45
Commentaires

Information pour homicide involontaire à Koh-Lanta ? Imbroglio au parquet de Créteil

Le parquet de Créteil démentait officiellement, mercredi matin 17 juillet, l'ouverture immédiate d'une information judiciaire pour homicide involontaire, à propos de la mort d'un candidat de l'émission Koh-Lanta. Cependant, d'après les informations d'@si, et que nous maintenons, la décision de l'ouverture de cette information était prise la veille au soir.

Derniers commentaires

En tout cas TF1 souhaite une nouvelle saison : http://www.lefigaro.fr/culture/2013/07/21/03004-20130721ARTFIG00040-l-emission-koh-lanta-pourrait-revenir-a-l-antenne-en-2014.php
"Les lanceurs d'alerte, un concept fourre-tout ?"
http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/07/18/les-lanceurs-d-alerte-un-concept-fourre-tout_3448972_823448.html
Incroyable, @si n'est pas mentionné.
Tiens, le titre de l'article a changé.
Ça devrait figurer dans les mises à jour en fin d'article.
J’avais écrit ce post il y a un moment, à l’époque où vous aviez beaucoup critiqué l’attitude de la production et du médecin, et suite au décès de celui-ci. Je ne l’avais jamais mis sur le site. Là, vous remettez le couvert, sortant de votre boulot, et relayant des rumeurs dont vous ignorez si elles sont fondées. Et en souhaitant bien sûr protéger vos sacro-saintes sources, qui peuvent donc raconter toute la vérité et son contraire, au nez et à la barbe de la justice. Aujourd’hui, je ne peux me retenir de mettre ce texte sur le site.

Rabelais disait : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». Il devrait en être de même pour le journalisme, qui semble en être très largement dépourvu. Comment peut-on injurier et blâmer une prise en charge médicale ou n’importe quelle attitude humaine, en restant le cul bien assis sur sa chaise, à des milliers de kilomètres de là, se basant sur 2 ou 3 témoignages anonymes et contradictoires, sans jamais avoir conscience du fait qu’il y a derrière tout ça une personne, une vie, une famille ? Et surtout sans avoir recueilli l’avis de cette personne (qui a d’ailleurs le droit de ne pas vous parler, sachant ce que vous pourriez faire de sa parole). Je trouve cela inqualifiable. Le journalisme agit comme cela depuis des décennies, accusant sans procès, et justifiant cela par le droit du peuple de « savoir » ce qui s’est passé. Mais le peuple s’en moque, et si vous attendiez les conclusions de la justice avant d’en parler, personne ne s’en soucierait. Votre seul souci est le buzz, et de pouvoir affirmer « c’est moi qui l’ai écrit le premier », comme vous le faites encore largement dans cet article.

Le travail d’@si est, il me semble, de décrypter l’activité des médias ? Quel est le rapport ici ? S’agit-il d’images qu’on nous a montrées à la TV ? D’une enquête de l’Express ou du Point ? J’ai la nette impression que votre a priori généralement très négatif à l’égard de TF1, que je peux comprendre, vous a aveuglés au point de sortir de votre job et d’enquêter sur la mort d’une personne. Les enquêtes sont et doivent rester du ressort de la justice, qui, si elle n’était pas harcelée sans cesse par les médias, devrait pouvoir travailler dans la confidentialité, avant tout jugement. En essayant de « décrypter » vous-même les choses, vous sortez de votre rôle, et vous révélez au monde entier des infos souvent fausses, puisque révélées dans l’urgence. Et d’ailleurs : qu’y connaissez-vous en médecine ? Qu’y connaissez-vous en hélicoptères cambodgiens ? Qu’y connaissez-vous en production d’émissions de télé-réalité ?

Vous avez il y a un moment écrit une lettre sur le site suite à la mort du médecin, qui s’est suicidé après les allégations tenues dans les medias. Je n’y vois pas d’excuses, de demande de pardon, mais uniquement des justifications et de nouvelles accusations à l’encontre de TF1 et d’ALP. Cela montre selon moi que vous n’avez rien compris. Rien compris de la douleur que tous vos articles ont causée chez cet homme, sa famille et ses proches. Vous voudriez au contraire que TF1 vous donne les enregistrements ? Pour que d’autres personnes sombrent dans la dépression et se suicident lorsque vous les montrerez ? N’est-ce pas plutôt à la justice de réclamer ces documents et de les analyser, comme vous le suggérez finalement à la dernière ligne de votre texte de l’époque ?

Je suis abonné à @si depuis ses débuts ou presque. J’ai souvent trouvé les articles de qualité. J’avais néanmoins de temps en temps l’impression que vous tombiez dans les mêmes travers que les médias que vous aimiez tant dénoncer. Cet épisode, qui m’a choqué bien avant le dècès du médecin, ne fait que confirmer cela. Journalisme sans déontologisme n’est que ruine de l’âme…
Koh Lanta c'est LA série de télé-réalité française, celle qui rapporte des millions sans jamais faiblir en audience malgré sa durée de vie (1ère emission en 2001 !!), la justice en décidera mais si les soupçons sont avérés alors la mort de (Gérald) Babin n'est pas qu'un drame humain, c'est la conséquence d'une politique médiatique qui prône l'audimat et le sensationnel au mépris de la sécurité et de la santé des candidats. Alors oui @si est bien un lanceur d'alerte, que la série vous plaise ou non, indéniablement il y aura un avant et un après Babin dans le paysage audio-visuel français.
Koh lanta pour @si, Betancourt pour mediapart....
On comprend mieux pourquoi les deuxièmes ne vont pas afficher leur partenariat avec les premiers...
Lanceurs d'alerte.... La blague...
Un sujet qui n'aurait jamais dû être autre chose qu'un vite dit.
Koh-Lanta : Le parquet de Créteil dément toute ouverture d'information judiciaire (AFP)
Pourquoi signez-vous : "Par Georges Marion, David Medioni et Sébastien Rochat" et pas "Par Marion, Medioni et Rochat" ? Vous tenez-donc à votre prénom mais tenez pour quantité négligeable celui de Babin.
"la mort de Babin", écrivez-vous. Un peu sec, non ? Il s'appelait Gérald, le jeune-homme auquel vous juger sans importance de retirer son prénom.
Dans l'ensemble de l'article et dans ses annexes, le nom "Babin" est mentionné 16 fois. Dans 15 cas, il est précédé eu prénom "Gérald". Une seule fois, après l'article, sur un rappel des articles déjà publiés sur le sujet, le nom n'est pas précédé du prénom.
L'officier de police qui vous a demandé l'identité de vos informateurs enquêtait à propos de quoi? De l'accusation de diffamation ou travaillait-il pour l'enquête préliminaire? Pourquoi mettez-vous 1 mois et demi à lui répondre? C'est tactique, c'est le délai (maximum?) que la loi vous autorise?
J'ai failli écrire en small, je viens de l'enlever, tellement j'ai l'impression de poser des questions idiotes mais cette justice qui pose des garde-fous qui au lieu de jouer leur rôle deviennent eux-même des moyens de coups stratégiques me fait peur.
Bon un exemple des questions que je me pose (caricatural et choisi exprès impossible pour ne pas embrouiller encore plus) vos sources serait le médecin qui s'est suicidé vous ne tairiez pas son nom ou vous tairiez son nom? Autre question, n'est-ce pas normal que l'enquête préliminaire, qui se retrouve à devoir soupeser les témoignages qui divergent, vienne voir si il y a coïncidence entre les témoins à charge de son enquêtes et les témoins à charge d'@si? Je suis d'accord qu'on ne réponde pas au nom du principe "la protection des sources", mais la réponse au nom de ce principe aurait due être immédiate. Là on a l'impression que on ne répond pas car cela risque de donner des armes à l'adversaire (si il y a de nouveaux témoins accablant c'est bon, si ça coïncide pile-poil c'est les mêmes, il va falloir se défendre d'être manipulé par des qui ont une dent contre la production), et qu'il a fallu que la question soit décortiquée par un avocat?
C'est spécial quand même la justice, je m'y perd vite: essai de faire abstraction de mon fort parti-pris dans cette affaire, donc gros besoin d'être confiante envers la justice, résultat "forminable": éveil de ma défiance envers elle qui se retrouve à son top. :-)
@si, je vous adore et, messieurs d'@si, je ne vous en tiendrai pas rigueur, mais franchement vous qualifier vous-même de "lanceur d'alerte" pour ce qui reste un drame, peut-être un drame provoqué par une négligence coupable, mais certainement pas une affaire d'Etat, c'est trop ! Si c'était du second degré, il est bien caché...
Je dois avouer que ce n'est pas l'@si que je préfère...

Il ya dans votre article des trucs qui me dérangent.
Notamment toute la partie sur les tests préalables qui auraient du être mieux faits sur la victime.
Il arrive, et c'est chaque fois un drame, régulièrement, que des gens jeunes et sportifs, ayant subis des tests médicaux, décèdent d'arrêt cardiaque en pratiquant des activités physiques. Je connais moi même des (2) cas.

Que les parents portent plainte... ok. Mais que fait @si dans cette histoire??
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.