43
Commentaires

Hollande, même pas cap d'être vraiment de droite ! (Le Monde)

Cesse donc de fanfaronner, Hollande !

Derniers commentaires

Le miracle shroederien est passé comme une lettre à la poste en Allemagne, et est aujourd'hui idéologiquement justifé
par des "discours Churchilliens" dont on nous rebat les oreilles
après la prestation de François Hollande. Sur BFM et même France Inter, par Thomas Legrand par exemple.
Franchement . A lire : L'enfumage permanent du discours Churchillien
Alors ce serait donc le monde à l'envers, sens dessus dessous.
N'est-ce pas ce qu'on appelle une révolution ?

Aïe aîe aîe ! Ce n'est pas près d'arriver...
Je propose le prochain "même pas cap" à Izraelewicz : "pourquoi je me suis rendu à Bilderberg en sachant que selon les termes de cette sympathique réunion, il est interdit d'en rapporter le moindre propos".
Le fond et la forme sont tous deux croustillants, une bonne chronique ! :-)
Super chronique!

Bises à tous
franchement je postule pour ce "JOB" et le texte qui l'amène
sans savoir combien CRE$-U$ rapporte au scrabble...?
Félicitations
Quand libé faisait du riche bashing : http://expositions.bnf.fr/presse/images/3/pre_375.jpg
C'est si rare aujourd'hui...
Antoine Gloups est-il parent avec Robert Hue ?
Pertinente chronique.
Et comme on est sur @si on y rappelle à juste titre, contrairement à tous les laudateurs béats de l'Allemagne schroedero-merkelienne
qui ne veulent pas le savoir, qu'il y vivote plus de 10 millions de pauvres (moins de 60% du salaire médian).

J'ajoute que l'âge normal de la retraite est actuellement de 65 ans et sera relevé progressivement à 67 ans (pour les natifs de 1964).

Je rappelle que Schroeder coule des jours heureux grâce aux émoluments qu'il perçoit d'une société russo-germano-poutinienne
qu'il a lui même contribué à créer (pas con, hein, le social-démocrate).

Tout comme cette pourriture de Wolfgang Clemens, autre social-democrate notoire passé de la défense des classes populaires à une grasse rémunération comme président d'un institut bidon sponsorisé par une grosse société d'intérim. C'est sa récompense de la
part du patronat, rappellons qu'au cours de sa carrière de ministre sous Schroeder il avait largement ouvert le marché du travail aux sociétés d'intérim (oui, oui, la flexibilié, vous connaissez).

J'ajoute que, dans ce parangon de vertu démocratique qu'est la RFA, la porosité entre institutions étatiques, gouvernementales et
parlementaires est bien plus grande qu'en France et qu'en fin de carrière ou à l'occasion d'une élection ratée, maint ministre, secrétaire
d'Etat ou simple parlementaire se voit offrir, en échange des services rendus de par le passé, de gros postes bien rémunérés, dans
la banque, l'industrie automobile ou les konzerns énergétiques et chimiques.
Bien vu !
Pauvre Monde, où le fantôme d'Alain Minc rôde toujours, poursuivi en vain par celui de Sirius...

Sous les yeux goguenards d'Israëlevicz, qui ne baissera pas d'un centime ses divers émoluments; la rigueur c'est bon pour les travailleurs pauvres

Libé a remis les rieurs de son côté avec son "Bernard, si tu reviens j'annule tout !".

Moi, pour mon rire du matin, j'ai Ninique le Sot, heu, le Seux sur Inter, m'expliquant sans rire que trop d'impôts tue les impôts, l'emploi, la croissance, le pouvoir d'achat et les petits zoizeaux.

Qu'est-ce que j'aimerais lui dire que pas assez de salaires tue les impôts, l'emploi, la croissance, le pouvoir d'achat et les petits zenfants*.

* C'est une image, hein. Mais si on pense à ces gosses d'un collège du 9-3 qui n'ont même pas eu d'Algeco pour faire leur rentrée à l'abri, à côté des privilégiés de Riton le Quatre, ils sont morts.

Qu'est-ce que j'aimerais lui dire que pas assez de salaires tue les impôts, l'emploi, la croissance, le pouvoir d'achat et les petits zenfants*.


Z'avez pas bien écouté Parisot expliquer ce matin sur la même antenne que si les salaires étaient faibles, c'était à cause des charges sociales qui sont trop lourdes et "qui ne cessent d'augmenter". J'ai appris un truc d'ailleur, je savais pas que les charges sociales ne cessaient d'augmenter. Patrick Cohen n'ayant pas bronché, ça doit donc être vrai.
Roger ;-)

Je ne suis même pas allé jusqu'au bout de sa première phrase, j'ai zappé vers France Mu.

Zêtes pas maso, vous, qui restez à écouter cette goule aux yeux bleus ?

http://fr.wikipedia.org/wiki/Goule
Si si, je suis maso. Et ce qui me titille le plus, c'est pas tant la goule, elle joue son rôle, c'est plutôt l'incompétent qui lui tend le micro. L'indigence des questions, l'absence totale de contradiction, d'esprit critique, ça ça me fait kiffer.
Pour l'indigent, bien vu.

Et ça se dit journaliste...
Les charges sociales (et patronales) faisaient partie , au départ lors de la création de la securité sociale, du salaire de l'employé. Toutes les diminutions des charges sociales ont été, en fait, un vol sur la rémunération des employés et un transfert vers les revenus (salaires, dividendes et baisses d'impots) des patrons et des actionnaires.
Au départ, lors de leur création, on les appelait les «cotisations sociales», déjà. M'est avis que ceux aujourd'hui qui les appellent «charges» sont ceux qui veulent les alléger.
Bien dit mais bien avant encore on parlait de "salaires différés" car c"était la part versé mise de côté afin d'entretenir en bonne santé la force de travail de l'ouvrier ou l'employé ...Donc de cela c'est passé à charges qui sous entends "lourd" a payer indumment ou obligatoire. Bref les mots changent pour faire "changer les choses". Manipulations et novlangue sont les deux mamelles du MEDEF !

Manipulations et novlangue sont les deux mamelles du MEDEF !


Et de la fausse gauche (le parti dit socialiste), qui utilise le même langage que celui des descendants des maîtres de forge.
Ça prouve, au moins que les maîtres de forges à la Buffon avaient, au moins, d'une part leur quelque progrès dû à leur seigneur et maître, d'autre part que les pauvres sont les parasites des riches, non mais.
Oh yes domi ! La pseudo-gauche issue du "think thank american- french Young Leader" dont Hollande, Montebourg, Najat Belkacem et bien d'autres sont en train de renvoyer l'ascenseur à leur maitres de New-York ..Ils ont fait parti de ce groupe ultra-conservateur, c'est bien pour quelque chose.

Comme ceux qui ont fait l'ENA avec les "maitres de forge" de la super-droite. En fait ils sont tous issus du sérail "ultra-libéral" ou néo-con selon les tendances. Centre droit ou centre gauche mais même "école de pensée" et finalement on a créer de faux partis qui font semblant de s'opposer mais qui en fait on la même "résolution".

Seul le langage fait illusion mais pas longtemps pour ceux qui savent décrypter leur "novlang" ..Vous voyez pas besoin de payer cher un "Franck Lepage" pour savoir ce que "l'histoire " ou la "culture ouvrière "nous a appris.

L'expérience de la lutte (pas finale !) et du vrai militantisme ne relève pas d'une classe éclairée qui doit payer des coachs pour le débunkage ou le décrytage de la novlangue néo-con. "Les mots ont un sens" et si on se creuse la tête on comprends parfaitement ou on en est ....
@ gemp et Yèza:

" Franck Lepage, sors de ce corps ! " :-))
En 2003, le salaire mensuel du directeur de la rédaction du Monde s'élevait à 26 000 euros, en dépit d'une perte estimée à 25 millions d'euros au niveau du groupe (Wiki).
On peut supposer que neuf ans plus tard, Eric Izraelewicz, ayant tiré la leçon de ces abus passés, impose pour lui-même et pour ses collaborateurs, les mêmes restrictions salariales que celles qu'il réclame à Hollande pour les travailleurs français.
Bonjour,
Etonnamment je ne reçoit plus la chronique matinale par mail. Comment se ré-abonner?

Edit : Ah non en fait c'est juste qu'elle arrive de plus en plus tard apparemment....

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Un chouïa moqueur !
gamma
Très en forme ce matin, Daniel!
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.