16
Commentaires

Gvt ch. ministre des couleuvres. S'adresser France Inter

Commentaires préférés des abonnés

Ah ces Gaulois toujours aussi réfractaires !

Z'ont pas compris qu'on peut se dire verts et écolos jusqu'à l'os tout en brûlant toujours plus de charbon comme en Allemagne, qu'on peut à force de comm faire croire qu'on est plus écolos que les autres (R(...)

Approuvé 11 fois

"Canfin ne nie pas la gravité de la dette financière":


On oublie toujours une question trèèèèèèès simple: à qui on le doit, tout ce fric? Qui va le payer, et à qui, quand la planète aura vomi l'espèce humaine? 


J'ai bien aimé qu'il mette sur (...)

"A la différence des écolos radicaux, Canfin ne nie pas la gravité de la dette financière"

Au lieu de ne pas la nier, il ferait mieux d'expliquer d'où elle vient d'autant plus qu'il maîtrise plutôt le sujet : il a fondé l'ONG finance watch et on peut (...)

Derniers commentaires

Bréquigne niouze : Cohn-Bendit approché pour remplacer Hulot.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Non mais t'as lu ça, Marlène !?

T'as du taf et c'est pas gagné !

Ce qui est sur ,quant à la succession, c'est qu'on n'aura pas la personne adéquate mais le personnage le plus "politiquement " correct  pour rentrer dans le cadre ....le problème c'est toujours le cadre !

pour info voilà comment ultra-riches envisagent le futur de la planète (qu'on nous parle plus de "capitalisme écologique):


https://medium.com/s/futurehuman/survival-of-the-richest-9ef6cddd0cc1

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

"Canfin pense que oui. Sauver la planète, dit-il, c'est aussi produire des véhicules électriques, des trottinettes électriques, des maisons qui produisent davantage d'énergie qu'elles en consomment."


Encore un "idéaliste", qui oublie la (triste) réalité. Faut lui faire lire "La guerre des métaux rares" sous titré "La face cachée de la transition énergétique et numérique" de Guillaume Pitron. 


Après avoir pillé le charbon, le pétrole, ils se préparent, ils ont commencé, à empoisonner la terre en pillant les métaux rares. Tout changer pour que rien ne change. 


Qui ça, "ils"? Les capitalidéalistes.


Ah ces Gaulois toujours aussi réfractaires !

Z'ont pas compris qu'on peut se dire verts et écolos jusqu'à l'os tout en brûlant toujours plus de charbon comme en Allemagne, qu'on peut à force de comm faire croire qu'on est plus écolos que les autres (Rejets de CO2 par an par habitant : Danemark 9kg, France 6kg). 


Alors bien sûr c'est au Danemark, pays condescendant comme tous ceux du Nord de l'Europe sur ces retardataires du Sud, que Macron est allé alimenter le regard dédaigneux sur notre pays bien que celui-ci fasse tous les efforts du monde pour regagner ces vaillants prédécesseurs à la conscience si élastique comme nos chers amis qui truquent les test diesel pour fabriquer des voitures si propres qu'elles servent d'appareils respiratoires à des millions d'Allemands


Notre pays où la propagande va si bon train sur France Inter et Info qui nous expliquait ce matin l’apparition du ""chief freelance officer', ou responsable de talents externes", merveilleux toréador de l'externalisation des ressources humaines finalement moins créatrices de problématiques écologiques que les ressources naturelles


Heureusement il y a les amuseurs publiques qui ne se mettent pas tous au service de la propagande et disent les choses... mais quelques minutes d'humour peuvent -elles anéantir des heures de propagande

"A la différence des écolos radicaux, Canfin ne nie pas la gravité de la dette financière"

Au lieu de ne pas la nier, il ferait mieux d'expliquer d'où elle vient d'autant plus qu'il maîtrise plutôt le sujet : il a fondé l'ONG finance watch et on peut voir dans ces extraits d'interviews qu'il connait le problème : http://ladettelefilm.blogspot.com/p/interviews-du-film.html

Je ne sais pas qui sont ces "écologistes radicaux" dont vous parlez mais on doit effectivement s'interroger sur la "gravité" de la dette financière et surtout sur ces origines.

Les dettes (publique : 100% du PIB, dette privée : 130% du PIB) ne sont que le résultat du fonctionnement du ce système libéral qui est basé sur la création perpétuelle de dettes.

Le fait d'avoir donné le pouvoir de créer la monnaie aux banques privées par le crédit (donc par la dette) et d'obliger  l'Etat à se financer sur les marchés financiers (et donc à payer des intérêts) sont des décisions politiques qui sont directement à l'origine de toutes ces dettes.

Il "suffit" donc de changer de politiques et de sortir de ce système-dette (retrouver le contrôle démocratique de la création de monnaie) pour résoudre cette "grave dette financière".

Encore faut-il faire beaucoup d'information, de pédagogie sur ce sujet qui est complètement sous-médiatisé ce qui fait que des citoyen-ne-s peuvent défendre ces politiques austéritaires qui vont à l'encontre de leurs propres intérêts!

Si ça interesse @si, j'ai plein de sources d'info!

 
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.