97
Commentaires

Katyn : messe télévisée fatale ?

Il fallait qu'un journaliste ose le mot. C'était trop tentant.

Derniers commentaires

Du nouveau concernant le crash des gouvernants polonais, une vidéo enregistrée apparement peu de temps après le drame, montrerait des personnes présentes sur le crash et des coup de feu

voici l'article de la tribune de genève

La tribune de genève - Des coups de feu dans l'épave de l'avion présidentiel ?

et la vidéo en question

You tube - Digital Enhancement Of Amateur Plane Crash Site Footage (w / English Subtitles) In Smolensk

Info ou intox, difficile à dire, car difficile de vérifier les infos sur cette vidéo, je vous laisse juges et laisse @si enquéter si y'a possibilité.
Sur Libé.fr, Jean Quatremer habille le cadavre de Lech Kaczynski
Je viens d'avoir une conversation très intéressante avec une collègue d'origine polonaise. Elle n'est pas née en Pologne mais en France, n'est pas particulièrement catholique, n'a plus vraiment de lien avec la Pologne, mais son père est Polonais. Quand l'accident a été connu, son père l'a tout de suite appelé pour le lui dire. Et en voyant les images aux infos, elle a pleuré, et a senti ce besoin de recueillement qu'avaient les autres Polonais sur les images.
Tout en n'étant pas particulièrement croyante, elle a pleuré quand le Pape est mort, parce qu'il était Polonais. Elle-même n'arrive pas à expliquer très rationnellement pourquoi, elle ne le comprend pas vraiment.
Et nous étions trois, là, à discuter de cela ; deux Français qui trouvions aberrant ces réactions, mais qui l'écoutions avec attention, et elle, qui nous expliquait comment elle avait réagi.
Il doit y avoir quelque chose d'assez particulier dans la relation des Polonais à la mort, et dans la relation des Polonais à leur pays ; la Pologne a une histoire très difficile. L'appartenance à ce pays, le "patriotisme" est peut-être plus fort chez eux.
Il y a en tous cas quelque chose de très différent de chez nous ; il est évident que cela ne susciterait pas les mêmes réactions chez nous ; évident. Nous ne penserions qu'aux prochaines éléctions présidentielles, élections anticipées qui mettraient bien le bazar ;-)

Voilà la discussion que nous avons eue, la réflexion que nous avons tenté d'avoir....
Il y a Backchich qui a commis deux bons articles sur le sujet, en particulier un sur les violences du président à l'encontre d'un pilote d'avion en situation identique !
Quant au côté religieux, moi aussi il me dérange profondément... Mais malheureusement, il faut lutter pied à pied pour l'extirper... La laïcité est un sport de combat !
MON BLOG
"le pilote aurait été sous pression de l'équipe présidentielle. Elle aurait mis en avant le fait que quelque 400 personnes venues de Varsovie en train étaient sur place, qu'une messe était prévue, et que la retransmission télévisée ne pouvait pas attendre".

Un article de Courrier International va tout à fait dans le même sens. On peut y lire à la fin :
Selon Magomed Talboev, le pilote polonais a pu subir une pression psychologique à bord. "C’est un problème que connaissent bien tous les pilotes qui transportent des dignitaires", poursuit-il, rappelant qu’il a quatorze ans on a frôlé la catastrophe quand le président Boris Eltsine a obligé le pilote de son son Iliouchine 96 à atterrir dans des conditions particulièrement difficiles. On ne peut évidemment rien avancer de sûr à ce sujet, rappelle Gazeta Wyborcza, mais tout le monde se souvient qu’en 2008 le président Kaczynski, alors qu'il se rendait en Azerbaïdjan, avait soudain demandé au capitaine Grzegorz Pietruczuk de changer ses plans et d’atterrir à Tbilissi. L'histoire se déroulait quelques jours à peine après le déclenchement de la guerre entre la Russie et la Géorgie [pour Kaczynski, il s'agissait ainsi de marquer son soutien à la Géorgie]. Le pilote avait refusé, après consultation de son supérieur [pour de légitimes raisons de sécurité]. "Ceux qui décident de devenir officiers ne devraient pas se conduire comme des froussards", avait alors lancé le président polonais..
Qu'un petit chef irresponsable (fut-il chef de l'état) pique sa crise pour obliger un subordonné (fut-il commandant de bord) à faire n'importe quoi et que ceci provoque une catastrophe, cela n'a vraiment rien d'une malédiction.

C'est juste la conséquence logique d'une stupidité.

Lech Kaczynski est bien parti pour recevoir un Prix Darwin.

fr.wikipedia.org/wiki/Darwin_Awards
Oula !!! Redoutable le "Jaruzelski" avec ses lunettes "ultra épaisses" faisant penser
à des culs de bouteilles (hein Gamma ???) et relegant Nosferatu au niveau des
Bisounours !!!!
Alors, heureusement, Dieu dans sa miséricorde a au moins sauvé un grand Polonais : le général Jaruzelski, l'ex-actuel président ayant refusé qu'il fasse partie du voyage.
http://www.marianne2.fr/La-malediction-de-Katyn-a-epargne-Jaruzelski_a190340.html
Je n'ai fais aucune école de journalisme, je vous jure, pourtant la première chose que j'ai dite à mon épouse, juste après avoir entendu l'info du crash (vous pourrez lui demander si je mens) : "Le pilote a certainement subit des pressions de l'aréopage qu'il transportait". (il n'y a pas que les journalistes qui connaissent des mots savants). Malheureusement, qui ira vérifier que ce que les autorités révéleront des conversations enregistrées ne sera pas tronqué ? Le responsable est donc tout trouvé.
Quel dommage que notre bon président - qui connaît le pilotage des avions bien mieux que les pilotes que la république met à sa disposition - n'ait jamais donné ses instructions dans des circonstances difficiles. Pour m'associer à Yannick et quelques autres : nous serions enfin débarrassés !

L'ennui c'est que maintenant il est prévenu que c'est éventuellement maladroit...

Sauf que supposer qu'il puisse tirer des leçons de quoi que ce soit...

Nous conservons des chances, je vous le dit !

***
Quid des indemnisations des familles des victimes dans ce cas précis ?

Dans les cas du Paris-Rio AF447 ou du Sanaa-Moroni IY626 en juin 2009, la responsabilité d'Air France d'une part de de Yemenia Airways d'autre part, ainsi éventuellement d'Airbus pourra être mise en avant au terme des procédures d'enquêtes longues et coûteuses ( bien que pour le deuxième cas je suis plus sceptique quant à l'issue de l'enquête pour les familles des victimes, je ne sais pas trop pourquoi... ).

Il sera intéressant de comparer les différentes célérités, i.e. les vitesses de propagation de la perturbation médiatique dans le milieu judiciaire, de ces trois récentes affaires de crash aéronautique.
Ellis pour la Pologne et Etoile 66 pour L'Allemagne .
Et bien chers @sinautes nous sommes bien montés avec cela .
Incroyable tout de même de voir les interprétations délirantes
d'Ellis . Yannick G d'accord avec vous . Nous sommes encore
sous le choc de Haïti ou des tremblements de terre du Chili avec
ses milliers de morts ou d'ailleurs . Alors Ellis de grâce relativisé
un peu les choses et réfléchissez : Est ce que la vie d'un Haïtien ,
d'un Chilien ou d'un autre citoyen du monde a moins de valeur
que la vie d'un président quel qu'il soit ?? Non définitivement Non !!!
Ce sont tous des êtres humains ..
Après tout le reste n'est que mascarade médiatique et lacrymo à tous
les étages . D'une autre manière on a déjà eu notre dose avec les inondations
de Charente et de Vendée comme @si la très bien montré la semaine dernière .
[quote=... Il faut par exemple arriver aux toutes dernières lignes de l'article de Libération, pour lire ceci : "le pilote aurait été sous pression de l'équipe présidentielle. Elle aurait mis en avant le fait que quelque 400 personnes venues de Varsovie en train étaient sur place, qu'une messe était prévue, et que la retransmission télévisée ne pouvait pas attendre".] ...

D'où tiennent-ils ça les gens de Libé ? On leur a envoyé les enregistrements des boites "noires" ?
Cherchez bien, dans vos médias, qui pose cette simple question, et venez nous le raconter.

J'ai entendu cette question dès Samedi en début d'après-midi sur France Info, dans la bouche de, euh, leur expert en aéronautique ou quelque chose comme ça (impossible de me rappeler du nom, ni de l'heure exacte, ça devait être autour de 14h). C'était d'ailleurs dit sur un ton très affirmatif, cet expert ne doutant pas une seconde que des pressions extérieures avaient eu lieu pour qu'un pilote retente quatre fois un atterrissage dans le brouillard, avec un vieil avion ne possédant pas de système performant de navigation, sur une vieille piste ne possédant pas non plus de système performant d'assistance. Je me suis d'ailleurs dit que ça détonnait bien avec ce que j'avais entendu / lu sur le sujet jusque là.
Pour les amateurs de bédés et/ou de l'histoire de la Pologne des années 80,
encore communiste et toujours bigote, je conseille cette série tous publics :
Marzi
http://cbhg.org/wp-content/uploads/2009/10/marzi.jpg
http://www.dupuis.com/catalogue/FR/s/781/marzi.html
Merci pour la chronique, belle traduction médiatique
J'ai été en Pologne en février, et je suis encore si imprégnée des merveilleux souvenirs (et rencontres) que j'y ai glanés que j'ai eu l'impression qu'on annonçait la mort de nos officiels français. En plus, j'ai réservé depuis longtemps ma place pour la projection de Katyn, en présence d'Andrzej Wajda.... Nul doute qu'il nous parlera de Katyn bis.

Les commentaires ostensiblement cyniques que j'ai pu lire ci-dessus sont proprement hallucinants : ah, pour vous, assainir la situation politique d'un pays (à votre goût) passerait par la disparition brutale de la moitié de ses dirigeants ? Organiser des élections anticipées, dans la précipitation et une certaine confusion (en Pologne, le Président par intérim actuel est aussi le candidat d'opposition qui aurait dû se présenter cet automne) serait très souhaitable pour faire progresser les idées démocratiques, voire la démocratie tout court ? J'ai beau mépriser Sarkozy et sa clique autant que faire se peu, je ne vois aucune justification à la ponte de saillies tout aussi courtes sur pattes (!), tout aussi méprisables...


N'importe quoi.
Des larmes de crocodile !! Je crois que le président Kachinski
avait accéder au pouvoir d'une manière plutôt contesté et que le
fait que son frère jumeau soit au commande avec lui peut porter
largement à réflection . Lech Walesa en a parlé c'était un de ses
opposants . Maintenant de là à parler de malédiction , il faut arrêter
le délire !! Justement "Malédiction" un mot que pourrait triturer Anne Sophie
dans une de ses prochaine chronique .
Rien que de rapprocher le massacre de Katyn perpetrer sous l'ére Soviétique et
longtemps cacher par Staline lui même avec cet accident d'avion relève du
pur fantasme !! Décidemment on a droit à tout et n'importe quoi !

Soyons juste : avec une loupe, on peut en trouver trace. Il faut par exemple arriver aux toutes dernières lignes de l'article de Libération, pour lire ceci : "le pilote aurait été sous pression de l'équipe présidentielle. Elle aurait mis en avant le fait que quelque 400 personnes venues de Varsovie en train étaient sur place, qu'une messe était prévue, et que la retransmission télévisée ne pouvait pas attendre". Pour la suite de l'enquête, on attendra la fin du délai de décence.


En fait le pilote aurait du désobéir, moi qui croyais que le pilote était seul maitre à bord après dieu. Il s'est soumis et ça lui a coûté la vie ainsi que celle de ses passagers. quels que soient les pouvoirs institués, le seul qui devrait compter c'est la compétence!
Confirmation de l'hypothèse dans Bakchich Hebdo :
"(...) Doit-on envisager pour le crash de l’avion du président polonais derrière l’erreur de pilotage invoquée, une « pression » subie par l’équipage ? Fort possible. D’abord, l’atterrissage était prévu juste avant la commémoration de Katyn, une cérémonie, pour laquelle il aurait été très malvenu diplomatiquement que le président Kaczynski arrive en retard, pour cause de déroutement à Minsk ou Moscou. « La règle des déplacements officiels est de prévoir une marge. De surcroit, il me parait délirant d’embarquer autant d’officiels dans le même avion » explique Thierry Le Floc’H.

Notre confrère Marcin Sobczyk, journaliste au Georgian Daily ajoute un élément en faveur de cette thèse : « en 2008, en plein conflit entre la Georgie et la Russie, le président Kaczynski a fait un vol pour aller soutenir le leader Georgien. Il a piqué une colère contre le pilote, qui pour des raisons de sécurité avait refusé d’atterrir à proximité d’une zone dangereuse ». Selon nos informations, ce commandant de bord aurait ensuite été débarqué des cockpits… Après, ses collègues avaient plutôt intérêt à garder le cap indiqué par le doigt présidentiel.(...)"
Je ne partage pas votre bonne humeur... pour avoir des proches, pardonnez-leur, authentiquement polonais. Une fois encore la démonstration est faite que la remembrance du massacre de 1940 passe quasi inaperçue dans lémédia ("messe télévisée fatale" providentielle) et que l'on continue de mettre tous les Polonais dans le même sac : "antisémites", "réac", "nationalistes", "catholiques" (tout le monde ne peut pas être athée, dieu merci) - voir par exemple de nombreux ignobles commentaires de Libé, samedi. Rares sont les journalistes français à avoir rappelé ce que les cocos ont nié durant 50 ans (même après le "prétendu rapport Khrouchtchev" de 1956) : l'exécution, "une balle dans la nuque"... càd UN PAR UN, des officiers et sous-officiers polonais par la police bolchevique... Quant au pacte germano-soviétique, ramené sottement aux noms de deux des signataires (Molotov-Ribbentrop), il était encore nuisible d'en parler en 1990 !!! Quant à en parler en 2010... pfff ! cé du passé... "qui s'y intéresse encore ?"
Le problème a réapparu récemment lorsque le film de Wajda sur Katyn (son père y a été assassiné) a été mis sur la touche...
A propos de mise en touche, je remarque un processus habituel de la désinformation qui utilise presque inconsciemment la forme rhétorique de l'épitrope (à savoir laisser entendre qu'on a qquechose à dire sur le sujet MAIS qu'il est important de parler plutôt de (par exemple) la Palestine ou d'Haïti... qui sont des sujets du présent.
On aura vu ainsi Poutine utiliser le procédé mis au point dès la Libération en France : les horreurs de l'occupation ne concernent pas la France mais l'abominable régime de Vichy, une exception... Il aura fallu attendre Chirac pour que cette escroquerie politique prenne fin (en partie)
Poutine, membre du KGB, et patron du fils de celui-ci, le FSB, nie la continuité étatique entre les bolchos-soviets et la Russie ... Curieux, n'est-il pas ? Allez, bonne journée...
Pourquoi, ô Dieu Tout Puissant, T'acharnes-Tu sur ces malheureux Polonais qui T'aiment tellement ?
Alors que tant de mécréants échappent à Ta colère ?
Tes voies sont certes, plus impénétrables que celles d'un enfant de choeur, mais là, permets moi de Te dire que Tu pètes les plombs. Vieux.
De religion il risque d'être encore beaucoup question s'agissant de l'accident polonais. Comme le souligne justement mehabel, la religion obstrue sérieusement nos écrans ces dernières années.
Ce qui impressionne aussi, c'est ce raz de marée d'émotion concernant le décès du président Polonais, devenu en quelques heures une icône de la révolution polonaise et de la chute du communisme. Jusqu'à Barroso qui parle de sa considérable contribution au projet européen, cette bonne blague ! Un décès aussi tragique est toujours triste, et on ne peut que compatir à la peine de l'entourage de tous ceux qui ont péri dans cet accident. Mais on ne peut pas oublier que Kaczynski était un ultra catho d'extrême-droite, raciste et homophobe. Et que s'il avait pu, en fait d'Union européenne, il aurait bien volontiers signé un traité d'allégeance aux Etats-Unis. Espérons que quand seront dissipés les inévitables brouillards de l'émotion, on pourra faire un bilan objectif du règne de ce triste sire.
Ah bon ? Une messe était prévue ?

Mais alors, de quoi se plaint-on ? Ces bons chrétiens ont donc quitté cette vallée de larmes ... Y devraient être contents les polonais.

En tous cas, honnêtement, si Sarko, Besson et Hortefeux étaient dans un avion... Je ne pleurerais pas. J'irais faire une de ces fiestas, et en plus, sûr et certain, on serait nombreux.
C'est fou ce qu'on a dû se frotter les mains dans lémédia ce week-end en exhibant les larmes des Polonais catholiques tous unis pour pleurer leur Président... au lieu d'enterrer le massacre de Katyn et la hache de guerre par la même occasion.
"Mince, c'est énorme, coco : une cérémonie commémorative, deux pays organisateurs dont un ex bourreau et un ex victime, un crash d'avion, tout un monde politique important : un président et son épouse, un chef de l'opposition, et des généraux qui meurent dans le crash, la ferveur catholique des Polonais... va falloir nous faire de l'image déchirante hein ???"
En France, commence le 1er round de la casse des retraites... guère télé/photogénique, guère déclencheur d'émotions...
Cherchez bien, dans vos médias, qui pose cette simple question, et venez nous le raconter.
La responsabilité des passagers a été évoquée dès samedi par un journaliste de i Télé.
Pour le terme "malédiction", celui-ci est le pendant du classique "miraculé" qu'on entend et lit régulièrement lors d'une quelconque catastrophe, comme si, par opposition, les morts eux méritaient de l'être.
Connerie de pensée superstitieuse... pour ne pas dire religieuse.

On assiste-là dans les deux cas, malédiction et miraculé, à l'abaissement du journaliste à la hauteur de ce qu'il estime être les capacités de réflexion de son audience, soit au ras des pâquerettes. Celui-ci reprenant les expressions ou réflexions les plus éculées du café du commerce estimant que cet implicite mérite d'être rendu explicite. Ce faisant, il alimente ainsi la machine à superstition, qu'il utilisera de nouveau la prochaine fois et ainsi de suite...

A l'opposée, concernant la responsabilité du pilote, oui, il est évident que l'hypothèse de la responsabilité des supérieurs se devait d'être évoquée plus explicitement, plus souvent, car, elle, n'a rien d'un fantasme, d'une croyance. Ce genre de pression, nous la connaissons tous à notre niveau et pourtant, dès lors qu'il faut la dénoncer, rien qu'en en pointant la possibilité, nous constatons que nombre de journaliste se débinent, comme si, il ne fallait pas accabler les passagers victimes du crash, comme si le pilote n'était pas mort lui aussi dans l'accident...

Une fois plus, nous constatons que facilité (malédiction) et manque de courage (non dénonciation de la pression hiérarchique) font bon ménage.
Hélas.

yG
Bonjour,
Concernant l'accident, la rumeur dit que Car…a aurait passé un coup de fil au pilote juste avant la quatrième tentative d'atterrissage.
Bon je sors.
"Imagine-t-on une seconde qu'un pilote transportant le tout-Etat, ayant tenté trois fois un atterrissage dans le brouillard, tente seul un quatrième atterrissage, sans en référer à ses prestigieux passagers ?"
C'est bien la première chose qui me soit venue à l'esprit, si le pilote d'armée pense à la sécurité de ses passagers (dont un président), il a le respect des gradés en ligne de mire, si j'ose dire.
Ca n'en reste pas moins regrettable.

A part ça le titre du vite dit est bien choisi: 'messe'..... j'en peux plus de voir du religieux partout.
Du pathos à n'en plus finir, c'est évident, le mouvement media est bien lancé depuis longtemps, mais du religieux... comme si le drame, la solidarité, l'humanité enfin, tout ce qui est humain et collectif ne pouvait s'illustrer médiatiquement *que* par des rites religieux.
Bien sûr, ça fait une meilleure image que des gens lambda qui sont réunis, unis par la pensée... et silencieux ou immobiles, sans fleurs, ni croix, ni couronne, ni agenouillement...mais tout de même zut, il n'y a pas qu'à l'église, à la mosquée, au temple ou à la synagogue qu'on se recueille.
On ne devrait pas voir tel-le ministre ou président (je parle de la france hein, ailleurs, je ne peux me prononcer) porter un symbole ou communier ou se signer, ça doit rester privé; assister à un rassemblement œcuménique je comprends, l'humain se nourrit aussi de symboles, il est donc difficile de passer à côté, mais c'est tout.
Un pbme de l'aspect laïc c'est qu'il n'a pas de rite: à bien y regarder, il y a quand même des universaux dans les rassemblements commémoratifs de drames divers, comme allumer une bougie, respecter un temps de silence... même si, je le concède, c'est déjà connoté lorsqu'on en cherche l'origine, cependant n'est-ce pas suffisant ?
Faut-il à chaque fois aller chercher une expression ostensiblement (haha) religieuse des choses?Et ne montrer quasi que cela?
Bon, ce petit énervement passé, il reste à coller un vague humour sur les choses pour repartir vaquer à mon quotidien:
pathos sans cathos n'est que ruine de l'âme (nan pataper sur la tête, merci)(/me part se cacher).
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.