59
Commentaires

Hausse du PIB : faut-il crier youpi...

Youpi ! La croissance est de retour ! Fini la récession ! Selon l’Insee, et à la surprise générale, le PIB en France a augmenté de 0,5% au deuxième trimestre. Effet immédiat dans la classe politique : la reprise est là, on vous l’avait bien dit. Nos ministres entonnent des youpi repris volontiers par l’orchestre médiatique. Mais en se penchant sur les chiffres ou au cœur des papiers consacrés à l’embellie, on s’aperçoit que les raisons de se réjouir ne sont pas si évidentes.

Derniers commentaires

Tous ces commentaires, toutes ces analyses sont intéressantes et très pertinentes. Toutefois, je me demande dans quelle mesure il aurait été déplacé d'opter pour un discours défaitiste et pessimiste en réaction à la publication d'un chiffre qui dans l'absolu reste positif.
Aurait-il été raisonable pour le Parisien de titre : "Catastrophe, le PIB augmente plus fortement qu'attendu!!"
Par ailleurs, je note que tous les médias, au-delà de l'exercice imposé de la titraille, ont nuancé les données de l'INSEE. Institut qui lui-même publiait en parallèle des données très négatives sur l'emploi salarié.
En fait, je trouve que tout le monde a bien fait son job : les journalistes, les économistes et les politiques.
J'ai tout de même relevé le discours acrobatique de Nicolas Bouzou qui invité la veille de la publication des données de l'INSEE sur France Inter et puis sollicité par France Info pour commenter ce chiffre, s'est clairement contredit à 24h d'intervalle. Chapeau!!
Sinon, un énorme bravo au journaliste des Echos, Jean-Yves Le Gall qui dans sa chronique sur France Inter, le matin, concernant la question de la soutenabilité de la reprise de la croissance à eu le courage de dire : "JE NE SAIS PAS"!!! Ouf! Il y a encore des gens, des experts qui osent dire qu'ils ne savent pas. Ca fait du bien. C'est tellement rassurant.
Enfin, j'invite tout le monde à reprendre les éditos très durs suite au discours du 14 juillet du Président de la République sur les signaux positifs. J'aimerais au fond que l'on installe une règle pour le médias : qu'ils s'excusent. Qu'ils s'excusent d'être des commentateurs politiques incultes en économie. Qu'ils s'excusent de s'être trompés. Tout n'est pas rose. Nous sommes en crise. Crise d'un modèle économique qui doit se réinventer avec un taux de croissance proche de 0. Mais quand les données montrent qu'effectivement il y a des signes positifs, il faut savoir le reconnaître, l'admettre simplement. Il avait raison. Mais, les défis restent encore nombreux et particulièrement stimulant pour transformer ces signaux macroéconomiques et réalités quotidiennes pour les Français. C'est message simple et franc de LA chômeuse de Vendée.
Moi, je crierai Youpi! quand ces [s]faignants de[/s] chroniqueurs ( Korkos, Marion, l'insomniaque ) seront [s]sortis de leur léthargie[/s] rentrés de vacances.
Je n'avais pas trop fait attention à cette annonce-là, mais j'ai été sidérée par la "reprise dans la zone euro"

Alleluiah ! Mais outre que le graphique et l'article se contredisent (est-ce l'Irlande ou la Grèce qui n'a pas communiqué ses chiffres ?), le côté enfin la reprise en Europe est carrément risible.

Enfin, on se remonte le moral comme on peut !
Sophie comme beaucoup d'articles a repris que l' automobile relève la tête alors qu'a fin juin la production en France à baisser à fin juin de 20,8% (chiffre officiel).
On verra aussi quand l'INSEE aura révisé ses chiffres dans quelques mois ... ;-)
Pour le "tout venant" populaire aussi...
gamma

zut, erreur en réponse à Guillaume
Et ça se pavane sévère à Bercy !! ...

Bizarrement, nous n'avons pas entendu de réaction de Michel Sapin, sur les chiffres du chômage.

Plus j'y pense, plus je trouve que ça fait mal aux politiques, de sauter sur l'occasion pour s'approprier une hausse de PIB qui apparaît comme étant hautement contextuelle ... Et plus je me dis que c'est de ce genre de choses qu'il faut se souvenir, quand 3 ans et demi plus tard il faut mettre un bulletin dans l'urne.

Il devient de plus en plus clair que le gouvernement est incapable de prédire quoi que ce soit, même à un an. Honnêtement, qui est-ce qui, un peu informé, peut croire que d'ici un an nous aurons moins de chômeurs ? Parce que la justification in fine de la croissance (par les politiques), c'est bien l'emploi !!
[quote=Anne-Sophie]mais dans quels domaines ? Il faudrait pouvoir éplucher tous ces indicateurs abscons et les relier à nos vies de tous les jours. Mais le faire un 15 août relève de la gageure. En attendant, on peut toujours crier youpi.
On est le 16, j'attends patiemment vos analyses ^^
il est dangereux de clamer que le progrès est passé de mode : le propre des modes, c'est qu'elles reviennent souvent.
Tout au long de la journée, notamment sur France-Culture, on entend des gens très intéressants, très sages, très pertinents, nous expliquer qu'il faut arrêter avec la croissance, que dans un monde fini la croissance ne peut pas être infinie, que l'humanité va dans le mur, qu'il faut penser l'avenir en d'autres termes etc., etc. Objection de croissance, frugalité heureuse etc., etc. Ils sont convainquants et sages.
Et puis arrivent les informations : et c'est reparti dans la ritournelle, la croissance, la croissance, tout le monde n'a que ce mot-là à la bouche, la croissance qui par miracle devrait résoudre tous nos problèmes. Il n'y a pas à discuter. C'est présenté comme une vérité incontestable, une évidence. C'est en fait un véritable matraquage.
Et tous ceux qui nous ont démontré que la croissance était un miroir aux alouettes, tous ceux qui nous avaient convaincus que l'humanité dans sa course folle allait a sa perte, tous ceux -là nous apparaissent comme des utopistes, des philosophes, de doux rêveurs... sympathiques mais pas très sérieux. On peut toujours les laisser parler, pourvu qu'à intervalles réguliers, à tous les flash-info, on reprenne le seul discours sérieux et responsable, celui de la croissance.
Et @si nous fait un papier sur le sujet absolument dans la même logique, sans le moindre recul critique.
Asi fait un papier sur le traitement de l'information par les médias. Ce n'est pas un outil de propagande de "la croissance" que l'on sache. Ni un mulet. On peut parfaitement etre d'accord avec vos "sages" (qui, de fait, ont raison) et lire ce papier sans lui taper dans les flancs.
Concernant les prévisions de croissance qui sont tout sauf des prévisions, un petit peu d'auto-promo : celles du FMI valent aussi le détour
+ 0.5 % de croissance !?... Mais c'est tout simplement fabuleux !
Déjà qu'en juillet, le moral des ménages avait fait un putain de bond prémonitoire de 3 points...
A l'époque, avec ma femme, on avait fait péter le mousseux. Là, c'est carrément la clairette qu'on va déboucher.
"En attendant, on peut toujours crier youpi. "

Tout est dit.
Nous vivons dans un monde où la moindre nuance de sens peut faire ou défaire les destins.
Nous vivons dans un monde où le petit chiffre en plus ou en moins peut faire ou défaire le succès des hommes* politiques.
Nous vivons dans un monde où l'important n'est pas de faire mais de dire. Alors on peut toujours crier. Même youpi !

Je crois me souvenir qu'il a déjà été question ici de la science E-coué-nomique. So what's new ?

* hommes est ici un terme qui embrasse les femmes. Fougueusement.
C'est Éric Heyer et non Meyer ;-)
Nous sommes tellement habitué à ce qu'on nous annonce que la croissance est là, que si on nous annonçait le contraire, cela déclencherait la crise.
La croissance pour quoi faire ?
ça commence à faire quelques temps dans les pays dit développés que la croissance n'a plus rien à voir avec une amélioration de nos conditions de vies.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.