quelconque à voir arriver une main d'œuvre pas chère ? Ce en quoi le dessin de Plantu d'hier était merveilleusement ambigu. Anti-immigration ou anti-syndicaliste ou les deux ? Difficile de trancher...
Bonjour
C'est bizarre mais moi aussi depuis Bismuth puis Fromage mou et comme point d'orgue La Pen, j'ai comme un mal à l'aise et une envie de vomir… Ce n'est plus ma France
déchirait cette image d'un peuple tapedur,

Attention, éloignez les enfants, l'image ci-dessous est violente. Violente, car elle renvoie aux oubliettes l'autre image, pourtant "juste" elle aussi, de la Merkel Tapedur des Grecs et des Espagnols

Cette image est dure pour l'autoproclamé "peuple de gauche" français parce qu'elle bat en brèche ses idées reçues, c'est tout. Parce qu'elle ridiculise la notion de "crise humanitaire" appliquée à la Grèce, et remet en place une réelle échelle de valeur. Il y a des gens au chômage qui subissent une crise économique qui les renvoie 20 ans en arrière, et il y a des gens qui fuient la guerre, la mort, la torture.

Cette image est dure pour le "peuple de gauche", parce qu'elle montre que les allemands ne font pas ce qu'ils font juste parce qu'ils sont méchants. Qu'il y a un monde plus subtile derrière leurs indignations faciles, leurs idées toutes faites et leurs solutions évidentes.

Cette image me fait mal aussi, parce qu'elle me rappelle à quel point mon pays sombre et se renferme chaque jour plus sur lui-même. Parce que je n'arrive pas à comprendre comment cette idée a progressé aussi vite, à l'extrême droite, à l'extrême gauche, et jusqu'au centre libéral. Mais quelque chose me dit que la fermeture d'esprit des militants de chaque bord n'y est pas pour rien.
Vous écrivez « Essayons simplement, même si c'est difficile, de garder les deux en mémoire. de penser les deux à la fois  », il me semble que c’est ce qu’a fait le jeune Gaspard Koenig dans une tribune aux Echos il y a deux jours sous le titre : Avec les migrants, l'Allemagne défend son idée du libéralisme :

http://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/021311442454-avec-les-migrants-lallemagne-defend-son-idee-du-liberalisme-1153632.php?1RXR2G0XEwlHz6RO.01#xtor=CS1-31
la valeur insurpassable du reportage de terrain, dans les grands événements.
Ouais!
Pourquoi dans les granzévénements, et pas dans les petits? Le Reporter serait-il plus perspicace dans les granzévénements que lorsqu'il fait un micro-trottoir?
Surtout, pourquoi la Rédaction en Chef laisserait-elle passer des éléments de vérité dans ces cas-là alors qu'elle a tendance (surtout dans Le Monde actuel) à les soumettre habituellement à la ligne éditoriale?
Ce matin, on est plus chez Tintin reporter que sur un site d'analyse des médias.
Bonjour,

Je ne sais pas qui écrit les neuf quinze en attendant que Daniel Schneidermann rentre de vacances, mais il faudrait lui expliquer que l'on ne s'abonne pas à Arrêt sur Images pour lire les mêmes analyses à trois francs six sous, destinées à meubler les mêmes éditoriaux à deux balles, qui pullulent dans la presse mainstream...

Sur cette crise des migrants, cela fait deux fois de suite que vous vous contentez de commenter ce que montre les médias, en le considérant comme le réel, pour y calquer l'interprétation qui vous sied (avec toutes les précautions oratoires qui conviennent évidemment).
On savait déjà qu'ils préféraient s'installer à Calais dans des conditions épouvantables pour tenter et re-tenter la dangereuse traversée vers l'Angleterre plutôt que de s'installer en France. Ça aurait dû nous faire réfléchir.
Je ne pense pas qu'on puisse juger du désir du migrant de s'installer en France, à partir d'un ou deux témoignages recueillis à chaud.
D'autre part, il s'agit d'un millier de personnes dont le choix était l'Allemagne, et à qui on a fait traverser la frontière sans vraiment leur demander leur avis.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.