30
Commentaires

La défaite des images, la victoire des Pringles paprika

Alison Jackson est une très célèbre photographe grand-bretonne qui a récemment auto-publié un album intitulé Private. L'ouvrage est proposé avec deux couvertures au choix : l'une représente Donald Trump en train d'écarter les jambes de Miss Mexique, l'autre nous montre la reine Elizabeth pratiquant le noble art du selfie.

Derniers commentaires

Les images ne changent pas la réalité, les opéras et les poèmes non plus ... mais elles la montrent, et la dénoncent, et témoignent pour la postérité, et nous permettent d'en parler, et la subliment, ... toutes ces choses sont bougrement importantes !

C'est déjà assez compliqué pour les artistes et les journalistes de témoigner ( du monde, des émotions, de l'intime, de l'universel, de la vie, de la mort, du désir, du prix des pains au chocolat et de la détresse humaine, et toussa), on va pas en plus leur demander de changer le monde.
Ils sont déjà assez inquiets et stressés comme ça, quand ils sont intègres. ( les pourris et vendus sont peut-être inquiets et stressés aussi, mais ça ne me gêne pas).

D'ailleurs, ça ne serait pas très normal qu'ils réussissent.

Car si une photo pouvait empêcher une guerre à elle seule ..; une autre pourrait, seule aussi, en déclencher une autre, non ?
"L'humour est un régulateur de tensions absolument extraordinaire." dixit l'humoriste Fellag jeudi 23 février sur inter. Et c'est bien vrai que ça fait un bien fou.

Est-ce cependant plus efficace que les... Pringles paprika ? pas sûr. Et puis l'humour, comme chacun sait, ça peut prendre de multiples sens, excepté lorsqu'on en est totalement dépourvu. De sens.

Par ses agissements, ses déclarations, son comportement... Trump me semble attirer plus la haine que la moquerie, même humoristique.

Si la presse américaine n'a pas pu empêcher l'élection de Trump, on peut en effet douter fortement qu'elle puisse le pousser désormais vers la sortie. Qu'elle fasse son travail d'information/élucidation ce serait déjà bien. Et puis le principal défaut de Trump étant sans doute Trump lui-même on peut toujours espérer qu'il se prenne THE gamelle of his life himself ! Son refus de participer au prochain gala de la presse pourrait encore aggraver son cas. Go on Donald ! You can do much better ! En tout cas, profitant de son absence, les journalistes risquent de se défouler un max !
une petite pensée pour le sosie de trump, ça doit pas être facile tous les jours pour lui
Photos peu médiatisées: celles concernant la famine qui sévit au Yémen, pays bombardé par sa charmante voisine la richissime Arabie saoudite.
http://www.lefigaro.fr/international/2016/10/27/01003-20161027ARTFIG00145-saida-baghili-le-visage-decharne-de-la-famine-au-yemen.php

Pour se réconforter: de bien belles images d'un pays de cocagne où l'on ne meurt pas de faim et où l'on fait gentiment affaire avec le marché de l'armement de la France.
https://www.google.fr/search?q=palais+arabie+saoudite%2Bor&client=firefox-b&tbm=isch&imgil=F81_drXkoSt9dM%253A%253BY8ZCGxQIrp6aSM%253Bhttp%25253A%25252F%25252Fwww.lefigaro.fr%25252Fvoyages%25252F2014%25252F11%25252F07%25252F30003-20141107ARTFIG00365-dans-les-oasis-perchees-d-arabie.php&source=iu&pf=m&fir=F81_drXkoSt9dM%253A%252CY8ZCGxQIrp6aSM%252C_&usg=__Xl43SsXuSe75p-GhVgC7AoL3ciw%3D&biw=1280&bih=631&ved=0ahUKEwjxjNf20K3SAhUQsBQKHSs1AksQyjcIKg&ei=cLiyWPGUK5DgUqvqiNgE#imgrc=F81_drXkoSt9dM:
Nous avons tous donc fait le constat que la caricature, dessin etc ne servent pas à grand'chose
un peu comme les blagues n'ont pas empêcher le pire que ce soit dans les ghettos ou sous Staline

simplement à supporter l'horreur même si l'objet de la caricature est une caricature elle-même
une caricature au carré amuse mais parait immédiatement une faute de goût, déclenche un écœurement

Maintenant qu'en est-il d'un film comme Le Grand Dictateur de Chaplin, aurait-il aidé à entraîner les USA dans la guerre s'il n'y avait eu peu de mois après sa sortie Pearl Harbor?

La chose étonnante que je viens d'apprendre via Wiki : il fut un immense succès en France après la guerre. Une espèce d'exutoire un peu comme ces portraits à charge de Trump.

Question : y a t il un film à charge en préparation sur Trump ? Il serait un drôle de clin d’œil de l'Histoire que ce film fut fait en Allemagne.

Dans le même genre d'idée, on note la réaction de Bernard Arnault, Bolloré et consort suite à "Merci Patron" bien que ce film ne soit pas "caricatural" mais un outil de bataille salutaire
Deux couvertures de ce livre étaient disponibles pour illustrer cet article, @si choisit celle montrant une femme jambes nues largement écartées devant un agresseur sexuel (au moins) mettant en une l'image d'une femme nue sexualisée et dégradée, ce qui participe activement à la culture du viol. Ce n'est même pas seulement pour appâter le chaland puisque la famille royale d'Angleterre dispose d'un potentiel piège à clics au moins aussi grand.

Alors, @si, pourquoi rappeler aussi brutalement à tes abonnées qui ont pu être victimes de viol ce qu'elles ont subi, quand tu pouvais faire un autre choix ?

C'est une vraie question.
A mon avis en grand- breton d'origine
nous avons l'un des pires hommes à la plus puissante des positions
ça pourrait se dire en grenouille "le plus puissant des postes", les positions chez nous c'est plutôt pour le kama-sutra
On peut voir les photos d'Alison Jackson comme des carricatures et dans votre chronique du 31 janvier 2015 (Les empêcheurs de rire) vous nous disiez, cher Alain, à quel point elles étaient dangereuses "car elles s'empareront toujours de notre société sans demander leur avis aux culs-bénis de la pensée."
Rien à dire sur le constat qu'un dessin, une caricature, une photo n'ont jamais changé le monde
Un constat qui remplit de désolation

La seule conclusion est encore celle de la couverture du magazine Irlandais Village Magazine
qui n'est pas sans avoir éclos dans nos esprits comme un doux espoir à caresser
mais il suffit de se remémorer l'attentat contre Hitler pour savoir que d ieu ou le hasard ne sont pas sans apporter leur aide pour déjouer l'aventure et permettre au tyran, despote, fou de survivre.

Par contre, ces mêmes dessins, caricatures, photos ont un impact après coup et jusqu'à présent on pouvait croire qu'ils servaient à éviter le pire, mais ils n'ont pas empêcher ceux qu'ils devaient éduquer à voter et d'élire l'exacte reproduction du dessin ou de la caricature, ou à accepter que soit remis en scène les photos dénonciatrices du passé

Barbara Kruger : son usage un peu facile de textes logoréateurs sur fond de bloc couleur, le tout avec un spectre bicolore de rouge et noir parait être une reprise justement de l'art graphique qui précéda la guerre et fut utilisé contre Hitler. Pour une fois, c'est approprié.

Quant à la vidéo de l'interview d'Alison Jackson, elle est suivie par des photos un peu répétitives de son sosie de Trump dans des situations burlesques un peu désolantes
Heureusement que vous avez placé une image des "pringles Paprika" : j'ignorais ce que c'était.
Après avoir vu je pense que je vais oublier de produit, inconnu avant.

Pourtant, le paprika est délicieux dans des recettes de cuisine... ;-))
Cher Alain Korkos,
les deux photographies du Viêt Nam, nul besoin de me les montrer.
Elles sont gravées dans ma mémoire.
Il me suffit de lire "février 1968, le chef de la police de Saïgon exécute un Vietcong." ou "M? Lai" (lieutenant Calley) pour que ces deux clichés m'apparaissent. Datant de 1968.
Si ces photographes et leur cliché n'ont pas stoppé net la guerre du Viet-Nam, ils ont contribué à une prise de conscience aux USA et à travers le monde.
Les USA se sont retrouvés avec une "War at Home" et une contestation de jeunes grandissante avec des morts à l'appui.
Si la guerre du Viêt Nam ne s'est pas arrêtée net - de 1968 à 1975 il y une marge - les esprits ont été frappés.
Beaucoup de manifs ...
Terrible période : famine au Biaffra, Apollo 11 et Neil Armstrong.
Et pas de Pringles mais des chips au paprika made in Belgium.
https://www.youtube.com/watch?v=r4dlCQ1uiN0
PS Seul le massacre de M? Lai était "connu" ; depuis plus de 300 ont été découverts.
Danse macabre

Fière, autant qu’un vivant, de sa noble stature,
Avec son gros bouquet, son mouchoir et ses gants,
Elle a la nonchalance et la désinvolture
D’une coquette maigre aux airs extravagants.

Vit-on jamais au bal une taille plus mince ?
Sa robe exagérée, en sa royale ampleur,
S’écroule abondamment sur un pied sec que pince
Un soulier pomponné, joli comme une fleur.

La ruche qui se joue au bord des clavicules,
Comme un ruisseau lascif qui se frotte au rocher,
Défend pudiquement des lazzi ridicules
Les funèbres appas qu’elle tient à cacher.

Ses yeux profonds sont faits de vide et de ténèbres,
Et son crâne, de fleurs artistement coiffé,
Oscille mollement sur ses frêles vertèbres,
Ô charme d’un néant follement attifé !

Aucuns t’appelleront une caricature,
Qui ne comprennent pas, amants ivres de chair,
L’élégance sans nom de l’humaine armature.
Tu réponds, grand squelette, à mon goût le plus cher !

Viens-tu troubler, avec ta puissante grimace,
La fête de la Vie ? ou quelque vieux désir,
Éperonnant encor ta vivante carcasse,
Te pousse-t-il, crédule, au sabbat du Plaisir ?

Au chant des violons, aux flammes des bougies,
Espères-tu chasser ton cauchemar moqueur,
Et viens-tu demander au torrent des orgies
De rafraîchir l’enfer allumé dans ton cœur ?

Inépuisable puits de sottise et de fautes !
De l’antique douleur éternel alambic !
À travers le treillis recourbé de tes côtes
Je vois, errant encor, l’insatiable aspic.

Pour dire vrai, je crains que ta coquetterie
Ne trouve pas un prix digne de ses efforts ;
Qui, de ces cœurs mortels, entend la raillerie ?
Les charmes de l’horreur n’enivrent que les forts !

Le gouffre de tes yeux, plein d’horribles pensées,
Exhale le vertige, et les danseurs prudents
Ne contempleront pas sans d’amères nausées
Le sourire éternel de tes trente-deux dents.

Pourtant, qui n’a serré dans ses bras un squelette,
Et qui ne s’est nourri des choses du tombeau ?
Qu’importe le parfum, l’habit ou la toilette ?
Qui fait le dégoûté montre qu’il se croit beau.

Bayadère sans nez, irrésistible gouge,
Dis donc à ces danseurs qui font les offusqués :
« Fiers mignons, malgré l’art des poudres et du rouge,
Vous sentez tous la mort ! Ô squelettes musqués,

Antinoüs flétris, dandys à face glabre,
Cadavres vernissés, lovelaces chenus,
Le branle universel de la danse macabre
Vous entraîne en des lieux qui ne sont pas connus !

Des quais froids de la Seine aux bords brûlants du Gange,
Le troupeau mortel saute et se pâme, sans voir
Dans un trou du plafond la trompette de l’Ange
Sinistrement béante ainsi qu’un tromblon noir.

En tout climat, sous tout soleil, la Mort t’admire
En tes contorsions, risible Humanité,
Et souvent, comme toi, se parfumant de myrrhe,
Mêle son ironie à ton insanité ! »

Charles Baudelaire
Modestie ?
http://tronchesettrombines.hautetfort.com/archive/2016/02/08/donald-trump-2-5756992.html
Trump tombera « sur une épée métaphorique »


C'est pas ce qu'on appelle du wishfull thinking ? parce que pour l'instant cette épée n'a pas du tout fonctionné, ou alors à l'avantage de Trump.
Je crois que malheureusement que les satiristes, même les plus clairvoyants, ne prêchent que des convaincus.
On se prend à rêver uchroniquement que les frères Pois-chiches aient été intelligents. L'uchronie est une connerie, comme l' Histoire qui n'en est qu'un cas particulier.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.