106
Commentaires

"Il faut prendre les souris schizophrènes avec des pincettes"

A propos, que sait-on, scientifiquement, de la nocivité du cannabis ? Etrangement, en regardant la télévision et en lisant les journaux, un débat contradictoire et serein sur ces sujets semble impossible à tenir dans les médias français. Nous tentons de démontrer le contraire dans notre émission. Sur notre plateau, Jean Costentin, pharmacologue, membre de l'Académie de médecine, adversaire de la dépénalisation, et Marc Valleur, médecin-chef de l'hôpital Marmottan à Paris, spécialisé dans le traitement de toutes les addictions.

Derniers commentaires

Je suis médecin et ce débat m'a rendu malade : ce Jean Constantin est un médecin incroyablement rétrograde pour un être bardé de cette étiquette de "l'Académie de médecine" quelle suffisance, quelle abomination intellectuelle, dogmatique, se fourvoyant dans l'alcool (moins dangereux que le Canabis !!! contre l'évidence universelle, au nom de l'économie locale), parlant du tabac comme un moralisateur sans en comprendre l'aspect suicidaire si dérangeant par ces anti tabac (même les pneumologues qui connaissent le risque de cancer du poumon, fument...) et quelle patience, quelle intelligence, quelle précision dans le discours opposé du Dr Marc Valleur, une patience de sage face à un contradicteur aussi grossier. Vraiment difficile à tenir... Insoutenable légèreté des souris schyzophrènes...
MMpph.

Après réflexion sur ce débat, je constate qu'il n'apporte pas grand chose. Les deux protagonistes sont campés sur des positions à la limite du caricatural, et on voit facilement que leur opinion personnelle contamine leur argumentation, ce qui est dommage...

Un exemple, un moment il est question de la drogue au volant, et on nous dit que le cannabis au volant est impliqué dans moins de cas d'accident que l'alcool lorsqu'il est en dessous de la dose légale (0.5 g/L de sang). Ok, mais n'est-ce pas normal étant donné que l'alcool est en vente libre ?

Cependant, les arguments économiques ont fait mouches... 1/2 million de personnes vivant du commerce de l'alcool en France, on ne peut pas leur couper les vivres comme ça sans faire d'esclandre. Mais ceci-dit, je suis tout à fait d'accord sur le fait que la prohibition du cannabis a quelque chose de grotesque, ridicule, étant donné le nombre de consommateurs de cette drogue.

De plus, il est vrai que ce n'est pas une des drogues les plus dangereuses. Concernant les risques à l'adolescence sur l'augmentation du cas de « schizophrénie » (rappelons qu'un tableau clinique n'est jamais unique, la schizophrénie n'est pas une maladie mais un ensemble de symptômes), je suis prêt à parier mes cheveux que l'alcool présente tout autant de risque si ce n'est plus que le premier.
Il est sympa le clown Pharma ! ;-)

Attention : ne pas boire l'eau des égouts ! les mecs qui fument y mettent plein de vilaines choses quand y font pipi .... Grrrrr, c'est mal !!!
Pour une fois que l'on remet en cause l'utilisation des souris pour juger l'homme... on devrait avoir ce sens critique en bien d'autres occasions.

Trois commentaires :
- les lobbies qui attendent la dépénalisation avec frénésie, ce sont ceux de l'industrie pharmaceutique... autant que l'argent de la drogue tombe dans leur poche. Et même si le produit est moins cher, sur le nombre, il y a des bénéfices à se faire. Surtout si en plus on s'arrange pour qu'il soit remboursé par la sécurité sociale. Ce serait bien que les journalistes enquêtent de ce côté-là.

- j'ai été dans un sauna avec une personne qui soudain a eu un trip, alors qu'elle ne prenait plus de drogue depuis des années. En réalité la drogue reste dans les graisses et poursuit son effet nocif.
Se débarrasser totalement des drogues, y compris celle qui est rémanente dans le corps, libère l'éveil. La pensée devient plus libre et agile. On récupère sa vivacité.

C'est là la différence avec l'alcool et le tabac. Ces deux derniers sont nocifs, mais ils ne s'incrustent pas dans le corps. On peut être détruit par beaucoup d'alcool. On est détruit peu à peu par des prises même faibles, mais répétées de drogues.

Arrêtons de fausser le débat en comparant alcool et drogue. Les deux drogues méritent que l'on se prémunisse contre elles, mais ne créons pas de confusion malsaine à leur endroit.

- La prévention contre la drogue existe actuellement. Il n'est nul besoin d'attendre que le cannabisme soit légalisé pour faire de la prévention à son sujet. Des associations privées et publiques font aujourd'hui de la prévention contre la drogue.

Merci pour vos émissions.
Ca donne surtout envie d'en fumer un, tiens!
J'étais un peu sur ma fin en regardant cette émission. Pour plusieurs raisons, et ça faisait lgtps que je n'avais pas eu cette impression en regardant des débats ici. D'une part, la prise de parole de chacun se cantonne à un argument pour l'un, un autre pour l'autre et hop! on change de sujet. Et en fait, l'autre raisons qui va avec la première, c'est que ce sujet se soit borné aux aspects "scientifiques" de la chose. Déja, mon dieu, d'entendre " arguments scientifiques " à longueur d'émission m'a donné un peu la gerbe. Justement, on voyait bien que Mr Valeur essayait vainement d'intégrer des arguments sociologiques (qui donc, sont aussi des arguments scientifiques, hein...) sans que cela soit entendu : tout ce qui est histoire de socialisation, d'identification à un groupe, de misère sociale..ou pas du tout, d'exclusion, de phénomène générationnel... M'enfin, on me dira que c'était pas le sujet ! (mais bon, intéressant quand meme hein! mais comme tjs, les uns les autres repartiront non pas avec de nouveaux questionnements mais avec la meme "convictions", dommage).
Pour aller plus loin dans mon idée... (c'est un peu brouillon ce que je dis) Le pb est peut-etre le débat pour / contre, qui, meme s'il englobe une discussion et une écoute, n'aboutit ni pour l'un ni pour l'autre, à apprendre des choses de l'autre tellement chacun défend sa chapelle. Etre d'accord ou pas n'est pas la question : c'est trouver un questionnement sur lequelle on pourrait réfléchir ensemble et en discuter. Je sais pas.
Jean Costentin a eu un flash de lucidité quand il s'est estimé mauvais avocat de sa cause. Il est vrai qu'on a bien du mal à déceler une démarche scientifique objective dans beaucoup de ses propos (convictions, preuves assénées mais pas démontrées, raisonnements café du commerce - qui pouraient d'ailleurs être retournés, caricatures, etc.). Il est mûr pour faire de la politique.
Résumons ce que j'ai retenu :

- De la poule ou de l'oeuf ? Les schizophrène fument parce qu'ils sont schizophrène ou sont-ils schizophrènes parce qu'ils ont fumé ???
- Tout le monde est d'accord pour dire que la loi est innefficace : l'un dit changeons la, l'autre surtout ne changeons rien... La deuxième position m'est assez incompréhensible.
- L'alcool est plus addictogène que le cannbis mais il ne faut pas le dire... (enfin pour l'un des participants)

Enfin, tous vos témoignages de fumeurs plus ou moins réguliers sont très intéressants mais il ne font pas généralité...
J'ai pas besoin d'etudes scientifiques pour me convaincre de la dangerosite du canabis, il suffit de voir Doc Gyneco qui a fini avec un seul neurone ...
Les hallucinés ne sont pas ceux qu'on croit ...
C'était d'une drôlerie, jamais autant ri sur @si :-) après cette émission plus besoin de regarder Fernandel, les intervenants, surtout un, c'est le fou rire garanti!!!!!
Je suis diagnostiqué schizophrène.

Encore une émission qui stigmatise les schizophrènes en insistant sur leur dangerosité (c'est pas la première émission qui fait ça et pas la pire).
La grande majorité des schizophrènes n'est pas dangereuse et quand les schizophrènes sont dangereux ils le sont d'abord pour eux même (auto-mutilation, suicide...).

Témoignage personnel : je n'ai jamais fumé de cannabis et pourtant je suis devenu schizophrène.

Une bonne partie de mes connaissances qui sont aussi schizophrènes ont été des petits ou gros fumeurs de cannabis avant de devenir schizophrène.

La théorie des schizophrènes qui fument du cannabis pour avoir du plaisir et oublier la maladie me semble "fumeuse" pour ainsi dire.
Peu de mes connaissances schizophrènes fument du canna par plaisir. Ils fument par addiction.
Et personnellement ce n'est pas parce que je suis schizophrène que ça me donne envie de fumer du cannabis.


Quand à légaliser le cannabis et l'interdire au moins de 18 ans, je rigole. Dans tous les bureaux de tabac les buralistes vendent du tabac aux mineurs.
Ca sera pareil dans les "Cannabistrots"/Coffee shop.


J'ai trouvé le débat et l'animation du débat biaisée (pro-abolition de la loi de prohibition) comme souvent :
- politesse avec l'abolitionniste de la prohibition du cannabis et questions sympa et DS lui laisse finir ses réponses sans le reprendre
- recherche de la contradiction et parole coupée au médecin Mandarin pour la prohibition du cannabis.



Sinon, débat globalement intéressant avec enfin des médecins (les 2 médecins sont intéressants) et pas des politiciens qui cherchent à faire peur (prohibitionnistes) ou à faire plaisir (abolitionnistes écolos bobos).
Rien que le mot drogue me turlupine...
Je suis entièrement d'accord sur l'image employée de la ligne maginot que beaucoup d'anciens croivent dur comme fer.

"Ca va entrainer une multiplication de la consommation..." Pas de bol, les hollandais et les portugais l'ont baissé.

La France a l'une des législation les plus répressives d'Europe, et sa population est l'une des plus grandes consommatrices de hashich, y aurait-il un gène français qui accroit cette dépendance, ou ne peut-on pas essayer autrement?

Croire que le répressif marche pour un produit de grande consommation, le diaboliser comme étant le mal absolu à ne pas franchir, dédouane le fait de faire une vraie prévention des conduites addictives (alcool, tabac, jeu, net, travail, cannabis, colle uhu et j'en passe...) de la maternelle à l'université... C'est mauvais donc basta. Et on gonfle ses jolis muscles pour courir derrière le p'tit dealeur qui speede à tout va...

Sérieusement qui peut croire en une loi qui mettrait quelqu'un 1 an en taule pour avoir fumé sur un joint de cannabis, et le respect de la justice dans sa globalité s'en trouve gravement affaibli niveau éducatif.

On comprend facilement qu'une forte consommation régulière, qui plus est pendant que le corps se forme, n'aide pas à grandir, ce n'est pas un produit anodin, clairement.

Malheureusement l'utilisation de cette peur permet des raccourcis simples, empêchant l'accompagnement de cette "drogue", par son caractère illicite, ou relevant d'une immense hypocrisie, pour éviter de parler, et d'accompagner les gens réellement et concrètement, avec des moyens autres, ce qui les a amené à un état de dépendance, et pas seulement vis à vis du cannabis du coup...
C'est étonnant que personne ne remette en cause le procédé lui même ?

L’expérimentation animale est une hérésie scientifique !!!!

Des lanceurs d’alerte, scientifiques du CNRS se battent contre ce scientisme :

Antidote-Europe

voir vidéo de l’explication de ce scientisme : la bonne science contre la mauvaise science

QUAND ENFIN SERONT-ILS ECOUTES ???????


Je trouve fou que @SI n'ait jamais invité ces chercheurs.
Sinon, pour contribuer un peu au débat, on peut remarquer que C'est Pas Sorcier (émission historiquement militante et contestataire) a parlé du cannabis dans une émission, et le moins qu'on puisse dire c'est qu'ils n'ont pas l'air de trop diaboliser la chose. Voyez par vous même, c'est disponible sur youtube ici : http://www.youtube.com/watch?v=0bmOxx-7Xec
Super ! Les éléments factuels, et la discussion sur le cadre médiatique, même si cette seconde partie a été un peu écourtée, ils y avait peut-être devantage à dire. Pour finir, c'est une peu lège, cette seconde partie...
Jamais contente.

En ce qui concerne la nouvelle émission, je trouve que le titre est pourri. Dans le genre, j'aurais préféré "La suite au prochain numéro, ou tout bètement "A suivre".
Surtout, ça fait un peut amateur car ça ne correspond pas au côté smart, très élaboré visuellement, de l'image que fait Rafik.

J'attends mardi avec impatience.
voici l etude a laquelle fait reference Constentin au tout debut de l emission:

Caffeine exposure sensitizes rats to the reinforcing effects of cocaine. Horger BA, Wellman PJ, Morien A, Davies BT, Schenk S. Neuroreport. 1991 Jan;2(1):53-6.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/1768850

PDF sur demande...
Jean Costentin a l'air de vouloir interdir absolument tout, il est terrifiant ce type. Il représente bien ce penchant de la science qui veut notre bien y compris malgré nous.
Merci pour l'émission ! Ayant moi même regardé celle, incompréhensible, sur LCP, je commencais à perdre espoir que ce sujet puisse être débattu de manière clair.
Quant à l'émission de Rafik, c'est une excellente nouvelle. <3
Je ne sais ce que Jean Costentin fume mais j'ai jamais eu d'hallucinations avec du cannabis, j'avais vraiment l'impression qu'il n'a jamais fumé ou qu'il a eu une très mauvaise première expérience.
Faut relire Baudelaire, Le cannabis peut provoquer des hallucinations à haute doses quand il est ingéré.
Je sais que ça peut arriver, mais c'est très marginal. Le fait qu'il répète que ça provoque des hallucinations me fait penser qu'il n'a jamais fumé et qu'il récite la liste des symptômes d'un bouquin. C'est un peu comme quand il dit que l'effet dur des jours.
Rien que le déca qu'il a bu avant de s'installer en plateau, l'a visiblement bien secoué.
Je pense qu'il parlait des sujet fragiles à personnalité schizoide, plus enclin à développer la maladie.
Mais effectivement c'était pas tres clair.
Un type qui se félicite qu'on puisse instituer un enseignement visant à créer la peur d'un mot, prend nécessairement les gens pour des imbéciles
y'a un scientifique contre , et ceux qui s'occupe des addictions trouvent la dangerosité faible et bien sur c'est la minorité qui gagne ....

Comme un loi pour légiférer sur nos habits (que les habits des femmes bien sur)

On nous bassine avec les religions alors qu'on est laïque et athée

on nous impose la rigueur alors que tous m^me le FMI sait que c'est une erreur ....

Donc pour le moment le monde suit les minorités qui asservissent les peuples, un peu d'énergie de partage, d'écoute, de liberté, de responsabilité , d'égalité , ça changera ...
Très bonne émission: plateau remarquablement équilibré. Nous voici aussi bien que possible informés: non seulement sur la dangerosité comparée: immédiate, à court et à long terme du THC, mais aussi sur qui plaide pour sa dépénalisation (comme étape vers sa légalisation) et sur qui s'oppose avec énergie à celle-ci. Cela ne m'a pas fait bouger d'un iota sur la question qui est au fond celle de savoir quel est en l'occurrence le danger le plus menaçant. Laquelle question se présente aujourd'hui, aussi médiatiquement que fallacieusement, sous l'apparence déformée de l'alternative entre le Charybde de la répression et le Scylla de la soumission à la consommation de drogues en tout genre. Car, autant les mauvais historiques effets de la première aux État-Unis sont abondamment évoqués, autant les pérennes et incomparablement plus graves conséquences de la seconde partout où elle sévit sont étonnamment rendus "inapparents" - et pour causes: tant économiques ("libérales": capitalistiques) que de politique: démagogique.
bonne nouvelle l'émission sur les séries :)
J'attendrais encore.

Que la dangerosité du cannabis est plus faible que l'alcool, tout le monde est d'accord, ça a été dit et redit.
Qu'il y un schizo dont les symptomes ne s'améliorent pas, voire s'empirent,
que aujourd'hui l'alcool est legal, le cannabis, non.
que les religions musulmanes ne condamnent pas le cannabis comme l'alcool,
que les religions chrétiennes ne condamnent pas l'alcool comme le cannabis,
ce ne peut pas être le coeur du débat, mais ca peut titiller l'oreille du psy, sociologue, politique, journaliste pour trouver en trouver le sens.

C'est en effet un débat sociologique, que j'attendais: Le cannabis comme facteur de discrimination.
S'il est interdit dans notre société occidentale quelles en sont les raisons, serait-elle menée au schisme, à une certaine schizophrénie?

Je pense que c'est évidement une question sociale qui taraude les Français, c'est dommage que ASI est raté le coche.
Une émission récurrente sur les séries Télé ? C'est une blague ? Un vision hallucinatoire sous substance illicite ?
Et après ce sera quoi? Le foot ? La variété ? Les jeux télévisés ?
Il n'y a pas des trucs plus pertinents à traiter dans le monde des images aujourd'hui ?
Une émission sur les propagandes de guerre par l'image, de la révolution à nous jours, par exemple ou encore, la représentation des classes sociales dans les grands médias français aujourd'hui etc ...
Commenter les séries télé quand on se veut analyste de l'image c'est un peu comme commenter le roi Lion et le bossu de notre dame quand on se prétend critique d'opéra ...
Franchement, vous voir céder à ce genre désespérément vide qu'est la série télé, produit d'un processus de fabrication industrielle de masse , de diffusion industrielle de masse et de consommation de masse où l'on prends 12 saison représentant 160 heures de diffusion pour raconter 20 fois ce qui aurait pu l'être de façon déjà assez peu intéressante en 5 minutes ...
Cédez vous à la tentation spectaculaire ou bien est ce pour vous excuser d'avoir "aussi" une émission littéraire ?

Ou alors c'est de l'altruisme, la volonté sincère denous offrir un kit de survie quand on se rend chez la mamie qui désespère de pouvoir communiquer autour de son sujet favori: les feux de l'amour ? Nous pourrons enfin lui apprendre que Jonathan ne s'est pas suicidé dans l'épisode 1372 parce que le public était déjà sous le choc de la mort de Michael Jackson et que cela aurait été trop dur pour lui ...
On n'est pas en Avril là ? C'est sûr ? C'est pas une blague votre truc ?
99 % des consommateurs de cocaïne avaient déjà consommé du Coca Cola au moins une fois dans leur vie.
99 % des consommateurs d'héroïne avaient déjà consommé un verre de bière, de vin ou de champagne lors d'une fête entre amis ou en famille...
99 % des consommateurs de somnifères avaient déjà assisté au moins une fois au journal de 20h.

Il me semble que ces données statistiques sont suffisamment probantes pour interdire les Mac Donald, le fêtes de baptême ou les mariages, et David Pujadas, à des citoyens bien trop souvent inconscients du danger auquel ces pratiques irresponsables les expose ...
J'ai trouvé l'émission bonne et contrairement à la plupart des commentateurs de ce forum, j'ai trouvé que Constantin était le plus convaincant (et clair ! Parfois, on ne comprenait pas trop ce que disait son contradicteur qui parlait souvent dans sa barbe). Pour être tout à fait honnête je n'ai aucun a priori négatif ou positif sur le sujet qui me semble plutôt secondaire. Mon avis n'a pas vraiment bougé après l'émission.

Trois remarques :
1/ Comparer l'alcool et le cannabis semble un peu biaisé comme approche quand on compare le nombre d'accidents de la route qu'ils causent compte tenu précisément que l'un est légal et l'autre non, donc par définition, l'un est plus répandu que l'autre donc plus représenté dans les causes d'accident mortel. ça semble logique ?!? Donc la comparaison des chiffres est complètement idiote.

2/ De plus, pourquoi se limiter à l'aspect médical alors que l'argument des pro-légalisation était, si je ne me trompe, que cela permettrait de supprimer le commerce par des dealers et de réduire une grosse part des bénéfices des délinquants. Et c'est sans doute cela qui est le plus intéressant : cela permettrait-il de réduire ces réseaux ? Quel serait le réel bénéfice d'une loi ?

3/ Juste une dernière remarque sur les drogues, si j'ai bien compris, ont été référencées comme drogues à côté des "dures", le cannabis, le tabac, l'alcool et les jeux... Pas le sucre/les graisses (qui mènent à l'obésité, et pour lesquels il existe des véritables cliniques de désintox). Et on pourrait à mon humble avis (si on se fie aux dommages induits sur le cerveau) la télévision... ;)
Dépénaliser le Cannabis ? Jésus Marie joseph ! Quand on entend des trucs pareil on se dit que le pinard ça devrait être obligatoire ...

D'ailleurs le Cannabis c'est la porte ouverte à la cocaïne, tout comme le mariage homosexuel est la porte ouverte à la pédophilie, tout comme la révolution est la porte ouverte à la terreur, et les portes ouvertes ça fait des courants d'air ...

N'est-elle pas singulière cette (pas si) nouvelle réthorique : pour éloigner le public d'une démarche considérée comme déviante, il conviendrait non plus d' expliquer les dangers de cette démarche (dangers parfois difficilement démontrables, quand ils ne sont pas simplement phantasmés), mais de susciter la crainte de ne plus pouvoir s'arrêter après ces premiers pas dans l'interdit ...

Dans tous les exemples précités c'est semble-t-il la peur de la remise en questions de tabous sociaux qui ouvriraient la porte aux déviances criminelles de manière générale, qui justifie ces croisades ponctuelles.

Quid des drogues administrées de manières légales à visée de contrôle social, dont l'impact est également ravageur mais ravalé au rang d'effets secondaires non désirés ?
Pourquoi la violence est elle légitime et légale lorsqu'exercée par le pouvoir et effrayante et odieuse quand perpétrée par des opposants affichés.

Si l'on avait pu constater un lien de pratique entre la consommation d'alcool et la remise en question de l'ordre établi, l'alcool serait-il toujours légal ?
Et si les consommateurs de Cannabis devenaient tout à coup légitimistes, cette drogue n'aurait elle pas plus de chance de devenir l'une des drogues officielles, à la suite de la nicotine, du sucre de l'alcool, de la caféine, des somnifères qui chaque année tuent bien plus de monde et de façon plus douloureuse que le Cannabis ne l'a jamais fait, mais qui ont la chance d'être soi consommées par tout le monde, soit consommées par des populations qui n'en font pas un élément de panoplie d'un style critique et en décalage.

Et pour finir : à quoi bon un débat sur des faits scientifiques, quand les causes et les enjeux du débat résident en un ailleurs bien mal défini ?
Je ne comprends même pas le rapport qu'il devrait y avoir entre la dépénalisation du canabis (ou de tout autre drogue par la même occasion), et les problèmes de santé qui pourraient y être lié. Pour moi la question est mal posée, la dépénalisation de l'usage va de soi, quelque soi la dangerosité de la drogue d'ailleurs (je ne vois pas pourquoi l'état aurait quoi que ce soit à dire sur ce que je fait à mon propre corps, pour pousser le raisonnement à l'absurde on ne mets pas en prison des gens qui font des tentatives de suicide), et dans ce cas là l'absurdité de ces lois n'as d'égale que l'hypocrisie des pouvoirs politiques, et les tribunaux et les prisons ont bien assez de travail comme ça. La question de la légalisation est un autre débat (qui se pose aussi pour toutes les drogues) plus consistant.
Où l'avez-vous trouvé ce pharmacologue ?
Ah... à l'Académie, on comprend mieux, plongé dans du formol
depuis 30 ans donc.
quand il dit que le cannabis n'est pas dans notre culture, le monsieur anti-drogue, que fait-il des français qui viennent d’Afrique?

pour certain d'entre eux, ils se sont battus pour la France, d'autre sont venus la reconstruire, et pourtant ce sont des délinquants parce

qu’ils fume un joint au lieu de boire un canon de rouge.
Bien tenté,
Réaliser un vrai débat sur le canabis était une super bonne idée.
Problème : l'un des invité déclare lors des premières minutes n'avoir aucune idée des source de ce qu'il avance... même s'il renvoie à des livres qu'il n'a probablement pas écrit... (car pour qui a déjà écrit un ouvrage scientifique, les sources sont le cheval de bataille que l'on connait par coeur) ... le débat est donc clos scientifiquement... domage
J'attends déjà impatiemment une future émission sur The Wire!!!!


P*tain ça fait trop plaisir une émission sur les séries, déjà que le blog du Monde là-dessus est pas mal...

Et encore plus content de voir que ça commence par le problème de la traduction.

Je tombe parfois par hasard sur des séries à la TV genre Dexter, je suis sidéré par le niveau pitoyable de la traduction.

Et après, certains s'étonnent qu'on préfère les voir en VO le lendemain de la diffusion aux US, plutôt que d'attendre 2 ans pour voir une version vérolée...
Ravi de retrouver Rafik Djoumi, et en plus pour une nouvelle émission, et encore en plus sur les séries télé!

Une mauvaise traduction peut massacrer une série (ou même un film). Je ne cesse de le répéter!!

Quand on a vu une série (ou un film) en VO à laquelle on accroche énormément et qu'on la conseille à des amis, on finit par craindre que la télé française finisse par la diffuser, tellement on a peur de finalement passer pour un abruti fini. Tellement la traduction gâche l'esprit et les subtilités qui peuvent faire toute la délicate différence entre une série pour collégien gras de bêtise à l'heure du goûter au coca-cola diabétiquement âpre et aux brioches industrielles mièvres, et le raffinement exquis d'une espièglerie anglo-saxonne croustillante ou la poésie japonaise printanière.

Bref, j'attends avec impatience @u prochain épisode.

Je pense qu'@si a tout intérêt à classer le premier épisode comme d'utilité publique et de laisser cette émission circuler sur les réseaux sociaux. Ca pourrait ramener pas mal de monde, à mon idée. Même si je n'ai encore vu que le teaser...
Surtout si l'émission dure un minimum dans le temps et reste programmée régulièrement contre les avis des grincheux qui ne vont certainement pas tarder à se faire connaître.

Dors et déjà: bonne et longue continuation.
Avant même d'avoir regardé, un simple constat sur la hiérarchie de l'information. Dans la newsletter de la semaine, trois sujets en avant : le cannabis, le massacre de 1961 et la loi argentine sur les médias. L'algérie ayant déjà été traitée (même si une nouvelle émission sur l'évolution du traitement médiatique pourrait être très intéressante) il reste deux sujets :

D'un côté l'actualité médiatique, les petites phrases, ce qui est visible et vu, et entendu, et un débat contradictoire télévisuel conventionnel ou on a le pour et le contre et le journaliste au milieuavec des scientifiques bien comme il faut.

De l'autre, une proposition de révolution dans l'organisation des médias, un sujet blacklisté de tous les débats, une proposition politique qui se développe sur tout le continent latinoaméricain, un trou noir de l'info.

Devinez le sujet choisi pour l'émission de la semaine ?

Bon, allez j'arrête de triquiter et je regarde l'émission.
Pourquoi cette coupure à 39'15'' ?!
Il m'a fait frémir le Constentin.....on dirait Pierre Mauroy plus jeune, bref le monsieur barbu est beaucoup plus sympathique.
Enfin ce que j'en dis, c'est personnel....;-)
Une sensation inédite me saisit après le visionnage de l'émission. Mais ou avez-vous trouvé ces 2 spécialistes capables d'avoir un débat contradictoire sans se jeter d'anathèmes, de quasiment toujours écouter les arguments adverses, et d'y répondre..?

Vous les avez fait fumer avant l'émission, c'est ça votre secret ?
...
;D
Le problème dans les accidents de voitures, ce n'est pas le cannabis, ni l'alcool !

C'est la voiture !
Little boxes on the hillside, little boxes, made of ticky tacky... Mais pourquoi j'ai ça dans la tête moi ?
C'est en tout cas ce que dit mon chat.
Bonsoir

Une chose est sûre, la consommation de cannabis permet de conserver de beaux cheveux et une très jolie barbe contrairement au professeur défenseur de la souris cocainomane.
??????
o secours !!!
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.