23
Commentaires

La danse du ventre de Sarkozy autour des géants du Web français

Ah, internet ! Ce "temple des rumeurs et de la caricature" où l'on télécharge illégalement des MP3 tout en lisant des sites de presse "aux méthodes fascistes". Vous ne trouvez pas qu'il serait temps de le "civiliser" ? Cette formule e-colonialiste vient de Nicolas Sarkozy. Il l'avait utilisée en janvier dernier pour annoncer un événement censé marquer un tournant majeur pour "civiliser" le web :

Derniers commentaires

Quelquefois, je n'ai pas envie de rire, ça m'énerve, ça m'énerve. Dans quel pays vivons-nous pour que toutes ces commissions machin-truc, nommées par le "Président de la République", payées par nos deniers, (car il faudra bien rémunérer ces personnes d'une manière ou d'une autre), nourries par les mêmes (et pas chez McDo) prospèrent à l'infini. Il faudrait les recenser, voir combien elles coûtent, pour voir si on ne pourrait pas utiliser cet argent ailleurs.
Une danse du ventre en talonnettes sur une musique qu'il ne maîtrise pas....Un truc pour rien comme beaucoup d'autres!
Bah, tout ça relève de la même stratégie que la création du CFCM du temps des belles heures de Sarkozy à l'Intérieur en 2003-2004 : s'inventer une pseudo structure ex-nihilo qui parlera au nom de tous et dont les membres sont les moins radicaux.

C'est toujours plus simple de se choisir ses propres interlocuteurs sur un domaine qui touche tout le monde et dont on n'a pas de représentants directs, pour se créer une couverture. On aurait été président de la république qu'on aurait pas fait autrement d'ailleurs.

Je prédis le même avenir : une coquille vide avec en perspective des querelles internes.
Et d'autant plus vide, si 2012 ne ressemble pas à 2007.

Owni est encore jeune. Ils assisteront à une ou deux réunions et puis après il se rendront compte qu'on se fout d'eux.
C'était comme ça aussi pour les assoces écolo du Grenelle de l'environnement (tellement heureuses de pouvoir y participer), les labs d'Hadopi, etc. L'histoire se répète toujours, faut juste trouver des gens pour la mise en scène, mais pour le 1/4h de gloire, ça se bouscule toujours au portillon.
Sherlock com reviens ?
c'est une hérésie que le web et la politique puissent un jour être compatible .

le web n'a pas de frontière les états oui .
le web ne connait pas son peuple un état oui.
le web travaille en réseau l'état délégue.
ils n'ont pas la même langue et ne véhicule pas les m^me principes.
c'est une mascarade qui cache le vide de sarko .
Il en va de cette "danse du ventre" comme du reste : un signe d'ouverture pour épater les gogos. Comme la prime de 1000 euros, comme tous ces autres signes qui donnent l'illusion de prendre le contre-pied de la politique odieuse menée jusque là.

Nicolas Voisin aurait du écouter son instinct d'ado, cela lui aurait évité de donner sa caution à un attrape-gogos.
Merci pour cette remise à niveau du suivi, Sébastien
et pourtant:
"L’Élysée m’a proposé de faire partie des 18 à 20 “sages” du Conseil National du Numérique (CNN)"
nicolas voisin, owni, hack the cnn /-)
Bravo Sébastien Rochat. Leur vrai problème c'est demander aux Chinois, aux Coréens du Nord, à Kadafouille, à Fassade, comment fermer le raubinet à tous ces tarés, ces voyous, ces cosmopolites (non, ça, ça date), ces libertariens et autres anarchisses qui utilisent une machine devenue complètement folle et indépendante de leur pouvoir. Au passage, on notera aussi le frère KM dont auquel la soeurette s'employait à contrôler. Lui c'est Price... la relance. Comme du chewing gum, impossible de ne plus l'avoir même en le mettant aux "indésirables".
Le projet de conseil national du numérique est dans les cartons depuis 2008, du temps où Eric Besson s'occupait déjà des CD-Roms.
Hé, hé (rire complice). Et à qui avait-t-il cédé les Roms ? A personne, puisqu'à son départ, son ministère a été supprimé.
Aujourd'hui, Guéant a repris le flambeau bleu-blanc-rouge et s'occupe de tout.

J'ai gagné quelque chose ?
Et quel "créatif" a inventé le logo de cet e-G8? Le coeur rouge vivant y semble impitoyablement cerné par le garrot du pouvoir, dont la popularité en profite pour remonter en flèche, vers le haut et la droite.
Aïe, le grand inquisiteur Sarkomada nous réinvente le "Malleus Maleficarum" contre les sorciers du web.
Maître Eolas, malgré les demandes pressantes de nombre de ses lecteurs qui s'attendaient à ce qu'il en fasse une note, n'a rien dit de l'entretien élyséen.

Certes, son blog est toujours aussi peu sarkophile.

Mais ce silence prouve que l'opération séduction (ou intimidation ?) a partiellement réussi.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.