38
Commentaires

Hortefeux interpellé par Leyla sur France Inter... Et après ?

Tous les matins, France inter donne la parole à ses auditeurs. Souvent remontés, ceux-ci n'hésitent pas à asticoter les invités de Nicolas Demorand. Parfois, cela aboutit même à des promesses de ministre. Mais que se passe-t-il après ? Leyla, @sinaute étrangère en situation régulière, raconte ses déboires avec les services de l'immigration.

Derniers commentaires

Je suis moi même marié à une étrangère (japonaise) et je réside dans les hauts de seine. La situation est identique et fût même pire au départ, j'ai du engager les services d'un avocat spécialisé parce que la préfecture refusait d'accorder un titre de séjour "vie conjugale" à ma femme et voulait qu'elle retourne au japon faire une demande au consulat de France à Tokyo. Bref, je ne sais pas si ce sont les consignes ou juste des fonctionnaires qui ignorent le droit mais c'est tout bonnement insupportable.

Autre anecdote : avant notre mariage ma femme (possédant une carte de séjour étudiant) se fait arrêter par la police place de l'opéra en voiture. Elle a une traduction de son permis japonais fait par l'ambassade du japon, puisqu'elle ne peut pas en tant qu'étudiante demander un permis français. Le policier la menace de 24heure de garde à vue... en faisant la carpette obséquieuse devant lui j'arrive à l'amadouer. Nous nous rendons à la préfecture pour demander conseil... on nous répond que le policier n'a rien compris et que ma femme est parfaitement en règle.

Je n'ose même pas imaginer ce qui subissent ceux qui en plus de cela, on droit également au délit de faciès (maghrébins, noirs ou arabes).

Le département des hauts de seine est le plus riche de France. Sa préfecture n'a même pas de système internet pour prendre des RDV (comme celle de paris), il faut donc se déplacer et faire la queue toute la journée pour prendre un RDV puis revenir subir le même sort le jour du RDV. La section réservée aux étrangers est lugubre, il faut faire souvent la queue dans un hall non chauffé, les personnels sont agressifs et parfois même gratuitement méchants.
L'article puis les réactions du forum m'ont fait pensé que pour être complet sur l'obtention des visas, des cartes de séjour, des naturalisations et que sais-je encore... un "aspect plus positif" a été oublié : est-ce aussi difficile pour les sportifs de haut niveau ou les "notoriétés" comme Carla Bruni, par exemple (nom pas tout à fait choisi au hasard) ? C'est bien dans notre pays qu'on affiche au fronton des mairies "Liberté, égalité, fraternité" !
Blitz" le fait du prince" herrteufel inaugure également son nouveau ministère en ayant l´occasion de broyer du noir, encore et toujours .
Merci pour ce très intéressant article.
Comme beaucoup d'@sinautes l'ont souligné, cette histoire n'a rien d'un cas isolé.
La loi française sur l'immigration a instauré un "pouvoir du guichet" démesuré, qui donne à des fonctionnaires souvent débordés, et également peu formés à ces questions complexes, un pouvoir démesuré et peu contrôlé.
Je ne peux que vous inciter à lire cet excellent rapport de la Cimade de l'année dernière, qui faisait un état des lieux des conditions d'accueil et de traitement des étrangers dans les préfectures. Comme vous le verrez, il donne également la parole aux fonctionnaires de préfecture.
Des tas d'actions sont possibles pour chacun : accompagner un étranger dans ses démarches afin de déjouer les arcanes administratifs souvent incompréhensibles. S'organiser également, à l'image des Amoureux au ban public http://amoureuxauban.net/
Tout ceci est parfaitement vrai, j’en ai fait l’expérience avec ma femme.

Nous nous sommes mariés en 2004, comme Leila et François (toute ma sympathie pour eux), la différence c’est – peut-être – que nous nous sommes mariés début janvier et à Paris, je vais y revenir.

Ma femme est Vietnamienne, sa maman (ma belle-mère) maîtrise le français y compris les imparfaits du subjonctif, élevée par les sœurs Françaises à Hanoi dans les années 30.

En revanche ma femme ne parlait pas un mot de français quand nous nous sommes connus, elle parlait anglais couramment et moi aussi ce qui nous suffisait. Elle a beaucoup travaillé depuis et se débrouille très bien sans avoir été “contrôlée” !

Les premiers chausse-trappe remontent l’obtention du Visa pour mariage (les bans étaient publiés à Paris). Le dossier était complet selon le Consulat qui précisait qu’il fallait produire le billet d’avion (on se demande pourquoi, si on réclame un Visa ce n’est à priori pas pour rester là où on est) mais omettait soigneusement de préciser qu’il est impossible d’acheter un billet au Vietnam sans produire un certificat d’hébergement…

Pièce qui réclame de démontrer que l’on dispose d’un logement en France que l’on a des revenus acceptables (en dessous de quel chiffre ne faut-il pas descendre ? Mystère et boule de Sarkozy, celui qui est trop content que son père ait pu entrer en France et qui s’empresse de fermer la porte au nez des autres)… Et 10 jours de délai (pour quoi faire ?) Je partais 8 jours après avoir découvert ce piège !

Ils ont été gentils, ils ont accéléré le mouvement !

Finalement après l’expiration du visa “pour mariage” (3 mois) il a fallu attendre 3 mois - avec un simple reçu - la carte de séjour d’un an qui avait pourtant été demandée 2 mois avant l’expiration du visa : 5 mois, le compte est bon, comme Leila et François !

Il a fallu ensuite renouveler l’opération 2 fois, dans les mêmes conditions lamentables, avec des heures de queue et des mois de retard dans la délivrance de la carte… Sans parler des changements d’adresse impromptus : Commissariat au départ, puis antenne spécialisée dans le XII ème Arrondissement et finalement Préfecture de Police, Quai des Orfèvres.

Sans oublier qu’il faut aussi fournir un assez copieux Timbre Fiscal, pour tenter de boucher le Trou-de-Bercy (bonne chance !)

Un jeu de piste, un parcours du combattant organisé par des gens qui espèrent bien décourager un maximum de candidats…

Il se trouve que la sœur de ma femme s’est mariée en banlieue, 6 mois plus tard… Elle a eu encore beaucoup plus de mal que ma femme, elle a du se soumettre au Contrat Républicain (pas forcément idiot s’il était pratiqué avec discernement), apprendre la Marseillaise et autres calembredaines, et n’a obtenu sa carte de résidente qu’au printemps dernier, un an et demi après ma femme !

Simplement par ce qu’il y a plus de dossiers en banlieue… Et sans doute pas assez de fonctionnaires (record du monde pour la France : 25% de la population active dans la fonction publique – autour de 15% dans la plupart des pays développés, on devrait passer à 50 ou même à 100%, avec garantie d’emploi à vie, et retraite de bonne heure, dorée sur tranche !)

En octobre 2006 une autre sœur de ma femme, qui ne connaissait pas l’Europe, souhaitait venir passer 3 mois avec nous – et son autre sœur qui habite près de Paris – Dossier pour un visa touristique, certificat d’hébergement, démonstration bancaire de ses propres ressources, etc. (et tout le tremblement plutôt), droits de dossier perçus par le Consulat : 30 €uros, la moitié du salaire mensuel de base ici… Non remboursables en cas de refus (qui n’a pas à être motivé !)

Résultat ? REFUS !

J’ai donc pris mon clavier pour écrire cet email :


À Monsieur Nicolas Warnery - Consul général

et Madame Nathalie Valadas - Responsable des visas



Monsieur le Consul général,

Madame,

J’aurais préféré ne pas avoir à vous écrire…

Français né dans l’île Saint Louis, les hasards de la vie m’ont conduit à rencontrer une Vietnamienne, xxxxx, et à l’épouser le xxxxx janvier 2004 à la Mairie du xxxxxème arrondissement à Paris.

Mon meilleur ami, xxxx, quant à lui, a épousé xxxxx, la sœur de ma femme, le xxxxx juillet 2004 à la Mairie de xxxxx. Il a également organisé une très importante exposition autour des fromages français à l’IDECAF (Institut D'Echanges Culturels Avec la France) en 2001, avec la participation du Consul de France à Saïgon, Monsieur Poirier.

Saïgon est ma deuxième ville, j’y passe un mois par an et je me poserai une fois de plus, avec ma femme, à Tan Son Nhat le 13 janvier prochain.

Mon projet, fin 2006 était d’accueillir la jeune sœur de mon épouse, xxxxx, pendant 3 mois à Paris et de rentrer avec elle au Vietnam en janvier 2007.

J’ai donc constitué un dossier d’accueil, justifié de mes revenus, de mon droit à occuper les locaux que j’habite, etc.

J’ai adressé le tout par FedEx à Saïgon et l’ensemble du dossier, dûment complété a été soumis à vos services mardi 3 octobre.

J’apprends aujourd’hui que le visa n’est pas accordé !

Manque-t-il des documents ? Une erreur d’interprétation s’est-elle glissée quelque part ?

Ma belle sœur n’ambitionne nullement de vivre en France, elle travaille quasi exclusivement avec le Japon où elle est souvent et dont elle maîtrise parfaitement la langue.

Pourquoi empêcher cette jeune femme de nous rendre visite et d’admirer en notre compagnie les merveilles de notre Pays ?

En quoi la France se grandirait-elle en interdisant de tels échanges ? Et que risque-t-elle ?

En janvier dernier j’étais à l’IDECAF avec ma belle sœur, qui sollicite ce visa, pour le festival de théâtre, nous avons souvent dîné avec elle au « Jardin » le charmant restaurant de l’IDECAF.

Sa Maman parle le français mieux que vous ou moi : elle maîtrise les imparfaits du subjonctif à la perfection pour avoir été élevée par les sœurs françaises à Hanoi. Sa tante, mariée en 1949 avec un officier français, habite La Baule…

Je n’ignore pas que vous n’avez pas à justifier votre décision, je veux croire qu’une erreur a pu se glisser dans les critères que vous avez examiné. Si cette jeune femme ne peut pas passer trois mois en France, qui aura le droit de le faire ?

Je vous remercie par avance de bien vouloir me tenir au courant de la suite que vous donnerez à ma requête, dans tous les cas je ne manquerai pas de vous saluer au Consulat d’HCMC en janvier prochain.

Avec mes remerciements anticipés pour la bienveillance avec laquelle vous voudrez bien considérer ma demande je vous adresse mes respectueuses salutations.

Patrice Guyot


L’avant dernière phrase comportait naturellement la menace d’aller leur souffler dans les bronches !

Je ne suis pas certain que ce soit cette pénible perspective qui les ait fait changer d’avis, mais 24 heures plus tard ils téléphonaient à ma belle sœur pour lui dire qu’elle pouvait venir retirer son Visa…

Je suis allé remercier Nathalie Valadas (que je ne connaissais pas du tout) en janvier 2007 et lui offrir de bons chocolats Français, elle a été charmante et m’a indiqué que la mention du Japon les avait rassurés !

Seulement il faut être capable d’écrire la lettre… Ou être capable d’interpeller le ministre de la reconduite à la frontière sur France Inter (coup de chance d’avoir été choisie pour passer à l’antenne !)

Un grand pays est un pays capable d’intégrer…

Nous sommes un tout petit pays, bien replié sur lui-même, je le crains et je le dis d’autant plus volontiers qu’à Saïgon d’où je vous écris, Sarkozy est totalement inconnu. Ils pensent ici que c’est une marque d’eau minérale, ou de petits pois…

Ils n’ont d’ailleurs pas tort : incolore, insipide et sans saveur, ça lui va bien… Petit aussi… Mais au lieu de “Pois” ou “Poids” on pourrait dire “Boulet”, non ? “Petit Boulet”, s’il avait été scout c’était parfait !

Pour conclure cet interminable post (pardon, ceux qui sautent mes trois étoiles rouges n'auront pas à en souffrir) courage à Leila qui devrait aujourd'hui avoir depuis un bon moment sa carte de résidente ! Il ne faut pas hésiter à écrire partout, y compris à Nicolas Sarkozy !

Et merci à Sophie qui sort des sentiers battus par les people bling-bling, c'est bien sympathique !

***
Chère Sophie,
Cher @sinautes,

Je savais que les services de l'administration étaient parfois dignes d'un roman de Kafka, mais là, on atteint des sommets.
Un titre de séjour d' un an valable seulement sept mois !

Chère Leyla,
J'espère que les problème de santé de votre mère vont aller dans le bon sens.
je suis stupéfaite par les différences de traitement qui existent sur le territoire, je connais une personne mariée à un français qui a toujours réussi à obtenir le renouvellement de ses titres de séjour sans problème et ce à partir de la mairie (je ne l'ai jamais entendue parler de préfecture), elle a eu après 3 ans de mariage le titre de séjour de 10 ans et ce alors qu'elle est au chomage, il n'a jamais été question qu'elle fournisse la preuve d'une embauche en CDI! Mais nous sommes dans l'Aveyron et surtout elle est d'origine belarusse et non marocaine....
Indispensable article, continuez sur cette voie,
tant d'autres média semblent muets et aveugles.
Les situations farfelues et inacceptables se multiplient dans le silence complice.
Cette politique du chiffre avec son lot de fonctionnaires zélés, de citoyens délateurs ou de policiers allant parfois jusqu'à agir dans l'illégalité n'est pas sans rappeler les heures les plus sombres.
On vient arrêter Ahmed, on ne trouve que Nouredine ? Pas grave, arrêtons donc Nouredine et l'objectif chiffré sera atteint.
http://www.montpellier-journal.fr/2009/01/sans-papiers-les-derives-dune-politique-du-chiffre.html
Tout comme le billet de Justine Brabant sur les journalistes du Niger, cet article de Sophie Gindensperger est lui aussi un modèle de journalisme.
Il a le grand mérite de montrer, pour ceux qui en doutaient encore, la politique d'injustice de Sarkozy (Hortefeux, Besson = fusibles), et la profonde bêtise de ses fidèles con pagnons qui si ça se trouvent, pensent sincèrement qu'ils vont passer pour des gens qui "ah finalement ils ont du cœur ces ministres", alors qu'ils ne font que mettre en valeur qu'ils sont incapables de faire quoique ce soit de bien.

Dans d'autres pays, d'aussi flagrantes aberrations administratives (on reparle des pays du Nord ?) seraient pointées du doigt afin d'être corrigées.
Ici, en France, pouvez être sûr que tant que cette politique de quotas et de charters et de reconduction vers les pays de la mort (pour eux) sera accomplie, ces enfoirés de têtes pensantes de l'ump feront en sorte que d'autres inégalités et autres incohérences lamentables soient toujours légion.
C'est ce qui arrive, quand Ubu se retrouve être aux manettes du pouvoir.

Ma sincère sympathie pour Leyla et François. Ne lâchez rien, vous allez gagner, vous avez des preuves audio-visuelles pour vous sortir de ce parcours du combattant.
En attendant que les mots "liberté, égalité, fraternité" reprennent leur sens. Pour tous.
Merci, encore une fois, pour cet article.

@ Sophie:
" Leyla rétorque que c'est faux, car elle n'est que très peu sortie de chez elle. Elle fait raussi remarquer qu'elle est venue déposer son dossier au mois de septembre. "Finalement, elle a avoué que c'était "le ministère" qui devait m'appeler".
Avec ces incohérences, ou malveillances administratives, délais et autres rendez-vous reportés, le titre de séjour d'un an ressemble plus à un contrôle à intervalles réguliers, comme une liberté conditionnelle avec obligation de se présenter au poste. L'atermoiment illimité comme dirait l'autre.
L'indifférence générale sur ce sujet fait que beaucoup d'étrangers doivent se demander si il n'y a vraiment que le président qui pense que "La France on l'aime ou on la quitte".
Voilà comment l'état gère l'immigration : lorsque cela nuit à son image , le ministre condescent à faire un geste , et espère en plus j'en suis sûr qu'on pense de lui "quel humanité,quelle générosité" .Quel cynisme oui, quelle cruauté , quel manque de hauteur et de dignité. M.Hortefeux a géré le ministère de l'infamie avec infamie ; M Besson sera à n'en pas douter son successeur tout naturel.
Indispensable article.
Ce système de traitement de faveur est scandaleux. S'il trouve que la situation n'est pas correct, qu'il la change en profondeur !
Merci Sophie.
Pas facile de rajouter un commentaire...
Je confirme les témoignages ci-dessus.

Marié à une conjointe étrangère, j'ai vécu la même galère dans les années 2004-2007 (j'ai même l'impression que cela a encore empiré).

Le spécialiste français de l'immigration Patrick Weil avait bien dit lors du vote de la dernière loi en date que désormais ce sont les couples mixtes qui sont tout spécialement dans le collimateur (et dans l'indifférence générale).

Juste une anecdote personnelle significative : lors d'une énième convocation pour ma femme, il était indiqué que je devais me présenter à ses côtés avec notamment une pièce d'identité. Je présente alors mon passeport (je vous passe les 3h d'attente qui ont précédé). Regard mauvais de la fonctionnaire de la Préfecture: "Ce n'est pas valable. Seule une carte d'identité me prouve que vous êtes français !"... "Mais, sur la feuille, il n'est pas précisé que seule la carte d'identité fait foi" "Je sais mais on vient de recevoir une circulaire du ministre (= Sarkozy !) qui nous demande de ne plus accepter que les cartes d'identité"... Résultat: nouveau rendez-vous dans 2 mois (en pleines vacances d'été) et un misérable papier provisoire pour ma femme, histoire qu'elle ne soit pas expulsée par mégarde d'ici là...

Tous les crétins qui glapissent au nécessaire renforcement du contrôle de l'immigration devraient avoir senti un jour ce regard lourd et soupçonneux d'un fonctionnaire posé sur eux mettant en doute leur nationalité, malgré leurs 25 générations d'ancêtres bourguignons ou charentais.... Cela les ferait peut-être réfléchir.
Juste pour assurer les @sinautes dubitatifs ou qui penseraient que le cas de Leyla est un concours de circonstance ou un disfonctionnement local d'une préfectrure donnée. Marié depuis 2006 à une sud-américaine, je reconnais chaque détail du récit de Leyla et en particulier :
- les files d'attentes interminables (on parle ici de plusieurs heures entre chaque étape qui permet d'arriver finalement devant un agent)
- le manque organisé de fonctionnaires
- le conjoint qui sert "physiquement" de pièce au dossier
- les délais entre le dépot du dossier complet et l'envoi de la carte de séjour

Je tiens par ailleurs à préciser que ma femme et moi-même avons fait des études supérieures, parlons tous les deux le français et sommes donc à-même de remplir le dossier "du premier coup" (bien que difficilement compte tenu de sa complexité). La difficulté pour les immigrés fraîchement arrivés en France que nous croisons à la préfecture est incommensurable et les contraint à revenir plusieurs fois patienter des heures debout dans les files d'attentes.

Un seul mot me vient à chaque visite de ma préfecture (Toulouse), la honte!
je suis fonctionnaire et quand je vois que des collègues pourrissent volontairement, par des tracasseries administratives aussi vexatoires qu'inutiles, la vie de gens qui font tout pour être réglos ça me fout en rogne !!! ça me rappelle les fonctionnaires serviles du régime de vichy !
Vieux discours d'Eric Besson



"Nous devons être tous ensemble pour lutter contre ce qu'incarne Sarkozy, qui réussit le tour de force d'emprunter à Bush son néo-conservatisme, à Berlusconi ses méthodes, à Le Pen son fonds de commerce, à Aznar son atlantisme, et à Chirac son culot. Nous sommes venus au Mans désunis, mais synthèse ou pas, cela n'a pas tant d'importance, mais ce qui importe, c'est que nous devons quitter Le Mans rassemblés."
Si Brice Hortefeux croit se mettre les auditeurs dans la poche en disant "écrivez moi en précisant...etc.", il se trompe complétement. Nous savons que des dizaine de milliers de personnes sont dans des cas tout aussi absurdes. Il est ministre et se conduit comme un élu de proximité! Quelle posture ridicule. On ne lui demande pas de traiter lui-même les cas présentés. Si encore il s'agissait d'un cas exceptionnellement exceptionnel! Mais là, on se demande la raison du favoritisme? Il ne dit rien sur votre cas Leyla, ne signale pas une erreur ni quelque chose d'incohérent qui lui saute aux yeux, mais il vous propose un passe-droit scandaleux et injuste, au fond (et en plus qui n'a pas marché, c'est le comble). C'est révoltant et cela montre la conception qui mène ce ministère. C'est l'ordalie de l'immigration. Le hasard décide. Même en ayant touché terre, les immigrés restent sur une barquasse bondée, sous une aile d'avion, dans une soute ou un contener qui ne s'ouvre que de l'extérieur, et ne savent pas si ils vont réussir la traversée "des cartes de séjours". Cherche-t-on à décourager les étrangers de résider en France par cette méthode de démantellement de leurs droits? On voit que l'analyse des causes profondes de l'immigration est finaude! On s'en fout c'est électoral, faites pas semblant de pas savoir qu'il nous dirait en off, ce gars que Carla Bruni trouve extra.
Comment un ministre peut-il répondre un truc aussi absurde que "envoyez-moi un courrier"... ça revient à reconnaitre que sa politique est injuste, ses moyens insuffisants ou son administration incompétente. C'est le boulot d'un ministre, de traiter les dossiers? Il va pas beaucoup dormir la nuit Mr Besson, avec tous les dossiers en souffrance.
Donc si on à la chance d' interpeller le ministre directement on peut faire légérement avancer le dossier et encore....
C 'est un aveu qu'il y a un problème d'organisation dans cette administration

Quid des autres cas similaires ??
Une solution serait de prendre Eric Besson en otage à la radio pour qu'il règle directement le cas des auditeurs

Je suis de plus en plus surpris par ces cas qui illustrent la difficulté pour régulariser des situations qui me semblaient évidentes
Marié depuis avec un français depuis 4 ans parlant la langue Où est le problème ???
Tant mieux si les délais sont un peu "adoucis" pour Leyla, mais qu'est-ce que ça doit être pour les autres !
Et puis, vous rendez-vous compte ? Faut-il être sous les projecteurs pour faire avancer UN dossier parmi tant ?
Où est l'égalité de traitement ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.