74
Commentaires

House of Cards : "on tue en politique, même en France"

Un monde politique dominé par le calcul, le cynisme, et où se pratique parfois l'élimination physique des opposants : telle est la peinture du gouvernement et du parlement américain par la série House of cards. Une série si efficace et si apparemment vraisemblable que nombre de ses personnages se superposent parfois aux politiques français tels qu'ils apparaissent dans le feuilleton médiatique. Dans les relations entre pouvoir exécutif et parlement, mais aussi entre politiques et journalistes, politiques et lobbys, la série House of Cards est-elle le reflet de la politique française ? Sur notre plateau, deux journalistes politiques, Nathalie Segaunes, de l'Opinion, et Mathieu Magnaudeix de Mediapart. Et deux politiques : les députés PS Mathias Fekl et Olivier Veran.

Derniers commentaires

Emission guère passionnante, commentaires démagos, la totale, quoi...
Je me doute qu'il n'est pas facile de trouver des hommes politiques qui acceptent de parler d'une série pas très flatteuse pour cette profession (je n'hésite, pas c'est bien une profession) mais tout de même, ils m'ont semblé bien naïfs. Surtout le jeune médecin qui semblait découvrir qu'il était possible que des journalistes jouent régulièrement du décolleté pour obtenir des informations sur l'oreiller.

Bref, ça commençait mal pour une émission qui essayais de savoir s'il y avait de fortes similitudes dans les pratiques décrites dans la série et celle de la vie politique en France... et non celle des scouts de France. Vous l'aurez compris, je ne suis pas très convaincu que la série soit si loin
de la réalité française qu'il ne l'a été dit. On est d'accord qu'il s'agit d'une fiction qui par nature force le trait.
Emission sans aucun intéret pour plusieurs raisons :

1/ La question posée au début par Daniel est absurde : es ce que House of cards c'est vraiment le reflet de la politique française ? Hors sujet c'est le reflet de la vie politique américaine. Point

2/Tout le monde est hypocrite dans les réponses et langue de bois

3/Les hommes politiques ici sont vraiment très très langue de bois
Edifiant, ce débat sur la réalité du conflit d'interêt et cette nuance entre "faits avérés" et "apparence", soulignée par l'un des deux députés et acceptée par l'autre. En l'espèce, Rafika Rezgi, confrontée à une double contrainte, se place en toute connaissance de cause et donc forcément volontairement en situation de conflit d'intéret lattent. Pour autant, il n'y à pas eu d"affaire". Le fait d'être démissionnaire avant même de commencer à exercer sa mission politique n'exhonère personne, ni elle même, ni le secrétaire général du PS. DS a raison d'insister sur le fait qu'un barrage aurait du s'exercer "sur dossier", en amont de toute nomination. Par ailleurs, demonstration est faite que la recipiendaire n'était pas étouffée par les scrupules. Pour autant, d'autres aspects conduisant aux dysfonctionnements, autres que la stricte volonté de transgresser les regles (ou les usages) laissent réveur:La légèreté du management, du commandement ou de la gouvernance des appareils, la possible incompétence des décideurs (incompétence politique par méconnaissance ou déni des effets de système), le caractère variable de l'appréciation d'une situation potentiellement génératrice de conflit d'intêret, illustrée dans le débat par la notion de "déportation" de l'intéressé de sa mission, dés lors que des sujets ne pouraient être traités pour cause de conflictualité etc. Cet ensemble renvoie vers une réalité: Le cadre technique de l'action etouffe le cadre moral et l'on doit s'en remettre à la bonne volonté des acteurs, sans garanties d'aucune sorte. Le respect de l'intêret général, le respect d'une doctrine politique, le respect des fondements idéologiques d'une orientation politique ne constituent qu'une sorte de toge dans laquelle on se drape quand on ne peut plus faire autrement, et le plus souvent, quand les affaires éclatent au grand jour. Le personnel politique doit être capable d'arpenter le champ du possible (ou pas), le champ du permis(ou pas), le champ du moral(ou pas). Hors, iil est impossible d'être sur les tros "champs" en même temps. Chacun doit s'oliger a fréquenter les trois mais de l'un à l'autre. Rien de bien évident si le désir de rayonnement social voire économique des acteurs supplante l'appel sacerdotal.
La description initiale du rôle de whip est fausse. (Ce n'est pas juste un membre du parti majoritaire, et il ne s'occupe pas de tous les parlementaires, seuls ceux de sont camps)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Whip_(politique)
les invités sont hélas trop jeune pour être suffisamment cyniques, ils sont encore tout plein de bons sentiments utopistes.
n'invitez plus ( ou alors sélectionnez les ) des homme's politiques . C'est quasiment chaque fois de la langue de bois, des informations que l'on connait , des jugements tièdes, .Par définition ils sont prisonniers de leur parti, de leur ambition, de leurs compromissions, de leur passé.Je suis persuadé que beaucoup sont aussi profondèment cyniques ( ou aveugles) que leurs homologues US,même si le système ne leurs permet pas de telles dérives.
Une émission très intéressante. Elle montre ce que l'on sait de la vie parlementaire ;la plupart des députés sont intègres et connaissent bien leurs dossiers . C'est le cas de vos invités parlementaires. C'est le cas sous la Vème République .C'était aussi le cas sous la IIIème et La IV ème République où les Parlementaires ont souvent voté des lois très intéressantes. Ils se sont aussi fourvoyé ( vote des pleins pouvoirs à Pétain en 1940 , vote des pouvoirs spéciaux lors de la guerre d' Algérie en 1956) La corruption de quelques-uns attise l'antiparlementarisme,mais il ne faut pas sombrer dans ce cliché démenti par l' histoire. Cela dit , comparer le fait qu'une porte-parole du PS soit aussi lobbyiste d'un groupe industriel et le fait qu'un universitaire ait sa fille comme étudiante , ce n'est pas très sérieux. C'est un peu le défaut du PS :ils minimisent leurs travers et mettent en valeur ceux des autres.
on tue en politique;
les 2 députés présent sur le plateaux ont certainement participé à de petites "tueries" pour être député,
non ?
la politique est un monde très très dur !
merci avant le 25 Mai, c.a.d. avant les élections européennes, de faire un ASI sur le TAFTA
http://fr.wikipedia.org/wiki/TAFTA
qui pourrait impacter notre économie à l'avenir et surtout notre quotidien;
dire quelles est la position des partis politiques français vis-à-vis de cet accord qui semble en train d'être fait
dans un déni total de démocratie;
comme par hasard un des 2 députés a dit que la démocratie avait quelque petits problèmes: hasard ou pas ?
Je viens de comprendre, c'était l'émission du 1 mai, enfin du pont. Tout s'explique. À la semaine prochaine et bon week-end !
Quand on arrête l'image, des fois on a pas le bon angle...
Sérieusement ?
La politique française VS House Of Cards ? C'est le thème de la semaine ????
"on tue en politique, même en France" comme épitaphe de l'émission, c'est du second degré ?
Ou y a eu une suite à l'affaire du RER D que j'ai raté ?

En voyant cette soupe, je m’interroge :
L'asinaute moyen serait-il un jeune geek, fan de séries us, et un poil à gauche ? Ou perçu comme tel ?
Je suis complétement stupéfactionné qu'on puisse s'interroger sur la réalité de ce qu'est la Politique!
M'enfin, Machiavel avait pourtant tout bien expliqué. Sans compter l'Histoire.
La génération smartphone est à ce point ignare qu'il failles lui réexpliquer comment les Pouvoirs se maintiennent?
Mort de rire!
Franchement vous croyez encore en la politique?
On se fiche éperdument de ce monde là.
Vivement d'avantage d'émissions comme celle de Colin. Tranchons dans le vif: le monde d'avant n'existe déja plus (et les hommes politiques pipolisés en sont encore les reliques).
C'est étonnant cette fascination de ASI pour la chose politique. Qu'en pensez vous?
Pierrot
si c'est le monde que colin propose,on sera dirigé par des cerveaux bien remplis,mais froids et inhumains,avec le "client" et ses potentialités rentables,comme phase terminale du codage informatique.
oui pierrot b la politique est encore utile et inviter des députés qui vont voter les lois régissant la vie des citoyens,même si on est révulsés
que la "gauche" soit aussi pitoyable,on voit leur part de complexité,d'humanité.ils sont à combattre comme fossoyeurs de l'espérance d'un changement réel,mais ce que propose les ultras libéraux comme colin est,oh combien plus mortifère,cynique,trivialement mercantile...
"Franchement vous croyez encore en la politique? "
Vous croyez bien au fabuleux destin de la Pen, ça ne devrait pas vous poser de problème.
Vu qu'aux dernières nouvelles, elle fait elle aussi, partie de "ce monde-là"...
et si,comme le dit fan de canard ci dessus,vous êtes pour le pen,votre post,à contrario,prend un sens plus valorisant pour la politique.car les lepen père ou fille sont dans la grande tradition de l'extrème droite française qui crache sur la "gueuse",la république.
les 2 députés invités pour l'émission,même si je ne partage pas leur conformisme économique pour le capitalisme,sont bien plus utiles à leur place de parlementaires républicains,qu'un colin et son avidité logicielle performante,et bien sur que les le pen et leur goût du malheur,en fossoyeurs de la république.
Je partage entièrement votre point de vue. Les "antiparlementaires" si l'on peut dire , accusent les parlementaires d'être inefficaces ou corrompus .Or , c'est un cliché , qui monte en épingle des scandales . Les parlementaires sont dans l'ensemble intègres et le parlement demeure un lieu de débat démocratique.
Un lieu de débat démocratique serait ouvert à tous les citoyens, et tous les citoyens auraient l'initiative des lois. C'est pas autre chose la "Démocratie". L'exercice du pouvoir par le peuple.

En réalité, c'est surtout que l’élection est en elle-même corruptrice. Dès qu'il y a élection, il y a "campagne électorale". Et plus le scrutin est important (en nombre d'électeur), plus cela prend du temps et c'est coûteux. C'est exactement la que l'on arrive à avoir aucun ouvrier élu (alors qu'ils sont très nombreux, même en France) et qu'il y a la soumission au pouvoir de l'argent. C'est la que l'on voit le poids des structures: impossible d'avoir des représentants honnêtes et soucieux de l'intérêt général par l'élection: ils se font corrompre en chemin par la Campagne Électorale. La seule façon d'obtenir des représentants non soumis aux pouvoirs de l'argent, c'est de les tirer au sort. Comme dans la seule Démocratie du monde: Athènes dans la Grèce Antique...
Je crois que c'est la première fois que je lis quelquechose de vous avec lequel je me trouve en désaccord (pour l'instant).
Vous semblez supposer que les structures électives ne peuvent pas changer pour palier aux problèmes que vous mettez en évidence. On pourrait imaginer un système électif ou les campagnes (lieux de débat démocratique par excellence, malgré l'influence évidente des médias) soient mieux régulées (en temps et en coût) et entièrement financées par la collectivité. On pourrait également imaginer une plus grande décentralisation de ces campagnes. On pourrait enfin imaginer des dispositifs qui créent de l'espace pour que le citoyen s'empare du terrain politique, même quand il est ouvrier ou précaire.
Le tirage au sort pose le problème de la représentativité (il faut un très grand nombre de tirés au sort pour représenter 60 millions de citoyens) et du manque de débat (quand/comment s'assure-t-on que les tirés au sort prennent le temps de la discussion, de l'information et du raisonnement, si le pouvoir leur est octroyé sans nécessité pour eux de montrer qu'ils sont passés par ces étapes ?).
Bonjour,

Sans parler du tirage au sort, si l'on s'arrête à vos objections il y a déjà matière à discuter.

Vous pouvez imaginer ce que vous voulez mais le fait de supposer que les structures électives ne peuvent pas changer pour accroître le pouvoir des citoyens, et donc diminuer celui de nos élus, me parait tout à fait raisonnable dans la mesure ou il faudrait obtenir de nos élus actuels qu'ils votent ces changements. Quand nous constatons le résultat du "débat" sur le cumul des mandats il y a lieu d'être sceptique sur leurs capacités à faire passer l'intérêt ou la volonté du peuple avant les leurs quand il y a un conflit à ce niveau.

Quant à la représentativité, soyont sérieux. Un tirage au sort, et je ne parle que de représentativité car il peut y avoir d'autres objections contre le tirage au sort, même sur 577 bonhommes garantie par définition une représentativité que l'élection n'a jamais pu atteindre. Plus de problème de parité hommes/femmes à quelques pourcents près. Une proportion de chômeur dans l'hémicycle qui s'approcherait du taux nationnal. Une bien meilleure répartition des âges et des classes sociales. Alors vous pouvez sûrement trouver des arguments, mais la représentativité, allons ...

Pour ce qui est de la compétence c'est autre chose. Pour avoir vu quelques débats à l'assemblée je peux vous assurer que la discussion et le raisonnement sont assez rares mais laissons cela. En quoi la capacité à se faire élire après avoir été désigné par un parti vous rassure sur les capacités de raisonnement de quelqu'un ? Les exemples abondent qui ne corroborent aucune relation entre élection et qualité positive intrinsèque de la personne. Mais je suis méchant là. Disons que je ne vois pas le rapport entre les deux. A quelles qualités faites-vous allusion exactement ? En quoi seraient-elles favorisées par l'élection ? Et quant à celles qui sont effectivement liées à des critères qui permettent d'être élu, qu'en dirent ? Sont-elles souhaitables pour les électeurs ?

Alors il y a sûrement matière à discuter le tirage au sort mais là, avec toute ma sympathie parce que je vous sens honnête, je ne crois pas que vous soyez sur la bonne voie.
léa andersteen,vous avez raison de mettre votre première phrase au conditionel,car c'est une belle utopie de rendre la démocratie effective.
la référence à la grèce antique est un peu gênante si vous voulez des ouvriers au parlement,car à athènes les hommes libres uniquement pouvaient être élus,c'est à dire pas les prolos de base qui servaient d'esclaves.
quant a:"avoir des représentants honnêtes et soucieux de l'intéret général par l'élection"même en cas de tirage au sort pour désigner ses représentants,ils devront arbitrer des intérets opposés,des rapports de force concurrents,et donc seront aussi possiblement corruptibles...seul avantage pour eux ils n'auront pas eu à serrer des mains à foison lors d'une campagne électorale!
Pour ce qui est de l'analogie avec la grèce vous comparez les esclaves à des ouvriers alors que cela ne me semble pas être le plus pertinent. Un esclave est une propriété fournissant une force de travail contre un entretient se limitant aux besoins vitaux strictement nécessaires à son emploi, et non un ouvrier. La plupart des citoyens athéniens n'était d'ailleurs pas assez riches pour acheter et surtout entretenir un esclave. Une machine serait plus proche en terme de comparaison entre notre système économique et le leur. Certains "capitalistes" possédaient des esclaves et les autres devaient trouver un emploi quelque part ou avoir leur commerce ou leur terre à cultiver. La citoyenneté découlait de la naissance et non de la richesse, il y avait donc presque toutes les classes sociales dans l'assemblée des citoyens. Je dis presque car les citoyens pouvaient se retrouver asservis pour dette ce qui équivalait à éliminer les plus pauvres. Je ne parle évidemment pas des femmes qui n'étaient pas concernées par la citoyenneté non plus.
Vous avez donc raison, cette société d'il y a deux mille ans était moins avancée que la notre en terme de droits de l'Homme.
Par contre je ne vois pas le rapport entre esclavagisme et tirage au sort. L'économie de Sparte était beaucoup plus esclavagiste que celle d'Athène et c'était une royauté. Les états américains du sud avant la guerre de sécession élisaient des hommes blancs sans avoir recours à des pailles de longueurs variables. Dans ce sens donc, pas d'automatisme. Il reste à savoir si le fait de tirer au sort aujourd'hui nécessite d'avoir des esclaves. Je vous laisse cette démonstration car là je ne vois même pas comment débuter.

Sinon,votre autre objection est pertinente car effectivement rien ne nous assure que des personnes tirés au sort ne subiront pas de pression ou n'auront pas d'intérêts divergeants de l'intérêt commun. En ce sens, pas plus d'avantage qu'avec l'élection.
Je ne vois pas trop où vous voulez en venir; qu'ASI s'interroge sur les liens entre politique et médias me semble faire partie de sa mission première.
je ne me suis jamais autant ennuyé dans une de vos émissions
L'emission est mauvaise parce qu'il n' y a rien a attendre d'un politique en activité, son discours, quelque soit sa justesse, est rodé, il est suffisamment endurci a toute les ficelles de la communication, par des debats, des interviews, des conference etc.... qu'il est quasi impossible de lui faire lacher un truc qu'il n'a pas prevu de dire... il a fixé sa ligne qui en general peut se resumer en une phrase...
C'est la meme chose avec des journalistes surtout quand ils parlent de leurs milieux, de leurs methodes de travail...

Y'a peut etre un moment ou @si devrait se poser 5 mn et s'interroger sur l'utilité, sur ce qu'il attend de ce genre de dispositif, qu'il prenne en compte que dans une ere de communication, qu'interroger des pros de la communication, c'est plutot leur servir la soupe qu'informer....
J'ajoute que ces gens( les deux petits députés PS si innocents, n'ont sans doute -car leur génération politique n'est pas de celle qui a lit , a lu ou lira-hélas, tois fois hélas, n'ont sans doute jamais lu Balzac, à moins qu'ils ne croient que Balzac, aussi c'est "too muche pour comprendre la politique aujourd'hui. Poubelle Balzac! poubelle Stendhal! poubelle bien évidemment Zola ( du moins le "populiste" car lorsqu'il dit j'accuse il est sans doute la source du très courageux "j'assume" de M. Valls )! poublle Flaubert et ses noirceurs! poubelle tous ces gens d'un autre âge où l'on exploitait l'homme ou l'on manigançait des complots pour le pouvoir et où les dominants s'admiraient en leur miroir.Aujourd'hui nous n'avons plus à perdre nos illusions car nos n'en avons pas besoin. Le pouvoir est devenu probe, bienveillant et surtout n'oubliez pas le plus grand scandale ce sont les racontars contre l'Europe prétendument ultralibérale.Amen! MV
Il est dommage de ne pas avoir signaler que House of Cards a été désigné par Obama comme sa série préférée. C’est quelque chose d’intéressant qui interpelle sur la com’ du président américain, pour laquelle il est visiblement plus intéressant de paraitre parfaitement maître de la situation quitte à avouer du cynisme (qui serait une sorte de « parler vrai »), plutôt que de jouer la vierge effarouchée (comme se sont efforcés les invités de l’émission).
Il y a comme une fracture culturelle entre les politiciens américains et français, ces derniers semblent vouloir continuer à jouer les innocents. Mais je me demande où est le vrai cynisme entre ces deux attitudes (ou com’), il faut quand même une bonne dose d’hypocrisie pour tenir ces langues de bois…
Je ne sais pas si la série House of cards est irréaliste ou "too much" pour décrire la politique française car je ne l 'ai jamais vue. Du coup elle m'intéresse. Mais ce que je sais après votre émission c'est que les deux députés socialistes qui causent ici sont tellement "too much" en leur genre que je ne croirais pas à leur existence si vous n'étiez pas des gens sérieux. Dans quelle vie vivent-ils? J'ai compris que ces gens sont comme la marâtre de Blanche-neige, quand ils se regardent en se rasant le matin dans leur miroir, ils lui disent: "miroir mon beau miroir dis-nous que nous sommes absolument lucides, honnêtes, socialistes, de gauche, proches des gens etc... ". Le pauvre petit chou de député de l'Isère qui se plaint que les médias discriminent les godillots en ne leur donnant jamais la parole va nous faire rêver... Ils sont héroîques ces députés. ils sont d'une génération absolument honnête ( ah bon, c'es une question de génération!?) : sans doute n'ont-ils pas vu de près la façon dont leur camarade Razzye Hamadi s'est comporté à Montreuil pour les municipales et sans doute n'ont-ils pas "capté" que trop étant trop , un jeune dont les dents rayent le parquet à ce point, fût-il de la fraction de gôche du PS, doit se ramasser une veste en toute justice. Je ne suis vraiment pas des gens qui appelleront le peuple à pendre tous ces types à des crocs de bouchers mais je suis bouche-bée de constater qu'ils disent ce qu'ils disent sans craindre aucune colère en retour. Pauvres petits qui ne parviennent pas ,tant leur pâme est pure, à comprendre ce qu'est un conflit d'intérêt!
Les Cambedélis et Henry Weber qui se sont convertis au "Tina" ( there is no alternative) me font rigoler, un Pascal Lamy me fait hurler de rire en attendant que cela soit de terrreur, mais ces petits marquis du PS qui n'ont jamais vu la dose de cynisme de Mitterrand, qui n'ont jamais réfléchi au flinguage de Mendès-France par le PS ( à Grenoble avec comme premier poste-flingue Michel Rocard) et qui disent que House of cards cela ne peut se produire en France, et bien je leur souhaite beaucoup de sang et de larmes. C'est la seule chose qui pourrait les aider à une rédemption. mais en fait j'ai très peur:ces petits marquis on une âme de collabo des basses oeuvres politiques et économiques et ce n'est ni beau, ni rassurant. Au moins merci pour cette révélation hallucinant. MV
Émission vraiment décevante. Les lobbies ne seraient plus au parlement ? Admettons ... mais alors que dire du parlement européen ? ? C'est le véritable lieu de pouvoir aujourd'hui et les lobbies y sont accueillis à bras ouverts. Le parlement français étant devenu une chambre d'enregistrement des decisions européennes normal qu'ils y soient moins présents ! Dans ce contexte électoral la question n'a même pas été abordée ...
En France, s'il y avait des politiques capables et/ou coupables de coups tordus, ça se saurait !

Et il y aurait des films, des documentaires, des émissions télé, des livres pour raconter leurs turpitudes et leurs coups fourrés et pas que des romans.

Est-ce qu'ils bouffent l'œil à la table des lobbyistes ?

Le député invité c'est un "real humain" ?
Pour ceux qui le l' aurait pas vu , le film " le président " d' henri verneuil.
Sur le lobbying , sur l' Europe , sur les conflits d' intérêt , il y a une tirade de gabin .... , c'est est aujourd'hui , rien n' a changé .
Et c'est encore mieux que ' housse of cards " que je ne connais pas , et n'ai pas eu envie d' aller voir après les extraits proposés , bien trop caricaturaux . Je suis toujours gêné quand on donne la soupe que les gens s' attendent à recevoir
sur les couples journaliste-homme ou femme politique,n segaunes me semble bien optimiste quand elle en parle presque au passé,avec pour la génération actuelle un apriori plus détaché de ce genre de collusion.le pouvoir fascine,le politique autant que le journalistique et sa capacité érectile relève du sm soft...
stéréotypes en partie vrais sans doutes mais si grossiers qu'ils ne le semblent guère et deux députés qui brillent par leur peu de présence ou transparence à l'assemblée (d'après ce qu'on peut voir en visionnant)
intérêt du niveau du ricanement en fond de classe
Bonjour
"Un monde politique dominé par le calcul, le cynisme, et où se pratique parfois l'élimination physique des opposants"
Si on oublie quelques accidents, c'est vrai, c'est pas la réalité. Mais les opposants c'est bien autre chose, quelques exemples
Né à la fin de la guerre ce que j'ai vécu:
Années 50 les décolonisations
...
Au parlement, années 60 à 80 éradication des élu(es) ouvriers
....
En France la démocratie éradiquée en 2005-2007
....
Et pendant ce temps dans le monde les tueries: Somalie, Soudan, Irak, Libye, Syrie, Afghanistan, Égypte, Mali, Centre-Afrique, RDC etc ... en Europe Balkans, à venir Ukraine(?)
...
Une tribune de Rafika Rezgui après sa démission. Sincère ou totalement à côté de la plaque ?

http://www.liberation.fr/debats/2014/04/29/rafika-rezgui-que-des-cadres-du-secteur-prive-menent-des-engagements-citoyens-et-politiques-est-plut_1007388
"Mais à la fin, est ce que la politique Française c'est comme dans House of cards??" Demanda DS lors d'une émission d'une pauvreté ahurissante... Bla bla bla, j'ai perdu 1 heure...
Il n'a pas été possible d'avoir des élu-e-s autres que PS ?
formidable ces députés sont la caricature inverse de la série!!!! on passe de tout noir à tout blanc !soit ils sont très naif et je leur conseille d arreter la politique car il vont se faire mal, soit ils nous prennent vraiment pour des c........une bonne grosse cuillérée de langue de bois pour les gentils électeurs et leurs gentils députés...
Surréaliste cette prise de position par rapport au double statut d'élu et lobbyiste...
Borgen c'est vraiment meilleur que house of cards les amis....
L’idée du parallèle avec la série était alléchante mais franchement malgré tous les efforts de DS, quel festival de langue de bois ! Où et quand pourra-t-on échapper sinon aux éléments de langage du moins à des argumentations aussi creuses ! Les soi-disants bisounours et les autres ont encore de beaux jours devant eux. Pour nous, l’éternelle frustration…
Un débat un peu plan plan du fait de la monochromie des députés invites : deux sociaux démocrates propres sur eux qui ne voient même pas le problème au seul fait qu'une lobbyiste de Bouygues non seulement puisse être porte parole du parti dit socialiste, mais tout simplement élue.
Comment peut-on tout simplement accepter qu'une personne chargée de modifier la décision politique au profit d'intérêts prives puisse représenter le peuple pour prendre des décisions conformes a l'intérêt général ?
Un député socialiste plus critique, proche des mouvements anti corruption type Anticor, aurait remplace avantageusement l'un des deux gentils hollandais et aurait pu apporter de la matière.
C'est moi ou y'a un coté "Profit" dans la maniere dont est mise en scene un personnage "sombre" qui s'adresse tout deux au spectateur (voix off pour "Profit") pour expliquer les objectifs et rouages de leurs raisonnements cyniques. J'ai eu l'impression qu'on transposait "Profit" (univers "corporate"), dans l'univers politicien.
C'est moi ou le député à la cravate rayée (non j'ai pas retenu les noms) est une démonstration de la langue de bois politique ? Ça devient de plus en plus difficile d'écouter ce genre discours tout de même

Bon et donc sinon on a un plateau (à l'exception notable du journaliste de Médiapart) qui nous assure que House of Card n'a strictement rien à voir avec le réel et que en vrai tout le monde est trés gentil, a une éthique et des convictions (au lendemain du vote du plan d'austérité par la grande majorité des socialistes, comme le rappel si fièrement notre ami à la cravate rayée...bon bon bon)

Regardant House of Cards et The West Wing, je me dit que les 2 séries sont intéressantes à mettre en parrallèle, parce que si les deux sont extrêment pédagogiques sur le fonctionnement des institutions états-uniennes, elles prennent des partis complétement opposés : dans House of Cards tout le monde est pourri et corrompu et le système n'est là que comme structure qui soutien la corruption, dans West Wing, le système est équilibré et, si les personnes que l'on y place sont intelligentes, éthiques et bien intentionnées (ce qui est le cas des personnages de The West Wing) alors tout ira pour le mieux. D'ailleurs West Wing est intéressante lorsqu'on se dit que la série est contemporaine des présidences Bush et qu'elle offre, en quelques sorte, le contre modèle : dans le réel un président présenté comme idiot-incompétent entouré de requins corrompus; à la tv un intellectuel compétents entourés de gens honnêtes. En gros, West Wing défend le système, House of Card donne envie de mettre le feu aux institutions. Ça dit peut-être quelque chose de l'évolution des USA ces dernières décennies ? (ou peut-être pas, aprés tout).
Par contre ce qui est certain c'est que ça ne dit rien de la France, mais on reprendra le débat le jour ou on nous produira des films ou séries sur la vie politique française aussi bien fichues. Borgen est pas mal non plus (même si les thèmes tournent en rond assez vite) et montre avec moins de violence les compromis/compromissions de l'exercice politique. Peut-être qu'un miroir moins désagréable que House of Cards aurait délié un peu plus la langue des députés ?
Je vous conseille l'original, d'abord le livre (1989) puis l'adaptation BBC (1990).
Comme souvent, "on reste fidèle à ses premiers amours."

House of Cards
Book by Michael Dobbs
Francis Urquhart believes his time has come to occupy the Prime Minister's position, and possessing secrets that can destroy his rivals, Urquhart sets out to entrap and betray them. ...
Published: January 1, 1989
Author: Michael Dobbs
Adaptations: House of Cards (1990) http://www.imdb.com/title/tt0098825/?ref_=fn_al_tt_2
Characters: Francis Urquhart, Mattie Storin, Tim Stamper...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.