82
Commentaires

Hollande "piégé" : mais par qui ?

C'est un des petits bonheurs consolateurs de la rentrée.

Derniers commentaires

On a encore élu un président ridicule !
Après le petit nerveux bourré de tics, lou ravi de la crêche. Ça commence à bien faire.
En 2017, comme les politiques de gauche et de droite sont les mêmes, le choix devra se faire uniquement sur des critères physiques.
Dans cette optique, Villepin me parait bien.
Quelque chose dont personne ne parle ici dans nos médias :

GREVE Des BOYS ? en anglais pour être sure que je rêve pas mais sinon en français dans un altejournal :

Des boys disent non à la guerre en syrie et l'aide militaire à Al Qaida Voilà pourquoi Obama demande le vote du Congrès car ce nouveau conflit (7 au total sont prévus !) grêve un budget de "falaise fiscale" qui plombe les acquis sociaux déjà bien entamés là-bas et oublie les promesse de l'obamacare ou la sécu pour tous..

De nombreux américains sont fatigués de jouer au gendarme du monde et surtout de l'attitude de l'AIPAC, le lobby israelien, qui demande toujours plus de $$$$$ et de combats contre ces voisins arabes. Les coùts de la falaise fiscale bat tous les records et la FED bat la monnaie à une cadence inégalée la crise frappe de plus en plus d'américains très critiques envers leurs élites et Obama qui a plus que déçu le peuple qui attendait de lui bien plus.

Peut-être que nous sommes à un tournant historique et déjà l'Etat Us accuse la Syrie d'avoir hackée" le système informatique des "Marines" pour les démoraliser . Sur facebook et tweetter ces messages de soldats sont presque passés incongrus mais on sait donc que c'est réel.

Reste à savoir comment l'administration fera face à cette vague (vaguelette ? ) de "presque" mutineries.

A suivre !
un bon article sur un sujet compliqué dans le moyen-orient dangereux. Pourquoi découper les pays les uns après les autres pour terminer par la Syrie, meilleur allié de l'Iran qui va bientôt finaliser ses bombes nucléaires? Quelle stratégie forcément secrète des alliés occidentaux pour éviter quelques bombes nucléaires dans de mauvaises mains à la porte de l'Europe? une bonne émission sur le sujet dans 50 ans après déclassification des données sensibles?
Je voudrais juste souligner une remarque dans le corps de l'article de Daniel Schneidermann: "les grandes consciences de la presse française sont parmi les premières à avoir "piégé" Hollande, en le sommant d'aller bastonner Assad " . Elle rejoint un sentiment de malaise que j'ai eu en voyant nos chaines d'info commencer à développer la future guerre (moyens, sites de frappe sur une carte, timing...) avant même que la décision des frappes soit prise! on commence déjà à faire jouer le téléspectateur au grand jeu de la guerre en direct.
On ne dira pas que l'opposition rebelle a instauré la charia dans toutes les cités syriennes qu'elle a conquise, il faut en passer par là pour abattre le tyran soutenu par les communistes. Malaise, malaise...
Nos va-t-en guerre sont ridicules. Avec une mention particulière pour B. Guetta. Sur Arte, à l'émission "28 minutes", Paul Quilès avait un discours responsable, qui tranchait sur ceux qui utilisent les ressorts de l'émotion, qui affirment sans preuves, qui déforment la réalité, aveugles aux conséquences de ce qu'ils proposent, comme si ils avaient complètement oublié les aventures précédentes.
Dénigrant la démocratie en GB et USA alors que c'est en son nom qu'ils prétendent vouloir agir.
Ils veulent "punir". Qu'est-ce que cette attitude moralisante quand on a vu ce que les US ont fait en Irak, en Afghanistan, ce qu'ils font aujourd'hui à Guantanamo. Ces interventions ne peuvent qu'accroître la haine de l'occident, et étendre encore plus le chaos.
Quand on aura titré quelques missiles, que fera-t-on ? On continuera bien sûr. Jusqu'où? A Téhéran?
Cette attitude de cow-boy est une régression fantastique de la politique internationale.
C'est à cet instant, qu'elle devrait se souvenir de tout ce qu'elle ne sait pas, c'est à dire l'essentiel. A quel niveau du commandement de l'armée syrienne a été donné l'ordre d'utiliser les gaz ? A quelle échelle ont-ils été utilisés ? Les rebelles ont-ils riposté avec les mêmes armes ? Entre Obama et Hollande, qui a poussé qui, qui s'aligne sur qui (tiens, cet article du New York Times vous a peut-être échappé en août. Lecture impérative) ? Autant de points sur lesquels les medias, avec les outils forcément imparfaits qui sont les leurs, ignorent davantage qu'ils ne savent.

Je ne comprends pas le sens de ces questions.
Si l'on considère que la guerre est légitime dès lors qu'un des deux camps utilise une arme chimique, alors, les journalistes agissent logiquement en réclamant la guerre s'ils ont accès à des documents qu'ils jugent crédibles.
Pourtant, la conclusion de cette chronique semble élargir l'interrogation. Il existerait un ensemble cohérent d'informations pouvant justifier ou non le déclenchement d'une guerre.
Évidemment qu'un pauvre journaliste ne pourrait pas avoir accès à toutes ces informations. Par contre, un journaliste peut s’interroger à posteriori. Par exemple : y a t-il une guerre qui s'est déjà déclenchée en se basant sur un ensemble d'information cohérente? Les ultimes décideurs l'ont ils fait en envisageant un ensemble d’informations cohérent?

Bon, pour résumer, peut on être neutre en parlant d'une guerre...

Le plus marrant, c'est qu'à posteriori, on constate souvent que les guerres sont des combinaisons de plusieurs évènements qui faisaient souvent qu'elles étaient inévitable. Les déclenchements ne sont que des symboles, voire un cérémonial, qui s'appuie toujours(?) sur un prétexte. On le sait tous pour l'avoir appris. Pourtant, on ne se focalise que sur le prétexte...
Faites chier avec la Hollande, y a des choses plus importantes !
--
Bon éditorial !

Je veux juste rafraîchir la mémoire de certains :

- qui a utilisé de l'uranium apauvri contre des populations civiles et qui continue des tuer de cancer des enfants irakiens (Etats-Unis, [large]silence[/large])

- qui a utilisé des armes interdites à Falloujah en Irak et détruit une ville de 100000 habitants (Etats-Unis, [large]silence[/large])

- qui a massacré 400 personnes à Bentala, puis idem à Relizane durant la guerre civile (Algérie, [large]silence[/large])

- qui a utilisé du phosphore blanc à Gaza et qui a été condamné par le juge Goldstone qui est Juif (Israel, [large]silence[/large])

- qui a massacré autour de 500 à 1000 personnes en tirant sur des civils à terre, dans les hôpitaux et dans les prisons mêmes sous le commandement du Général Sisi (Egypte, [large]silence[/large])

- qui a utilisé l'agent orange au Vitenam faisant jusqu'à maintenant encore des cancer parmi les enfants (Etats-Unis, [large]silence[/large])


ET LA FRANCE SOCIALISTE, CETTE FRANCE SOCIALISTE QUI A TORTURE EN ALGÉRIE EST LA PLUS VA-T-EN GUERRE DE TOUS LES PAYS !!

JE SOUHAITE LA DÉFAITE DES AGRESSEURS !



Car la Syrie défend son territoire, son patrimoine historique, sa civilisation, son Islam contre les barbares armés par la France via le Qatar. Je l'affirme n'en déplaise aux sombres crétins qui vont m'insulter.

Savez-vous, Mr Schneidermann, que les rebelles possèdent aussi des armes chimiques ??

Pourquoi les médias français n'en parlent pas ?? C'est quand même une information essentielle ?!!!


SEMIR
Y'en a qui n'ont pas tiré les leçons de la Lybie. Pourquoi ces "grands" éditorialistes ne parlent-ils pas de l'état de délabrement actuel de la Lybie; ce pays est en train de se scinder en différentes provinces qui finiront, sans doute, par prendre leur indépendance de grè ou de force.
Pourtant, l'histoire l'a maintes fois prouvé, les interventions extérieures ne résolvent nullement les problèmes et parfois même les agravent. Mais peu importe, il faut juste montrer ses muscles.
Personnellement, j'attends de savoir ce qu'ils en disent à PBLV pour me prononcer.
Je me suis permis un arrêt sur image sur une vidéo de la déclaration de Hollande. Il ne nomme pas Assad (comme le fait DS) mais désigne "les coupables" des attaques chimiques. De même "tout porte à croire..." ne signifie pas qu'il pense que c'est la vérité. Si ses mots sont calculés (!), sa déclaration est surtout un enfumage certain du paysage. De là à le voir piégé, je ne suis pas convaincu. Peut-être le piège est-il justement de vouloir le suivre dans ses déclarations vagues. Ou de continuer à écouter Guetta ou Legrand tous les matins (quel dévouement, mais je serais parfois heureux que le 9 15 ne soit pas un rebond quasi permanent de france inter) pour trouver un point de départ à sa pensée. Il y a plein d'autres radios, non?

Petit détail : cette vidéo était précédée (et suivie) d'une publicité pour un jeu vidéo de combat militaire, sans rire... j'attends la critique de canard PC sur la diplomatie syrienne avec impatience.
Et surtout, est il normal que la presse, jusqu'à @si ici, omette de rapporter que le jour même où les reporters du Monde amenait une "possible" utilisation d'armes chimiques par Assad les médias turques titraient eux sur une saisie de 2kg de sarin dans des locaux turques d'Al Nosrah?

Autrement dit, la certitude que les rebelles avaient acquis des armes chimiques, ce qui dans leur position rendait quasi certain leur utilisation.

Ce n'était pas secret. C'était en une dans un grand pays que suivent de prêt nos rédactions. Mais dans un bel ensemble, ils ne l'ont pas mentionné. Pourquoi ? Pourquoi ici même Daniel ne mentionne que la possibilité d'une réplique chimique des rebelles, quand il y a largement de quoi supposer qu'ils ont carrément engagé les hostilités chimiques (je ne dis pas que c'est sûr, juste qu'il est intellectuellement fumeux de ne pas en considérer la possibilité).
On a reçu Kadhafi très officiellement, on s'en est servi puis on l'a supprimé. On a reçu Assad en 2008 pour le défilé du 14 juillet, maintenant, on veut le supprimer aussi.
Au-dessus de quelques pays qui décident qui doit être supprimé, ne serait-ce pas le rôle du Tribunal International de prévenir un dirigeant dès qu'il commet une transgression dans son pays; de ne plus l'accepter à l'ONU, au G 20, plus d'échange diplomatique. Hum!Très peu de pays seraient fréquentables à ces conditions; même les Etats-Unis avec Guantanamo et l'affaire Snowden sont hors des clous. Et puis, devant les impératifs commerciaux avec la Russie et la Chine, la moralité internationale ne vaut pas grand chose...Plus beaucoup d'espoir pour l'Humanité.
«La France ne va pas s'engager toute seule. Le Livre blanc de la Défense le dit clairement. Si le Congrès américain s'oppose à l'intervention, la France n'ira pas», a estimé Patricia Adam, députée PS du Finistère.

Comme ça c'est clair. Il y aura un vote...mais pas en France. La démocratie est respectée.
Le lol de la semaine :

Meuuuh non c'était pour le BTP

Et sinon on a des nouvelles de l'Union pour la Méditéranée ?
Il ya en ce moment ,un matraquage merdiatique pour le bien fondé d'une attaque en Syrie , impressionant! Personne ne se pose la question mais pourquoi les peuples occidentaux ne veulent pas de cette guerre,et pourquoi François "le petit gros" ,qui ,quoi qu'on en dise se ridiculise sur le plan international en passant pour le "lèche botte " de Obama veut à tout pris cette guerre. Il va nous sortir de son chapeau des preuves irrefutables à la Collin Power ,"pauvre France! Je crois qu'il y aura un aprés Syrie catastrophique..
Effectivement, l'édito de Guetta ce matin était grandiose : le Parlement britannique s'est "ridiculisé", pas moins, selon notre nouvel arbitre des élégances politiques.
Mais, au-delà de l'indignation provoquée par ce genre de va-t-en-guerre et par une grande partie de la Presse qui se veut respectable et responsable, reste la question du "pourquoi?".
Quels intérêts le gouvernement français pense-t-il défendre en Syrie?
J'écarte immédiatement l'intervention "humanitaire" : si c'était pour éviter des morts innocentes, il y a longtemps - par exemple - que nous serions intervenus au Congo (plusieurs millions de morts ces dernières années).
La question se posait déjà pour l'intervention en Libye. Tout en affirmant intervenir au nom de "la responsabilité de protéger" les populations civiles, nous y avons provoqué un désastre de grande ampleur, dont les libyens sont les premières victimes (et pour longtemps), mais pas les seules : voir les conséquences au Mali et dans tout le Sahel.
Ce précédent n'a pas suffi, et la France de Hollande a - dès le début - soutenu une opposition à Assad dont une grande partie était composée d'organisations que nous combattions (ou que nous étions censés combattre) ailleurs.
Mais qu'allait-il (qu'allions-nous) faire dans cette galère?
J'avoue ne toujours pas comprendre.
Les estimables contributeurs de ce forum auraient-ils des pistes?
PS : il y aurait beaucoup à dire sur la chronique de DS. En particulier, rien ne prouve à ce jour que des armes "chimiques" aient été utilisées par l'armée régulière syrienne. On rappelle simplement que Carla Del Ponte (inspectrice de l'ONU) avait accusé l'Armée Syrienne Libre (rebelle) récemment.
Avec un peu de chance, Assad va s'étouffer de rire et nous serons débarrassés de lui :)
Ce qui me fascine c'est que personne ne rappelle qu'en punissant Assad, la France et les USA deviennent des alliés objectifs du Front Al Nosra et de l'EIIL qui sont officiellement affiliés à AlQaida. Les opinions l'ont compris toutes seules, comme des grandes, malgré le battage (particulièrement bourrin) des éditorialistes.

C'est un simple fait, pas une analyse ni une interpretation.

Je n'imagine pas une seule seconde qu'il n'y ai pas un parlementaire de la majorité qui tousse en coulisse, si ce n'est en raison du vide stratégique de cette décision, au moins en raison des dommages collatéraux et électoraux à venir.
Il y a deux ou trois choses qui méritent quand même d'être dites dans toute cette histoire.

La première, c'est que prendre Hollande pour un mou ou un imbécile, ou les deux, c'est déroger totalement au principe de réalité. Ce mec-là, il est peut-être moins flamboyant et sûr de lui que DSK, et son allure pateline en trompe plus d'un, mais la place qu'il occupe, ce n'est pas par hasard. Penser qu'il est là par défaut, c'est mal le connaître. Regardez comme lui et Ayrault nous enfument à propos des retraites, qui y comprend quelque chose ? C'est du grand art.
En outre, comme dernièrement, c'est l'armée française qui est intervenue sur les champs de bataille qui protègent l'ordre du monde américano/occidental, il est évident qu'Obama et Hollande sont main dans la main dans cette histoire-là. D'autant plus qu'ils sont quasiment les seuls leaders de "gauche" du monde occidental A chacun de gérer ses relations internes domestiques.

Mais la toile de fond de toute cette histoire, au-delà du problème syrien, c'est la nature même de la démocratie.
Parce qu'il y a un malaise évident dans les démocraties occidentales. Un énorme recul. Peu importe ce qui s'est passé, si c'était dans la nature de cette démocratie elle-même. C'est arrivé.
Nous sommes tous en train de perdre nos repères. Par exemple, dans toutes les discussions qui font référence au problème syrien, il est rarement question de la démocratie syrienne. Enormément de gens adoptent la rhétorique assadiste selon lequel les rebelles sont inféodés à Al Qaïda, alors que rien n'est moins sûr. Si des poches jihadistes existent, il n'y a qu'à voir en Egypte comment les Frères Musulmans ont été virés, ce n'est de toutes façons pas sûr que ce soit un problème. En tout cas à gérer dans un deuxième temps.
Les forums de Mediapart pullulent de commentaires où il n'est question que de l'Irak, alors que c'était un autre temps, une autre politique américaine, qui a stérilisé d'ailleurs toute solution en Syrie.

A l'intérieur des démocraties occidentales, les guerres d'Afghanistan et d'Irak, surtout, auxquelles, je vous le rappelle, la plupart des opinions publiques étaient opposées, ont entretenu les idées de totale manipulation par le lobby militaro-industriel, entre autres. Les interrogations sur le 11 septembre (on ne sait par exemple pas pourquoi les tours se sont écroulées), et les théories complotistes qui en ont résulté ont laminé les opinions. Plus que tout, l'ignorance totale de ce qui fait la différence entre une dictature et une démocratie n'a pas survécu à la disparition du bloc communiste, puisque dans le conflit est-ouest, chaque dictature et ses exactions était dénoncée, avec tous les détails, par un camp ou l'autre. Par ailleurs, le néo-libéralisme fait feu de tout bois, et ne s'embarrasse pas de se soucier du degré de liberté, à part économique, des pays du golfe, pour ne parler qu'eux, qui sont quand même bien haut sur l'échelle de Richter de l'absence de liberté politique.

Le malaise dans la démocratie s'est intensifié avec l'affaire Snowden.
On va rappeler ce qui s'y est passé : Snowden, après Assange, révèle les dessous hideux de nos démocraties, toutes relatives. mais plus vivantes que bien d'autres pays.

Et là, toute la diplomatie, tous les secrets non dits, de nos pays, apparaissent. Tout ce que dénonçaient des gauchistes paranoïaques apparaît en pleine lumière. Dans l'ignorance de ce qu'est une dictature, dans l'esprit de beaucoup de politisés, qui débattent sur la toile, soudain tout se renverse, et les démocraties deviennent le Mal, devant les mensonges de leurs dirigeants qui, il faut bien le reconnaître, se moquent ouvertement d'eux, et n'ont pas l'air de s'en préoccuper.

Lorsque Obama et son Soft Power se trouvent dans la situation où la Russie refuse de livrer Snowden qui, s'il avait été russe, et aurait dénoncé l'attitude russe, aurait aussitôt disparu en Sibérie et aurait été exécuté avec un procès tout ce qu'il y a de plus équitable, il décide de jouer la tension pour remettre la Russie à sa place, c'est à dire bien bas.
Et où il peut agir, c'est en Syrie. Il ne peut pas frapper, parce que ça va déclencher une chaîne de crises où le proche-orient va s'engloutir, mais il peut menacer. Il en a les moyens, Et comme on le voit, ça va affoler toute la région, ce qui va limiter la pression sur les rebelles qui menacent le pouvoir à Damas. Rappelons que si Assad lance des armes chimiques, c'est qu'il est dans une situation très critique contre les rebelles.

Sur le front extérieur, Obama réaffirme son leadership : personne, et surtout pas la Russie, ne peut l'empêcher de frapper, et d'ailleurs elle proteste, vote contre au conseil de sécurité et ne menace de rien d'autre. Elle laisserait l'Iran et la Syrie exploser, mais ce n'est pas dans son intérêt, trop de républiques potentiellement islamistes entre eux qui risqueraient de s'enflammer.

A l'intérieur, c'est la démocratie et les votes parlementaires qui officiellement empêchent tout cela, le peuple pour tout dire.
Ils ont l'air de devoir être tout penauds, en réalité, ils ont gagné sur tous les plans.

En voilà une belle victoire de la démocratie.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Quand il n'est pas chez Ruquier ou Hanouna, Mélenchon dit des trucs intéressants :

http://www.dailymotion.com/video/x140ajd_faut-il-en-finir-avec-l-otan_news
Bonjour
Que d'enseignements dans ces derniers évènements !!!
Tout d'abord que la Vème république avec sa "foire aux animaux" tous les 5 ans et ses parlements chambres d'enregistrement n'a plus que de républicain le nom.
Ensuite, que devient l'Egypte qui a bafoué les règles démocratiques sans encombres.
Puis les coups aux protections sociales par des gens qui se disent socialistes.
Triste monde.
[quote=DS]A quel niveau du commandement de l'armée syrienne a été donné l'ordre d'utiliser les gaz ? A quelle échelle ont-ils été utilisés ? Les rebelles ont-ils riposté avec les mêmes armes ?/quote]

Et la question de savoir si ce ne serait pas l'opposition rebelle qui aurait utilisé des armes chimiques...non ?
"seul président des "démocraties occidentales" à pouvoir s'asseoir sur son Parlement," Faut Obama pouvait faire de même,
Sans vouloir nier la pertinence de la chronique, ça fait longtemps que nos parlementaires ont démontré qu'ils ne servaient qu'à signer les décisions du gouvernement hein…
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.