38
Commentaires

Il n'y avait pas de "climategate"

Le Climategate était un leurre. Après six mois d'enquête, une commission d'enquête, composée d'experts indépendants, vient de blanchir les scientifiques britanniques accusés à tort d'avoir falsifié des données scientifiques pour exagérer l'ampleur du réchauffement climatique. L'affaire avait éclaté deux semaines avant le sommet de Copenhague pour discréditer les tenants du réchauffement climatique : 1073 e-mails provenant d'un prestigieux laboratoire anglais, le Climate Research Unit (CRU) de l'université de West Anglia, avaient été rendus publics pour démontrer que les scientifiques manipulaient les chiffres, et donc l'opinion. Or, il n'en est rien.

Derniers commentaires

Qu'est-ce que ça me dégoûte... J'ai parfois l'impression d'être vidée de tout espoir... Cela m'est même déjà arrivée d'avoir des crises de larmes en lisant certains commentaires. Cette affaire-là m'avait faite pleurer aussi, de dégoût, de colère, de désespoir... Et maintenant les salauds de droite, et même du PS, reprennent la "cause écologiste" parce que cela ne peut plus être nié... et ils repeignent les autoroutes en vert... Et les gens continuent de prendre leur sale bagnole, avec leurs gosses dedans, de se bourrer de pesticides, et de nourrir leurs gosses avec, et tout va bien dans le meilleur des mondes...

Lu et vu sur Carfree France : http://carfree.free.fr/index.php/2010/10/21/une-messe-pour-la-bagnole-2/

Je vous invite à lire les articles de Minou. Même s'il n'est pas irréprochable, il a le mérite de nous faire lire des extraits de grands textes qui nous éclairent sur notre époque, sur le capitalisme, sur le climato-scepticisme, etc...

http://carfree.free.fr/index.php/author/minou/

:'-(
Dans un rapport très attendu rendu jeudi 28 octobre 2010 à la ministre de la recherche, Valérie Pécresse, la plus haute instance scientifique française désavoue les climato-sceptiques et les thèses véhiculées par leurs porte-parole les plus célèbres, Claude Allègre et Vincent Courtillot. Mediapart publie ce rapport.
http://www.mediapart.fr/journal/france/281010/l-academie-des-sciences-desavoue-claude-allegre-et-les-climato-sceptiques
Allègre à l'université du Medef , un grand moment qu'on doit à médiapart
http://www.dailymotion.com/video/xeo2wz_claude-allegre-au-medef-i_news
http://www.dailymotion.com/video/xeo31e_claude-allegre-au-medef-ii_news
http://www.dailymotion.com/video/xeo34g_claude-allegre-au-medef-iii_news
notez que ça se passe le 2 septembre donc aujourd'hui :p
allègre persiste et signe dès le départ en confondant météo et climat sous les rires appuyés de l'audience patronale ! un grand moment vous dis-je
mais le pompon c'est quand même la toute dernière phrase du 3° film, d'un autre invité de la tribune: appréciez :"ça sert à rien de sauver les baleines si y a pas d'enfants pour les regarder".
pour qui savait écouter Sylvestre Huet, n'en déplaise à Guy, il paraissait clair que c'était une manoeuvre.
http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=2550
http://www.arretsurimages.net/forum/read.php?5,1025602,1025602#msg-1025602
J'aimerais qu'on me précise ce que veut dire "exonère largement".
Merci.
Dédouane, blanchit, innocente, disculpe ... bref exonère (de tout soupçon).
Bonjour,
"Le travail du GIEC a été reconnu rigoureux", titre d'un article de Sciences & Vie de septembre, article qui cite en particulier deux études indépendantes par l'Agence néerlandaise d'évaluation de l'environnement et par des experts britanniques...
Aucune erreur significative dans le chapitre consacré aux impacts régionaux du réchauffement pour la première, alors que la seconde conclut que la rigueur et l'honnêteté scientifiques des chercheurs du CRU ne sont pas en doute, tout en incitant ces derniers à être plus ouverts dans la divulgation de leurs données.

Après le blanchiment pour l'affaire des mails piratés...
Restera toujours le problème de la vulgarisation d'études scientifiques, car certains termes, certaines trournures sont compris et interprétés différemment par un non scientifique. Et de facto, bien souvent, adopter une tournure média rend les scientifiques criticables par leurs confrères, alors que s'ils adoptent une tournure scientifique ils risquent la critique des médias ou du grand public, soit encore ils les enduisent d'erreurs... in- ou difficilement délébiles !
Ou est donc la solution ? Le double article ?
Pas un "mixte" en tous cas.

Quand à l'interférence politique ou politicienne... c'est encore une sphère différente !
Science&Vie, la référence des revues scientifiques pour collégiens...

Il faut avant tout comprendre que toutes les études scientifiques sont publiées en anglais, et avec un niveau de langage le plus simple possible, donc aucune tournure ne peut objectivement dérouter un lecteur ayant les bases scientifiques nécessaires pour comprendre. Le problème, c'est que ces études sont lues par des journalistes scientifiques qui ont au plus un Bac S, voir une Licence scientifique (et ce n'est pas le cas de tous, d'autant qu'une licence en astrophysique n'aide pas pour un problème de mécanique des fluides et vice versa), puis qui les recrachent comme ils les ont comprises, ce qui, retravaillé par une rédaction qui préfère du sensationnel à des données peu exaltantes, donne un article aux titres évocateurs mais au contenu moitié approximatif, moitié imbitable par le lecteur moyen. Résultat : les lecteurs (politiques en tête) retiennent le titre, ainsi que le plus sensationnel de la partie approximative de l'article étiqueté "scientifique" qu'ils ont lu.

C'est l'un des grands problèmes de la vulgarisation à l'heure actuelle : elle est faite par des gens qui ne comprennent pas vraiment de quoi ils parlent (les frères Bogdanoff en tête), à des gens à qui on n'a souvent pas expliqué certaines bases nécessaires pour comprendre. Du coup, on en arrive à des Mélenchon qui croient qu'on va pouvoir remplacer le nucléaire par la géothermie en un claquement de doigts (niveau prix, ça multiplierait peut-être par trois ou quatre notre facture d'électricité), ou des JT nous présentant le réchauffement climatique comme l'enjeu majeur de l'écologie voire du XXI° siècle (en même temps, c'est toujours plus simple que d'avouer que nous sommes responsables de l'érosion des sols en Amérique latine avec nos multinationales qui exploitent les paysans, ou de parler du problème de l'eau potable qui devient critique dans de nombreux pays). Braves gens, éteignez vos lumières et ne laissez pas couler l'eau, ça nous en fera plus pour le marché des droits à polluer.
Tous les 6 mois on change de théorie, c'est comme les saisons . La prochaine " révélation" nous démontrera que "des scientifiques" apportent la preuve que les révélations annonçant qu'il n'y avait pas eu de climategate étaient fausses, vraisemblablement si j'ai tout compris, elle devraient nous parvenir lors du prochain pic de froid . Cet hiver ?

M'enfin... cet impot carbone par quoi voulez vous qu'on le remplace.... un impot sur le sel déposé sur les routes gelées peut-être ? Et pourquoi pas un impot saisonnier une taxe sur chaque jour chaud en été, et une autre sur chaque jour froid en hiver ......
J'aimerais bien, avant de sauter aux conclusions, voir l'indépendance des auteurs du rapport sondée avec autant de sens critique que celui que déploie @si (à raison!) dans l'affaire Bettencourt/Courroye... A l'heure où la technologie verte est présentée explicitement par Obama comme son fer de bataille pour relancer l'économie, qui en a bien besoin, il est clair qu'il y a un vent qui souffle dans un certain sens. D'autant qu'en revanche, je lis ici "scandale monté artificiellement pour discréditer les tenants du réchauffement climatique", une "manipulation", bref, un complot. Bien, mais de qui ? Les pétroliers ? Les pays producteurs de pétrole ? Quelles traces ?
Mouais ... indépendantes les enquêtes c'est difficile à démontrer, surtout quand leurs dirigeants sont mis sur la scelette pour s'être octroyé des grosses augmentations lors de leur prises de position.

Augmentation de 23,000 Livres pour le principal Muir Russel

C'est pas un exemple d'intégrité vot' "scientifique", vous me direz on peut être scientifique et vénal... mouais sans doute.
Je ne suis pas sûr que cette enquète calme les complotistes de tout poil, ils auront beau jeu de dénoncer une manipulation de l'opinion et une enquète orientée.

J'ai découvert récemment que certains militent activement sur internet sur la non-existence du virus du sida ! J'en suis resté abasourdi !
Bonjour,
En fait c'est l'hyper médiatis&tion qui a planté la merde, avec évidemment une aggravation par des je-sais-tout comme Allègre...
Comme écrit JC, la science est coupée du monde (...) et, ce qui au départ peut n'être qu'une discussion scientifique devient vite une controverse énorme..

En fait, il aurait fallu une médiatisation moins agressive (elle était quasiment du style "si on fait pas... alors c'est la fin du monde") surtout compte tenu de deux points qui me paraissent essentiels :

1. La prévision climatique reste, restera toujours soumise à une incertitude. L'incertitude scientifique, intrinsèque à la recherche, et relayée par les médias peut vite être détournée pour la faire apparaître comme une tromperie, voire un complot, alors qu'elle existe même dans les choses les plus abouties. Et pour cette affaire du climagate, on peut penser qu'hélas le mal est fait.

2. Même en dehors du contexte d'évolution climatique, la quasi totalité des mesures préconisées dans ce cadre de réduction des émissions de CO2 sont des mesures de bon sens et qui sont bonnes à la fois pour l'environnement, l'écologie, et aussi ne l'oublions pas, pour l'emploi.

Ne serait-il pas plus efficace, sans pour autant oublier les prévisions du GIEC, de remettre plus en avant ces avantages ?
Comme on aimerait le voir toujours, la vérité éclate.
Je me rappelle néanmoins la ligne j@une du 1er décembre 2009 "Quand la guerre du climat franchit la ligne j@une" dans laquelle Guy Birenbaum semblait dénigrer ce que racontait Sylvestre Huet de Libération, lequel n'était vraiment pas bon en défenseur des tenants du réchauffement climatique, en étant manifestement amadoué par Serge Galam, le grand gourou des sciences qui respirait la vérité hautaine...
Il est plus que jamais important que les journalistes soient neutres dans ce débat et que chaque point de vue soit défendu de manière humble, juste et compréhensible.
C'est Claude Allègre qui doit faire la gueule.
Il va bien nous trouver un nouveau hobby: ses mammouths se dégraisseront bien tout seul sous l'effet de la chaleur, et ses productions littéraires de ces vingt dernières années pourront à l'occasion servir de petit bois.
Toute cette histoire est assez honteuse.
Des hackers ont subtilisé des données et les ont diffusées, tout en ayant pu les modifier comme ils le veulent.
Et ces mails ne contenaient rien de choquant ; le mot "trick" a été interprété dans un mail comme une évidente preuve que l'on chercher à truquer les résultats, hors si on relit dans le contexte on avait juste un scientifique expliquant une méthode à un autre et rien qui permettait de soupçonner qu'il s'agissait d'autre chose.
On s'est aussi insurgé parce que ces scientifiques se montraient très insultants envers leurs contradicteurs, je ne vois pas trop en quoi c'est étonnant, ce sont des personnes comme les autres. Il n'y a qu'à lire pour les curieux les comptes-rendus des débats à l'académie entre Pasteur et Pouchet (qui défendait la théorie de la génération spontanée, rien que ça) pour remettre les choses en perspective et faire passer ces mails pour des déclarations d'amour mièvres, tant les noms d'oiseaux volaient à un rythme soutenu. Oui, dans les milieux scientifiques aussi il n'y a pas que des gens courtois, je ne vois pas pourquoi ce serait réservé aux présidents incultes et aux footballeurs.

Bref, jeter le discrédit sur les scientifiques étudiant le climat me semble pour le moins stupide quand on est à une époque charnière où il est très urgent d'agir avant que des changements climatiques majeurs n'apparaissent et pas après en catastrophe.
Tout le pétrole dans le golfe du Mexique ne brulera pas réduisant d'autant les émissions de CO2... Merci qui ?....Merci BP !

Il est toujours temps de lire "Pour sauver la planète, sortez du capitalisme" de Hervé Kempf
Bon, il n'y a plus qu'à recommencer la réunion de Copenhague, mais aux frais des compagnies pétrolières cette fois-ci.
Ils sont blanchis, mais...ils ont eu chaud !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.