21
Commentaires

Incidents d'Ajaccio : mais qui est Rachid Birbach, l'étrange invité de France 3 ?

Une assemblée des musulmans de Corse ? A la suite des incidents survenus à Ajaccio, France 3 a invité un dénommé Rachid Birbach, présenté comme le "président de l'Assemblée des musulmans de Corse". Au lendemain de la diffusion de l'interview, plusieurs internautes sur Twitter s'en prennent à Birbach, rappellent qu'il s'était fait passer, à tort, pour l'imam d'Auxerre en 2014 et s'étonnent que France 3 se soit fait avoir. Depuis, la chaîne a supprimé la vidéo de l'entretien sur FranceTV Info. Mais qui est vraiment Rachid Birbach ?

Derniers commentaires

Je sais que c'est pas trop dans le sujet mais bon : Renaud a rendu visite à Yvan Colonna
http://actu.orange.fr/france/renaud-a-rendu-visite-a-yvan-colonna-en-prison-magic-CNT000000pvwO0.html
C'est un sbire des apparatchiks élyséens ? En tout cas, Celui-là est dépourvu de violence mais doit enrager les français musulmans et pas qu'eux.
[quote=Julien Landfried]Les communautés, ça n’existe pas. Montrez-m’en une ! Prenez l’exemple de ce qu’on appelle la « communauté » juive. De quoi s’agit-il ? De tous les juifs de France ? De ceux qui se reconnaissent dans certaines organisations qui se veulent représentatives, tel le Crif ? Dans ce cas, cela concernerait, d’après les chiffres fournis par le Crif, environ 100 000 personnes, sur 600 000 juifs en France. Et encore, ces chiffres ne sont que des compilations du nombre d’adhérents d’organisations qui elles-mêmes adhèrent au Crif, des chiffres indirects, donc. Pour les organisations musulmanes, l’UOIF doit avoir entre 30 000 et 40 000 adhérents, ce qui est très peu par rapport au nombre de musulmans en France. Quant à la « communauté » homosexuelle, une organisation comme Act-up ne regroupe tout au plus qu’une cinquantaine de militants, l’Inter-LGBT est aussi un groupuscule. Parler de « communautés » est la plupart du temps un abus de langage dont usent volontiers les journalistes.
http://www.laicite-republique.org/julien-landfried-parler-de.html

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

les medias démontrent encore et toujours plus leur incompétences a nous informer et leur énorme compétence a soutenir les pouvoir autoritaire qui nous gouverne , 4 âme pouvoir mon cul ... Une assemblé de citoyens (tiré au sors) pour choisir les journalistes et sanctionner les mensonges . Mais ça non , c'est populiste de demander aux citoyens leurs avis, même lors des votes , "c'est pas la rue qui gouverne" , cette phrase fétiche de la V eme démontre le degrés de mépris pour les gens qu'on media et politique, tous des bourges.
Très bon article.
Mais je reste sur ma faim.
D'où vient l'argent?
Comment et par qui des pitres comme Chalgoumi et Birbach sont-ils rémunérés pour répandre la bonne parole sur les ondes?
Faut-il chercher du côté de leurs ami-es médiatiques?
Mal placé
Ce type de problème est hélas inhérent à l'organisation de l'Islam.

Pas de clergé, pas de hiérarchie ; n'importe quel musulman peut s'auto-proclamer Imam.

La création du CFCM était l'une des (très) rares bonnes mesures de Talonnettes 1er, mais s'avère insuffisante.

Et la solution, si elle peut être trouvée, ne sera pas franco-française.
Ah... l'organisation de l'islam, cet islam incapable de présenter des interlocuteurs et d'avoir des responsables. Pas de clergé, pas de hiérarchie, ce qui n'est au passage vrai que pour l'islam sunnite parce que mollah, ayatollah... ça fait bien un clergé, Le cas échéant.
Comparaison n'est pas raison mais ça me fait un peu penser au désarroi de ces journalistes qui, face à des mouvements à l'organisation horizontale, ne comprennent pas comment ça peut fonctionner, à qui ils doivent s'adresser, cherchant toujours un "responsable".
Petite parenthèse éducative: effectivement, n'importe quel musulman peut s'auto-proclamer Imam. De fait, n'importe quel musulman peut effectivement être Imam. L'imam, c'est celui qui dirige la prière, point. On pourrait diviser ça en plusieurs catégories :
- Imam habituel (qu'on fait souvent venir d'un "pays d'origine" parce que - comme en témoigne la "bonne mesure de Talonnettes 1er" - mettre le culte musulman français sous tutelle de pays étrangers amis est un moyen efficace pour l’État de garder une neutralité de façade)
- Imam occasionnel (comme Chalgoumi qui n'est pas Imam de Drancy mais Imam à la mosquée de Drancy... Où il n'a jamais été l'Imam habituel...)
- Imam ponctuel (et là ça peut être n'importe quel musulman choisi parmi ceux présents avant de commencer une prière, en fonction de critères variables : encourager les jeunes, honorer les personnes âgées ou les habitués, mettre en avant ceux qui connaissent ou récitent le mieux Coran, etc)

Un Imam ce n'est pas donc pas comme un Évêque ou un Rabbin. Le problème ici est d'essayer, par ignorance, de trouver un équivalent alors que la situation ne s'y prête tout simplement pas. Avant de se demander comme cirneaf ci-dessus comment "identifier un vrai imam d'un faux", ou de constater comme vous que "n'importe quel musulman peut s'auto-proclamer Imam", il faudrait commencer par se demander pourquoi on invite un supposé représentant religieux pour l'interroger sur la manière dont se sont installées des "zones de non-droit" en Corse (question qui relève de la sociologie). La réponse: pour remplir une fonction. Birbach n'est pas sur le plateau pour représenter, il est là pour dérouler un discours.

On peut ensuite analyser cette fonction en analysant la réponse de Birbach quand il dit que les problèmes pour les musulmans de Corse remontent à huit mois et qu'il évoque des sacrifices dans un stade.

Non, ce n'est pas un problème d'organisation de l'islam, c'est un problème médiatique et politique. Médiatique car le travail de vérification journalistique n'a pas été fait en amont (merci encore à @si et Sébastien Rochat de le faire en aval). Politique à cause du discours, voir les explications de Pascal Boniface explique très bien dans sa tribune.
Je dirais même plus : la perception des religions en France est conditionnée par l'historique catholique et sans doute que la compréhension intuitive du fonctionnement de l'Islam se fait mieux en milieu protestant, plus proche du musulman sunnite (le chiisme à l'iranienne serait plus catholique).
Peut-être que ça marcherait mieux si les médias (et les politiques...) se mettaient en tête qu'ils doivent traiter la question comme un étatsunien doit traiter leur palanquée d'églises (top 50 des méga-églises avec en 2nd position Potter's House qui n'a rien à voir avec Harry).
Talonnettes 1er comme son illustre prédécesseur rêvait sans doute d'un concordat. Il lui fallait donc un "interlocuteur valable" dans le genre "confession d'Augsbourg","consistoire israélite",papauté...Pour cela il est préférable de choisir les représentants plutôt que de les subir. Napoléon avait ensuite une carotte pour appâter ses religieux: il les payait! Mais depuis 1905 la République ne RECONNAIT ni ne SALARIE les religieux. Ceci évite d'avoir à se soucier des querelles de dogmes ,de personnes, de nationalités qui déchire les religions. Talonnettes 1 er était donc en plein dans l'erreur car il ouvrait un champ clos de luttes intestines entre algériens,marocains,turcs et aussi entre chiites,sunnites,soufis et encore entre calmes et agités, femmes voilées ou non...En plus il mettait l'état français dans l'obligation d'arbitrer entre ces factions et de prendre des coups pour cette raison.
J'ai un peu de mal à comprendre le pourquoi de cette mise en question : d'habitude, qu'est-ce qui permet d'identifier un vrai imam d'un faux ? Un peu fatiguée qu'on tente de faire de la Corse l'emblème du racisme français. C'est quoi cette manie de prendre n'importe quel incident, hors contexte géographique, historique, sociétal pour lui permette de grossir le fleuve des péchés à la mode au risque de confondre l'ordinaire connerie avec une mouvance politique d'importance ? On n'a pas assez gonflé, enflé le minable parti du FN avec cette merveilleuse tactique médiatique si commode pour nos politiciens à 3 sous ? Commencer à réfléchir et à analyser chaque situation dans chaque contexte c'est si peu profitable pour le marketing ? Commencer à réfléchir tout court, à sortir des manichéismes à la mode qui font de nous des conformistes catégoriels, commencer à exalter le sens critique, le sens de l'analyse, le sens des différences, le sens de l'éthique de l'information, ça coûte tellement ? Fatiguée de voir que même les media qui critiquent le mediatisme médiatique ne sortent guère des catégories, sont incapables d'une véritable réflexion. Probablement parce que nous sommes tous des cochons de conformistes qu'il faut laisser à leurs petites haines commodes, à leurs petites identités pour ou contre facile. On peut passer à un niveau de réflexion à la place du niveau d'échanges entre d'accord et pas d'accord. Genre, bonne résolution pour un 2016 où on serait potentiellement tous intelligents ?
chalgoumi junior débusqué par boniface junior
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.