56
Commentaires

Invités de gauche : aller chez Praud, comme on va à la guerre

Sur le plateau de Pascal Praud, sur CNews, quelques voix de gauche surnagent dans le brouhaha et les échanges parfois tendus entre l’animateur en chef et ses invités. En minorité et entourés d’intervenants conservateurs, ces invités développent leurs techniques, et se persuadent que leur présence est nécessaire. Rencontre avec quatre d’entre eux, qui vont chez Praud comme à la guerre.

Commentaires préférés des abonnés

Approuvé 16 fois

J'ai aussi remarqué, chez @si, un biais féministe et antiraciste assez désagréable. L'homophobie et même la transphobie y sont condamnées sans autre, et on ne se sent même plus libre d'être ni antisémite ni islamophobe. Bonjour la tolérance ! Bonjour(...)

moi ce que je comprends pas c'est :

pourquoi des gens de gauche continuent d'aller dans cette émission ? si tous refusaient, son émission serait boiteuse, plus de caution de gauche, donc plateau déséquilibré...combien de temps son émission continuerai(...)

C'est du pipeau. Les gens qui vont dans ces émissions le font pour passer à la téloche avec l'espoir d'un petit 1/4 d'heure de célébrité... le reste c'est du baratin. 

Ces émissions n'ont strictement aucun intérêt et je dirai même que sans les di(...)

Derniers commentaires

vous oubliez le meilleur : l'excellent Benjamin Amar de la CGT qui sait se faire respecter.. lui !


pour etre tout à fait éclairant, il faudrait aussi parler rémunération de "ses cautions". Moi je veux bien aller discuter de tous et n'importe quoi avec P PRAUD tout en me drapant dans ma déontologie et mon honnêteté intellectuelle apreès pour me désolidariser du torrent de merde dans lequel je me baigne. A 150 ou 200 euros l'heure et demi cela me semble largement correcte.


"Mais l’avocate a bien conscience que ces clashs artificiels ne servent finalement que l’audimat."  N'est-ce pas un argument pour les laisser entre eux, tous ces réac-conservateurs-homophobes-misogynes-grands bourgeois ?

 Pour arrêter de leur servir la soupe dont il ont besoin pour gaver leurs spectateurs ?

Deux jours après le passage de Nouvian, Pascal Praud remerciait les téléspectateurs supplémentaires du 8 mai.
Voilà à quoi servent le beuse et les commentaires (réseau sociaux et médias) sur ses clashs.
Tout ça pour une émission non regardée, comme dit Olivier sur ce forum.

Des nouvelles de l'otage américaine  ? Qu'est ce qu'elle foutait là ? Viendra t'elle chez Pascal

C'est quand-même une émission de merde regardée volume baissé en fond visuel tandis qu'on vaque à ses occupations dans le salon. Comme BFMTV, la télé des décors de second plan des tous les bars-tabac de France.

C'est juste une opinion : sur ces chaines, ce sont les bandeaux d'info en bas de l'écran et les images au milieu qui influent sur l'opinion, et que ça.

Clach ou pas clach mr Pascal Praud est un véritable enfoiré ,animer une émission pas pour rechercher la vérité mais pour détruire toutes pensées de gauches et ridiculiser la gauche parce qu'ils sont plus nombreux sur le plateau et qu'ils gueulent plus fort (Dassier et Levy) merci la connerie.  

C'est du pipeau. Les gens qui vont dans ces émissions le font pour passer à la téloche avec l'espoir d'un petit 1/4 d'heure de célébrité... le reste c'est du baratin. 

Ces émissions n'ont strictement aucun intérêt et je dirai même que sans les dit.e.s invité.es elles plieraient rapidement boutique : ces pseudos animateurs ne fonctionnent justement qu'avec ces petits clashs ici et là.

"vulgariser pour madame Michu " : no comment.

C'est amusant de la part des journalistes d'Arrêt sur images de venir donner des leçons d'équilibre politique et idéologique dans les débats, étant donné l'orientation très gauchisante des invités et des chroniqueurs patentés (mention spéciale pour l'historienne Larrère, qui fait l'apologie de la Terreur révolutionnaire dans la vidéo de commentaire de l'émission de Bern et Deutsch diffusée le 2 mai dernier) ! Je n'ai pas souvent vu (et même jamais à vrai dire) d'invité de droite ou de personne qui critique l'idéologie du politiquement correct sur les plateaux d'ASI ! Mais que peut-on attendre de la part d'un site qui utilise l'écriture dite "inclusive", qui n'est qu'une forme d'instrumentalisation idéologique de la langue française, et qui semble croire que la norme du Vrai et du Bien se trouve exclusivement dans le discours des militants féministes, homosexuels et "indigénistes" ? Le problème, c'est qu'il est toujours facile de qualifier de "sexiste", comme il est fait dans l'article ci-dessus, quiconque n'adhère pas aux discours mythologiques relatifs à la soi-disant "domination patriarcale", et qui ne rabâche pas, comme le font tellement de journalistes de gauche (ceux d'ASI, du Monde, ou de Libé...) l'accusation de "sexisme" prononcée à l'encontre de tout mâle blanc hétérosexuel (de préférence de plus de 50 ans) qui osent critiquer la doxa féminsite. C'est la raison pour laquelle on n'a jamais vu (et on ne verra sans doute jamais) sur le plateau de ASI Peggy Sastre, Laetitia Strauch-Bonart, Bérénice Levet, Brigitte Lahaie, et tant d'autres auteurs qui critiquent le simplisme, le parti-pris et les erreurs factuelles du discours idéologique des féministes. Mais par contre, on a toutes les chances de voir et d'entendre tous ceux et toutes celles qui défendent les lieux communs de la pensée féministe dominante, avec les concepts et les thèses que celle-ci colporte ("domination patriarcale", "violence sexiste" des mâles à l'encontre des femmes, usage de l'écriture dite "inclusive", etc...). Comme si le parti-pris anti-masculin présent dans la rhétorique féministe actuelle ne se caractérisait pas lui-même par une forme de sexisme ! Comme si les inégalités entre hommes et femmes se faisaient toujours au bénéfice des hommes et jamais des femmes, et avaient forcément pour cause une volonté de discrimination ! Comme si les hommes avaient le monopole exclusif de la violence, du dénigrement de l'autre sexe, alors que femmes seraient des créatures innocentes et pleines de douceur et d'amour du prochain ! 

 Donc, véritablement, journalistes d'ASI, vous n'avez, je crois, pas de leçon à donner à Pascal Praut et aux autres ! Que vous regrettiez l'absence ou la faible présence des thèses et des discours qui sont conformes à vos propres opinions et à vos propres jugements de valeur, c'est une chose, mais que vous exigiez que les autres médias partagent vos propres parti-pris, c'en est une autre ! En la matière, vous faites preuve de la même hypocrisie que les journalistes du Monde, qui vantent leur neutralité et leur objectivité, et se permettent de classer les autres médias en fonction de leur degré de neutralité et d'objectivité supposé (dans leur rubrique Décodex), mais qui ne se gênent pas pour orienter leur traitement de l'info d'une manière favorable à leurs opinions sur la place du marché dans l'économie, sur le rôle des "élites" dans la démocratie, sur le choix des candidats politiques au moment des élections, etc.… Décidément, la tartufferie des représentants de l'idéologique du "politiquement correct" est sans limite ! Vous n'avez ni le monopole du cœur, de la vérité et du souci de la justice !  

moi ce que je comprends pas c'est :

pourquoi des gens de gauche continuent d'aller dans cette émission ? si tous refusaient, son émission serait boiteuse, plus de caution de gauche, donc plateau déséquilibré...combien de temps son émission continuerait elle de fonctionner...?
et pourquoi tant de gens regardent encore cette merde(je parle de l'émission bien sûr)...?

C'est un grand cirque puant,retrograde et ceux qui y vont sont complices. 

L'argument que toute tribune est bonne à prendre est vrai, bonne pour le complice qui reçoit la lumière et qui pourra se prévaloir ensuite de son exposition médiatique. C'est tout. 

D'ailleurs l'ex-PS, ex-FI, qui avait pati de son manque de reconnaissance auprès du "grand" public en n'étant pas positionné en éligible sur les listes européennes (2 fois on lui a fait le coup!) a bien compris la leçon : il est désormais sur le plateau presque toute les semaines...

Misère, misère !

J'admire ceux qui y vont avec l'objectif de faire passer des idées. J'ai aussi la conviction qu'il faut occuper le terrain pour ne pas le laisser totalement libre. Grain de sable, poil à gratter, morpion, pitbull. Il n'y a pas trop de stratégies à opposer en milieu hostile.
Si j'avais à écrire une scène avec un petit Poucet comme ça, entouré de prédateurs, je ne sais pas comment je me démerderai pour le faire gagner. Possible que je le laisserai même se faire défoncer dans un premier temps. Pour revenir, ensuite, tenter autre chose. Je jouerai à qui perd gagne. Le personnage essaierait, encore et encore, comme ces personnes qui y vont chaque semaine. 


Il n'y a pas à se priver de tendre - le plus souvent possible - un miroir à ces gens-là, ceux de la meute, qui coupent la parole, ricanent entre eux, sûrs de leur domination. Ceux de leur meute applaudiront, jubileront. Mais globalement, dans une fiction, le bully, c'est celui qu'on déteste. Chaque micro victoire de celui qui se fait brutaliser fera plaisir à un nombre incalculable de gens. Parce que les gens à qui on ne laisse pas la parole, qui n'arrivent pas à en placer une, qu'on écoute pas, sont infiniment plus nombreux que ceux de la meute et leurs suiveurs. À qui vont-ils s'identifier ?


De plus, à chaque fois que la télévision cherche à imposer des idées, elle crée une force inverse (TCE 2005, abstention 2017). Pourquoi en serait-il autrement avec cette émission ? Certes, il faudrait savoir qui regarde vraiment. S'il n'y a plus que la meute, tout effort est vain...


En l'absence de réponse claire à ça, occuper le terrain, le tout petit terrain laissé est une stratégie comme une autre.
Pa capab lé mor san essayé, on dit ici.
Liêm Hoang-Ngoc  explique exploiter chaque blanc pour poser sa parole. Ça demande de la patience et de la pugnacité. Il faut être vraiment convaincu pour se lancer là dedans. Et il en faut de la conviction pour aller chez Praud comme on a à la guerre. Moi je dis : respect !

Quelqu'un pourrait-il me dire si les intervenants sont rémunérés et si oui, combien?

Avant au moins il y avait Clément Viktorovitch qui essait de s'imposer pour défaire certains élements de langages...

Merci pour cet article. Et merci d'appeler un chat un chat (ça fait du bien, même implicitement !) : puisqu'il y a des cautions de gauche, c'est donc bien que c'est une émission de droite. Ça, c'est fait. L'heure de débat de CNews est une émission de droite, il est sain de le dire simplement.


Sur les explications des "cautions", je pense modestement que le Spectacle gagne toujours dans ces dispositifs, et qu'il est une des ruses du capital. Ma conclusion perso, c'est que par conséquent, on ne peut pas gagner en y étant de gauche. On peut limiter la casse, la furie d'en face, mais gagner, non. La seule utilité, résiduelle, que les cautions pourraient avoir, c'est de marteler obstinément a chaque passage, qu'elle sont conscientes d'être une caution d'un dispositif de droite. Qu'elles ne cessent de mettre explicitement ce dispositif de droite sous les projecteurs. Qu'elles nomment le Spectacle. Ce serait au moins ça de gagné, le nommer à défaut de le vaincre. Sauf qu'elles seraient vite remplacées par d'autres, évidemment. On n'en sort donc pas vraiment, je pense.

ça amuse qui ce style d'émission ? C'est simple, plus d'audimat, adieu P Praud ! 

Sd degré, provoc. mais surtout tête à claques ! J’aimerais bien savoir combien gagnent ce monsieur et ses « intervenants »....

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.