19
Commentaires

Karachi : le lien entre attentat et rétrocommissions, "fiction juridique" ?

Le Monde ne croit pas au lien qui pourrait exister entre l'attentat de Karachi, qui a tué 14 personnes dont 11 employés français de la DCN le 8 mai 2002, et l'arrêt du versement des commissions sur ventes d'armes par Jacques Chirac, en 1995.

Derniers commentaires

Salut Dan
on peut tout à fait supposer que l'affaire des rétrocommissions n'ont rien à voir avec l'attentat. En effet, sur Agosta les commissions ont été versées semble-t-il dans leur presque totalité. Si des rétro-commissions n'ont pas été versées, c'est au bénéfice des commissionnés, donc pourquoi se venger ?
Par contre ce n'est pas le cas avec Sawari 2, et là, des commissions beaucoup plus importantes ont été bloquées, semble-t-il (les liens justifiant mes propos sont sur les autres forums).

Comme c'est Chirac qui a décidé d'arrêter de banquer, on peut concevoir que cela puisse motiver une vengeance, voire un chantage. Cette affaire se situerait en 1997 (date du dernier contrat Sawari concernant la troisème vedette, signé en mai) un peu avant le voyage officiel de Chirac à Djeddah (juillet 1997). Le délai entre l'attentat et l'arrêt des commission se réduit donc. On peut tout à fait imaginer qu'on ait frappé les Français travaillant sur Agosta, parce qu'ils étaient plus faciles à atteindre, et que l'attentat n'ait rien à voir avec Agosta (à supposer que ce soit Ben Musallam le commanditaire, à cause de son manque à gagner sur sawari 2). La demande d'extension de l'enquête au volet Saoudien de l'affaire, demandée par Van Ruymbeke la semaine dernière, semble confirmer cette possibilité.

Autre élément à charge : la déclaration de Frédéric Bauer, l'homme chargé de stopper les commissions du réseau K, cité dans le rapport parlementaire « S'il y avait un lien entre les commissions et l'attentat, ce sont celles de Sawari. »

Enfin, le changement de régime au Pakistan en 2000 (coup d'état de Musharraf) et la vengeance exercée sur les bénéficiaires des contrats signé par Zardari, me semble aussi une piste possible (comme je l'ai expliqué ailleurs). La France en vendant des armes aux Indiens a tout fait pour s'attirer l'hostilité de Musharraf.

Vouloir absolument mouiller Sarkozy là-dedans me semble plus être motivée par une posture politicienne, que par la volonté de trouver la vérité.
Plus ça va, plus je pense que c'est Chirac qui endosse la responsabilité de ce drame, bien plus que Sarkozy.

Qu'on s'en prenne à Sarkozy pour son rôle dans un financement illégal de campagne en 1994-95, d'accord, mais le rendre responsable de la mort des 11 Français de Karachi est peut être abusif.
Dans sa fervente application à rouler pour son mentor, le Figaro propose une information incomplète,tronquée et même fausse parfois.Qu'importe ! Bien visée,la cible se régale ignorant ou niant tout ce qui pourrait la déranger dans sa conception d'un bonheur réservé aux riches bien pensant.L'entre-soi les pousse à pétitionner contre la construction de logements sociaux dans leur périmètre et de hautes grilles les" gardent" d'une promiscuité de mauvais aloi.
Il ne faut donc pas s'étonner que leur feuille de chou favorite soit amnésique avec le mari de leur voisine,.provisoirement chef de l'état le plus inégalitaire d'Europe . Surtout que celui-ci oeuvre pour eux,protégeant leur fortune face à un peuple assoifé d'égalité..
ces derniers jours j'ai eu l'occasion de lire le figaro, quel mauvais journal! mériterait la laisse d'or aussi.
Il faut poser à nouveau la question à Monsieur Balladur et bien l'observer : lorsqu'il ment, c'est comme avec Pinocchio, mais c'est son menton qui triple de volume.
Ciel, le Figaro serait-il pro-sarkoziste, ainsi que Mougeotte ?

Merci de nous avoir éclairés, Dan.
Il faut aussi préciser que le Monde accrédite la thèse des rétrocomissions qui auraient servi à financer la campagne de Balladur, et ne fait pas l'impasse sur une possible implication de Sarkozy.
Par ailleurs Dan, je me trompe peut-être mais il me semble que dans l'émission, les deux journalistes affirmaient que Jean-Marie Boivin avait reçu ses 8 millions de l'état, suite à son supposé chantage; son avocat prétend lui dans le journal (comme vous le mentionnez) que si des discussions ont eu lieu (avec notamment 2 anciens de la DGSE envoyés pour le "sonder"), il n'a pour l'instant pas été payé. Erreur de Dasquié et Mediapart?
Le dossier du Monde est très bon. Particulièrement la description de la guerre des clans Chirac et Balladur. (Je pense notamment à un savoureux dialogue que je n'avais jamais lu entre les deux ennemis juste après la victoire de Chirac.)
Conclusion: pour éclaircir l'affaire, c'est bien simple: accès libre à tous les documents et archives!
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.