36
Commentaires

Il s'appelait Sudan

Il s'appelait Sudan. C'était le dernier rhinocéros blanc. Ajoutons aussitôt : rhinocéros blanc du Nord, pour être précis. Car il existe deux sous-espèces de rhinocéros blancs. Ceux du Nord, ceux du Sud. Ou plutôt, il existait. Car Sudan, qui est mort le 19 Mars dans une réserve du Kenya, était le dernier représentant de la sous-espèce des rhinocéros blancs du Nord.

Commentaires préférés des abonnés

Peut être faut-il remercier un chroniqueur radio de vous avoir informé, mais la disparition des oiseaux, moi, c'est sur votre site que je l'ai découverte et que j'ai eu des liens intéressants...sur un forum, il y a quelques jours, ça venait de je ne (...)

Votre article montre très nettement une chose : la hiérarchie de l'information dans les média traditionnelle est complètement périmée. Il est donc nécessaire d'aller voir ailleurs que sur France Inter, le Monde ou la télé pour avoir l'information uti(...)

" --Beranger : C'est une chose anormale de vivre

" -- Jean : Au contraire. Rien de plus naturel. La preuve : tout le monde vit.

" -- Béranger : Les morts sont plus nombreux que les vivants. Leur nombre augmente. Les vivants sont rares.

(  "Rhinocér(...)

Derniers commentaires

Daniel n'a pas encore touché le fond...la preuve il creuse encore.


Car pendant ce temps-là, au Soudan du Sud: entre 50 000 et 300 000 morts, 2,3 millions de déplacés, 15 000 enfants soldats, une famine et des milliers de crimes de guerre:


"Pendant le conflit des massacres ethniques sont commis par les deux camps. Le , l'Unicef déclare que des enfants ont été victimes d'émasculations, viols et d'égorgements, d'autres ont été brûlés vifs : « Des survivants ont raconté qu’on a laissé saigner à mort des garçons émasculés... que des filles d’à peine huit ans ont été violées collectivement puis assassinées... Des enfants ont été attachés ensemble avant que leurs agresseurs ne leur tranchent la gorge... d’autres ont été jetés dans des bâtiments en feu. ». Au moins 13 000 enfants-soldats ont également été enrôlés de force par les belligérants.

Un rapport de l'Union africaine rédigé en octobre 2014 et publié un an plus tard décrit également des combattants « ponctionnant le sang de personnes qui ont tout juste été tuées et forçant ceux d’une autre communauté ethnique à boire le sang et à manger de la chair humaine brûlée ».

En octobre 2015, 60 hommes et enfants sont enfermés par les soldats pro-gouvernementaux dans un conteneur de marchandises placé en plein soleil et laissés à l'intérieur jusqu'à leur mort.

Des milliers de femmes sont enlevées, violées et réduites à l'esclavage sexuel. Selon un rapport de l'ONU publié le 11 mars 2016, plus de 1 300 viols ont été enregistrés en 2015 dans un seul État du pays, des soldats gouvernementaux ont été autorisés à « violer les femmes en guise de salaire »."


Wiki


En attendant, c'est vrai qu'on est bien triste pour la mort de ce rhino, ainsi celle de cet ebdo pour bobos, sans parler des étourneaux...


On se demande en effet qui vit dans son "couloir"...





Pas étonnant que Legrand ait "sorti" cette histoire d'oiseaux. L'info tenait une bonne place dans le fil Google actus d'il y a quelques jours... Puis Hulot en fit un sermon fort applaudi en l'Assemblée nationale. Bref les petits oiseaux émeuvent les bonnes gens, c!es un fait.

C'est heureux que Thomas Legrand change de couloir, comme vous dites, qu'il abandonne son obsession de compter les manifestants pour compter les oiseaux. Je me souviens de cette alarme de Jean Christophe Bailly dans son petit essai : "Le parti pris des animaux ". Que serait ce monde sans oiseaux ? ...Nous y voilà ! 

Il faudra sans doute compter de plus en plus de manifestants pour que ce monde change, que les oiseaux reviennent et que s'éteigne enfin la race des Sarkozy, Bolloré et autres Macron.

En tous les cas, s'il y a une espèce qui n'est pas en voie de disparition c'est le voyou, le malfrat

Encore hier soir, il y en avait un sur TF1 qui venait dire sa vérité, sa version des faits, comme si nous étions des abrutis incapables de faire les déductions que la logique impose. 


Je suis entré dans une phase de pessimisme accrue depuis que j'ai appris que le gouvernement Allemand avait commandité une étude contredisant les résultats d'une autre étude sur l'impact du glyphosate dans le lait maternel : il a suffit juste de relever le seuil de détection pour que rien ne soit détecté, et en un tournemain, Monsanto était blanchi la veille de la décision de la Commission Européenne


Un peu comme si on réglait le déclenchement d'un éclairage public avec des détecteurs de rhinocéros blanc. Bien que dans ce dernier cas, on éviterait la pollution lumineuse.


Comme Bruanne plus bas, j'ai été informé sur le forum de la disparition de certains oiseaux en France. Certains même ont posté l'apparition d'un magnifique oiseau huppé qui hélas ne vient pas se nourrir de par chez nous. Seuls viennent les mésanges, les lèche-pots, verdiers. Des écureuils viennent aussi au rebord de notre fenêtre, roux ou noirs, ce qui rappelle qu'en Grande Bretagne quelques furieux se mettent à chasser les écureuils gris pour protéger les écureuils roux autochtones, et ces chasses s'apparentent à des battues et autres chasses à courre.



La biodiversité menacée est évidemment un sujet politique: l'essentiel des problèmes d'écologie vient du grand commerce qui pousse à la surexploitation, de la nature vivante, des ressources minérales et aussi des peuples. Et le grand commerce, ça se recouvre beaucoup avec l'ensemble de ces impératifs économiques dont on est abreuvé à tout bout de champ quand on essaye de promouvoir une société de progrès un tant soit peu humaniste. 

Insectes, oiseaux, grands mammifères sauvages emblématiques, et humains dépossédés de leur gagne-pain  sont tous des victimes collatérales de cette liberté d'action donnée à l'esprit de lucre, sous prétexte que libérer les forces économiques allait nous procurer plus de bonheur. Qui était il y a quelques années rapporteur d'une commission Attali "pour libérer la croissance" ? Que peut espérer un Hulot à côté de cette personne ?

Je me rappelle de la suffisance des promoteurs d'Ebdo sur votre plateau, refusant d'admettre que la supposée neutralité du journaliste ne pouvait être qu'un mensonge. En face, les promoteurs du Média considérait qu'il était impossible d'être neutre (même l'AFP ne l'est pas), que ce concept était une tromperie et qu'il valait mieux objectiver son travail en le positionnant sur terre plutôt que de se croire au-dessus de la mélée. Personnellement, suite à cette émission, j'ai considéré que ce projet Ebdo ne me concernait pas tandis que cet autre le Média pouvait être pertinent.... A suivre donc cette aventure qui peut durer et bon vent aux anges.....

Je me demande si les cyanobactéries qui ont causé la Grande Oxygénation il y a 2,4 milliards d'années et fait disparaitre 99% des espèces vivantes écrivaient des poèmes et versaient des larmes de crocodiles à propos des anaérobies qu'elles faisaient disparaitre en masse. 


Je doute qu'elles l'aient fait, et elles n'ont pas eu tord, leur métabolisme exterminateur a donné naissance à bien des belles choses, les plantes, les reptiles, les oiseaux, les humains et feu les rhinocéros blancs. Peut être pourrions prendre exemple sur elles et éviter de nous engluer dans certaines guimauves romantico-écolo-mystiques.

Merci pour la chronique. Quitte a consacrer une rare attention à la biodiversité, il aurait peut-être été opportun de le faire de manière un peu moins conforme aux règles du Spectacle. Le problème n'est pas tant de prononcer une dernière fois son nom, ni de l'imaginer joyeux, misère de l'anthropomorphisme ! De même, s'interroger sur la raison pour laquelle on se focalise sur un individu symbole, plutôt que sur la dynamique de disparition de tous les animaux "anonymes" aurait été bienvenu.

Quant à rapprocher cette information de la disparition d'Ebdo, c'est un curieux mélange des genres qui ne rend pas justice à l'importance de la premiere. Surtout que pour une plume qui a participé à clouer le cercueil d'Ebdo avec des mots définitifs (12 février sur ce site : "Ebdo, qui [aura] sans doute [...] du mal à s'en remettre", - le journal avait un mois d'existence!) alors que celui-ci vivait encore, on aurait pu, enfin, espérer un peu de sobriété. La petite larme sur ce "magnifique projet mort né", celui-là même que vous n'avez pourtant jamais vraiment étouffé d'encouragements confraternels, c'est rien de le dire pardonnez moi mais je la reçois comme assez indécente. Le silence, parfois, est la seule vraie forme d'élégance.


Dans nos campagnes, ce ne sont pas que les oiseaux qui disparaissent, c’est toute la biodiversité : les insectes, les plantes.

En ville, les moineaux disparaissent aussi à cause de l’amélioration de notre habitat : ils ne trouvent plus d’endroit pour leur nidification.

"La biodiversité doit devenir un sujet politique". Moi, j'en suis assez content de cette chronique. Tant que ce sujet ne monte pas à ce niveau de décision - la politique - , ca patine.

Peut être faut-il remercier un chroniqueur radio de vous avoir informé, mais la disparition des oiseaux, moi, c'est sur votre site que je l'ai découverte et que j'ai eu des liens intéressants...sur un forum, il y a quelques jours, ça venait de je ne sais plus quel abonné et c'était sous je ne sais plus quel article.

C'est pour ce genre de situation que j'ai toujours aimé les forums d'ici et que je suis si déçue de leur appauvrissement.

Et pour ce genre de situation, aussi, que je pense qu'après tant d'années de critique des médias mainstream vous avez fait le tour, et que votre expertise vous devriez la mettre au service de l'exploration de ce qui se fait de bien dans le journalisme. 

J'aimerais trouver aussi non plus des accusations sur tout ce qui ne va pas, mais une mise en lumière de ce qui va dans votre profession. Vous seriez très légitime à le faire.


Lorsque Sudan est né en 1973 dans le parc national de Shambe, il restait encore 700 rhinocéros blancs du Nord sur la planète. Ils ont donc été entièrement décimés en l'espace de 4 décennies par les braconniers revendant leur corne à prix d'or, à des Vietnamiens et à des Chinois convaincus de leurs vertus aphrodisiaques.

Les animaux d'Afrique ne sont pas seulement victimes de la cruauté des hommes, prédateurs amateurs de safaris et de trophées, mais également des superstitions de certains d'entre eux.

Il a préféré Hulot, défenseur de la biodiversité, et il est mort, l’Ebdo....Va comprendre Charlie.

" --Beranger : C'est une chose anormale de vivre

" -- Jean : Au contraire. Rien de plus naturel. La preuve : tout le monde vit.

" -- Béranger : Les morts sont plus nombreux que les vivants. Leur nombre augmente. Les vivants sont rares.

(  "Rhinocéros " de Eugène Ionesco )

Bien vu Daniel! (En tout cas pour Sudan, s'entend; pour Ebdo, euh...comment dire....lapin savoir!

Rien sur le Rhino Nico . j'ai trouvé sa prestation  assez faible . ce qui m'a  intéressé c'est la réaction des chaînes d'info en continu. D'un côté cela fait de l'info ( " the show must go on") De l'autre on n'attaque pas les juges qui ont sans  doute des raisons  pour la mise en examen. mais en même temps ,on ne peut pas se défendre d'une certaine sympathie pour cette homme autoritaire qui aimait les riches et qui considérait les travailleurs comme des fainéants.

En phase avec la conclusion.

Comment s'intéresser à un énième journal "conforme", traitant des sujets habituellement ressassés par tous les autres médias ?

Sudan et Soudan, deux poids deux ...


Sudan l'été dernier !

C'est toujours plus parlant de pouvoir donner un nom au dernier représentant d'une espèce, ainsi déjà en 1914

 (année maudite s'il en fut)

Votre article montre très nettement une chose : la hiérarchie de l'information dans les média traditionnelle est complètement périmée. Il est donc nécessaire d'aller voir ailleurs que sur France Inter, le Monde ou la télé pour avoir l'information utile.


Par exemple Reporterre ou Bastamag fournissent une bien meilleure information sur notre Écosystème, qui est si indispensable à notre survie.


À mon avis Arrêt sur Image gagnerait en qualité à délaisser progressivement les vieux médias sans intérêt pour s'intéresser au renouveau de l'information…

Je ne sais pas si c'est mon regard qui a changé depuis les attaques contre le Média et La France Insoumise, mais je trouve les editos de Daniel Schneidermann de plus en plus creux, sans intérêt... et le site de plus en plus vide.

Reste Mathilde Larrère, mais on peut la suivre sur twitter, et une bonne émission de temps en temps... c'est maigre.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.