17
Commentaires

Jeff Bezos accuse un tabloïd trumpiste de chantage

Dans un post sur Medium, le propriétaire du Washington Post dénonce le chantage du National Enquirer qui menace de rendre publiques des photos intimes. Bezos accuse le tabloïd de l’avoir menacé pour qu'il renonce à enquêter sur les liens entre le National Enquirer, Trump et l'Arabie Saoudite.

Commentaires préférés des abonnés

Quand les deux branches du capitalisme, la réactionnaire et la "pseudo libéral" s'affrontent.


Au fond il se passe l'inverse de ce qui a précédé a la victoire de Macron chez nous, la bourgeoisie se segmente aux USA quitte a en oublier ses alliances de (...)

Je ne vois pas bien où vous voulez en venir en ce qui concerne le sujet.

C'est bien la situation qui est intéressante ici et pas la victime. Il est quand même particulièrement spécieux de terminer sur  "Oh bah un tabloïd qui parle de publier des (...)

Approuvé 3 fois

ok.

Et si un maitre chanteur menace de publier un film de vous en train de vous tirer sur le noeud? 

puritanisme ou pas puritanisme?

Derniers commentaires

Désolé, mais je trouve cela paradoxal, et en tout cas amusant: à notre époque pornographique, comme vous le dîtes, on peut encore faire chanter pour des choses de cet ordre. 


Cela révèle un vieux fond de puritanisme qui, personnellement, me fait bien rire.

Fascinant de voir que l'homme le plus riche du Monde ( ou l'un des...) en est à se bagarrer pour savoir si l'on va divulguer ou non sa zézette ( pénis ) et quelques moments agréables qu'il a pu passer en compagnie d'une dame qui lui convient.. 


Voilà qui donne la vraie dimension des choses. L'homme n'est toujours qu'un gland pour l'homme, il suffit de le savoir. 


Le paradoxe est qu'on a beau se prosterner ( et plus que jamais ) devant le Veau d'Or, il reste des ressorts qui font que quelques scribouillards peuvent faire trembler Trump ou Bezos  par exemple, pour des affaires que la plupart des gens considèrent comme sans aucune importance.


L'autre étonnement vient des conséquences que peuvent avoir ces dévoilements quand l'infini des réseaux du net surabondent de fessiers, verges et autres attributs.


Tout cela débouche sur une incompréhension de plus en plus radicale de la marche du monde. Mais cela n'est pas nouveau.

Ce qui est risible dans cette affaire c'est qu'un milliardaire comme ce monsieur se prenne le zizi en photo.

Je savais que les riches n'avaient pas de gout mais alors là...

Si de plus il cocufiait gaiement sa femme ben c'est tant pis pour lui. Quel gland.


Jeff Bezos? L'homme le plus riche et puissant de la planète? 150 milliards de dollars, Amazon (qui met des bracelets géolocalisateurs à ses employés des entrepôts pour les rentabiliser), propriétaire du Washington Post et de ses éditoriaux va-t-en-guerres pro-establishment, un contrat de 10 milliards avec le Pentagon, avec une enquête d'élus du  Congrès pour favoritisme.

Le pauvre... un tabloïd.  C'est bizarre un tabloïd qui parle de publier des photos non-autorisée, c'est surprenant. D'habitude les paparazzi ne publient que des photos officielles.

Je ne vois pas bien où vous voulez en venir en ce qui concerne le sujet.

C'est bien la situation qui est intéressante ici et pas la victime. Il est quand même particulièrement spécieux de terminer sur  "Oh bah un tabloïd qui parle de publier des photos non autorisées, c'est surprenant" Ha ha, ho ho.

 Nous parlons d'un propriétaire de tabloïd qui avant la publication tente de faire pression à l'aide de photos personnelles obtenues par une enquête du journal pour obtenir l'arrêt d'une enquête journalistique sur son compte et celui de ses amis. C'est bien différent du traditionnel comportement des tabloïd dont le système économique est plutôt je publie, j'encaisse beaucoup, je paye un peu après le procès.


Et de fait, même si le maître chanteur n'était pas le propriétaire du tabloïd, ça fonctionnerait. Si Bezos n'était qu'un simple rédacteur en chef, ça fonctionnerait.

La seule différence c'est qu'effectivement Bezos n'a pas grand chose à perdre. Son divorce est achevé, il a largement les moyens de se défendre, il ne va pas perdre son boulot et il peut vivre dans des palaces sans jamais croiser personne.

Je peux comprendre que vous n'ayez pas d'empathie pour ce gars mais qui vous en demande ? Ou alors aviez-vous peur que nous en ayons ?


J'ai du mal à reconnaître le Finbien qui s'insurgeait lorsque Médiapart ne se dressait pas pour défendre Mélenchon de sa perquisition sous le prétexte que c'était Mélenchon.

Je ne vois pas bien où vous voulez en venir en ce qui concerne le sujet. 


Sur un article qui mentionne une manœuvre d'un tabloïd qui, comme tous les tabloïds, est habitués à des actes peu scrupuleux. Savez-vous au moins ce que sont les tabloïds américains, où vous pouvez les acheter aux États-Unis? Ou parlez-vous juste parce vous gobez tout ce qu'on vous dit du côté du politiquement correct?


Le problème c'est qu'on en parle parce que ce tabloïd est jugé trumpiste. Or, il fait passer pour victime un type qui a mis des dizaines de milliers de gens au chômage dans le monde: libraires, épiciers, magasin de vêtements, d'électronique, a racheté les droits d'auteurs de milliers d' œuvres pour les mettre sur Kindle, a quasiment tout racheté aux USA, et est le champion de l'évasion fiscale qui fait qu'on fait payer les dettes aux plus modestes par l'austérité. Il a achevé de faire du Washington Post un outil pro-guerre, relais du Pentagone (c-a-d le complexe militaro-industriel) où il a un contrat de 10 milliards. Le complexe militaro-industriel américain ça vous dit quelque chose? Il est en ce moment dans les coulisses d'une possible intervention au Venezuela.


World's Most Powerful CEO Joins Pentagon Defense Board


pour défendre Mélenchon de sa perquisition sous le prétexte que c'était Mélenchon. 


Ah mais Mélenchon, c'était donc ça. Pourtant ce n'est pas si récent. D'ailleurs, c'était parce que LFI est le principal parti d'opposition, mais peu importe, libre à vous. En revanche, d'accord avec vous pour faire le lien entre l'affaire perquisition du domicile de Mélenchon parue sur Mediapart et un tabloïd. C'est du même calibre.

Quand les deux branches du capitalisme, la réactionnaire et la "pseudo libéral" s'affrontent.


Au fond il se passe l'inverse de ce qui a précédé a la victoire de Macron chez nous, la bourgeoisie se segmente aux USA quitte a en oublier ses alliances de classe alors qu'elle est en pleine fusion oligarchique en France (on le voit avec le déport des électeurs de droite consrvatrice sur Macron depuis la crise des GJ) mais dans les deux cas elle dégénère a vu d'œil.

L'ensemble est quand même assez nauséabond, et donne une idée désespérante de ce qu'est devenue la soi-disant plus grande démocratie de monde, aux mains des puissances d'argent. Heureusement que Besos a assez de culot pour cette contre-attaque, ainsi que les moyens de se payer une équipe de super-enquêteurs. Combien de scénaristes déjà au boulot à Hollywood ? Encore une histoire plutôt sordide... qui va  générer un blockbuster... qui va générer un pognon de dingue. Ô tempora, ô mores, comme disait ce bon vieux Cicéron !

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.