64
Commentaires

Julie Graziani : une anti-IVG en odeur de sainteté chez "28 minutes"

Des rangs de la "Manif pour tous" au plateau de "28 minutes" sur Arte, il y a un pas... que Julie Graziani, catholique traditionaliste et fervente militante anti-avortement a franchi, avec pour tremplin télévisuel des invitations chez Ruquier et Pujadas sur le service public.

Commentaires préférés des abonnés

On notera la tentative de présenter l'anti-avortement comme féministe : " la réalité de l'IVG, c'est bien souvent une violence de l'homme sur la femme, qui fait pression pour qu'elle avorte." 


Dénigrant ainsi des générations de militantes qu(...)

Lanceuse d'alerte??? N'importe quoi. Quel danger a-t-elle a affronté pour mettre en lumière des faits cachés au grand public? Ce n'est qu'une personne qui affirme ses convictions d'extrême droite. Je ne vois pas de lancement d'alerte là-dedans. Elle (...)

Elles sont bien, ces enquêtes sur la promotion médiatique de nouvelles figures droitardes propres sur elles. Utile et intéressant.

Derniers commentaires

Merci pour cet éclairage ! Désormais je vais voir cette émission que j'apprécie (28 Minutes) d'un autre oeil

Très beau travail de recherche.

C' est vrai qu'avec son visage d'ange, on lui donnerait le bon dieu sans confession.

Mais avec ses idées pourries à l'intérieur elle est parfaitement compatible avec 28 minutes, émission d'essence réactionnaire qui, avec ses participants toujours ravis (bien sûr, ils sont payés avec mon pognon) et courtois, veut se donner l'apparence d'être un observatoire parfaitement neutre.

A fuir...et je fuis.

Bonsoir,


Je ne comprends pas pourquoi vous écrivez "....Graziani, mère de famille...". Est-ce une qualité, un diplôme ? 

28 minutes est par ailleurs bien un écho de notre temps... bavard.

Article excessivement dur pour un rescapé de 68.  Malgré la nécessité de s'informer de tout, la nausée m'empêche d'aller jusqu'au bout et l'excellent travail de l'auteur n'y est pour rien.

L'équilibrage des sensibilités de 28', c'est un chroniqueur de gauche et deux ou trois d'extrême droite

sauf qu' il ne s' agit pas  que  d' opinions ...( au passage  le racisme n' est pas une opinion  mais un delit,et le fait de participer à un media raciste  devrait la faire interdire sur Arte) mais de la liberte des autres, qui ne lui enléve rien à elle ....personne ne l' oblige à avorter, à avoir une GPA, une relation homosexuelle , d ' avoir un enfant sans etre avec un homme..mais empecher les autres de le faire, au nom de quoi en fait ?? ???

28 minutes est une vraie merde. Je me souviens de leurs réactions de bourgeois cathodiques horrifiés par les "violences inaaaaadmissibles", prout-prout mon / ma chère, des Gilets Jaunes. Comme quoi on (Elisabeth Quin) peut être une cinéphile subtile avec une conscience politique d'huître. 

Pas d'accord avec ASI pour une fois. Cet article fait un peu police de la pensée. Quand des gens à gauche de la gauche viennent à 28 minutes, vous ne faîtes pas d'article, quand c'est à la droite de la droite, vous vous offusquez. Je ne vois pas où vous voulez en venir. Vous voulez leur interdire de s'exprimer ?

Je ne partage nécessairement leurs idées mais ils ont le droit de défendre leurs arguments du moment que ceux-ci ne relèvent pas de l'insulte ou de la diffamation. Il en va de la liberté de défendre ses idées.

Ok, tout un pavé pour démontrer qu'elle est de droite catho, ce dont elle ne s'est jamais cachée mais j'ai toujours pas compris en quoi ça en faisait un argument définitif pour qu'elle ne soit pas chroniqueuse à 28". 

Le 28", c'est pas une émission de LeMedia ou de Mediapart, à priori ils ont le droit d'avoir des chroniqueurs de droite catho.

Aucun rapport avec  Cyril Graziani de France Inter ?

je vois pas trop non plus ou vous voulez en venir ...... on reproche sans arrêt aux editocrates  de se cacher derriere  une  pseudo objectivité,  la au moins on sait d'ou elle parle c'est limpide.


Apres c'est comme pour zemmour, on peut tout a fait choisir de ne pas inviter des reacs plus ou moins racistes  mais dans ce cas ne nous faites pas un article "enquete" @si comme si vous aviez déterré un scoop,  faites une chronique ou vous donnez clairement votre avis.

A noter que c'est Citton et non pas Sitton, sauf s'il s'agit de quelqu'un d'autre avec le même visage !... :)  C'est quelqu'un qui à ma connaissance est également très à gauche (mais pas partisan que je sache), qui organise par exemple des soirées avec des philospohes ou intellectuels comme Lordon, qui écrit des livres extrêmement critiques sur les médias (Médiarchie), ou bien propose sous sa direction des livres super bizarres, objet entre l'essai et, disons, un acte artistique (je ne me souviens plus du titre). 


C'est également un spécialiste de Spinoza (on peut comprendre donc pour Lordon, une des soirées avec lui avait été organisée à la Gaité lyrique). C'est un mec très intéressant, et l'émission de 28 minutes où il apparaît était heu... Egale à elle même. La chroniqueuse dont vous parlez, même si on peut effectivement observer le fait qu'il n'est pas explicitement dit ses appartenances, est facilement repérable. L'émission dans son fonctionnement est ainsi, on peut le reprocher, mais je pense que comme pas mal elle a le droit de s'exprimer, anti ivg ou non. Ensuite, lorsqu'elle dit explicitement sa pensée (le racisme chromosomique par ex), cela laisse peu de place au doute, et elle se ridiculise elle même. Je veux dire par là que l'émission n'a pas forcément besoin de faire la fiche wikipédia de chaque intellectuel.le.s, surtout dans une émission qui permet tout de même, dans ce paysage télévisuel navrant, de donner une parole relativement rafraichissante. Cependant ça reste "intéressant" de comprendre son parcours... 


Mais tout de même, quant connaît le pédigrée dudit Citton, qu'on ne connait pas également en regardant 28 minutes, on peut se poser la question de la pertinence du sujet.

Je ne connais pas cette chroniqueuse, je ne connais pas cette émission (ne me jetez pas la pierre, Pierre!) et je dois avouer que cet article ne m'éclaire pas sur grand chose au final.

On dit quand c'est très bien, mais faut dire aussi quand c'est moins très bien.

Je suis toujours mort de rire de voir des racistes européens d'aujourd'hui se revendiquer de croyances mésopotamiennes datant de 4000 ans...

Pour ceux qui contesterait le "croyance mésopotamienne datant de 4000 ans", prière de lire la Bible et Bottéro. :-)

Ce jour-là, Elisabeth Quin sortait les rames : "Votre analogie est tout de même un peu discutable, Julie Graziani..." Discutable ? Ce qui n’a pas empêché 28 minutes de poursuivre sa collaboration avec Graziani.


Je ne vois pas pourquoi aborder le sujet de l’avortement des trisomiques serait un motif de rupture de collaboration.

La question de l’avortement des personnes avec un handicap est une vraie question éthique.

À mon sens, l’euthanasie aussi. La GPA.

Tout ceci me fait penser..., je veux dire..., cette émission cheval de Troie de la médiocrité télévisuelle sur Arte, que... que. .. on n'a pas encore inventé le sac à vomi recyclable. Voilà, c'est pas terrible mais la Cour de France et ses séides postcollabos ne m'inspirent jamais davantage.

Lanceuse d'alerte??? N'importe quoi. Quel danger a-t-elle a affronté pour mettre en lumière des faits cachés au grand public? Ce n'est qu'une personne qui affirme ses convictions d'extrême droite. Je ne vois pas de lancement d'alerte là-dedans. Elle n'aurait  pas une belle gueule on l'inviterait moins. 

Elles sont bien, ces enquêtes sur la promotion médiatique de nouvelles figures droitardes propres sur elles. Utile et intéressant.

Moi je trouve intéressant de connaitre son background, je ne la connaissais pas, peut être déjà aperçue. Et même si je ne regarde pas ce genre d'émissions c'est toujours intéressant de savoir d'où ces gens parlent si on est amené à les revoir..

vous allez nous faire le portrait de tous les réacs du paf?

C'est quoi l'intérêt de l'article, je ne comprends pas bien, elle ne cache pas son opinion ! Non ? "28 minutes" ne devrait pas l'avoir sur son plateau ?

On notera la tentative de présenter l'anti-avortement comme féministe : " la réalité de l'IVG, c'est bien souvent une violence de l'homme sur la femme, qui fait pression pour qu'elle avorte." 


Dénigrant ainsi des générations de militantes qui se sont battues pour le droit de disposer de leur corps.

Quelle est l’idée de cet article, descendre la jeune femme ou descendre l’émission 28´, voire les deux ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.