112
Commentaires

"Il faut reparler à des télespectateurs adultes"

Dimanche 8 février, France 3 diffusait une mini-série consacrée à la Cagoule, un groupe d'extrême-droite actif dans les années 30 en France et dont le principal dirigeant fut Eugène Deloncle. Le film analyse cette période côté patronat. Derrière la caméra : Marcel Bluwal, l'un des plus anciens et des plus célèbres réalisateurs de la télévision française, à qui l'on doit la série Vidocq ou encore "Dom Juan ou le festin de pierre". Pourquoi et comment traiter ce sujet aujourd'hui? Et au-delà, comment cet homme, qui réalise des émissions pour la télévision depuis 1950, voit-il la télévision d'aujourd'hui ?

Derniers commentaires

Il est extraordinaire, Bluwal. Quand est-ce qu'il revient ? ou qu'il de vient chroniqueur ?
Excellente émission. M. Bluwal est très intéressant.

Concernant l'infantilisation du téléspectateur, cela m'a fait sursauter (mentalement, j'ai mal aux jambes) car ce n'est pas simplement le téléspectateur qui est aujourd'hui infantilisé, mais le citoyen (faut pas fumer, c'est pas bon pour ta santé, faut pas dépasser de plus de 5km la vitesse limite, ça risque d'augmenter le risque que tu ai un risque d'accident et le risque que cet accident se risque à être mortel, faut mettre des passages à niveau de chemins de fer sécurisés, t'es trop infantile pour comprendre qu'il faut s'arrêter quand cela clignote, etc).

Je vais essayer de trouver le DVD de ce téléfilm.
Là, très bien

L'idée de l'invité commentant et analysant avec vous les images (première moitié de l'émission) est a creuser et en voilà d'un monsieur interessant, bien en dehors de cette pensée unique ressassée et resaucée, mes respect Mr Bluwal.

Nice job.
J'ai vu le film et l'émission. Merci à Mr BLUWAL pour la richesse de ses interventions. Son film, qui, pour faire court, est la chronique d'une famille d'industriels sur fond de montée du fascisme, m'a fait penser au film LES DAMNES de L. VISCONTI.
D'après ce que j'ai lu sur ce forum, personne ou peu de gens ont regardé le téléfilm de M. Bluwal... et pourtant il me semble que nous sommes le public rêvé et cible... suffisamment "adulte" pour se payer un abonnement ici et regarder des émissions de qualité.
Donc qu'est ce qui nous a manqué pour la voir? De la publicité? C'est là la question centrale je pense

J'ai maintenant envie de voir le DVD parce que j'ai vu l'interview de Bluwal... et uniquement pour cela. Parce qu'en y réfléchissant, les extraits du téléfilm ne m'attirent pas du tout. Pourtant le sujet m'intéresse.

DS a dit à un moment que l'extrait avec la femme sur le lit lui faisait penser à "Dallas". Oui mais qu'est ce qui fait que Dallas (ou les trucs américains du même genre, téléfilms de M6, etc) attirent facilement un large public alors que le même genre de scène tournée par Bluwal m'a juste semblé chiant et pompeux?

Je n'ai pas vu les autres réalisations de Bluwal donc je ne peux juger, mais il y a quelque chose à creuser au sujet du semi-échec de ce téléfilm, qui n'est pas forcément dû au formatage du spectateur.
Bon, tant pis, je râle, encore : TROP COURT !




désolé...
Merci pour cette excellente émission !
Je n'ai pu voir le film, n'ayant pas la télévision, mais j'achèterai le Dévédé.

Je n'ai qu'un regret, c'est de n'avoir pu entendre plus longtemps cet homme,
qui refuse toute compromission et persiste à considérer son public comme
adulte.

Malgré tout, merci @si; en particulier pour cette apparition de Piccoli
et Brasseur dans un genre que l'on est hélas pas près de revoir sur nos
antennes.

Bien cordialement
Pour ceux qui ignorent l'importance du fascisme français dans les années 30 et comment il a gagné avec la défaite de 39, je recommande les travaux de l'historienne Annie Lacroix-Riz
http://www.historiographie.info/menu.html
Edifiant. Ou comment une guerre peut être volontairement perdue au profit de quelques uns.
Pour info : dans le dossier archives du Monde 2, Jean Planchais du Monde dans un article daté du 23 juillet 1993 dresse le portrait d'un des dirigeants de la Cagoule, Félix Martin.
Il le fait à partir d'un ouvrage qui vient d'être publié d'un certain Pierre Péan. Je cite : " Pierre Péan, journaliste d'investigation et "républicain pur jus", a obtenu de la fille du docteur et de son gendre Pierre de Villemarest que ses abondantes archives lui soient ouvertes (le Mystérieux Docteur Martin. 1895-1969, Fayard).
J'ai raté la diffusion du téléfilm.
Ce que je retiens tout de même de l'émission c'est une étonnante méconnaissance du sujet (la Cagoule) par Daniel Schneidermann. Il a récemment reconnu sur une "autre émission" qu'il n'avait pas assez préparé son sujet. Il nous sert le même plat avec Marcel Bluwal. Ou alors jouer la naïveté est une posture pédagogique pour les @sinautes ?
merci de ne pas nous vendre de l'espace de cerveau humain disponible....
merci marcel bluwal, continuez...
je n'ai pas pu voir votre film pour cause de retour de vacances, et je le déplore vivement, sachez que notre choix familial se serait porté
sans aucun doute sur vous, nous avons soif d'une télévision de qualité. ah! juste une petite précision, je suis l'esthéticienne d'une obscure officine de banlieu........
Belle émission.
Bluwal est passionnant (et puis le fou rire sur le forum avec les sleepless et autres ulysse "emma peel" martagon),
bref, merci.
Excellente émission que je vote d'intérêt publique !
bof... sujet chiant, j'ai zappe
j'ai eu l'impression de perdre mon temps...
Vraiment passé un bon moment. Il ne me dérangerait pas de vieillir comme lui afin d'en arriver là où il en est à 83 ans.
Un grand bonhomme.
Lire une chronique de temps à autre de sa part sur @si ne me dérangerait pas outre-mesure, Damien et Balthaz ne me contrediront pas :-)
Bluwal a mis en image ce que Madame Lacroix-Riz a démontré dans deux ouvrages majeurs, "Le choix de la défaite : Les élites françaises dans les années 1930" et "De Munich à Vichy : L'assassinat de la Troisième République (1938-1940)". Je l'ai interviewé ici :

http://www.vox-populi.net/article.php3?id_article=296
Si Monsieur Daniel Schneidermann ne présente pas ses excuses à Monsieur Marcel Bluwal, pour avoir osé se présenter devant lui avec ce look échevelé rappelant Johnny Rotten à l'époque du swinging London, il se pourrait que j'envisage de menacer de ne pas renouveler mon abonnement en 2010.
beaucoup de spectatrices sont adultes
mais
adultes ou pas, les téléspectatrices préfèrent
se distraire ;
nous sommes dans une société où il faut paraitre,
ne pas s'embêter avec des trucs sérieux;
la vérité fait de + en + mal;
ceci étant, je ne regarde pas la télévision mais j'aurais été intéressée
par ce film car c'est la 1ère fois que j'entends parler de ce mouvement:
la cagoule;
je suis née en 1950 ... donc j'étais sans doute trop jeune à l'époque;
je vais parler de la cagoule à mon père qui a 92 ans pour voir s'il connait
bienvenue dans notre communauté ( secte ) ;-)))
gamma
Ben voilà, c'est fait : voir (et surtout entendre) Marcel Bluwal quelques secondes dans votre teaser m'a trop frustré, je me suis donc enfin abonné à @SI !
Tirez-en les conclusions que vous voulez sur le genre d'invités que beaucoup (?) aimeraient voir/entendre ici ...
Amicalement.
Merci d'avoir donné la parole à Marcel Blüwal, il incarne pour moi , depuis fort longtemps, une télévision à la fois accessible à tous et de grande qualité - mon plus beau souvenir est le "Don Juan", que je ne me suis jamais lassé de voir et de revoir. A ce propos, je n'ai découvert que récemment, grâce aux archives de l'INA, l'émission où Marcel Blûwal expliquait les circonstances du tournage et surtout les exigences artistiques qui avaient dicté ses choix .

http://w0.ina.fr/archivespourtous/index.php?vue=notice&from=fulltext&full=Bluwal%2C+Marcel&num_notice=2&total_notices=54

A noter qu'en ce temps-là, l'infâme expression de "dépoussiérage" n'existait pas encore, et qu'on utilisait l'imparfait du subjonctif en s'adressant au public. Un truc de ouf, autant dire.
Belle émission !
L'invité, sage de par son âge, son expérience acquise et surtout son esprit intelligent, n'a même pas vraiment besoin de journalistes pour exprimer son point de vue. Les journalistes lui permettent uniquement de préciser sa parole et de permettre que son message soit compris de son public (au sens les journalistes d'@si permettent aux @sinautes de mieux comprendre les idées de Marcel Bluwal)
Merci pour cette belle progression vers la discussion depuis la dernière émission !
Je tiens ici à remercier monsieur Bluwal pour son téléfilm. Sa participation à l'émission de cette semaine m'a parue très/trop courte... J'ai acheté les dvd correspondant à son téléfilm, pour conserver la mémoire des événements, de l'esprit d'un moment de l'histoire (à l'instar de l'émission sur "la cagoule" de 2000 ans d'histoire, sur FI, dernièrement).

Une petite remarque, parce qu'un intervenant demandait si les réalisateurs étaient prêts à "aider la télévision publique". Je dirais que celle-ci n'en a pas vraiment besoin, en regard de ma petite expérience d'achat : je ne regrette pas le prix payé pour l'achat de ces 2 dvd et tant mieux si cela "rapporte" au créateur (surtout de ce talent). En effet, la confirmation d'achat pour ces 2 dvd, vendus très précisément 49,98 € sur le site FRANCE TELEVISIONS DISTRIBUTION mentionne pour les frais de livraison (je cite) : "France métro. & Corse : 6€ (offert > 49,99 €)"...

Je ne vais donc pas "aider" la télévision publique. Par contre, les réalisateurs compétents et qui donnent à réfléchir, oui.
un grand merci pour cette émission !!
j'ai eu le sentiment de voir le vieux sage qui décide de sortir du mutisme pour intervenir sur la place publique.
A l' instar de Damien, je crois que ce serait une bonne idée de l'embaucher comme chroniqueur
Trop court ! Trop court !
Qui va se donner la peine de recevoir dans la longueur M.Bluwal?
Alors, pourquoi finir comme ça en queue de poisson?
(formaté télé autour de 60 mn, zut à la fin...autre exemple: celle avec le jeune égotique qui causait de [s]l'île machin[/s] de lui, 30 mn aurait suffit- et je suis large)
Bref, on attend son prochain opus télévisuel....et au tournant aussi, pour ma part, parce qu'un discours d'homme sur les féminismes/féministes, c'est quasi toujours à côté de la plaque...
Je fais partie des abonnés qui ne connaissaient pas du tout (mais alors vraiment pas du tout) Marcel Bluwal et j'ai regardé l'émission avec beaucoup de plaisir du haut de mes 20 ans (et mon frère et ma mère attirés par le "jingle" de l'émission ont vite jeté un coup d'oeil).
J'ai trouvé cette émission vraiment intéressante, si on enseignait l'Histoire comme ça à l'école j'aurai mieux appris mes leçons!
L'invité avait ce don de raconter, je suis fan!

J'ai lu les autres commentaires, beaucoup m'ont attristé (la jeunesse doit rendre plus sensible je ne sais pas) lorsqu'ils critiquaient DS que j'ai trouvé très bien.
Cette émission s'inscrit dans mes préférées, elle m'a vraiment intéressée, je ne savais rien de l'époque en question, et maintenant je regrette de ne pas avoir vu le film (de toute façon je n'ai pas la télé chez moi donc même si j'avais été au courant...).

Enfin en résumé j'ai vraiment apprécié l'émission et je me dis qu'intéresser une jeune de 20 ans lambda à ce point sur un sujet aussi vieux, c'est que l'émission avait vraiment été bien tournée.
Je souhaite donc revoir des émissions de cette qualité pour ma part (ce n'est que mon avis)

Et les critiques sur la coiffure de Justine ne me dérangent pas non plus
Je ne connaissais pas Marcel Bluwal (trop jeune sans doute). Je ne m'attendais pas à ce type d'émission pour cette semaine. Et j'ai été très agréablement surpris. Un invité qui a des choses à dire, une émission intéressante.
C'est envisageable de recruter ce monsieur comme chroniqueur ?

J'ai eu quelques problèmes de visionnage sur les 10 dernières minutes : l'image qui fige et le son qui continue pendant quelques secondes.
Ce soir là, je suis arrivé plus tôt du boulot, vers 21h30. Un peu crevé j'ai pris un fond de café et allumé la télé par hasard : je n'ai pas décroché jusqu'au bout. Pourtant le matin je me lève vers 4h45 et d'habitude je ne regarde pas la télévision sauf le jeudi soir tard ARTE si...

Je ne suis pas un violent mais ces types je les aurait vraiment trucidés non seulement pour leurs idées en soi mais parce qu'ils sont dégoûtants comme leurs idées.

Voilà, c'est tout et bonsoir.
Un grand merci pour cette émission. J'ai honte de le dire, mais je pensais que votre invité n'était plus de ce monde... mais j'ai cru comprendre que c'était ce que cherchait à faire la TV d'aujourdh'ui.
Vraiment une très agréable émission, avec un invité dont j'envie la fraicheur : vivement que j'ai 85 ans pour parler avec autant d'aisance et de conviction.
Cela me fait penser à un monsieur que je ne connaissais pas du tout et que j'ai découvert à Ripostes (il y a un mois environ) et que j'ai entendu ensuite à plusieurs reprises à la radio. Il s'agit de Stéphane HESSEL, âgé de 91 ans et qui a participé à la rédaction de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme (1947 je ne suis pas sûre). Quelle liberté de ton, avec des convictions intactes, une pugnacité juvénile, une clairvoyance extraordinaire. J'aime savoir qu'il y a encore des "passeurs de mémoire" en aussi bonne forme !
Je trouve lourdingue les allusions à l'émission avec Péan, le vrai sujet doit être B.K. qui va encore passer entre les gouttes (pendant encore combien de temps ???) mais qui à mon avis est déjà bien grillé. Aussi bien à gauche qu'à droite.
Le but est de "dégommer" tout ce qui peut avoir un peu trop de bonnes opinions dans les sondages, pour "défricher" le terrain au max pour 2012.... Dans le même panier, DSK, Ségo, B.K., et d'autres que j'oublie.
Et pour ceux qui veulent du décriptage il fallait voir l'émission de Elise Lucet cette semaine sur les sites radioactifs en France.
Du vrai boulot de désinformation ! Comme par hasard, en point de mire une ville PS (Limoges) alors que la carte des sites contaminés aurait dû plutôt inciter les enquêteurs à aller en Alsace ou Rhone-Alpes, des commentaires appuyés sur les exactions commises par la Cogema (devenu AREVA), une intervention de Borloo digne d'un sketch de Laurent Gerra. Tout était réuni pour nous faire accepter la prochaine reprise de AREVA par Bouygues (il trépigne depuis un moment pour récupérer cette activité). Miss Lauvergeon tient bon, tant mieux !!!
Mais dans un coin, Siemens veille... Et Mr Tron (Alsthom) aimerait bien aussi récupérer le bébé. Les problèmes de contamination ???? Ma pov' dame, ils n'en ont vraiment rien à faire....
La fin de la publicité sur France Télé va peut être permettre enfin l'émergence de programmes de qualité débarrassés de la contrainte de l'audimat à tout prix.
Je n'ai pas vu l'émission, comme d'habitude depuis que je suis à Saïgon (débit trop lent),

Mais je suis surpris que vous n'ayez pas traité Bluwal d'antisémite : ça aurait été très spirituel, fin, plausible et surtout cela aurait assis votre réputation pour des années...

Il faut tout vous expliquer décidément !

***
Bonjour

Ca fait du bien d'entendre des gens qui nous parlent de la télévision d'avant, celle du temps de "l'école des Buttes-Chaumont".
J'ai senti aussi Daniel rajeunir.
Quand Daniel Schneidermann s'adresse à Pierre Péan, il ressemble à Paul Amar.
Quand Daniel Schneidermann s'adresse à Marcel Bluwal, il ressemble à Michel Drucker.
Maintenant, il peut à son tour postuler pour remplacer celui-ci au poste de "gendre idéal des Français”.
Vivement dimanche pour la suite et une nouvelle couche de confort dans le fond de nos âmes.

(que les fans se rassurent : mon docteur m'a dit qu'une brève rechute ne signifiait pas que je n'étais pas en voie de guérison vers la bien-pensance ordinaire…)
Le comparaison avec Drucker n'est pas malvenue: DS avec les "bons" invités, les "insoupçonnables", quoi... (encore qu'un stalinien comme Bluwal pourrait être taxé également d'antisémitisme, le Petit Père des Peuples n'ayant pas eu la main particulièrement douce avec les Juifs vers la fin de sa vie...) est d'un consensuel rafraîchissant qui frôle la niaiserie... Son côté Fogiel, il le réserve à des gens comme Péan!!!
"Un Stalinien comme Bluwal"... non seulement il ne prétend pas l'être, par contre vous êtes un fin connaisseur des méthodes staliniennes pour le cataloguer ainsi.
Il a dit être marxiste, ce qui dans les faits n'a rien à voir avec Staline.
Ah enfin quelqu'un qui dit que staline et Marx n'ont rien à voir ...Merci Fan de canard je te claques la bise du pays des Ours !
Excellente émission, bien que je l'ai trouvée un peu courte, je pense que monsieur Bluwal (que je ne connaissais pas, merci pour cette découverte) aurait eu beaucoup de choses à dire sur l'évolution de la télévision (même si ce sujet a été évoqué).
Anthropia, sur le sens de la phrase "il est réduit à sa fonctionnalité", je pense juste qu'il voulait dire que Jérôme Kerviel, travaillant plus de 12 heures par jour, pensant et vivant pour son job en était réduit à sa fonction, à son travail. C'est un trader, en dehors, ce n'est rien. Je ne crois pas qu'il était question de discourir sur le déterminisme. Mais c'est mon interprétation. Et je ne suis pas "dans le secret de son âme" : ) (c'est juste une boutade, surtout pas d'insulte, je trouve en effet qu'on a assez parlé du sujet de la semaine dernière et que DS a fait amende honorable : ))
Cette phrase où Bluwal parle de Kerviel, pour en dire qu'il est réduit à sa fonctionnalité, et que lui recherche plutôt des personnages qui ont des destinées.

Mais question : son héros grand patron est-il autre chose qu'une fonctionnalité dans les rouages du pouvoir, en quoi est-il davantage une destinée ? (sous-entendu, puisqu'il l'a choisi, c'est qu'il pense qu'il en a une), où est la marge de manoeuvre, a-t-il traversé la frontière de sa classe sociale, de son machisme, de son idéologie, il n'est jamais qu'un rouage du système qui reproduit du même, violent, ne renonçant jamais à ses privilèges de classe, et donc à ce titre pourquoi penser que celui-ci est dans sa destinée alors que l'autre serait dans sa fonctionnalité ?

Parce qu'il est puissant ?

Cela pose la question de qui choisir comme héros, qu'est-ce qu'une destinée ? A-t-on jamais la liberté de mener son chemin ? Est-on dans autre chose que dans une certaine reproduction ?

http://anthropia.blogg.org
Marcel Bluwal pourrait être un des chroniqueurs de l'équipe tant il a de choses à dire dans le domaine de l'image. Cependant je regrette que l'équipe n'ait pas plus étayé son contre-argumentaire.
Bluwal propose une fiction qu'il pense être tout ce qu'il ne voit pas à la télé. Et vous ne lui répondez pas grand chose. Cette fiction est elle celle d'un grand monsieur de la télévision oui ou non? Ne trouvez vous pas centrale la question de la violence faite aux femmes à travers toutes les catégories sociales. Vous glissez dessus comme s'il s'agissait d'un poncif.
Au fil de ce que j'écris je me rends compte que j'ai rarement été aussi insatisfait d'une émission. Bon la semaine dernière au moins on en ressortait avec un sens fort. Mais là on en vient presque à penser que Bluwal vous permet de combler un vide. Et comment se fait-ce qu'Alain Korkos ne soit pas dans les parages à faire cette petite histoire des images de la violence faite aux femmes C'est ralant!
Prenez plus de temps, avant et PENDANT l'émission...
PS: ce coup de gueule n'enlève paradoxalement pas un iota du crédit que je vous accorde, courage...
Bonjour,
j'aime beaucoup la fraîcheur sympathique de Justine Brabant, sa tenue et sa coiffure à la diable; même si cette coiffure est le fruit de l'artifice je me laisse duper avec lucidité.
la police française est la meilleure du monde et les RG sont une institution formidable...il connecte plus papy? parce qu'il doit être hostile au maintien en détention du terroriste ferroviaire, non? Il faut des sous-titres: la police française est formidable lorsqu'elle arrête des factieux de droite! stal un jour stal toujours! Quant à son opinion sur le débat historique Milza-je ne sais plus qui: le fait d'avoir vécu l'époque lui confère une lucidité particulière? m'est avis que la science historique c'est plutôt le contraire (il vaut mieux n'avoir pas vécu les évènements qu'on commente).

Bluwal immense réalisateur sans doute (son dom juan n'a pas pris de ride) mais comme objecteur de conscience non merci
Cuvée exceptionnelle. Bravo !
La balance des blancs commence enfin à être bonne... sur une seule caméra malheureusement !
Pour être précis, elle est correcte sur celle qui montre DS rapproché. Pour les autres, la teinte est verdâtre...
Par ailleurs, selon moi, le décalage son/image ne vient pas du côté ASI mais est certainement lié au décodage à la réception.

Quant à Justine, qui "est attendue en régie" au milieu, un mot : je m'auto-proclame président de son fan-club.
Continuez !

Jean-David
Zutalors, vous avez oublié de lui demander si, dans le secret de son âme, il était antisémite. Pourtant il y avait la matière.
Quel bonheur de voir un Monsieur comme Bluwal parler de la télé, mais aussi de tout un siècle (cet homme est un livre d'histoire à lui tout seul)....C'est comme un grand-père qu'on a plaisir à écouter raconter sa guerre, ses révoltes, sa révolution, l'histoire du peuple français...Quel bonheur ! Arrêtez de chipoter pour un mot de travers ou un autre, arrêtez d'y voir un sens caché, un désir de rattraper quoi que ce soit....Merci à l'équipe d'ASI....A quand une quotidienne ? Je ne regarde plus la télé depuis 5 ans, mais là, je me collerais devant mon écran tous les soirs volontiers.....
A travers sa série Marcel Bluwal a souhaité amener le téléspectateur là où il n'a pas forcément envie d'aller, sans le caresser là ou il prend obligatoirement du plaisir, l'emmener là où il va devoir utiliser ses neurones et probablement devoir enrichir sa culture lui même pour aller au delà de la série et se forger une opinion sur ce qu'il a vu. C'était son principe quand il a commencé à l'ORTF, enrichir intellectuellement le public quel qu'il soit. C'est le coté "recherche fondamentale" au bénéfice de la compréhension de tous qu'il revendique quel qu'en soit son cout par opposition à la "recherche appliquée" soucieuse avant tout du retour financier sur investissement nous dit-il.
C'est donc passé sur la télé publique avec un résultat d'audience "faible" (j'insiste sur les guillemets) mais une audience constante ce qui est une réussite (sans guillemets.) Marcel Bluwal a donc pris au mot Sarkosy, la chaine publique a tenté le pari. C'est à espérer qu'elle en tente d'autres avec lui ou avec d'autres.

Avec lui ou avec d'autres, voilà un point à discuter il me semble. Que les chaines publiques soient prêtes ou non à tenter ce pari régulièrement est un débat souvent évoqué mais le problème c'est qu'on oublie souvent d'évoquer ceux qui construisent ce type de programmes (réalisateurs, auteurs, ...) et indépendant des chaines publiques. Que sont-ils prêt à donner d'eux pour que leur production coute le moins possible aux chaines publiques ? Sont-ils prêts à s'extraire eux-même du modèle de la rentabilité en renonçant à percevoir des revenus très confortables de leur production ? Seraient-ils prêts à consacrer une très forte portion de ces revenus pour les réinvestir dans de nouveaux projets riches intellectuellement et toujours désintéressés sur le plan de la rentabilité financière ? Seraient-ils prêts à consacrer les revenus des droits sur la ventes des produits dérivés (livres, DVD, ... ) si il y en a de la même manière ? Cela suppose que le réalisateur et les auteurs renoncent à se constituer un matelas personnel confortable pour le futur. Ce serait être en symbiose avec le service publique et avec l'esprit de la "recherche fondamentale" évoqué. Ce serait donner de soi pour le bien commun sans pour autant être bénévole.

Combien d'auteurs et/ou de réalisateurs seraient prêts à aider la télé publique à prendre Sarko au mot ?

J'ai le souvenir d'un réalisateur, Francis Gillery, qui avait réalisé "Le cartable de Big Brother" diffusé sur France 3 il y a environ 7 ou 8 ans. Son film documentaire traitait de la question de l'école entre les mains des marchands et de leur idéologie. Un film remarquable qui mettait à jour une volonté politique guidée par les industriels de ce qu'on appelle les technologies de l'information et de la communication. Ce film docu avait beaucoup gêné la chaine publique après sa diffusion au point qu'elle avait annulé les rediffusions programmées sur France 5, non pas en raison d'allégations non fondées dans le film mais bien au contraire puisque les preuves étaient accablantes. Deux ans plus tard Francis Gillery souhaitait aller encore plus loin dans ses révélations grâce aux nouveaux éléments à charge qu'il avait obtenu de son long travail d'investigation sur les collusions d'intérêts entre industriels et politiques (de gauche comme de droite) ayant pour objectif le formatage des esprits dès le plus jeune age à l'école. Cette suite devait s'appeler "L'école du meilleur des mondes." Il y a consacré tout ce qu'il a pu financièrement mais il lui manquait beaucoup trop d'argent pour aller au bout de son projet, aucune des chaines publiques échaudées par les révélations gênantes de son précédent film n'ayant voulu soutenir ce projet. Tout est donc tombé à l'eau. C'est bien dommage car Francis Gillery est un réalisateur qui était prêt à consacrer de lui pour produire des films documentaires n'ayant qu'une seule finalité : nous informer de ce qui nous concerne au plus haut point du prolo au cadre dirigeant sans se soucier de ce que cela pouvait lui rapporter. la "recherche fondamentale" évoquée par Marcel Bluwal quoi.
Donc, combien comme lui, plus anonymes mais pas moins efficaces que Marcel Bluwal, pour contraindre la télé publique à prendre Sarko au mot ?
Les émissions avec un invité unique sont vraiment intéressantes. Pas de conflit stérile, mais quelqu'un qui peut s'exprimer - et dans le coupage de parole, DS a été bien pire! Je ne connaissais pas ce monsieur ni ces films, ça donne plutôt envie de s'y intéresser.
Note spéciale pour le petit sourire en coin de Justine qui avait l'air en forme...
)
Et pourquoi Justine n'est pas citée dans le texte de présentation de cette page web, alors qu'elle l'est dans le texte de présentation de la page web de l'émission ? Non à l'injustine !
Faites nous plutôt de bonnes émissions de radio.La vidéo et son décalage entre son et images gâchent beaucoup la qualité d'un débat qui mérite beaucoup mieux avec un interlocuteur comme Bluwal.
Espérons que vous pourrez améliorer bientôt la technique
J. Boisgontier.
Quelque chose que j'appréciais dans ASI sur france 5 c'est la médiatrice, je trouve qu'elle aurait eu tout son sens dans l'affaire PEANT / SCHEIDERMAN et que les internautes se sentent représentés.

Allez tous pour le retour d'un médiateur dans ASI !
Émission très intéressante, très bon boulot à mon avis.
Le post-ado que je suis ne connaissait pas ce grand nom de la télévision et a tout de même pris beaucoup de plaisir à l'écouter parler de télévision, d'Histoire et de politique un peu. Donc merci de me l'avoir fait connaître.
Je précise que le sujet de cette émission a été une belle surprise pour moi : surprise puisque presque rien ne l'annonçait dans les contenus du site ou dans l'actualité, belle parce qu'elle change un peu de tout ce dont il a été question récemment et que ça fait beaucoup de bien.
Je suis surpris (ou bien cela était-il fait exprès) que Daniel SCHEIDERMAN ne sache pas qui avait été le principal financier de la cagoule: c'est de notoriété publique.
Dommage que l'interview dure si peu on aurait pu l'écouter pendant des heures sans se lasser et il aurait appris beaucoup de choses aux générations post soixantehuitardes.
La prochaine fois que vous l'invitez ne le coupez pas sans arrêt.
Merci d'avance
PS : pour ce qui concerne la violence de ce genre dans toutes les classes sociales il a parfaitement raison malheureusement pour les victimes

Jean
Daniel, je ne sais pas si c'est fait exprès, mais vous avez des manières de vous faire pardonner la foirade de la semaine dernière qui sont dignes d'un grand seigneur.
C'est justement ce qui me gène : entendre exactement ce que j'ai envie d'entendre.
A 9 minutes environ :
L'auteur de la bible de Navarro, c'était Tito Topin [...] et dans le vieux débat entre les scénaristes et les réalisateurs à la télévision, le réalisateur a perdu et les scénaristes ont gagné parce que les patrons l'ont voulu comme ça...
Au cinéma encore le metteur en scène est maître d'oeuvre, il est devenu à la télévision maître d'ouvrage. N'importe qui a fait un peu d'architecture comprend que le maître d'ouvrage c'est l'executant, le maître d'oeuvre c'est le mec qui conçoit.


Soit j'ai rien compris à la télé, soit Marcel confond. Le maître d'ouvrage c'est celui qui commande une production, non?
Vous vous y attendiez ? Ben non, pas un mot de tout ce qui s'est passé dans la semaine sur les forums d' @si !! DS a préféré jouer à l'autiste ! (au fait où sont passés ses compères ?)... Comme si après l'avalanche de reproches dont a été l'objet sa dernière émission ratée sur l'antisémitisme, il nous criait : "même pas mal !! ". Quid des débats ? des questions sur sa conduite ? des interrogations sur la suite @si ? Mystère et boule de gomme. Les abonnés apprécieront...
Marcel Bluwal est vraiment un grand monsieur. Merci de l'avoir invité.
Juste une réflexion : concernant les rapports de violence dans les familles bourgeoises, il me semble que le cinéma en a largement usé dans quantité de productions, non ?
Je viens de finir le visionnage, et c'est ma foi fort sympathique. Quelques regrets quand même :

- quand on invite une personne de cet âge, il faut le laisser parler ! Les digressions et anecdotes font tout le charme, tant pis si ça part dans tous les sens...
- j'ai trouvé que Daniel avait un peu du mal à suivre parfois, résumant mal ce que disait Bluwal (à la fin de l'émission par exemple, où Bluwal fait un parallèle avec la recherche fondamentale qu'il oppose à la recherche appliquée souhaitée par Sarkozy, Daniel résume à l'envers, alors qu'évidemment Bluwal se comparait à la recherche fondamentale -- mais c'est sûrement plus évident dans son canapé qu'au milieu d'un direct avec un vieux monsieur qui part dans tous les sens).

C'est pas bien grave, je pense que Daniel a voulu comme toujours cadrer l'émission, alors qu'elle n'avait pas réellement besoin de l'être (pas réellement de sujet de fond / débat, tout reposait sur l'invité et sa connaissance du milieu télévisuel).
Je partage juste mon avis sur le sujet avant de le visionner ( ce qui n'est pas sur )
Boum ! les années 30. Après la semaine Péan. ça aurait été ailleurs ( les deux émissions et ce qui se passe entre elles ) sur une chaine ou radio "grandes ondes" vous en auriez fait un article
[quote=la rédaction]un groupe d'extrême-droite

d'extreme droite.. particulièrement antisémite

[quote=la rédaction ?]
Pourquoi et comment traiter ce sujet aujourd'hui? Et au-delà, comment cet homme, qui réalise des émissions pour la télévision depuis 1950, voit-il la télévision d'aujourd'hui ?


moui moui moui, . j'attendrais donc de voir les premier avis histoire de savoir si j'y perdrais une heure ou non.
Désolé pour l'agressivité mais elle est proportionné a l'enthousiasme que j'avais pour votre site
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.