69
Commentaires

Kerviel, sous les clameurs, la question reste entière

L'affaire Kerviel a une apparence. Exaspérante : les caméras décérébrées de l'info continue

Derniers commentaires

Il paraît qu'il a dit au père Gourier où qu'il a planqué les pépettes.
En attendant la décision de la Cour d'appel de Paris, Kerviel reste en prison.
Daniel Bouton, PDG de la SocGen au moment de l'affaire, court toujours.

La photo qui illustre l'article de Libé, montre un Kerviel chemise ouverte et mal rasé.
Depuis qu'il a été libéré de sa charge de Chef d'Etat, Sarkozy lui aussi, adopte très souvent un look négligé (selon les critères de l'élégance petite-bourgeoise), avec du poil sur les joues.
Débarrassés de l'encombrant carcan vestimentaire qu'exigent leurs fonctions, ces humains sont comme vous et moi (mais plus comme vous quand même), et expriment leur penchant naturel pour le brut de brut.
j'aime bien l'article de p robert-diard,et n'étant pas abonné à médiapart je n'ai pas pu lire celui de m orange pour comparer l'argumentaire.
il y a une chose qui ne cesse de m'étonner,c'est les petits actionnaires qui jouent en bourse,les places boursières étant de nouveau florissantes,prospères...jusqu'au prochain kraq.car les kerviel et autres traders,jouent avec du pognon comme des margoulins et des joueurs de bonto en se servant de la crédulité et de l'espérance de gain,d'une foule de niais,vecteurs militants et souvent perdant du capitalisme...
Sapir sur Kerviel :

"Jérôme Kerviel n’est pas l’équivalent du capitaine Dreyfus, comme l’a dit Jean-Luc Mélenchon. Dreyfus était innocent et Kerviel est coupable. Mais, il n’est pas le seul coupable, ni le pire d’entre eux, loin de là. Le scandale vient de ce qu’il paye non pas pour ses fautes, mais pour que le système puisse continuer à fonctionner en paix, pour que la financiarisation de l’économie puisse continuer. En cela, son emprisonnement est une injustice totale. On maintient ce mensonge que les crises seraient des « accidents », provoqués par des « irresponsables » comme Kerviel, alors que c’est un système qui est en cause. Un système que les différents gouvernements de François Hollande, n’est-ce pas Monsieur Moscovici, se sont refusés de réformer au fond. Il y a ici une imposture énorme qui colle aux basques du Président qui dit un jour, c’était en 2012, que « la finance » était son ennemi."

http://russeurope.hypotheses.org/2294
Monsieur le chroniqueur, quid du jugement de la Cour de Cassation qui a annulé celui qui avait infligé à Kerviel des dommages et intérêts record de 4,9 milliards d'euros?
Sans intérêt?

Quant à l'article de Martine Orange sur Médiapart, ce n'est pas une défense de Kerviel mais au-delà de son cas, la mise en cause du système financier et des complaisances dont il bénéficie, ce qui est totalement absent de votre papier.
Soit Kerviel a été condamné 1 fois et sa condamnation a été confirmée 2 fois, soit il a été condamné 3 fois, en aucun cas il n'a été condamné "2" fois. Plus simple: sa condamnation est définitive. Je pinaille, je sais. [Et je re-pinaille: après que est suivi de l'indicatif]
Sinon, sur le fond, tout à fait d'accord avec Trimalcion ci-dessus: le fait que la SG ait au minimum fermé les yeux et, plus probablement, poussé à la roue et parfaitement compatible avec le fait que Kerviel ait commis des délits. L'injustice n'est pas la condamnation de Kerviel, mais la mise en cause très light et rhétorique de la SG...

PS: comparer Dils (d'ailleurs finalement innocenté par la "machine judiciaire" puisque c'est dans le cadre d'un recours légal -le procès en révision- qu'il le fut) à Kerviel, qui a bénéficié des services d'avocats parmi les plus en vue sur la place de Paris, me semble pour le moins cavalier.
La question reste entière car la finance est opaque. Ce petit trader est en fin de compte un être humain...frêle devant une organisation séculaire.
Alors journalistes,vous qui êtes un contre-pouvoir, cherchez où il faut chercher, décortiquez le système financier , mettez à jour la nébuleuse, la pieuvre...
Pourquoi les banques s'autocontrôlent, pourquoi les représentants de ces établissement sont au coeur de la décision politique...?
C'est quoi le problème? Ils font peur?
Quand on condamne quelqu'un à payer 5 milliards d'euros, alors qu'il n'a pas cet argent, il est certain que ce n'est pas de la justice.
La justice a un devoir de modération dans ses condamnations.

Il est donc logique que la cours de cassation casse cette condamnation.
Aucune close de confidentialité ne devrait être valable devant la justice du peuple.
" Je peux rien dire M. le juge, j'ai signé une close"
5 ans ferme... Ils auront le temps de faire fructifier leurs frics.
gamma
Temoigner devant la justice en étant soumis à une clause de confidentialité: y'aurait pas comme un défaut?
Pourquoi faut-il tout poser en mode binaire?
Concernant les témoins qui devraient "rendre l'argent" s'ils parlaient, cela ressemble fort une baudruche mise en place par le Kerviel Barnum en mode complotiste.
En effet, la réalité paraît bien simple et ordinaire : les supérieurs de J Kerviel ont été licenciés, ils ont négocié de (confortables) indemnités. Les protocoles de transaction comportaient , c'est une pratique courante à la Société Générale, une clause de confidentialité. Ni plus ni moins.

C'est ce qu'expliquait la CGT Société Générale lors du dépôt par J Kerviel d'une plainte pour subornation de témoin:
"LE CHEMIN DE DAMAS

Encore une fois, la presse lui a tendu complaisamment ses micros et prêté ses plumes. Le bipolaire de Pont-l’Abbé annonce avoir déposé plainte contre la Société Générale pour «subordination de témoin»… après la période mystique, l’apostat du culte de l’argent annonce de « nouvelles révélations », qui lui sont certainement apparues sur son chemin de Damas. Sauf que la chose n’a rien de nouveau, car le N+1 en question fût licencié comme le reste de l’équipe du « delta one » pour calmer la grogne qui s’annonçait à l’assemblée des actionnaires de 2008. La défense de Kerviel avait déjà utilisé sans succès cet argument devant le juge d’instruction et le tribunal en demandant communication des protocoles de transaction signés par les collègues en indemnisation de ces licenciements, communication qui avait abouti à leur publication dans le Parisien ! Les transactions peuvent choquer par leur montant élevé, car elles tiennent compte du bonus, et elles contiennent, comme toutes les transactions, une clause de confidentialité… mais, pour la CGT qui en a négocié des dizaines chez SGCIB, elles sont «ordinaires». C’est sur ces caractéristiques que Kerviel s’appuie pour prétendre que la Direction a acheté le silence du N+1, alors qu’il connaît cette pratique bien spécifique chez SGCIB qui n’hésite pas à signer de gros chèques pour faire filer quelqu’un «à l’anglaise». Ceci ne change rien à sa condamnation qui a mis un point final à sa théorie du complot."
Et personne ne remarque que Kerviel fume beaucoup trop. Je m'inquiète pour la santé de ce petit bonhomme écrasé par la méchante machine judiciaire.
( je n'ai jamais travaillé avec des traders mais je suis complètement d'accord avec Ivoire, Kerviel commence a avoir des soutiens un peu étranges...)
J'ai trouvé que le film du week-end n'était pas à la hauteur.
La bande originale de musique ne soulignait, absolument pas, le suspence.
Aucun effets spéciaux ni spécieux.
L'acteur principal bien habillé de rouge manquait de créativité dans son jeu.
Il aurait pu tenter pour pimenter le scénario des saltos avant et arrière le projettant soit à Menton, soit à Vintimille.
Le tout dans des envolées double-lutz sur fond de brouillard londonien.

Déçu. Il repasse quand et où ce film car je ne peux rester sur cette impression douce amère.

La semaine prochaine, on n'aurait pas un petit suicide en direct avec prise d'otages et intervention du raid en rappel le long des falaises d'Etretat. Je ne sais si je vais pouvoir attendre toute la semaine. Vite BFM, France2, Itélé, TF1, LCI...

Inondations en Serbie! Ca boume!!! Y' a même des morts.
Tous les médias, et parfois des politiques qu'on souhaiterait (et qu'on a connu) plus clairvoyants, s'acharnent à nous présenter ce débat comme "pour ou contre Kerviel". C'est à dire, une fois de plus, à pipoliser la question, bien entendu pour (ou avec le résultat) de nous embrouiller les idées. Martine Orange ne défend pas Kerviel, mais le titre de l'article (choisi par Médiapart?) est vraiment bidon de ce point de vue là. Les tics journalistiques, décidément, sont coriaces. Celui du titre raccoleur qui ment sur le contenu de l'article n'a pas fini de nous énerver.

La première question en effet (mais pas la seule) c'est: Kerviel a-t-il pu faire ce qu'il a fait sans que ce soit connu de son employeur, sans que ce soit au moins toléré, probablement encouragé, voire même fixé comme objectif en faisant mine d'ignorer les moyens. On n'évoque même pas l'hypothèse de l'employeur qui n'a rien vu, elle serait au moins aussi inquiétante que celle de l'entreprise qui a fixé des objectifs délirants à un trader fou.

En ce sens, je trouve le papier de Daniel un peu faible de renvoyer, lui aussi, à un conflit pour ou contre Kerviel. Puis d'évoquer simplement un "laisser faire" alors que Martine Orange donne des infos sur les objectifs fixés à Kerviel par sa hiérarchie. Pour ou contre la Société Générale serait déjà un peu plus pertinent. Quoique encore très incomplet: quelle mouche aurait piqué la SG et elle seule pour lui faire faire de telles [s]folies[/s] malhonnêtetés? Que se passait-il ailleurs? Est-ce vraiment fini? Et pourquoi des gens honorablement connus, qu'on n'imagine pas "dans la main des banques", s'acharnent-ils sur Kerviel et sur lui seul, acceptant à la rigueur de monter d'un cran dans la hiérarchie quand ça devient trop voyant, mais verrouillant quand même à chaque concession tout ce qui permettrait d'évoquer un système corrompu dont la corruption, de plus en plus, est un secret de polichinelle.

Pffff....
Ne pas confonfre Justice et machine judiciaire.
Ne jamais faire confiance à la machine judiciaire, à la justice française oui : car c'est un tout englobant caque citoyen.
La "Justice" ne s'arrête pas à la nème instance elle s'arrête quand toutes les voies de recours sont épuisées y compris les pértitions en révision.

Avoir confiance en la justice c'est avoir confiance dans la société : juges, avocats, journalistes, pétitionnaires.
C'est avoir confiance qu'à la fin des fins la justice triomphera. ; Tpie est devenu un qualificatif insultant reconnu par les tribunaux, Dils a fini par être innocenté, le PDG d'Elf est passé par la case prison, Carlos est en tôle, Servier est mort déhonoré….
Justice sera rendue à Kerviel ét à la Société Générale, et les complotistes en seront pour leur frais.

Je n'ai aucune confiance en la machine judiciaire, en la justice française, au sens de responsabilité de la communauté des citoyens, oui totalement.
Un procès reste donc à faire : celui de la SG… Pourquoi cette avalanche d'indemnités pour des cadres renvoyés en signant un accord de "confidentialité" ?
S'il faut prendre parti, je serais du côté de ce personnage extravagant et pourtant sympathique. Excessif, et c'est peut-être pour cette raison qu'on l'a recruté comme trader. Excessif aujourd'hui dans son art indiscutable de la mise en scène, beau et tellement malheureux...
Les responsables du fiasco sont ceux qui l'ont chapeauté. QUI et Où sont-ils? On a envie de savoir quelle est la sanction pour leur colossale et hypocrite incompétence.
Ne pas oublier de féliciter l'énervant monsieur Sapin....
c'est etonnant, on ne parle jamais des sommes qu'il a du faire engranger à la banque lorsqu'il etait bien en place.......non il a toujours fait perdre..........en jouant l'argent de la banque
sa qualité de trader etait en ces temps là "normale admise " mais alors pas de supérieur hiérarchique dont la responsabilité pouvait aussi
être engagée non seulement le porte flingue....mis en cause condamné....il a surement merité une sanction mais la prison 3 ans !!!!!
nos politiques qui ont fait perdre des sommes conséquentes à notre pays par des choix hasardeux sont ils eux condamnés....bizarre vous avez dit bizarre
"Mélenchon s'époumonant : "Kerviel est innocent", alors qu'il a été deux fois condamné."
D'habitude, Mélenchon éructe.
Par ailleurs, j'admire votre confiance dans la justice de votre pays : quelqu'un qui a été condamné ne peut donc pas être innocent. Demandez à Patrick Dils par exemple.
Sur le fond : il n'y a pas que Martine Orange qui critique l'instruction de Van Ruymbeke. Paul Jorion (qui connaît un peu les dessous de la finance) montre depuis le début (2008) que la Société Générale est forcément coupable. Ne serait-ce que de négligence.
Tout le problème est là: la culpabilité de la Société Générale n'entraine pas l'innocence de Kerviel.
Ce qui est bizarre est que ceux qui par les mêmes pratiques récoltaient des gains ne sont pas suspects. C'est la pratique de la prise de risque qui est condamné ou bien le fait d'avoir perdu à ce jeu?
Personne n'a récolté de gains par la même pratique parce que personne avant lui n'avait engagé 50 milliards !

Bien sûr que certains (peut-être même la plupart) jouent avec les limites pour gagner de l'argent, et que la hiérarchie ferme les yeux sur ces petits dépassements - sûrement aussi qu'ils pensaient que cet âne de Kerviel avait une petite combine pas complètement dans les clous qu'ils ne voulaient pas connaître.

Beaucoup de traders font comme ces conducteurs "malins" qui roulent à 135 km/h sur l'autoroute parce que les radars ont une marge d'erreur, voire font une pointe à 150 quand ils sont sûrs qu'il n'y a pas de radar proche. Mais seul Kerviel a roulé à bin plus de 1000 km/h !

C'est pour ça que l'alternative "au total, les supérieurs de Kerviel l'ont-ils laissé faire sous l'effet d'une politique implicite de profit maximal, ou parce qu'il les a magistralement trompés ?" n'en est pas une :
- ils l'ont "laissé" faire parce que ce qu'il faisait était proprement inimaginable
- ils étaient essentiellement incompétents (dans la banque, on ne jure que par les rapports, or ils ont été falsifiés...)
- sa tromperie n'était pas magistrale du tout, il a très bien et astucieusement profité des informations glanées au cours de son parcours atypique (middle office avant le trading) - mais dès qu'il a voulu s'éloigner de son tout petit domaine en touchant aux produits non listés, il s'est fait prendre, parce que sa culture financière est minime...
On n'en sait rien de combien engage chaque trader. Il est bien possible qu'un engagement de 50 milliards arrive fréquemment et si c'est des positions qui rapportent, les supérieurs sont bien contents. Ce ne sont pas des informations que les banques divulguent. Le problème pour le cas Kerviel, pour la banque, ce n'était pas la hauteur de l'engagement, mais le fait que les positions étaient perdantes.
50 milliards, c'est, à quelques milliards prés, les fonds propres de la Société Générale si je ne dis pas de bêtise (et encore, je crois qu'à l'époque c'est moins !), alors j'espère qu'il n'y en a pas des tonnes comme Kerviel...
Les articles de Martine Orange sont très instructifs. On y apprend que Kerviel était sur des marchés régulés, où tout est tracé, écrit et répertorié par la chambre de Compensation Eurex ; que des mails de supérieurs existent et qu'ils s'inquiétaient, à l'époque, des montants dépensés pour ses positions. La firme de courtage s’inquiétait elle aussi des opérations de Kerviel:

Ainsi, le 4 octobre 2007, l'un des responsables de la firme de courtage Fimat, filiale de la Société générale, mais basée à Francfort, s’énerve du surcroît d’activité lié au compte de Jérôme Kerviel (chaque trader a un compte propre, le sien a le numéro SF 581). Il adresse un mail à une dizaine de personnes à Paris, qui travaillent au département de Jérôme Kerviel, à la comptabilité, au back office. Il leur écrit : « Chaque opération exécutée par Paris doit avoir été acceptée dans la journée par la Société générale. (…) Fimat ne peut pas prendre le risque de s’asseoir sur tant d’opérations à la fin de la journée et payer pour vous les appels de marge. »

La chambre de Compensation avait également envoyé des courriers d'alertes à la Société Générale pour les positions de Kerviel.

Alors dire que les supérieurs ne savaient rien, car "inimaginable"...c'est un peu léger.

Edit: pour prendre conscience des montants, en 2007, les positions de Kerviel ont coûté 25 milliards d'appels de marge à la SG...
Voilà ce qu'en disait sur son blog Alexis Corbière, qui était avec Kerviel juste avant son arrestation en représentant du PG :

" Bien sûr, je ne fais aucun parallèle sur le fond, entre Dreyfus, homme totalement innocent, victime d’abord d’un antisémitisme abject et bientôt meurtrier, avec l’affaire Kerviel, puisque Jérôme lui-même reconnait porter une part de responsabilité. Que les beaux esprits cessent donc de faire semblant de s’évanouir quand nous l’évoquons. Nous le faisons néanmoins car certains comportements, (institutions militaires et bancaires, incompréhension de certains à gauche…), entourant ces deux affaires, restent comparables. Je m’explique. A ceux, ayant le cœur à gauche, qui s’étonneraient encore de notre engagement militant pour un homme qui fut un trader, un « ennemi de classe » comme on disait dans notre jargon militant, et un rouage actif de la folle mécanique de la finance, je répondrai par les mots de Jean Jaurès qui lui aussi en son temps, de façon inattendu pour les siens, pris la défense du Capitaine Dreyfus qui n’était pas un homme de gauche, mais un militaire conservateur et répondait aux même critiques. Il disait alors concernant Dreyfus : « Il est dépouillé, par l’excès même du malheur, de tout caractère de classe : il n’est plus que l’humanité elle-même, au plus haut degré de misère et de désespoir qui se puisse imaginer. » "
Mélenchon ne fait pas qu'éructer. Il grimace. Il insulte. Il vocifère. Pour plus de qualificatifs voir le journal de révérence au FN, le Monde.
Pour avoir travaillé avec des traders, je ne soutiens pas les connards comme Kerviel.
Tout le temps que ses combines rapportaient, ça ne gênait pas. Du jour, où la banque a perdu du fric, elle a sorti l’artillerie lourde pour écraser une mouche. Kerviel n’est pas l’unique responsable et ce qu’on lui fait subir est dégueulasse. Mais nous le présenter comme un repenti est pitoyable. Il n’aurait pas été pris, il continuerait ses combines.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.