39
Commentaires

iPad et les médias, fin de la lune de miel ?

Finie, la lune de miel entre Apple et les médias ? L'iPad (vendu à 7,3 millions d'exemplaires dans le monde au 4e trimestre 2010) est aussi l'enjeu d'une bataille entre Apple et les éditeurs de presse américains et européens. Apple veut obliger les éditeurs qui proposent des abonnements à leurs journaux sur iPad, à utiliser uniquement son magasin en ligne iTunes pour les commercialiser. Les éditeurs ne pourraient donc pas vendre en direct, sans aucun intermédiaire, ces abonnements, à leurs clients via leur site Internet.

Derniers commentaires

Je pense que les relations entre la presse et Apple ne vont pas changer grand chose pour les utilisateurs Lambda de cette outil:

Les journaux que je trouverai au format PDF y seront toujours et les autres je les achète déjà sur la plate-forme proposée par Apple.

Certes la firme prend 30% de commission mais elle prend aussi les risques en cas de non payement par la banque du titulaire de la carte de crédit. De plus les boutiques iApp, iTunes sont performantes et faciles d'usage pour les utilisateurs lambda de leurs produits.

Je suis un utilisateur d'iPad Heureux :)

Oui ça existe.

Je l'emploie comme un ordinateur vraiment portable.
Pour prendre des notes silencieusement pendant une conférence ou un colloque.
Pour écrire sur un coin de table ou sur mes genoux dans le train.
Pour parcourir la presse à laquelle je suis abonné : Un quotidien au format PDF; des Bulletins au format PDF; quelques magazines que j'achète plutôt au numéro selon les sujets proposés;
Pour consulter Médiapart sur l'application Médiapart pour iPhone;

Et pour regarder les émissions d'@si en streaming dans un réseau WIFI véloce chez moi ou à l'extérieur, (restaurant, hôtels, dans la rue).
J'ai aussi quelques films et une soixantaine de bouquins dans iBook que je feuillette de temps à autre.
Je l'utilise beaucoup pour surfer sur le net et pour consulter ou envoyer des mails au salon et au lit.

Mais globalement je l'emploie davantage pour travailler avec des logiciels comme Pages - Numbers - Keynotes - Mindnodes
Un peu plus rarement avec des logiciels de dessin ou de création de schéma comme iDraft ou Penultimate.

Bien à vous

RZaslawsky
Tout d’abord je voudrais préciser deux choses très importantes pour calmer ceux qui s’énervent pour rien :

1. Android a des parts de marché plus importantes qu’iOS, nous ne sommes donc pas dans un contexte de monopole.

2. Il ne s’agit que des abonnements via les applications, si vous consultez un site via Safari, vous pourrez vous connecter et visualiser le contenu tout comme sur un ordinateur.

Ce qui déstabilise c’est qu’Apple a su créer un modèle économique pour un nouveau marché.
C’est exactement comme pour la musique : Apple à proposé une offre légale à temps pendant que les majors procrastinaient.

La vérité c’est que les journaux se tournent vers l’iPad pour la même raison qu’ils gueulent. C’est le modèle économique qu’il y a derrière. Ils s’en plaignent mais c’est pourtant ce qui les attire : c’est une plateforme rentable. Comment reprocher à Apple de vouloir prendre sa part alors qu’ils ont mis eux même cette plateforme en place ?

Il fournissent un service de distribution et ils le font payer. Leur but, comme toute entreprise, est de gagner le plus de pognon possible. Le fait que certains le découvrent en 2011 me dépasse... Vous étiez cryogénisé depuis la préhistoire ?

J’ai remarqué souvent que quand j’explique quelque chose dans un contexte informatique, les gens ne comprennent pas. Il suffit de donner une comparaison dans un autre domaine pour que tout s’éclaire.
Si vous n’aimez pas les gâteaux de l’épicier, dites-vous que c’est comme les producteurs de musique et les journaux papier qui payent un distributeur.

C’est pas aussi simple que les gentils journaux et la méchante pomme.
Finalement Apple est nettement moins hypocrite que les journaux. Ils disent clairement que si on veut profiter de leur plateforme alors on paye. Et les journaux crient au vol alors qu’il veulent juste empocher une plus grosse part du butin.

Ils s’énervent contre Apple alors que s’ils ont loupé le coche des nouvelles technologies, ils ne peuvent s’en prendre qu’à eux-même.
D’autant plus que les frais économisés grâce au format numérique couvriront largement les 30% pris par Apple.

Alors qu’on arrête de brasser de l’air il fait déjà assez froid.
Le problème avec Apple c'est qu'ils changent leurs conditions du jour au lendemain. Comment établir un modèle économique sur un terrain aussi mouvant ?
Si les conditions étaient claires au départ et assurées pour une période fixée, les éditeurs sauraient où ils vont.
Même chose pour les conditions de validation des applis, les conditions d'utilisation du SDK ...
Alors si les éditeurs veulent l'indépendance il reste le site Web, optimisé pour l'ipad éventuellement, mais dès qu'on rentre sur l'AppStore on dit adieu à sa liberté.
Et j'écris ça sur un Mac :)
Il ne faut pas confondre iPad et App Store. Si un journal ou un magazine veut vendre de l'abonnement sur l'iPad sans passer par la boutique en ligne d'Apple, il est tout à fait libre de le faire. Ce site en est l'exemple parfait, puisque je le consulte sur mon iPad et que mon abonnement va intégralement à Arrêt sur images.

Ceux qui voudraient proposer une interface proche d'un magazine peuvent exploiter des outils de développement qui les rendront compatibles non seulement avec l'iPad mais aussi avec n'importe quelle tablette d'une autre marque. Si vous avez une tablette, je vous conseille de cliquer sur ce lien pour comprendre ce que je dis : http://www.mygazines.com/demo

Les éditeurs de presse voudraient tout simplement le beurre et l'argent du beurre. Apple propose une boutique fermée qui permet aux développeurs d'applications (et donc éventuellement de presse) de toucher un très large public très facilement sans avoir à se soucier de problèmes d'hébergement ou de facturation. Si les journaux veulent gérer leur business sans l'aide d'Apple, ils peuvent très bien le faire, mais ils se priveraient de la caisse de résonance App Store.

Dire que laisser 30 % de commission à Apple ne permet pas aux journaux de rentrer dans leur frais est une assertion stupide. Tous les développeurs de logiciels ont constaté qu'avec l'App Store ils vendaient à des volumes qu'ils n'avaient jamais connus auparavant.

C'est donc un choix stratégique à faire aujourd'hui : ou bien gagner peu sans Apple et garder tout l'argent, ou bien gagner plus avec Apple et lui laisser 30 %.
La panurgie de nos grands médias (les plus influents) est sidérante. On agite un beau joujoux extra devant leurs yeux comme on agite un chiffon rouge devant le taureau et crac, boum, hue, c'est vendu !

Pour Apple mais aussi Orange et quelques autres quand ils entendent le mot culture ils ouvrent leur cage dorée et leurs tiroirs-caisses.
C'était tellement prévisible ... et ils ont tous foncé.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Bande de petites bites (pardon). Contre toutes les évidences, les journaux ont présenter leurs têtes sur le billot, ont fait l'apologie du bourreau et c'est à l'État (nos impôts) de les sauver (encore) ? Bien sûr (rotten) Apple centralise tout : il le fait depuis qu'il à lancer le premier ipod (2001). Bien sûr que Apple censure: il le fait pour tout ce qui présente un bout de fesse, un mot contre lui ou même un prix Politzer ! Bien sur que Apple profite largement de son monopole: il l'a largement fait avec la musique.

Et maintenant, après nous avoir 6 mois de (publi) reportage comment-l-ipad-cest-de-la-balle, c'est encore à l'État de protégé leur revenu alors qu'il a déjà subventionner la plupart des applications ipad et qu'il les subventionnent a n'en plus finir.

Conseil perso au patron de presse: faite de bon journaux (ce qui commencerai par retrouver du sens critique), sinon ils vous reste plus qu'a fermer boutique.
Petite erreur de calcul du Geste dans le surcoût à appliquer à son tarif s'il doit reverser 30% à Apple :
Pour gagner 1€, le journal devra facturer 1,43€ à son lecteur (30% de 1,43 = 0,43)
Le surcoût à appliquer serait donc de 43% et non 30%
Apple = Prison dorée
"Malheur aux vaincus" dit Apple aux journaux qui pensaient se faire du blé sans travailler davantage et mieux, en passant par leur tablette.

Triste sort ! C'est ça, le capitalisme : le darwinisme économique !
Bonjour,

Vous dites
"il suffit ensuite d'un clic pour acheter une application, un magazine que l'on télécharge sur l'appareil via Internet. C'est simple et efficace. Un système qu'Apple est, actuellement, le seul à proposer."

Ce n'est pas tout à fait juste. En France, il y a Internet + qui permet d'acheter un produit numérique en deux clics, le montant étant débité sur la facture du FAI. Et la commission du FAI n'est pas de 30%.
Il y a une erreur (enfin plutôt, une information pas totalement juste) dans l'article : c'est 7,33M d'iPad vendus sur le 4ème trimestre… Qui se cumulent aux 7 M vendus dans les 6 premiers mois.

Donc au total, 14 millions. Soit grosso modo 5 fois plus que les prévisions dites "optimistes". Apple a bien fait décoller de façon très spectaculaire le marché de la tablette.

Après, le problème des 30%… Certes, c'est bien beau de crier au vol parce qu'Apple prélèverait une partie des revenus. Sauf que ce prix couvre beaucoup de choses : la recherche elle-même (ces technologies coûtent cher), l'hébergement (1 revue de 100 Mo * 100 000 exemplaires = 10 Go de stockage et de traffic, et encore je suis light, ça a un coup), la facturation, les coûts bancaires, etc. Tout ça a un coût, qui ne sera désormais plus à gérer par les journaux eux-mêmes.

Et d'un autre côté, Apple a décidé de ne pas donner toutes les infos aux journaux. Ça ne vous enquiquine pas, vous, tous ces sondages ou ces questions qu'on vous pose pour le moindre petit téléchargement de logiciel ou PDF aujourd'hui sur le web ? Pourquoi je devrais indiquer à un magazine mon âge et mes centres d'intérêt ? Est-ce que votre buraliste vous pose une seule question quand vous achetez votre Libé ? Apple a décidé de dire "non", parce qu'elle respecte sûrement plus la vie privée que beaucoup d'autres entreprises, et c'est un point auquel elle fait particulièrement attention. Son positionnement est simple : vous payez, mais au moins, vos données ne vont pas chez n'importe qui. Avec Google, c'est gratos, mais vos données, elles sont… ben on ne sait pas chez qui.

Enfin, pour les histoires de contenu, TOUS les distributeurs font des choix. Vous avez déjà pu acheter un DVD porno à la FNAC ? Ben non, il n'y a pas de rayon porno à la Fnac, pas plus qu'à Auchan. Et si vous voulez voir des contenus qui auraient été censurés au sein d'une application iPad, vous avez accès au Web avec son navigateur.

Quand au libre… C'est super beau la vision du libre-qui-sauve-le-monde, mais elle ne marche juste pas. À un moment donné, on se rend juste compte que Linux n'a toujours pas vraiment percé auprès du grand public, alors que le nombre de développeurs qui bossent dessus est juste colossal. En fait, même, trop colossal, puisque dès qu'un truc ne va pas dans une distribution, hop, on fait la sienne. Parfois, il vaut mieux qu'il y ait un tyran à la tête et que la galère avance, plutôt que d'avoir un consensus mou qui ne fait rien avancer (mais ça c'est un truc qu'on aime bien en France).

@Sirak : on peut utiliser un iPad ou iPhone sans donner son code de carte bleue. Apple permet de créer un compte iTunes Store gratuit, qu'on peut ensuite alimenter avec une carte iTunes achetée dans les grandes surfaces & co. Mais c'est sûr que la CB est le moyen le plus simple pour acheter et qu'Apple ne met pas trop en avant la création du compte gratuit.
Je me souviens qu'aux balbutiements de la micro en France, j'avais eu l'impression que la raison du succés d'Apple (Avec l'Apple II, II+, IIe ou IIc, souvenirs souvenirs....) c'était la facilité avec laquelle on pouvait pirater les logiciels. Bien sur, ce n'était pas la raison officielle, et personne n'allait le crier sur tous les toits. N'empeche : C'était facile de copier des copies de copies de copies, et d'en remplir des boites entières de disquettes 5"1/4 (mais si, les carrés mous avec un gros trou ... Avec ce truc génial qui consistait à vendre vachement plus cher des disquettes double-face, alors qu'il suffisait de découper un petit carré dans le plastique au bon endroit avec une bête paire de ciseaux pour transformer n'importe quelle simple-face en double... J'ai essayé sur des DVD/R, eh bien vous allez rire, ça ne fonctionne pas ! J'hésite encore pour les disque-durs et les clés USB...)
C'était ma contribution "Tiens, je me rends compte que je ne suis plus si jeune !"
Et qu'en est-il d'@SI et son application pour Iphone?
Va-t-il falloir payer 30% de l'abonnement à Apple?
La question essentielle reste « quid du modèle » économique :
- Gratuit + pub ?
- Abonnement ?
- Achat d’impulsion ?

Je crois malheureusement que « lesmedias » n’ont pas encore réussis à trouver le bon modèle sauf à faire comme ASI et à diviser par 10 ? les moyens en passant des vieux-médias (TV dans ce cas) au web en mobilisant une poignée de fidèles insoumis (j'en suis fier). C’est vrai tout autour du monde. Sauf un peu au Japon avec une consommation significative des journaux sur mobile.

C’est là la question essentielle. Pour travailler dans ce secteur depuis longtemps, j’ai ma petite idée. Malheureusement lesmedias pensent avant tout que c’est leur marque qui va générer des abonnements : Une marque = une équipe = 1 client.

Moi je pense qu’il leur faut réinventer un peu « l’achat d’impulsion » l’équivalent de "la une" de match ou de Libé que l’on voit en kiosque. Mais il faut aller chercher le client et ne pas attendre qu’il vienne sur lemonde.fr, sur ASI ou autre…Il faut surtout faire attention à ne pas tout concentrer sur nous, les vieux de plus de 40 ans, pour voir comment l'on passe de l'édition papier, à l'édition Wed, puis à l'édition I-Pad ... mais voir comment l'on touche ceux qui ont 15 ou 25 ans. Moi j'achetais Libé et Le Monde quand j'étais au lycée. Que m'offraiennt-ils ?

Je crois cependant que le « sharing » - comme on dit dans le métier - entre Apple et les éditeurs est une question en effet importante. Il est d’ailleurs amusant de voir comment les mêmes qui sont prêts à dénoncer tous les méchants propriétaires de journaux français, sont fiers de montrer leur dernier I-Phone, de faire une recherche sur Google alors que Apple ou Google posent beaucoup plus de problèmes en termes de concurrence, de diversité des sources et de respect des règles (par exemple de paiement des impôts à des niveaux normaux là où sont leurs consommateurs). Malheureusement pour certains aspects nos groupes de médias sont des nains - à part TF1 – et ne pèsent rien face à des géants comme google, apple ou microsoft …

Il est amusant de voir comment la suppression des plateaux repas pour les permanents du Monde, société qui perd des millions, mobilise DS en personne alors qu’ASI passe depuis le début presque complètement à côté de sujet essentiels.

Par exemple quid de l’algorithme secret Google. Le fait que si l’on saisit Tunisie dans Google on ne connaisse pas les règles qui vont faire que ce soit un voyagiste, un quotidien, un blog pro ou anti x, … qui arrive en 1er, en page 2, en page 12 … me parait poser de lourdes questions.

ASI s’amuse du coup de foudre desmedias pour l’i-pad prêt pourtant à leur faire le baisé de la mort, mais est-il vraiment plus clairvoyant sur les vrais rapport de force qui se créent presque en silence devant nos yeux ?
je suis stupéfait de voir des médias sensé décrypter l'actualité, se faire avoir de façon aussi stupide. un appareil ( et dites moi si j'ai mal compris ) dés l'activation, oblige, pour avoir accès aux applications et pourvoir télécharger quelque contenus que ce soit, de s'inscrire à une boutique en ligne, i tunes donc, en saisissant son code de carte bleu.

Bon il s'avère que je n'ai pas d' I pad ou I phone.

Mais ça ne dérange personne de devoir passer par un filtre pour pouvoir consommer ce que l'on désir?

Enfin moi ça me paraît aberrant.
Je vais dans une boutique qui ne me laisse pas loisir d'aller dans une autre boutique... Et il est impossible de passer par derrière, par la fenêtre ou de chercher une issue secrète sous le tapis poussiéreux de la grand mère du vendeur...

Bon je me base sur l'article mais dites moi surtout si je me trompe hein....
À l'époque, Charlie Hebdo avait aussi consacré une double page à cet iPad, mais plus dans le but de leur cracher à la gueule :)
http://romain.riviere.me/2010/09/la-vraie-presse-ne-veut-pas-de-l-ipad/
En effet, Apple ayant la capacité de censurer leurs journaux, ils ont refusé l'idée de faire une application iPad, et ont amha très bien fait !
Et oui à force de faire l'apologie de systèmes complètement fermés on finit par se faire enfermer.

Ce qu'il leur arrive n'est qu'un juste retour des choses.

Peut-être un jour verra-t-on enfin les journaux parler sérieusement du "libre" et encourager son développement.
Apple est une secte, la seule chose qui les intéresse est votre pognon. Ils se permettent de choisir leurs distributeurs et les contenus dignes de fonctionner sur leurs merveilles. En gros, chaque fois que vous achetez un truc à la pomme, vous financez la religion la plus rentable sur terre... il suffit de savoir et d'y penser avant de faire chauffer sa carte bleue ! Sans compter que chaque fois que vous achèterez une appli ou une musique et maintenant un journal, vous cracherez au pot de cette très chère pomme. On vit dans un monde formidable !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.