64
Commentaires

Indignados, loin des radars

Deux mouvements sociaux, loin des radars, si j'ose dire.

Derniers commentaires

d'autres liens : http://www.lepost.fr/article/2011/05/27/2507766_les-indignaos-reprimes-par-la-police-espagnole.html

pourquoi on a rien sur @si sur ce sujet??
lien d'alain b sur un autre fil :
https://www.youtube.com/watch?v=Geg_6Xoy04s&feature=player_embedded
Je rêve d'une chronique d'Alain Korkos consacrée à la vitesse.
c'est possible ?
signé: un fidèle lecteur qui refuse de "tomber dans le panneau.."
http://bougezautrementablois.over-blog.com
respectons la limitation et nous ne nous ferons point tondre...( le courage n'a rien à voir surtout que " le courage, c'est quand on est le seul à savoir qu'on se chie dessus " (colin farrel "tigerland") )
Parler de "mouvement social" pour les gogos qui se sont rués pour acheter des détecteurs...

On a les révoltes qu'on peut.
Existe-t-il un sujet sur lequel Sarkozy n'ai pas changé d'avis une, deux voire douze fois ? Lequel, je ne vois pas ?
De la part d'un insondable (?) et profond réactionnaire populiste:

J'aimerais comprendre comment ce qui était "SCANDALEUX" dans la bouche du Sarko candidat devient, dans la même bouche, mais présidentielle cette fois, inéluctable ?
D'autant que si, comme on nous l'a répèté et répèté, les radars étaient placés aux endroits accidentogènes, nous en avertir relevait du domaine de la santé publique et du trop fameux principe de précaution ?

Etre un chevalier blanc ne dispense pas d'un minimum de rigueur ???
La récidive, surtout en matière de délits sexuels, est un prétexte idéal pour travailler à l’instauration d’un véritable État Policier !

Le rêve pour des dirigeants dont l’objectif n’est pas le maintien de la démocratie mais sa transformation, aussi vite que possible, en État Totalitaire… Avec un minimum de liberté (si possible aucune), et un maximum de surveillance et de répression !

Pour y parvenir, avec l’accord mou d’une partie de la population, on déclare la guerre à l’insécurité et même à la mort (le ridicule et l’improbable ne saurait les arrêter !)

Contre l’insécurité : accroissement massif des effectifs de la Police et de la Gendarmerie (qui sont priés de coopérer pour accroître leur efficacité)… On en profitera pour augmenter de 50% en 1 an les amendes forfaitaires de circulation et de stationnement (budget officiel de l’état pour 2005, page 82)… On disposera également de “Forces de l’Ordre” capable de contenir les agacements plus ou moins justifiés de la population ! C’est bien pratique pour se maintenir au pouvoir malgré les plans de licenciement et la baisse insensée du pouvoir d’achat (froidement niée par l’INSEE) !

Contre la mort, dans le désordre, on s’en prendra aux canicules, au froid, au tabac, au sida, à l’alcool, au cancer… Aux automobilistes et aux criminels !

Roule ma poule !

Voilà le catalogue de bonnes idées annoncé, pour surveiller la population, puis pour lui faire financer las vastes dépenses liées à ce genre de société :

· Imposer à chaque résident en France le port d’un téléphone portable allumé et doter la police de moyens informatiques permettant de savoir à chaque instant où chacun se trouve. Demander régulièrement à chaque résident de bien vouloir justifier la raison qui justifiait sa présence à tel endroit, tel jour à telle heure. Cela calmera les velléités de déplacements intempestifs, par forcément justifiés et finalement plus ou moins louches !

· Croiser l’information fournie par les portables avec celles qui émanent des moyens de paiement électronique. De très gros ordinateurs en sont parfaitement capables

· Plus généralement interconnecter toutes les bases de données disponibles. On prendra soin, au préalable, de mettre en prison les membres de la commission Informatique et Liberté

· Installer des caméras vidéo partout ou c’est possible et utiliser les images fournies à des fins d’intimidation et de répression.

· Multiplier par 10 les places en prison : le nombre de réfractaire aux progrès de la société est plus élevé que ce que l’on croit : il convient de les écarter de la route qui mène au progrès !

· Abandonner le principe de non-rétroactivité de manière à pouvoir exhumer toutes les vieilles histoires et appliquer des punitions neuves (pénales ou pécuniaires) Exemple : vous avez commis un excès de vitesse en 1982 et vous avez payé une simple amende ! Ce n’est évidemment pas assez, donc aujourd’hui on ressort votre dossier, on vous convoque et on vous signifie que l’on vous retire 11 points sur votre permis et que l’on vous condamne à payer 4.500 €uros d’amende pour vous apprendre à être raisonnable (le chiffre est arbitraire, on peut faire mieux… Et on ne se préoccupera pas de savoir si vous avez les moyens de payer une telle somme avec votre RMI : il ne faudrait quand même pas que les délinquants la ramènent trop !) Pendant qu’on y est on vous posera un énorme bracelet électronique surveillé par satellite qui permettra de mesurer votre vitesse à chaque instant, à l’avenir. On n'est jamais trop prudent avec les fous de la vitesse. Il faut les surveiller très sérieusement !

· Remplacer les radars-photo par des radars-lance-roquette : on simplifie la procédure, la punition est immédiate et il n’y a pas de récidive !

Il n’y a que des avantages :

Les machines existent déjà, il suffit de remplacer l’appareil photo par un lance-roquettes. Quand le radar mesure une vitesse excessive (à partir de 2 km/h de trop, il ne faut pas être trop indulgent avec les criminels dangereux !) Le lance-roquettes élimine le véhicule et ses occupants en laissant à peine une légère poussière sur la chaussée ! Aucun risque pour ceux qui suivent (s’ils respectent la vitesse, autrement : nouveau tir)

Liste avantages :

· Économique, la base est déjà en place.

· Efficace et définitif pour éliminer un véhicule dangereux (visiblement capable de rouler à des vitesses prohibées).

· Efficace et définitif aussi pour éliminer une bonne fois les irresponsables qui roulent trop vite.

· Permet de désengorger les tribunaux qui pourront ainsi se consacrer à juger plus vite les délinquants sexuels.

· Élimine les risques de récidive.

· Le seul inconvénient apparent concerne les éventuels passagers ! Mais on arguera que s’ils ont laissé le conducteur rouler comme un malade ils sont tout aussi coupable que lui et qu’ils ont bien mérité ce qui leur est arrivé (d’ailleurs les morts portent rarement plainte contre l’État)

· Reste le cas des jeunes enfants passagers, cette fois on arguera que des enfants de salauds n’auraient pas tardé à devenir des salauds eux aussi et qu’il était donc temps de les éliminer, à titre préventif, avant qu’ils ne deviennent dangereux eux-mêmes !

· Dernier problème : le coût des missiles, plus élevé que celui des photos… Qu’à cela ne tienne : on fera payer les héritiers en y ajoutant une lourde amende !

Enfin comme il n’y a pas que les bagnoles pour commettre des crimes, mais d’innombrables moyens, voici quelques pistes et un petit catalogue de mesures propres à calmer les irresponsables et autres salauds :

· Castrer tous les délinquants sexuels passés, présents ou à venir (cela relancera l’industrie du ciseau en France), y compris ceux qui ont été accusés à tort par des gamines impubères (là encore, on n’est jamais trop prudent !)

· Couper la main des voleurs : c’est dissuasif et cela rend les vols futurs moins commodes !

· Couper les oreilles des auditeurs : les radios sont le ferment de la sédition !

· Crever les yeux des téléspectateurs qui pourraient être tentés de regarder de mauvaises émissions.

· Couper les jambes de ceux qui pourraient être tentés de s’enfuir !

· Couper le nez de ceux qui le fourrent trop volontiers là où il n’a rien à faire… et où il risquerait d’humer des choses très malodorantes !

(Je recommande un achat massif d’actions de Laguiole qui vont atteintre des cours astronomiques en un moment !)

Pour le financement, quelques pistes :

· Augmenter les amendes forfaitaires de 100% en 2006 et de 200% en 2007

· Créer une Taxe à l’Amour Ajouté (TAA) de 30 €uros, payables d’avance à la Trésorerie la plus proche de votre domicile. Tout citoyen convaincu d’avoir forniqué sans avoir acquitté la taxe sera redevable d’une amende forfaitaire de 2.000 €uros (ça fait débander) en cas de récidive : castration !

Si le Gouvernement souhaite me remercier pour mes bonnes idées j’accepterais volontiers le Ministère du Coupage de Roupettes ou, dans l’enseignement, une Chaire sur les Libertés perdues, à la Sorbonne.
moi je donne juste mon avis sur les radars, je trouve normal d'enlever les panneaux de signalisation de radars, sinon franchement à quoi ça sert, à rien, au moins là, ils auront leur efficacité, après c'est vrai que moi je respecte scrupuleusement la limitation de vitesse et si je me fait gauler parce que j'étais un peu au dessus de la limite et que j'ai pas fait attention, tant pis, je ne m'en prends qu'à moi même, ensuite je vois beaucoup de gens en voiture qui roulent trop vite et ça me saôule, alors pas de pitié, dans la vie rien ne sert de courir, il faut partir à point, ça économise le carburant et ça use moins le moteur, les freins les pneus, y a que des avantages à respecter les limitations de vitesse ( il faudrait aussi interdire les ventes de détecteurs de radars ), voilà.
Il aurait été plus avisé, plus instructif, il me semble, de rapprocher les dimanches électoraux espagnols et allemands.

En Espagne: Indignados dans les rues, à droite toute dans les urnes. Les socialistes se prennent une raclée historique aux municipales, perdent Barcelone, Séville, etc... Les conservateurs pavoisent. Les Indignados s'indignent.

En Allemagne: pas d'indignados Porte de Brandebourg, mais la CDU (Merkel) se prend une raclée aux élections dans le land de Brême. Ils sont devancés par le SPD et même par les Verts! Die Linke (le parti des indignados allemands) est dans les choux.

Quelle conclusion en tirer?
Je suppose que les Français attendent, pour se réveiller, qu’il soit définitivement interdit de rouler ET de stationner (après avoir payé une lourde TVA sur leur véhicule) et que seul soit autorisé le paiement ponctuel et sans délai des amendes…

Quant à la connivence exclusive entre lémédias et les seules organisations structurées c’est un secret de polichinelle : il suffit de voir dans quel mépris ils tiennent les 65.000.000 de Dugenou qui peuplent la France !
Il est mignon Daniel quand il feint de (re)découvrir que le système médiatique est la deuxième peau du système...
Comment? Lémédia seraient des relais de propagande? Noooon?!! Pas possible...
Et oui, cher Daniel, la pratique journalistique est un exercice difficile de nos jours...Le flux ininterrompu d'infos venant du monde entier, la recherche de l'audimat, d'abonnés, de lecteurs, la formation des journalistes, le statut précaire de la plupart, les pressions politiques et économiques,etc, ne permettent pas à l'heure actuelle d'assurer "un service d'utilité publique"...
Dans une société où tout est spectacle, l'info n'échappe pas à la "règle"...
Dans une société où les messages subliminaux ou non, sont "produis, consommes, profites et tais toi", l'info est livrée prête à être consommée et est immédiatement digérée telle quelle...
Dans une société où les puissants sont les héros, pas de place pour les faibles, pour le peuple, qui n'est qu'une masse informe et disparate, ou juste un "alibi" pour servir la doctrine des puissants, lémédia sont les "passe-plats"de l'idéologie dominante...
Dans un monde déshumanisé, lémédia n'échappent pas à la "règle"...
Qu'il serait bon de faire une pause, de s'arrêter un instant et de regarder ce que nous sommes "devenus", de réflêchir à notre avenir commun d'êtres humains vivant en société...
Mais bon, priorité à l'info, au direct, on me dit à l'oreillette que DSK aurait tenté de violer une des personnes chargée de le garder et qu'Anne Sinclair aurait été flashée par un radar suite au retrait des panneaux de signalisation, info à suivre donc....
"L'un s'enracine (plutôt) à gauche et à l'extrême-gauche, mais a l'inconvénient de se situer à l'étranger". Même pas besoin d'être à l'étranger pour être ignoré. El Pais de lundi, présentant en long et en large les résultats des élections locales, la "victoire écrasante" du PP et la défaite "historique" du PSOE, consacre une demi-page (une demie!!!) sur les 88 du journal au mouvement des Indignés, traité comme un épiphénomène, une poussée de fièvre passagère et anecdotique. Il est pourtant intéressant, ce mouvement, et pas qu'un peu. Et pas non plus qu'un mouvement d'extrême gauche, comme on semble parti pour le dépeindre. (Ah, l'extrême gauche, les populistes, les déclassés...!) Les petits partis n'ont pas fait un gros tabac, dimanche en Espagne. Les citoyens ne viennent pas dire qu'on peut remplacer les politiques par n'importe quel quidam. Ils viennent simplement demander que ceux-ci non seulement fassent leur boulot, mais veuillent bien cesser de faire sembler de les représenter avant les élections, pour s'empresser de les trahir une fois élus. Ce qui enquiquine les journalistes des grands médias, de connivence avec les politiques "qui comptent". Mince alors, des fois qu'on viendrait perturber leur digestion d'après dîner en ville...
A propos de la fronde des députés pour les radars, je me suis demandé si tout cela n'était pas organisé à l'avance dans un but bien précis:

Dans un premier temps, le gouvernement renforce la répression des délits routiers. Il le fait par amour pour l'espece humaine bien sur, mais sait très bien que cette décision sera mal prise par une bonne partie de l'opinion.

Du coup, ce même gouvernement demande à quelques députés UMP de crier très fort son indignation. Mais alors vraiment très fort, il faut absolument que les médias les entendent et relaient les cris.

Enfin, le premier ministre, en homme d'état qu'il est affirme que l'on ne changera rien car ca n'est pas quelques députés UMP qui commandent.

Quel est l'intéret de cette manoeuvre?

Laisser à l'UMP le role du chef qui décide du bien commun et qui sait résister à la pression.

Mais laisser AUSSI à l'UMP le role de l'opposition qui aboie après le gouvernement, ceci afin de rendre cette même opposition inaudible et empécher une fuite des voies des automobilistes mécontants vers un partis empéchant d'accélérer en rond..
Très intéressant papier.

Tout d'abord, parce qu'il bat en brèche une assertion classique du paysage sociologique : il n'y a plus de corps intermédiaires.

S'il n'y en avait plus, comment les médias s'en sortiraient-ils, puisqu'ils en ont besoin comme un bateau de sa ligne de flottaison : c'est un repère, quelque chose qui dit, ici ça résiste, c'est de la bonne information qui va flotter.

Mais attention, ce n'est pas n'importe quel corps intermédiaire qui est entendu. Ce matin, tout moqueur, Slama racontait que les féministes n'ont pas fait recette place Beaubourg, est-ce pour autant qu'on ne les écoute pas ?

En fait, ce qui va compter, ce sont les corps intermédiaires suffisamment institutionnels ou suffisamment "coeur de cible" du média concerné. Chez Libé, les jeunes, les révoltés, les "dans la rue". Pour Thomas Legrand, les élus UMP. Chacun son marigot.

http://anthropia.blogg.org
Citation de DS: [la fronde contre la suppression des radars] "surgit des terroirs français, prenant sa source dans les insondables profondeurs réactionnaires d'un peuple qui refuse de plier sa liberté individuelle d'appuyer sur le champignon à une discipline commune".
A l'époque de Staline et du PC triomphant, il était très difficile de les critiquer car leur rhétorique faisait que toute critique d'une décision du petit père des peuples était présentée comme le fait d'anticommunistes obsessionnels, suppôt du grand capital et de l'impérialisme américain. Le bien était du côté des communistes, généreux, altruistes etc. Toute critique de ces derniers vous rejetait donc du côté des forces du mal.
La rhétorique de l'UMP sous l'ère Sarkozyste reprend bon nombre de ces procédés. Le leader ne se trompe jamais, ses opposants incarnent le mal. L4exemple de la politique de sécurité routière en est un très bon révélateur: critiquez une décision présentée comme servant la cause du Bien (sauver des vies) et vous serrez tout de suite rejeté dans l'Axe du mal (les "profondeurs réactionnaires du peuple"). Cher Daniel, ne vous laissez pas prendre par ce discours totalitaire. D'abord par principe: si ce pouvoir voulait vraiment le bien du peuple, ça se saurait!!! De plus par souci du vrai bien: Oui, cent fois oui, il faut tout faire pour sauver des vies et inciter les gens à plus de prudence sur les routes. Mais en somme, quel est le but des radars? Si le but est de sauver des vies, alors il faut les placer aux endroits les plus dangereux. Les annoncer est une incitation à la prudence, car la crainte de l'amende fera que le chauffeur ralentira de lui-même. Retirer la signalisation revient à dire que le but essentiel est de piéger le chauffeur: vive l'amende!!! De plus le radar, ce n'est pas l'humain, à savoir l'agent de la force publique qui juge de la réalité du danger, l'agent de la force publique qui va à la sortie des boîtes de nuit pour faire des test d'alcoolémies pour empêcher des personnes ayant fait la fête de se mettre en danger et de mettre en danger les autres. Bref, le radar n'est que le prétexte à un impôt déguisé. et le cache-sexe d'une politique du chiffre et de la baisse du nombre de fonctionnaire. Il n'est que l'outil de la mécanisation déshumanisante de notre société. La majeure partie des accidents ne se fait ni sur les nationales ni sur les autoroutes, mais sur les routes départementales, dans un rayon de 5km du lieu d'habitation. Certes, les accidents dus à la vitesse, les carambolages sur autoroute sont les plus spectaculaires, peuvent faire la une des JT, mais statistiquement, ce ne sont pas eux qui font en nombre le plus de victime. Donc ne pas croire d'office que tout discours viril et musclé du chef de l'Etat (Je ne laisserais par repartir le nombre de mort à la Hausse, Je ne permettrais pas ceci ou cela) a pour but de faire le bien. Comme toujours, il ne dévoile que l'ego surdimensionné du grand homme, sert à faire le buzz, donne l'illusion de l'action et soumet les moins fortunés à un nouvel impôt déguisé. Et se faire traité en plus de vieux réac, c'est un peu fort!!! Merci de ne pas tomber, même sur un sujet mineur comme celui-là dans les pièges de la rhétorique sarkozyste. Je dis tout cela avec d'autant plus de détachement que je n'utilise pratiquement pas ma voiture, travaillant à 3km de mon domicile et que je ne parle donc pas par crainte personnelle de me voir puni par les forces du bien autoproclamé.
A part ça, très bonne chronique, comme très souvent, merci.
Bonjour,

Tout à fait d'accord. Surtout sur le fait de traiter de réactionnaire la demande de maintien des panneaux. On rêve. C'est ce genre d'attaques de bisounours aux dents de piranha qui me fait, parfois, regretter d'être de gauche (bon à droite ce n'est pas mieux comme dit ci-dessus). En tout cas je ne suis pas dans la gauche Daniel Lindenberg. Au moins Lindenberg attaquait-il des puissants.

Cette remarque passée un peu vite est du même ordre que l'affublement du descriptif populiste à tout va. Ce n'est pas comme cela qu'on se réconcilie le peuple et qu'on le sort des griffes du FN ou de l'UMP. Oui, beaucoup de populos vont râler contre cette mesure. Et alors, ce sont des assassins en puissance? Prendre sa voiture tous les jours et risquer son permis à petit feu à coup de petits excès de vitesse, n'est pas toujours un choix libre. Le maire de Paris voudrait chasser les voitures de Paris. L'empire du bien est d'accord avec cela. Se rend-t-on compte que ce raisonnement est le même que celui de maintenir les pauvres loin de Neuilly sur seine?
Dans un cas c'est la gauche, dans l'autre c'est la droite. Blanc-bonnet et bonnet-blanc. Comme je préfère la gauche, j'aimerais qu'elle soit moins inconsciente du tord qu'elle fait par ses discours du royaume du bien aux classes populaire. À commencer par ne plus la traiter de réactionnaire.

Cordialement, un populiste réactionnaire du plus profond de Montreuil.
Saïd.
Je suis d'accord avec vous ! En plus je n'avais pas vu l'aspect de logique du bien et du mal, cette "astuce" rhétorique qui dévalorise et culpabilise toute opinion divergente à ce moyen mis en oeuvre pour réduire les morts de la route, voir la suppression des panneaux annonçant les radars.

Il me semble que la conjonction du radar et du paneau annonçant le premier fonctionne en se renforçant mutuellement dans leur effet : l'automobiliste n'a pas envie de payer et en étant prévenu de l'existence du radar il ralentit à coup sûr. Enlever le panneau signifie que ceux qui auraient roulé plus vite que la vitesse autorisée en absence de radar vont effectivement le faire croyant qu'il n'y a pas de radar. Je ne vois pas en quoi la prise de risque que plus de gens roulent plus vite à des endroits stratégiques (sortie d'école, virage dangereux, des accidents à répétition à un endroit précis) renforcerait la sécurité routière ou diminuerait le nombre de morts par accident. Ce serait contreproductif si l'objectif était vraiment de baisser le nombre de morts. J'avoue ne pas comprendre la logique gouvernementale dans le cas présent, ou bien l'intention avancée du gouvernement n'est pas celle qu'il prétend.
A propos de Chatel, il a reçu un courrier de l'association des maires de France, pas vraiment un mouvement social mais un début d'opposition quand-même?
[www.lemonde.fr]
Et pourquoi cette indignation des maires de France : ils s'aperçoivent enfin de l'utilité des écoles et des enseignants pour le futur de leurs communes et peut etre le futur de la France; mais il est déjà trop tard pour septembre 2011, qui jouera sur les élections de mai 2012; et septembre 2012 ne sera pas la priorité de Sarkosy et du gouvernement actuel; et le gouvernement d'après mai 2012 (si l'UMP ne repasse pas, et si les partis de gauche gagnent) ne pourra pas prendre de mesures efficaces pour l'enseignement , effectives avant la septembre 2013 au plus tot, compte tenu de la fatigue, de la démotivation et de la non formation des enseignants.
Cela fait donc un trou minimum de 5 ans dans la formation des futurs travailleurs français; est ce avec cela que la situation économique va s"améliorer? mais, bien sur, cela permettra aux entreprises et à l'état de payer en 2017 un SMIC au niveau du RSA, car tous ces jeunes seront bien obligés d'accepter tous les boulots mal payés dans la restauration, le nettoyage et le batiment. Comme de toute façon,avec ces salaires de misère ils consommeront peu, la situation économique en France ne pourra que se dégrader encore plus!!!
Et, il est déjà trop tard pour s'indigner sérieusement et manifester, car en juin il fait déjà trop chaud..... Mais, il y aura peut etre une indignation générale qui sortira en septembre octobre 2011, puisque nous aurons oublié DSK.
[quote=L'un s'enracine (plutôt) à gauche et à l'extrême-gauche]

Il me semble que le mouvement des Indignados est a-politique justement et que le PSOE s'est pris une claque.
Et une fronde d'UMP plutôt à gauche, j'ai du mal à voir, c'est la droite sociale qui a rencontré la gauche moderne ?!

De grâce, ne tordez pas les images pour les faire rentrer des considérations politiques qui n'en sont pas!
Bonjour Daniel,
ce billet est intéressant, parce que vous arrivez finalement (en étant parti d'ailleurs, ce qui rend votre cheminement particulièrement intéressant) à des positions proches de celles de "blogueurs historiques" (pour ne citer que les plus célèbres: Narvic, Crouzet -que vous aviez d'ailleurs invité-...).
D'une certaine façon aussi en vous éloignant du microcosme, vous vous rapprochez des "conspirationnistes".
Les "conspirationnistes" qui sont un peu aux médias main stream, ce qu'étaient les communistes dans l’Amérique des années 50...
Vous êtes à mi chemin, vous naviguez en eaux troubles :o)

Quand on sort de l'info mainstream, se pose immédiatement les questions:
1) Comment distinguer sur le web ce qui est douteux, de ce qui est vrai (comme le mouvement en Espagne, qui ne surprend que peu de monde sur ce site je pense)
2) Et surtout, comment chaque individu peut organiser le flux d'information en le personnalisant, de manière à ne pas rater les infos sans mourir écraser sous le flux....

Avant, la médiation était simple: en caricaturant, on était de gauche: on lisait l'huma et on trustait, on était de droite on lisait le Figaro et on trustait aussi :o), les deux camps se répondant dans un jeu de miroirs inversés.

Je crois qu'il ne fait guère de doutes, au moins pour vos lecteurs, que l'information parisianiste est, aujourd'hui, limitée, il faut sortir du cadre.

Pourquoi ne pas proposer alors, des @si pédagogiques, qui expliquerait, comment l'individu peut organiser SON flux, mettre en place la médiation qui lui convient. On est passé du top down obligatoire à la possibilité d'individualisation de l'information, il faut maintenant apprendre aux gens à saisir cette opportunité.

C'est une problématique technique (agrégateur RSS, outils liés à Twitter, outil linguistiques, agrégateurs de news google, wikio-, je rêve de prospective sur @si, ...) et méthodologique (combien de flux? comment en évaluer la pertinence? les angles morts? ...).


En écrivant ceci, je pense à ma mère par exemple, qui vous lis aussi, et qui ne savez pas comment trouver des infos sur l'Espagne avant hier.

Apprendre aux gens à se servir de l'outil, comme on a appris aux gens au 19eme à lire, ça oui, ça serait vraiment subversif!.
Les "indignados" et les avertis du radar vous font passer sous silence la dernière rigolade : deux "historiennes" patentées ont donné à commenter en agrégation d'histoire un texte de 1964 qu'elles proposaient aux impétrants comme un original datant de 1415... L'agrégation d'histoire de 2011 risque de ne pas être un très bon millésime... Hi hi hi Et voilà que Luc Châtel va devoir s'y pencher (il va sûrement demander de l'aide à son pote Lefevre du "Zadig et Voltaire"). Mein Gott !!! Qui se souvient de Jean Gerson, de Jan Hus et du Concile de Constance dans la clique du nain de jardin ?
[quote=ASI]'un peuple qui refuse de plier sa liberté individuelle d'appuyer sur le champignon à une discipline commune
La discipline, voilà ce qu'il faut aux gens aujourd'hui pour une société "idéale" !
Et surtout, ne parlons pas du taux de suicide dans cette société "idéale".
Ca en dit long sur les valeurs de la France en tout cas !
On a bien eu notre moment d'"INDIGNIDADOS" pour les retraites l'année dernière... mais bon, ça a foiré grave... pourtant, y'avait du monde dans les rues !
Un parallèle entre le mouvement social espagnol, et la fronde de députés UMP sensibles à leur ré-election ? Ca, c'est audacieux. Je sens le vent de l'indignadosie @sinienne qui va souffler fort :)
Oseriez-vous insinuer que les journalistes ne "travaillent" que quand des attachés de
presse ou des lobbyistes leur mâchent le travail?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.