12
Commentaires

La Flandre va-t-elle souffrir du "non wallon" ? Oui mais non

La fin du CETA, une catastrophe pour l’économie flamande? C’est l’argument avancé depuis dix jours par le ministre président de la Flandre Geert Bourgeois en réponse au refus des Wallons de signer l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada. Pour preuve, 90% des échanges commerciaux entre la Belgique et le Canada passeraient par la Flandre. Mais d'où sort ce chiffre ?

Derniers commentaires

Bataille de chiffres bien calculée..
.
Mais comment donc on a 3 millions de wallons qui bloquent les avancées de 500 millions de consommateurs à fort pouvoir d'achat (les mots d'un morandini de France Inter en charge de la rubrique géopolitique... Guetta en roue libre ne sait même pas que le "théorème de Guetta" n'a aucune valeur dans le monde réel).

La statistique que personne n'a même plus l'idée de commencer à évoquer la possibilité de prévoir un protocole pour définir les contours d'une consultation venant à évaluer la proportion des citoyens européens qui sont plein pot avec Guetta et la clique pour le CETA... srait de demander aux 500 millions en qustion leur avis, mais la démocratie marche mieux quand on ne s'en sert pas.
Ah, on me souffle dans l'oreillette que les 500 millions de consommateurs prospères ne seront pas consultés, pas plus qu'ils n'ont été informés et encore moins associés aux décisions qui les concernent au premier chef.

Franchement, comment les habitants de Prague en ce beau printemps pourraient-ils avoir des objections à la prospérité promise par le système soviétique? mmh?

référendum

"en temps que citoyen européen, voulez-vous que votre représentation nationale élue par vous s'oppose à un traité de libre-échange avec les USA, pardon, la succursalle CETA canadienne, accord permettant aux transnationales de niveler par le bas les normes en matière d'environnement, de droits sociaux, de normes sanitaires, et menaçant les états de procès privatisés s'ils contreviennent aux intérêts des actionnaires des multinationales.?"

Simple, non?

Juste pour voir les morandinis des médias faire campagne pour le non...
Le vrai problème, c'est : combien de temps vont-ils tenir ? ....
Il faut aussi prendre en compte le séisme que ce refus provoque dans certains milieux en Belgique. On est un pays dans lequel il n'y a jamais eu de débat sérieux sur la construction européenne. Depuis 60 ans, l'Europe telle qu'elle se fait et se fera c'est considéré comme acquis, la contestation étant le lot de quelques socialistes marginaux, et de quelques partis insignifiants. Les autres n'ont qu'une seule ambition : être les "bons élèves de l'Europe" (en France ça choque encore un peu d'entendre ça, mais en Belgique ça fait 30 ans que c'est rentré dans le vocabulaire), c'est leur graal, ils feraient le tour du monde à genoux pour un "satisfecit de la Commission" les Verhofstadt, les Michel, les Reynders. Constater que la Belgique via ces pouilleux de wallons est à l'origine d'un blocage de la marche en avant de l'Europe vers l'avenir radieux du libre-échange, ça doit provoquer un écroulement de leur univers mental.
Entre le Flamand et le Wallon, c'est le libre-échange qui opprime et le parlement qui libère.
Le député des verts (Groen) Bart Staes écrit pour sa part :
"Het is de heer Bourgeois in zijn ivoren toren misschien ontgaan, maar in heel Europa bestaat er een zeer breed gedragen verzet tegen dit soort van vrijhandelsverdragen". (Cela a peut-être échappé à M. Bourgeois dans sa tour d'ivoire, mais à travers l'Europe il y a une opposition très forte à ce genre de libre-échange)
Juste une précision : Voka, c'est plus proche de notre CCI que du MEDEF (c'est à l'origine une alliance des chambres de commerce locales, et ils sont beaucoup beaucoup plus représentatifs que l'organisation patronale gattazienne).
L'argument des 90% est idiot non seulement pour les raisons qui sont données dans l'article mais également, mais surtout parce que ces 90% conjoncturels ont été réalisés hors CETA. Ce qui prouve que celui-ci n'est pas nécessaire.
PS : je leur souhaite beaucoup ce courage aux wallons parce qu'on se rend compte que la pression est maxi. La meute est lachée.
Est-ce qu'on peut rappeler que même en admettant que le chiffre de 90% soit exact, il procède d'échanges réalisés avant l'entrée en vigueur de cette belle saloperie qu'est le CETA ? En quoi le fait de ne pas le signer va porter atteinte aux échanges existants ? Les journalistes pourraient pas être logiques deux secondes ?
Je viens d'ajouter une dernière phrase à ce petit article en intégrant vos remarques pleines de bon sens.

Merci !
Je ne crois pas que la non signature du CETA mette fin aux échanges commerciaux entre Canada et Belgique. ils existaient avant le CETA, ils continueront après...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.