38
Commentaires

Internautes : et à propos, combien donnent-ils ?

Financer la création par le don : c'est l'idée originale qu'ont défendu, mardi 8 septembre, des artistes, des acteurs d'internet et des militants du logiciel libre rassemblés à Paris. Quelques jours avant le vote de la loi Hadopi à l'Assemblée nationale, l'idée mérite qu'on s'y arrête, notait jeudi Daniel Schneidermann. Est-ce que ça peut marcher pour la création artistique, et pour d'autres biens immatériels, comme l'information ? Un petit tour d'horizon d'expériences menées en ce sens. (Et au fait, comment donnent les internautes ? Premières réponses ici).

Derniers commentaires

À mon avis le financement par le don, ça ne peut marcher qu'avec des artistes de la trempe de RadioHead ou NIN…

Je pense qu'il est plus réaliste de financer par la pub, comme la radio, comme le fait Spotify (avec un succès certain pour le moment).

Pour le reste, pas mal de groupes aujourd'hui vivent plus de la vente de T-Shirts, produits dérivés, et concerts (ou opération marketing diverses) que de la vente de disque. Dixit le boss de HeadBangers.
Internet, l’objet de tous les délires !!
Hortefeux raciste ? Non, c’est internet le coupable et ces internautes qui déversent des vidéos provocatrices (et tant pis si la source est un journaliste dans la vraie vie, puisque c’est diffusé sur internet c’est forcément instrumentalisé)
La presse est en berne ? Encore internet et ces internautes qui se prennent pour des journalistes
La vente de disque est en baisse, toujours internet et ces maudits pirates d’internautes qui vont même jusqu’à tuer la création artistique.
Mais tous ces artistes qui sont prompts à traiter les internautes de pirates feraient bien de balayer devant leur porte.
Rappelons-nous ces artistes déclarés pour HADOPI qui disaient :
« il est normal de sensibiliser et d'avertir les internautes qu'on ne peut pas impunément piller nos œuvres. Notre bonheur est de chanter ou de jouer et nous voulons que demain d'autres que nous aient la chance que nous avons eue hier ».
Mais qu'ont-ils fait pour les artistes de l'autre bout du monde aient également la chance qu'ils ont eue ??
Qu'ont-ils fait quand la "World Music" censée promouvoir la musique d'autres continents est devenue "un concept de vente ouvrant de nouveaux créneaux de marché" (Une si douce berceuse pour la “World Music” )
Et que ce concept a fait les choux gras de certains artistes comme Éric Mouquet et Michel Sanchez.(Deep Forest) qui ont "emprunté" le chant de Afunakwa interprétant une berceuse des Iles Salomon dans Sweet Lullaby
Voici "Rorogwela" interprété par Afunakwa
et Sweet Lullaby de Deep Forest
Edifiant non ?
Afunakwa n’a même pas été mentionnée et elle est morte sans avoir vu 1 seul centime de royalties alors que le single Sweet Lullaby fut un succès international pour le groupe Deep Forest (il se vend à plus d'un million et demi d'exemplaires et est double disque d'or en France)
Et si l’on (les majors pour la musique, les politiques pour le pouvoir, etc) s’acharne tant sur internet c’est que c’est un outil qui peut être vraiment au service de la liberté de penser, d’échanger, de partager, de s’informer, de se cultiver, car l’internaute ne ressemble pas à cet imbécile que l’on pourrait manipuler sans vergogne mais c’est surtout quelqu’un d’averti qui est capable de prendre du recul sur toutes les infos glanées sur la toile et d’aller chercher sur d’autres sources leur véracité et certainement plus que l’individu qui ne regarde que TF1 et il est même capable d'acheter des journaux, des CD et des places de concert, de cinéma, de théâtre pour peu qu'il en ait les moyens.
Mais c’est sûr, un tel espace de liberté a de quoi faire flipper ceux qui veulent s’approprier tous les pouvoirs même celui de penser à ma place.
En studio depuis avant hier, ils vont offrir les 44 morceaux de ce nouvel album au fur et a mesure qu'ils sont enregistres.

Ensuite, des versions differentes de l'album seront en vente.

>< Ici sur leur site ( annoncement de Billy Corgan ) ><
Je connaissais un autre exemple qui date d'il y a un an, qui n'est pas du don mais assez intéressant tout de même. C'est dans le domaine de la musique électronique (Joachim Garraud).
Il y a plusieurs options :
- acheter une super edition deluxe.
- sélectionner une liste de titre et fabriquer soit même un ou plusieurs CD.
- sélectionner une liste de titre et la télécharger (1.5€ le titre) mais le téléchargement est au format wave 96khz (soit meilleur qu'un CD il me semble) et non un mp3 de qualité parfois médiocre!

Je ne connais pas le résultat de l'opération mais l'initiative peut être intéressante et mérite d'être signalée.

A bientôt.
Bonjour,

Oh âme charitable, Merci de corriger, si vous avez pitié pour mes yeux!
"Ce que ça signifie ? Que les internautes sont libre de s'échanger les fichiers comme ils le souhaitent,..."

Bien à vous.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Don et fondation : petite remarque concernant la réussite de Wikipédia. Aux Etats-Unis, on peut attribuer le titre de fondation à toutes sociétés donnant chaque année un minimum de 5% de sa valeur. Les autres 95% peuvent faire l'objet de n'importe quel type d'investissement. Ces fondations et leurs donateurs bénéficient d'avantages fiscaux très intéressants. Il va sans dire que la mise en avant exclusive de l'activité non lucrative de ces sociétés donne au public une image flatteuse mais on peut imaginer que la motivation première de nombreuses fondations et donateurs est tout simplement l'avantage fiscal.
(Voir le dossier du LA Times concernant la fondation Bill Gates.) http://www.latimes.com/news/la-na-gatesx07jan07,1,6935188.story

Jimmy Wales, l'un des 2 fondateurs de Wikipedia (l'autre a démisionné), a fait fortune dans la spéculation financière et avec la création d'un site de diffusion de photos coquines : bomis.com. Il fait l'objet de nombreuses critiques.

Voici ce que l'on peut lire sur le sujet :

Selon Jeff Merkey (Novell), Jimmy Wales lui aurait demandé de faire une donation à Wikipedia afin de modifier son profil en des termes plus favorables. Jeff Merkey aurait ainsi apporté chaque année une contribution de 5.000 dollars pour voir son profil modifié par les éditeurs de Wikipedia et verrouillé de sorte qu'aucun utilisateur ordinaire ne puisse y ajouter de commentaires.

Il a déclaré dans un communiqué :

"Jimmy Wales a accepté que je verse de l'argent à la Fondation Wikimedia afin qu'il use de son influence pour que soient retirés les propos diffamatoires de ma biographie et qu'elle soit protégée pour éviter que d'autres modifications puissent y être apportées", a déclaré Jeff Merkey dans un communiqué. "Plus tard, j’ai décidé de cesser de financer le projet Wikipedia après avoir eu connaissance de preuves de détournement et de mauvaise utilisation des fonds par Jimmy Wales et le conseil d’administration de Wikimedia. J’ai été immédiatement interdit du site Wikipedia par le comité d’arbitrage pour demandes frivoles et infondées après avoir mis un terme au versement annuel de 5.000 dollars au profit de la Fondation Wikimedia."
Voilà un article que j'apprécie suite à la réaction de Daniel qui m'avait laissé sur ma faim.
Moi je ferais bien de la licence global mélanger au mécénat.

La licence se serait pour accéder au contenue sans risque (a faible prix 4-5 € /mois par exemple) et le menace se serait, si on peut, pour soutenir les artiste que l'on aime vraiment, ce qui pourrait permettre d'avoir des petits privilèges avant ceux qui ne soutiennent qu'avec la licence global.

Pour la pub, il faut pas se leurrer faut faire énormément de trafic pour que ça soit rentable. Et ça, je n'y crois pas trop, ça voudrait dire que les artistes passent plus de temps à s'occuper de leur site que de leur musique. J'aime pas trop cette idée.
Et voilà, ce dont je parlais il y a plus d'un an commence à faire son chemin. Mais à l'époque tout le monde m'a toujours dit que c'était nul (presque tout le monde).
http://www.rue89.com/explicateur/2008/06/23/internet-la-loi-sur-le-piratage-expliquee-aux-nuls-23?page=2#comment-374154
Un autre exemple de rémunération des artistes qui existe, est celui de Jamendo (http://www.jamendo.com/fr/).

Les morceaux et albums mis en ligne par les artistes sont sous licence Creative Commons, et peuvent être téléchargés légalement et gratuitement.
Le financement de Jamendo et la rémunération des artistes se fait de trois manières. Il y a d'abord le don, de 5 euros minimum. Ensuite, et c'est l'originalité du site, 50 % des revenus publicitaires du site sont réservés aux artistes. Enfin, les artistes peuvent participer à des opération commerciales sur Internet, leur rapportant également une rémunération.
De plus, le site propose des licences, payantes, à destination des professionnels, pour des usages commerciales des morceaux.

Ce type de rémunération pourrait être approprié pour faire découvrir de jeunes artistes. Le problème, bien qu'une équipe de modération valide les albums, est qu'à terme, le catalogue risque d'être de plus en plus étoffé, rendant plus difficile à chaque artiste de se démarquer des autres. Même avec un système de vote et de forum.
Y'a d'autres exemples de mi-dons... par exemple l'éditeur de musique magnatune... tout le monde peut écouter tous les albums en ligne, en partie ou en entier, même plusieurs fois... et finalement décider s'il achétera ou non, auquel cas il décide de la somme qu'il veut payer ! Ce n'est pas tout à fait un don, parce qu'il y a un montant minimum de quelques dollars. Mais l'acheteur sait que la moitié de la somme ira à l'artiste. J'ai beaucoup aimé ce système quand il est sorti il y a quelques années. Radiohead n'est pas précurseur mais en raison de sa notoriété a beaucoup aidé pour faire parler de ce type de mode d'achat !
Il me semble qu'il y a un grand nombre de critères en jeu dans tout ça.
1° Le degré de notoriété du groupe : un atout (ça crée du flux), ou un inconvénient (de toute façon, Radiohead, ils sont blindés, je préfère garder mon blé pour un petit album mal famé) ?
2° L'usage qu'on fait de la musique achetée (ou téléchargée)
3° Le rapport la gratuité, et à la notion de rétribution de la création, que peuvent avoir les différents publics des différentes musiques. On peut avoir là de grandes surprises. Je me souviens d'un public entier d'opéra en train de huer le délégué des musiciens venus, à la fin d'une représentation (par ailleurs applaudie à tout rompre), expliquer le difficile statut des intermittents.
4° La QUALITE de l'oeuvre !!!
5° Les contextes économiques des différentes expériences.
6° Le capital dont disposent les différents publics des différents cas étudiés.
Etc.
"Est-ce davantage que ce que le groupe aurait touché en passant par une maison de disques ? Difficile de le savoir, les transactions au sein des maisons de disques étant assez opaques. En tout cas, Radiohead a indiqué qu'ils ne renouvelleraient pas l'expérience. "

Radiohead a également indiqué à plusieurs reprises que ce procédé leur avait permis de récolter plus d'argent qu'ils n'en avaient gagné avec tous leurs albums précédents cumulés (dont certains furent d'énormes succès) ; il me semble avoir lu qu'ils avaient gagné 11 millions (de livres ? dollars ? euros ? je ne m'en souviens plus). Ils ont également expliqué récemment que la raison pour laquelle ils ne recommenceraient pas était qu'ils réfléchissaient à un autre moyen plus surprenant... Il faut également préciser que selon les derniers propos du chanteur, le groupe pourrait ne plus faire d'albums et diffuser ses chansons à l'unité (comme ils viennent de le faire récemment)...
En tout cas, Radiohead a indiqué qu'ils ne renouvelleraient pas l'expérience.

En même temps, Thom Yorke, le leader de Radiohead, a maintenant décidé de ne plus faire d'albums car cela n'a plus de sens à l'heure du web. Il préfère donner ou vendre chaque titre au compte goutte :

http://masique.com/radiohead-porte-un-coup-fatal-a-lalbum-2675
Je sais pas où répondre, c'est ballot 3 fils sur environ le même thème...du coup ça me décourage.
Alors bonsoir, demain c'est lundi, et justement j'ai grand besoin de courage.
Financer la création par le don, oui, mais pas exclusivement par le don, sinon on risque de passer d'un art "officiel" (financé par l'état) à un art de commande, ce qui risque de tout niveler par le bas, hélas.

Combien je donnerais ? Si on vous le demande ... ;) Oh bon, ... j'en sais rien ! Na !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.