25
Commentaires

Irak, la guerre sans images

Derniers commentaires

@ Clément

C'est de Zoriah dont parle entre autres l'article du New York Times

@ delphes

Je parle de journalistes occidentaux, car justement j'inclus les journalistes/photographes américains et européens, qui ont les mêmes contraintes sur place s'ils veulent suivre l'armée américaine.
Le blog de Zoriah, un photographe indépendant accrédité par le gouvernement qui s'est vu l'espace de quelques temps refusé toutes activité de photo journalisme en Irak puis réacrédité sans l'autorisation de suivre les opérations des U.S. Marine.
Vrai.

Mais le Net, ce ne sont jamais que des gros câbles...

L'Internet que nous connaissons, il n'est pas dit qu'il soit le même ne serait-ce que dans 5 ans.

A noter aussi que si c'est pas à la télé, ça n'existe pas... Ca marche toujours, @si et les "écrans noirs d'or" en témoignent

Il se peut donc que chaque camp célèbre sa victoire sur son canal dédié. La reconnaissance universelle d'un fait aura vécu.

Diantre, que de pessimisme écrit sous un si beau soleil d'après-midi ;-)
Merci pour ce très bon article M. Klein.
Par contre je vous trouve bien médisant, en effet je suis persuadé que la situation s'améliore en Irak : c'est on ne peut plus logique, plus le temps passe, moins il y a de gens à tuer, puisqu'il y en a de plus en plus qui sont déjà morts...

Et qui un jour osera dire un jour que cette guerre en Irak est un crime contre l'humanité ?
Oui cette information est très intéressante.
Ce serait bien de parler des victimes irakiennes aussi, en particulier des civils, des femmes et des enfants. Même en montrant des cercueils. En donnant des chiffres.
C'est vrai que des arabes morts c'est moins bien que des morts américains.
"En Irak, officiellement la situation s'améliore de jour en jour, et McCain ne cesse de sommer Obama de le reconnaître."

apparemment c'est déjà fait: Obama Says Iraq Security Improved
Moi je resterai humble, parce que ce n'est pas LA guerre en Irak, mais LES guerres en Irak : Iran-Irak : 10 ans à se taper dessus, guerre du Golfe n°1 appelée "tempête du désert" : circulez il n'y a rien à voir que du sable, et Gulf war II à la recherche des bombes fantômes.
Et ce n'est pas que les reporters occidentaux, mais toute la planète qui a gentillement refermé le couvercle des chiottes pour le bien de l'humanité en pensant que ça règlerait tout.

Israël qui a bombardé en 1981 la centrale nucléaire civile (Osirak) de Al-Tuwaitha : rien sur la série des bombes sales larguées et celle des gamins cancéreux qui surgirent dans les environs. Et les pays de la coalition de la 1ère guerre du Golfe qui s'y sont donnés à coeur joie (vitrification d'une colonne de voitures civiles s'échappant de la capitale Bagdad, l'horreur absolue). Plus toutes les attrocités, dont il faut des années et des années avant qu'elles sortent au grand jour, comme des petites bulles d'air ou de champagne qui finissent par remonter à la surface...

Oui, toutes les guerres sont sales et ce sont les marchands qui les réclament (champs pétroliers, chantiers de reconstruction dont les gros contrats sont pour les faucons américains et britaniques).

Quand j'y pense, moi je vis j'ai étudié et je travaille en paix en Occident pendant que mon alter-égo irakien n'a connu que des années de guerre depuis 1980, tout ça pour une dictature et du pétrole. Alors une photo de 20 cercueils américains revenant d'Irak qui sort de nulle part, c'est bien, c'est un petit bout de la réalité ou du tribut que l'Amérique paye en partie. Mais cela reste ridicule comparé à celle des centaines de milliers d'enfants irakiens qui vont restés sur place et qu'on a laissé en plan : il est où l'espoir là-bas ?
Ce qui me sidère, c'est que la censure (appelons les choses par leur nom) ne s'attaque pas à des photos de corps, mais à des photos de cercueils.
C'est à dire que c'est jusqu'au symbole même des décès survenus que l'on cache. On nie que la guerre puisse faire des morts...
Et comme l'opinion publique, dans sa grande masse, réagit sur des images... on a les catastrophes démocratiques que l'on connait, comme la ré-élection de Bush fin 2004, par exemple.
Cela me rappelle un interview de Schomsky, où il mentionnait à propos de la guerre du Vietnam, que jamais les media américains n'ont jamais mentionnés que la guerre du Vietnam devait être arrêtée parcequ'elle est amorale (alors que des enquètes d'opinions montrait que cette idées était fort répandues dans la population), mais utilisait plutot des considérations et un vocabulaire militaire américano-centriste, comme le nombre de soldats étatsuniens tombés au combat.

Le paralèlle avec la guerre pour le pétrole en Irak devient plus flagrant de jour en jour.
C'est marrant, mais quand j'ai lu le titre "La Guerre sans Images", j'ai tout de suite pensé à la guerre d'Algérie. Mais bon, c'est une association d'idées toute personnelle : il n'y a certainement pas eu que l'Algérie et l'Irak pour être "censurées"...
Comme quoi, parmi les "démocraties" occidentales, il y a des constantes intemporelles.
Merci beaucoup m'sieur Klein !!

pourquoi précisez-vous à chaque fois "journalistes occidentaux" ? cela a-t-il une importance ?
qu'en est-il justeent des médias européens, qui ne sont pas soumis à ce genre de pression ? si ?

(je sais que vous êtes loin, mais peut-être avez-vous une idée de ce qui se dit de la guerre en irak en Europe ?)
La frontière qui sépare le démocratique du totalitaire est de plus en plus floue.

A rapprocher de cette info, si si, ça a à voir..
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.